Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 11 novembre 2009

AUJOURD'HUI, mercredi 11 novembre, à Paris, de 11 h 00 à 18 h 30 : LE GRAND RENDEZ-VOUS NATIONAL ET IDENTITAIRE DE L'AUTOMNE...

DSCF2049_2 copy.jpg

 

RASSEMBLER ET RESISTER !

 

LA 3ème JOURNEE DE SYNTHESE NATIONALE


Mercredi 11 novembre 2009, de 11 h 00 à 18 h 30, à Paris (Forum de Grenelle - 5, rue de la Croix Nivert 75015 - métro Cambronne), se déroulera la 3ème journée nationale et identitaire organisée à l'occasion du 3ème anniversaire de la revue Synthèse nationale.

Ont déjà annoncé leur participation à cette journée :

- Franck Abed, écrivain, président de Génération FA8
- Gabriel Adinolfi, écrivain et journaliste (Rome)
- Josep Anglada, Président de Plataforma per Catalunya (Barcelone)
- Francis Bergeron, écrivain
- Olivier Bonnet, Instigateur de La Desouchière
- Duarte Branquinho, Tierra e povo (Lisbonne)
- Pierre Descaves, ancien député, Président de France résistance
- Hilde De Lobel, Vlaams belang (Anvers)
- André Gandillon, rédacteur en chef de Militant
- Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale
- Anne Kling, écrivain
- Carl Lang, Président du Parti de la France
- Jean-Gilles Malliarakis, éditeur
- Annick Martin, secrétaire générale du MNR
- Frédéric Pichon, président d'Europae gentes
- Philippe Randa, écrivain et éditeur
- Enrique Ravello, directeur de Identidad (Madrid)
- Marc Rousset, écrivain
- Jean-Claude Rolinat, écrivain et journaliste
- Robert Spieler, délégué général de la Nouvelle Droite Populaire
- Nicolas Tandler, écrivain et journaliste
- Alberto Torresano, rédacteur à Identidad (Madrid)
- Pierre Vial, président de Terre et Peuple

- Markus Wiener, secrétaire général de Pro NRW (Nord Rhin Westfallen)
- Judith Wolter, Présidente du groupe Pro Köln au conseil municipal de Cologne

Et bien d'autres...

11 h 00 : ouverture des portes, visite des stands.

11 h 30  / 12 h 30 : 1ère table ronde avec des représentants de la presse nationale et du monde associatif.

12 h 30  / 14 h 00 : restauration rapide sur place.

14 h 00 / 15 h 00 : 2ème table ronde sur la nécessaire reconquête culturelle.

15 h 15 / 16 h 15 : interventions des invités européens.

 

16 h 00 : point presse

16 h 30 / 18 h 00 : "RASSEMBLER et RESISTER" avec Annick Martin, Pierre Vial, Carl Lang, Robert Spieler et Roland Hélie.

18 h 00 / 18 h 30 : c'est la tournée de Synthèse nationale, apéritif géant offert aux participants...

Les collaborateurs de la revue, Lionel Baland, François Ferrier, Pieter Kerstens, Patrick Parment, Vincent Valois... seront présents.

De nombreux stands de librairies, revues, associations, mouvements, blogs sont prévus.

 

PAF : 10,00 euros.

 

Tract journée 11 11 09 à imprimer

vendredi, 06 novembre 2009

Un entretien avec Roland Hélie...

DSCF2082.JPGSource Génération FA8

GENERATION FA8 : Bonjour. Que se passera-t-il exactement le 11 novembre ? Pourriez-vous nous présenter plus en avant ce rassemblement ? Quel sens voudriez-vous donner à cette journée ?

 

Mercredi 11 novembre, de 11 h 00 à 18 h 30, se déroulera au Forum de Grenelle (5, rue de la Croix Nivert à Paris XVème – métro Cambronne) la 3ème journée nationale et identitaire organisée par la revue Synthèse nationale. En effet, pour la troisième année consécutive, notre revue rassemblera, autour d’un ensemble de responsables, d’élus, de journalistes et d’écrivains (*) représentatifs de la droite nationale et identitaires, ses lecteurs et amis, ainsi que celles et ceux qui désirent mieux nous connaître.

