Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 mars 2013

Italie : Casapound analyse ses résultats électoraux...

tumblr_inline_mj8ig8cphn1qz4rgp.pngSource Zentropa cliquez ici

Le résultat électoral de Casapound Italie aux récentes élections nationales et locales a été beaucoup discuté et commenté, souvent de manière injuste ou inappropriée, beaucoup s’amusant à jouer avec les chiffres pour fournir des lectures faussées. Pour essayer de dresser un véritable bilan, le principe de départ est bien sûr d’admettre que le résultat obtenu par Casapound Italia a été plus faible qu’attendu, mais il fournit néanmoins une base solide sur laquelle bâtir et fournit également des conseils précieux pour faire plus et mieux lors des prochaines échéances électorales.

Lors de ces élections, les listes Casapound Italie ont été admises dans 14 circonscriptions à la Chambre et 11 collèges au Sénat, ce qui représente un bassin électoral de 34.447.000 personne sur un total de près de 60 millions. En d’autres termes, moins de 60% des Italiens pouvaient « techniquement » voter pour Casapound.

En fin de compte, le résultat est le suivant: nous avons recueilli 47.692 voix (0,14%) à la Chambre, et 40.538 voix ( 0,13%) au Sénat. Pour obtenir un chiffre exact nous devons ajouter les 5.382 personnes qui ont voté pour nous en Lombardie, où nous n’étions présents qu’au Sénat. En fin de compte, alors, ce sont 53.074 personnes qui ont tracé leur croix sur le symbole de Casapound Italie.

C’est peu? Bien sûr que oui, car notre mouvement n’a jamais eu comme ligne de conduite la devise “l’important c’est de participer”, et que notre travail a toujours eu d’ambitieux objectifs politiques. C’est également peu si l’on compare ce chiffre avec l’incroyable quantité de travail effectué dans la région depuis des années, avec la capacité d’attirer autour de nous tant de dévouement militant, de soutiens et d’approbation de notre l’action inlassable que, de toute façon, aucune élection ne pourra jamais effacer. En dehors du Lazio, dont nous reparlerons, il y a cependant des satisfactions locales, comme à Bolzano, où avec 1, 72% à la Chambre, nous recueillons seulement 11 voix de moins que la Ligue du Nord et le double de celles de la « Destra »

Cependant, une contextualisation est essentielle.

Casapound Italia était le seul et unique mouvement parmi les forces de la soi-disant «extrême droite» à présenter son symbole sur la carte électorale pour la première fois (sans parler des changements graphiques par rapport à un symbole non conçu à l’origine à des fins électorales).

Par ailleurs, notre structure purement électorale (la «forme parti», pour employer un gros mot) n’a que trois mois d’existence. Sans tomber dans la victimisation, il est également impossible de ne pas se souvenir des deux coups durs qui nous ont frappé au milieu de la campagne électorale: l’enquête de Naples, qui nous a présenté dans les journaux comme une bande armée, une association subversive visant à subvertir « l’ordre démocratique » et même comme un « gang de violeurs » (toutes les accusation sont tombées une à une et l’enquête s’est avérée être un énorme coup d’épée dans l’eau, mais de cela les médias ont évidemment beaucoup moins parlé…) et « l’incroyable journée » où tous les principaux médias italiens (Repubblica.it, Corriere.it, SkyTg24 etc) ont annoncé, pendant plusieurs heures et sans aucun fondement, notre exclusion des élections. Deux coups fourrés qui auraient tué beaucoup de monde et que nous avons surmontés, mais il est difficile d’imaginer qu’ils n’ont pas eu d’effet sur le résultat final.

Politiquement parlant, ont également affecté nos résultats au moins deux facteurs macroscopiques: l’appel au vote utile contre les «communistes» par le PDL et l’écho donné par les gros médias à un vote de protestation en faveur de Beppe Grillo, qui a “aspiré” toute la colère populaire.

Car le vote pour Beppe Grillo n’a pas seulement affecté Casapound Italie mais, de fait, tous les mouvements « radicaux », de droite comme de gauche. Ainsi la « Lega » a perdu la moitié de ses voix, tandis que la « Destra » a quasiment disparu (0,6% au niveau national, 0,3% dans le Nord). De son côté, le Parti communiste ouvrier est passé de 210 000 voix à moins de 90 000.

En fait, le «vote utile» dans chaque camp s’est additionné à un «vote utile de protestation » pour Beppe Grillo.

Par ailleurs, ceux qui ont voulu rester dans le lit du paysage politique post-MSI semblent très mal en point (notamment au regard des moyens financiers disponibles, de la visibilité « historique » du symbole et des principaux représentants…etc.): Fratelli d’Italia, 1,95% à la Chambre, La Destra, 0,64%, Avenir et Liberté, 0,46%.

Passons à la région Lazio. Ici, Casapound Italie réalise un meilleur score: 26.057 votes au total, pour un 0,79%, ce qui fait, après tout, de CPI la première force après les grands partis.

Certains résultats individuels sont dignes de mention, signe que si vous travaillez dur et durablement sur le territoire, des résultats sont possibles. Pensons à Latina (120.656 habitants) où nous recueillons 1,22%, à Fiumicino (73.940 habitants), 1,21%, à Viterbo (64.548 habitants), 1,82%, à Tivoli ( 56.503 habitants), 1,35%, à Velletri (53.544 habitants), 1,93%, àAnagni (21.476 habitants), 1,85%, à Grottaferrata (21.039 habitants), 1,99%, à Civita Castellana (16.772 habitants), 2,16%, à Cave (10.995 habitants) 4,81%

Ces chiffres permettent de commencer à penser la construction d’un réseau local capable de faire ses preuves à tous les niveaux de la gestion administrative et politique.

Dresser un bilan final de la campagne de Casapound Italie est un travail important, qui sera mené et que nous avons déjà commencé, mais notre action politique ne se limite évidemment pas à un résultat d’élection. Il y a beaucoup de travail à faire, notamment pour s’enraciner davantage et mieux expliquer notre ambitieux projet qui implique une dimension politique plus large et plus noble que de simples choix électoraux.

Les points importants qui ressortent néanmoins de l’élection sont les suivants:

- Le vote des jeunes: En étant pourtant, dans une des Régions, présent uniquement au Sénat (où seuls les plus de 25 ans peuvent voter), Casapound réalise néanmoins globalement 7000 voix de plus à la Chambre qu’au Sénat Ceci démontre que Capasound attire en premier lieu les jeunes, ce qui est presque une anomalie dans la politique italienne.

- Dans le Lazio, Casapound a obtenu 16.249 votes pour la Chambre et 26.057 pour le Conseil Régional, ce qui montre que localement le message est mieux passé et à moins subi la pression du prétendu « vote utile ». Le travail de proximité semble ainsi récompensé. Par ailleurs de nombreuses voix de Casapound semblent issues d’un milieu autre que celui de « l’extrême droite », CPI étant parvenu a attirer des gens qui ont voté parce qu’ils croyaient en un projet et non par simple tradition ou fidélité politico-historique.

- Aux élections régionales, Simone Di Stefano a bénéficié de 2791 « préférences », ce qui en fait le candidat le plus « voté » parmi ceux qui ne sont pas entrés dans les conseils.

Ces éléments sont des sillons dans le sol, sans doute modestes. Mais pour ceux qui ont les idées fortes et claires et la ténacité suffisante, ils peuvent permettre de produire quelque chose de grand.

01:14 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.