 

Cette journée, dont le thème est « Rassembler et résister ! », s’inscrira totalement dans la dynamique de rassemblement, engendrée au début de l’année à l’occasion des élections européennes, entre les formations nationales, nationalistes et identitaires hostiles à toutes formes de compromission avec le Système. Il est temps que renaissent dans notre pays une véritable force alternative capable d’incarner de manière crédible notre famille politique. Contribuer à cette renaissance salutaire, c’est le sens que nous entendons donner à cette réunion.

 

GENERATION FA8 : En consultant la liste des mouvements et des personnalités invités, nous constatons qu’il y aura de nombreux courants politiques présents, dont certains peuvent apparaître très différents, voire opposés. Comment l’expliquez-vous ? De même, selon vous, peut-il y avoir un ou des vecteurs communs pour l’ensemble des participants ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi inviter tout ce monde ?

 

Nous sommes maintenant le dos au mur. Cinquante année de politique irresponsable menée par les différents gouvernements, de droite comme de gauche, qui se sont succédés depuis l’avènement de la Vème République ont conduit notre pays, et au-delà de notre pays, notre civilisation européenne, au bord du précipice. A tel point que l’on peut aujourd’hui légitimement s’interroger sur la survie de nos peuples dans les 20 ou 30 ans qui viennent. Pourtant, malgré le terrifiant matraquage médiatique orchestré par le Système et visant à imposer la société métissée comme étant la société idéale de demain, il existe des esprits éclairés pour dire « non ».

 

Refuser la fatalité du déclin engagé et du suicide programmé de nos identités, je pense que tel est le plus petit dénominateur commun des différents intervenants à cette journée du 11 novembre.

 

L’heure n’est plus aux tergiversations sur des futiles détails programmatiques qui n’intéressent plus grand monde. L’heure est au rassemblement des énergies. Il en va de l’avenir de notre civilisation.

 

GENERATION FA8 : Ces derniers mois une entente semble naître entre la NDP, le PDF et le MNR.  Quelle a été la genèse de cette union ? Comment fonctionne-t-elle ? Est-il possible qu’à l’avenir d’autres mouvements viennent s’agréger à ce pôle résistant national et identitaire ? Si oui comment ?

 

Je crois que l’entente entre ces formations est avant tout à mettre au crédit de l’intelligence politique des responsables de celles-ci. Mais je crois aussi que le travail que nous avons effectué autour de la revue Synthèse nationale et des deux précédentes Journées nationales et identitaires (JNI) n’y est pas pour rien. Nous nous étions fixé comme objectif, lors du lancement de Synthèse nationale en octobre 2006, d’introduire au sein de notre famille politique un nouvel état d’esprit. Un état d’esprit basé sur le respect mutuel des formations et associations qui la constituent et sur la complémentarité entre ces différentes forces.

 

Ainsi, lorsqu’en octobre 2007 nous avions organisé notre première JNI, beaucoup nous firent part de leur scepticisme face à notre volonté de réunir les responsables de tous ces mouvements, journaux et associations autour d’une même table. Et pourtant, se fut une vraie réussite. Ils vinrent tous et les centaines de participants présents purent apprécier de voir assemblés dans une même volonté de défendre notre identité des gens qui, jusqu’alors, se regardaient parfois en chiens de faïence. Un premier pas avait été fait. Depuis, les choses ont bien avancé.

 

GENERATION FA8 : Nous remarquons qu’il y a quand même deux absents de marque à votre journée du 11 novembre : le Front National et le Bloc Identitaire avec toutes ses associations satellites. Pourriez-vous nous en donner la raison ?

 

Comme toujours, il y a ceux qui refusent de prendre le train en marche, ceux qui s’endorment sur leur gloire passée, ceux qui font passer la gestion du patrimoine familiale en premier lieu ou ceux qui préfèrent s’évertuer à procéder à un hypothétique ripolinage afin de tenter d’être reconnu par le Système. C’est dommage, mais c’est ainsi. Demain les choses seront peut être différentes et il restera sans doute une place, lors des futures JNI, pour les bonnes volontés qui ouvriront les yeux et qui se manifesteront.

 

Notre volonté est d’ouvrir le plus largement possible les colonnes de la revue à toutes les composantes du camp national. Mais que voulez-vous on ne peut pas imposer à tous de travailler dans le même sens. Il y a encore beaucoup de rancœurs à atténuer et d’amertumes à dissiper. Pour s’entendre, il faut être deux.

 

Mais l’essentiel, c’est que cette entente entre les formations comme le Parti de la France, le MNR et la Nouvelle Droite Populaire continue et que, bientôt, nous soyons dans la mesure de proposer à notre peuple un grand projet capable de le rassembler.

 

GENERATION FA8 : Vous dirigez la revue Synthèse nationale. Comment se porte-t-elle ? Quelles sont vos méthodes pour développer le lectorat de votre revue ? La presse papier a-t-elle encore une utilité à l’heure de l’internet ?

 

Synthèse nationale fête ses trois ans. On dit toujours qu’une entreprise qui dépasse ses trois premières années d’existence est une entreprise établie. Je pense que c’est maintenant le cas pour Synthèse nationale. En trois ans, la revue s’est imposée comme un véritable outil de référence pour les militants et les sympathisants de notre cause. J’en tiens pour preuve le nombre croissant de nos abonnés et, surtout, le taux de fidélité de ceux-ci (87% de réabonnements…). Tout cela prouve que Synthèse nationale répondait à une attente de la part de nos amis. De plus, le fait que déjà plus d’une soixantaine de personnalités représentatives de notre famille d’idée aient accepté de contribuer, sous une forme ou sous une autre (articles, entretiens, participations aux réunions…), à notre démarche est un gage de reconnaissance et de réussite.

 

Mais, au-delà de la revue, Synthèse nationale veut être aussi une centrale d’agitation. Sur notre site (www.synthesenationale.com) nous donnons plusieurs fois par jour des informations tant sur la droite nationaliste et identitaire que sur l’actualité en général. Là aussi, le nombre croissant des connexions, plus de 1 500 par jours, nous prouve que notre travail n’est pas tout à fait inutile.

 

GENERATION FA8 : Les régionales approchent à grands pas. Comment la NDP compte-t-elle gérer ces élections ?

 

Il reste encore plusieurs mois. Même si, à mon avis, les élections ne sont pas une fin en soit, nous ne pouvons pas refuser d’y participer. Une chose est sûre, c’est que la NDP y sera présente dans le cadre du partenariat établi avec nos amis du Parti de la France et du MNR. Les résultats obtenus dernièrement par les candidats du PdF lors de quelques élections partielles sont d’ailleurs plutôt encourageants.

Pour conclure ?

 

Je donne rendez-vous à toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans notre volonté de rassembler et de résister le mercredi 11 novembre à la 3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale. Je crois savoir que les lecteurs  de Génération FA8 seront nombreux à venir. Ils auront ainsi l’occasion d’écouter l’intervention de Franck Abed prévue lors de l’une des tables rondes.


(*) Au cour de la journée, deux tables rondes (avec Franck Abed, Francis Bergeron, André Gandillon,  Anne Kling, Jean-Gilles Malliarakis, Frédéric Pichon, Philippe Randa, Jean-Claude Rolinat, Nicolas Tandler…), une grande réunion politique (à 16 h 00, avec Annick Martin, Pierre Vial, Carl Lang et Robert Spieler) et des interventions de nombreux responsables européens (Hilde De Lobel du Vlaams belang, Gabriel Adinolfi l’instigateur de Casa Pound à Rome, Alberto Torresano de la revue Identidad, des camarades portugais et autrichiens…) sont prévues.

 

De plus, de nombreux stands, des librairies et un service de restauration rapide seront à la disposition du public. Enfin, à 18 h 00, pour fêter son troisième anniversaire, Synthèse nationale offrira un apéritif géant aux participants. Tout cela pour une modeste participation de 10 €.

lundi, 02 novembre 2009

Deux entretiens avec Roland Hélie sur e-deo et Génération FA8...

forum_grenelle_112[1].JPG

Publiés aujourd'hui sur les sites d'informations catholiques e-deo et Génération FA8,  deux entretiens politiques avec Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale. quelques jous avant la 3ème journée nationale et identitaire du mercredi 11 novembre à Paris.

Lisez ces entretiens en cliquant sur :

Entretien avec e-deo

Entretien avec Génération FA8

lundi, 12 octobre 2009

Mercredi à 18 h 00 : Synthèse nationale sur Radio Courtoisie...

forum_grenelle_160[1].JPGMercredi prochain 14 octobre, à 18 h 00, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, est invité par Martial Bild à son libre journal sur Radio Courtoisie.

 

Carl Lang, président du Parti de la France, participera aussi à cette émission.

 

Fréquences FM de Radio Courtoisie en Mhz :

Paris et Ile-de-France, 95,6 | Caen, 100,6 | Chartres, 104,5 | Cherbourg, 87,8 | Le Havre 101,1 | Le Mans, 98,8.

 

Radio Courtoisie par satellite :

Sur le bouquet satellite CanalSat, si vous êtes abonné, pressez le bouton RADIO de votre télécommande et choisissez "Radio Courtoisie" dans la liste de radios proposées.

FR | COM | ORG | NET | INFO

vendredi, 09 octobre 2009

Susciter le rassemblement, organiser la résistance…

forum_grenelle_112[1].JPGPar Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

 

Editorial publié dans le n°15 (sept. oct. 2009) de la revue Synthèse nationale

 

Mercredi 11 novembre prochain, au Forum de Grenelle à Paris, notre revue fêtera en compagnie de ses lecteurs, amis et abonnés, ses trois ans d’existence. Trois ans de combat exaltant pour contribuer au rassemblement et au renouveau de la résistance nationale et identitaire.

 

A travers ses 15 livraisons (auxquelles il convient d’ajouter le remarquable hors série consacré à la défense de notre identité publié en octobre 2007), Synthèse nationale a gagné son pari de s’imposer comme un outil de référence incontournable pour notre famille d’idées et pour notre communauté militante. En ouvrant ses colonnes à des responsables politiques, des élus locaux, des militants associatifs, des journalistes et des écrivains (1) qui ne partagent pas forcément tous les mêmes options, mais qui se retrouvent  tous dans le combat pour la défense intransigeante de notre identité menacée, notre revue a répondu, et répondra encore, à sa vocation d’être, comme son nom l’indique, la synthèse des forces nationale et identitaire.

 

Car, dans cette période trouble que traverse notre pays, la nécessité vitale de développer un véritable mouvement alternatif au Système déliquescent s’avère de jour en jour plus pressante. Or, ce mouvement alternatif ne peut être que nationaliste, identitaire et européen. Le choix étant simple, soit la civilisation européenne, et par conséquent la France,  disparaissent purement et simplement au profit d’une mondialisation déracinée et, à terme, d’une islamisation forcée, soit la prise de conscience des réalités et le réveil des forces vives de nos peuples s’opèrent rapidement et l’Europe est sauvée. Pour cela, il faut des minorités agissantes et déterminées, capables de susciter ce réveil salutaire. Synthèse nationale se propose d’épauler ces véritables élites militantes en devenant un centre de réflexion et d’agitation digne de ce nom.

 

Parce que nous refusons de succomber aux sirènes du découragement et à celles du renoncement ; parce que nous sommes dotés d’une véritable conscience ethnique et que nous mettons au premier plan de nos préoccupations, sans aucun mépris pour quiconque, la défense de nos identités régionales, nationales et européenne ; parce que nous avons une autre conception du combat politique que celle qui consiste à s’enfermer dans de mesquines considérations matérielles et à ressasser en permanence sa gloire passée ; nous pensons que l’heure de l’engagement ultime approche inexorablement.

 

Il y a toujours, dans nos milieux, des oiseaux de mauvais augure qui se complaisent, par confort intellectuel ou par lâcheté, à nous affirmer doctement que « tout est fichu… », qu’« il n’y a plus rien à faire… », qu’« ils sont là et qu’ils ne partiront pas… », ceux-là se trompent  lourdement. Oui, ils sont là. Mais ils sont là depuis 30 ou 40 ans. Et qu’est-ce que 30 ou 40 ans dans l’Histoire de notre continent ? L’Islam n’a jamais, dans le passé, réussi à s’implanter durablement en Europe. Toujours, les invasions ont été refoulées. Souvenez-vous de Poitiers, de Lépante, de Vienne… Alors, ce qui fut vrai hier doit l’être à nouveau demain. Cela ne dépend que de vous…

 

Ainsi, la première nécessité pour gagner est bien sûr celle de rassembler. Lorsque nous avons lancé l’idée, il y a deux ans, d’organiser une réunion publique à Paris qui rassemblerait l’ensemble des composantes de notre famille politique, beaucoup sourirent gentiment et restèrent sceptiques devant l’audace d’un tel projet. Et, pourtant, le 27 octobre 2007, pour le premier anniversaire de Synthèse nationale, 24 responsables nationaux et identitaires, et non des moindres, acceptèrent d’être présents (cf. Synthèse nationale n°6, hiver 2007/2008). Ce fut un vrai succès. Environ 700 personnes enthousiastes assistèrent à cet événement. Bien sûr, après, chacun s’en retourna à son mouvement mais, qu’importe, un premier pas avait été fait.

 

Au cours des deux années qui suivirent cette première réunion, désormais institutionnalisée sous le nom de «Journée nationale et identitaire », Synthèse nationale a continué à œuvrer pour inculquer au sein de notre famille un nouvel état d’esprit reposant sur le respect mutuel de chacunes de nos formations et sur la nécessaire complémentarité de celles-ci face à l’adversité commune. Nous avons acquis la conviction que la fusion de ces forces serait contreproductive (on voit où en est  le FN après 40 ans d’existence…) alors que l’entente et l’unité d’action de celles-ci semblent plus judicieuses pour arriver à la victoire.

 

La création, en juin 2008, de la Nouvelle Droite Populaire, le lancement au début de  cette année par Carl Lang du Parti de la France, le rapprochement et l’entente réalisée, lors des élections européennes de juin dernier, de ces deux formations avec le MNR, le ralliement à la NDP de personnalités comme Pierre Vial ou au PdF d’anciens cadres du mouvement villiériste prouvent qu’une nouvelle dynamique unitaire est en train de voir le jour. Ce dont nous ne pouvons que nous féliciter.

 

Cette dynamique unitaire est l’embryon du vaste mouvement de prise de conscience auquel nous appelons de nos vœux. Le mercredi 11 novembre prochain, les acteurs de ce rassemblement naissant, Annick Martin, Pierre Vial, Robert Spieler, Carl Lang et bien d’autres, seront présents à notre « Troisième journée nationale et identitaire ». Il y aura aussi de nombreux auteurs et journalistes proches de notre revue qui interviendront au cours des différents forums qui se succèderont auparavant.

 

Nous comptons sur votre présence à tous pour venir affirmer votre volonté inébranlable de voir la France française et l’Europe européenne reprendre leur place et réaffirmer leur puissance.

 

Au-delà du rassemblement, c’est la résistance qu’il faut maintenant organiser.

 

 

Notes :

 

(1)     En tout, ce sont plus de 60 personnalités françaises et européennes qui nous ont fait l’amitié d’apporter une, ou plusieurs,  contributions à la rédaction de Synthèse nationale.

 

Roland Hélie sera sur Radio Courtoisie,

invité par Martial Bild,

mercredi 14 octobre à 18 h 00

11:57 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roland hélie, politique, synthèse nationale, ndp, pdf, mnr, 11 novembre 2009 | |  Facebook

samedi, 27 juin 2009

SYNTHESE NATIONALE N°14 EST SORTI...

1-Couv_SN_14.jpg

 

Le numéro 14 de Synthèse nationale paraîtra demain.

 

Au sommaire :

 

Notre Europe ? L’Europe des Peuples !

 

- L’éditorial de Roland Hélie, directeur de la revue.

- Après les européennes, perspectives pour le mouvement national et identitaire… par Robert Spieler

- Pourquoi l’Europe en est-elle là et quel avenir lui proposer ? par Franck Abed

- Où en est l’Afrique du Sud ? par Jean- Claude Rolinat

- L’Oncle Sam est-il moribond ? par Pieter Kerstens

- Chères, très chères banlieues… par Arnaud Raffard de Brienne

- La Droite nationale en Norvège par Lionel Baland

- Cologne, 9 mai 2009, le congrès anti-islamique européen… par Lionel Baland

- Un entretien avec Pierre Vial sur son engagement avec la Nouvelle Droite Populaire

- Voyage au cœur du continent blanc : l’Antarctique… par François Ferrier

- Lorsque l'islam apparaît... Dr Jean-Claude Perez

 

Les rubriques de Patrick Parment, Philippe Randa, Ursule Minoret-Levrault,Vincent Valois, Nicolas Tandler

 

120 pages d’actualité en rupture avec la pensée unique… le numéro : 12,00 euros

 

AVEZ-VOUS PENSE A VOUS ABONNER ?

 

Abonnement : 1 an (6 numéros) : 50,00 euros (soutien : 100,00 euros) Chèque à l’ordre de Synthèse nationale

 

Bulletin d'abonnement à SN

 

 A retourner à :

Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris

(correspondance uniquement)

lundi, 13 avril 2009

SYNTHESE NATIONALE N°13 (mars-avril 2009) EST SORTI !

1-Couv_SN_13[1].JPG

 

Au sommaire de ce numéro 13 :

 

La résistance sera européenne ou ne sera pas… l’éditorial de Roland Hélie

Pour en finir avec les poncifs sur l’immigration… Philippe Randa

Les Grandes écoles jouent la diversité… Arnaud Raffard de Brienne

Cologne : Pro Köln s’oppose à la construction de la mosquée… Lionel Baland

Proche Orient : la partition comme solution… Jean-Claude Rolinat

Oncle Sam est dans le coma… Pieter Kerstens

Nathalie Artaud du nouveau à LO… Patrick Parment

Petit mémento à l’usage de ceux qui veulent être élus ou réélus… Robert Spieler

Une rencontre avec Gabriele Adinolfi, un des fondateurs de Terza posizione

L’incroyable confession négative de Richard Millet… Francis Bergeron

Et de nombreux autres articles, débats, rubriques et annonces…

 

120 pages, 12,00 Euros

 

Synthèse nationale est en vente à la Librairie Primatice 10, rue Primatice Paris XIIIème (métro Place d’Italie)

 

Avez-vous pensé à vous abonner ?

 

Abonnez-vous à la revue politique, culturelle, nationale et identitaire. Bulletin d’abonnement.

samedi, 07 février 2009

Ni Hamas, ni Tsahal ! Cette guerre n’est pas la nôtre…

Editorial de Roland Hélie publié dans le numéro 12 (janvier février 2009) de la revue Synthèse nationale :

 

 

Parmi les « dégâts collatéraux » provoqués par les affrontements qui se sont déroulés ces dernières semaines au Proche Orient, on pourrait presque inclure les nouvelles divisions que ceux-ci entrainent au sein de la droite nationale (1). Bien sûr, il convient de relativiser l’aspect tragique de ce constat car, fort heureusement, ces divisions n’ont pas encore entraîné mort d’homme… Néanmoins, ces événements sont survenus à point nommé, au moment où notre famille politique semble avoir beaucoup de mal à rebondir, pour creuser encore plus les fossés qui séparent les mouvements nationaux et identitaires entre eux et les éloigner de leur mission essentielle, celle de défendre notre peuple, notre nation et notre civilisation. Décidément, on peut leur faire confiance, les Juifs et les Arabes excellent dans l’art d’exporter leurs discordes partout, y compris là où on s’y attendrait le moins.

 

Ainsi, depuis le début de ce nouvel épisode de la guerre fratricide qui oppose les descendants des fils de Sem, toute la droite nationale se chamaille sur la position à adopter. Certains font une surenchère effrénée à la dialectique gauchiste, confondant au passage la légitime revendication du Peuple palestinien à disposer d’un Etat et les positions islamistes maximalistes du Hamas, alors que d’autres, au nom d’une notion totalement pervertie de l’Occident, se pâment d’admiration devant la force, réelle ou supposée, de l’armée israélienne. Une fois de plus, on nage en pleine confusion.

 

Depuis une trentaine d’années, je me suis personnellement toujours prononcé en faveur d’un Etat palestinien. A une époque où presque toute la droite nationale soutenait, probablement par nostalgie de l’Algérie française, l’Etat hébreu, nous étions alors ultra minoritaires, au sein des mouvements nationaux et nationalistes, à adopter une telle position. Nous l’expliquions tout simplement par le droit des peuples à disposer d’un Etat. Au même titre d’ailleurs que les Israéliens avaient le droit au leur. Je ne regrette en rien cet engagement, que je considère toujours comme le plus logique. Néanmoins, depuis, les choses ont nettement changé. La résistance palestinienne était alors nationaliste, laïque et révolutionnaire. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le Hamas est islamiste, fondamentaliste et impérialiste (non seulement il veut détruire Israël, mais il veut aussi la fin de notre civilisation européenne). Nous sommes loin du baasisme bon teint ou du nassérisme triomphant de la seconde moitié du XXème siècle.

 

Deux peuples, un territoire : le bât blesse…

 

En fait, là où le bât blesse, c’est lorsque deux peuples ont la même prétention sur un même territoire. Comme c’est le cas dans ce sempiternel conflit israélo-palestinien. La solution la plus sage consisterait à procéder à une partition qui mettrait tout le monde d’accord. Mais peut-on encore, aujourd’hui, raisonnablement envisager une telle solution ? Toutes les tentatives de conciliation qui se sont succédées depuis la création, en 1947, de l’Etat d’Israël ont échoué. Plus encore, la situation n’a fait qu’empirer. J’en arrive donc à la conclusion qu’il est plus que temps de laisser les protagonistes se débrouiller entre eux. Tout le reste n’est que bavardages, postures esthétiques et, surtout,  perte de temps… Prendre parti dans ce conflit n’apporterait rien au mouvement national.

 

S’il est vrai que les moyens et les méthodes de Tsahal sont totalement disproportionnés par rapport à ceux des Palestiniens ; s’il est vrai que si n’importe quel autre pays du monde avait utilisé les mêmes méthodes et les mêmes moyens pour régler un quelconque conflit avec un de ses voisins, toutes les « forces du bien » se seraient mobilisées pour éliminer ce « maudit pays » (souvenez-vous du sort qui fut réservé à la malheureuse Serbie il y a une dizaine d’années ou à l’Irak il y a vingt ans…) ; il n’en est pas moins vrai que le Hamas, qui n’hésite pas à mettre des enfants en première ligne face aux chars israéliens, considère qu’Israël doit être détruit et que, pour cela, tous les moyens sont bons, y compris le terrorisme aveugle. Terrorisme aveugle auquel les sionistes n’avaient d’ailleurs pas hésité à recourir, en d’autres temps, pour lutter contre les Anglais.

 

Entre ceux qui réclament « un soutien indéfectible à l’Etat d’Israël », comme s’ils ne savaient pas que les Etats n’ont pas d’amis ni d’alliés à soutenir mais que des intérêts à défendre, et ceux qui, souvent fraichement convertis au nationalisme, invoquent de fallacieuses raisons humanitaristes pour appeler à manifester, aux côtés de l’extrême gauche et des mouvements antiracistes, contre l’agression israélienne, nous n’avons vraiment pas à choisir. Peut-être que, si nous étions Israéliens, nous serions farouchement partisans de liquider la résistance palestinienne. De la même manière que, si nous étions Palestiniens, nous nous ferions un devoir de soutenir le Hezbollah ou le Hamas. Mais il se trouve que nous ne sommes ni les uns ni les autres, nous sommes Français et Européens et que, par conséquent, nous n’avons qu’un seul choix à faire : celui de la défense de nos intérêts et de nos intérêts seulement.

 

Ni drapeaux israéliens, ni drapeaux palestiniens…

 

Robert Spieler, au nom de la Nouvelle Droite Populaire, a parfaitement résumé la position qui conviendrait d’être prise par le mouvement national et identitaire dans son ensemble : « Ni drapeaux israéliens, ni drapeaux palestiniens ». Ce à quoi Pierre Vial, Président de Terre et peuple, ajoute de manière imagée : « Ni hallal, ni cacher »… Oui, tous ces emblèmes d’entités étrangères à notre civilisation européenne qui envahissent les rues de nos villes et qui détériorent, petit à petit, notre patrimoine et notre conscience collective doivent être rejetés simultanément. On ne peut pas à la fois combattre l’immigration de peuplement qui menace les fondements de notre civilisation et la violence qui en découle et qui s’amplifie partout sur notre territoire d’un côté  et, de l’autre, glorifier les organisations terroristes, que celles-ci soient sionistes ou islamistes. On ne peut pas à la fois militer sincèrement pour une France française dans une Europe européenne et se pavaner derrière les drapeaux, quels qu’ils soient, de puissances ou d’organisations qui veulent la mort de notre identité. Il faut arrêter de dire et de faire n’importe quoi.

 

Nous ne pourrons libérer notre continent de ceux qui l’envahissent et de ceux qui le contrôlent que si nous nous appuyons sur les valeurs, les symboles et les traditions qui sont les nôtres. Pour cela, il faut d’abord redonner à notre peuple une conscience ethnique, condition sine qua non à notre redressement national et identitaire. Si nous voulons gagner, nous devons d’abord être ce que nous sommes.

 

Notes

 

(1) Lire à ce sujet l’article de Jérôme Bourbon publié dans Rivarol (n°2888 du 16 janvier 2009).

 

Pour vous abonner à Synthèse nationale : cliquez ici.

 

12:44 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : proche orient, roland hélie, synthèse nationale, palestine, israël, gaza | |  Facebook

vendredi, 06 février 2009

Lisez le dernier numéro (n°12) de Synthèse nationale....

1-Couv_SN_12[1].JPGLa revue politique et culturelle nationale et identitaire Synthèse nationale  (n°12, janvier/février 2009, 120 pages) est en vente (12,00 €) à la Librairie Primatice, 10 rue Primatice à Paris (XIIIème - Métro Place d'Italie)

Vous pouvez aussi vous abonner : Bulletin d'abonnement

lundi, 12 janvier 2009

Samedi prochain à Montlhéry, galette des rois de Fier de l'être...

images.jpgSamedi prochain 17 janvier, à partir de 15 h 15, se déroulera à Montlhéry, dans l'Essonne, la traditionnelle galette des rois de nos amis de l'association Fier de l'être qui mène une action remarquable dans le sud de l'Ile-de-France.

Cette année, deux invités prendront la parole au cours de cette sympathique assemblée :

- Nicolas Gauthier, directeur du journal Flash ;

- Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale et membre de la Direction nationale de la Nouuvelle Droite Populaire.

Nos lecteurs qui désirent assister à cette petite fête peuvent prendre contact avec Fier de l'être : 06 30 52 80 68 ou en écrivant à  fierdeletre@voila.fr

Cliquez sur :

 PDF_GALETTE_FIER_DE_L'ETRE 01_2009.pdf

mardi, 02 décembre 2008

Roland Hélie à la journée de Synthèse nationale...

Intervention de Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, en conclusion de la journée nationale et identitaire du 23 novembre à Paris

mardi, 25 novembre 2008

La 2ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale en images...

640335219.jpg
 11 h 30, la première table ronde consacrée
à la crise économique.
De gauche à droite : Pieter Kerstens, Pierre Descaves, Jean-Claude Rolinat et André Gandillon.
 
P1010330[1].JPG
 
14 h 00, la 2ème table ronde consacrée à l'identité.
Laurent Leclerc, Arnaud Raffard de Brienne, Roland Hélie, Anne Kling, Nicolas Tandler.
 
558204476.jpg
 
15 h 00, la troisième table ronde consacrée
à la fin du Nouvel ordre mondial.
Arnaud Raffard de Brienne, Philippe Randa, Jean-Claude Rolinat, Nicolas Tandler, Utta Schrembs.
 
2134092752.jpg
 
Filip Dewinter, notre invité d'honneur, lors de son intervention.
 
260874640.jpg

 Robert Spieler, Jean-Claude Rolinat, Roland Hélie et Pierre Descaves lors de l'intervention de Filip Dewinter.

 

Photos : Lionel Baland

 

lundi, 24 novembre 2008

La 2ème journée nationale et identitaire : UN NOUVEAU SUCCES POUR SYNTHESE NATIONALE !

anniversaire synthèse 2 136.jpg

 

Malgré la neige, les grèves à la SNCF, et surtout malgré la crise de confiance qui sévit actuellement au sein de notre famille politique, la 2ème journée nationale et identitaire organisée dimanche à Paris a été une belle réussite pour notre association et pour notre revue.

 

Près de 400 personnes sont passées tout au long de la journée. Elles purent visiter les stands (Flash, Terre et Peuple, Terres celtiques, Cercle Franco-hispanique, Editions du Lore, Diffusia, France Résistance, Fier de l’être, la NDP, différents mouvements nationaux, Primatice et plusieurs librairies nationalistes et anti-conformistes…) et rencontrer l’ensemble des intervenants et collaborateurs présents (Patrick Parment, Arnaud Raffard de Brienne, Anne Kling, Jean-Claude Rolinat, Nicolas Tandler, Lionel Baland, Philippe Randa, Pieter Kerstens…) de Synthèse nationale. Les trois tables rondes qui se sont succédées, pour lesquelles chacun s'accordait à reconnaître la remarquable qualité des interventions, et les discours des responsables politiques européens, tels Utta Schrembs (Pro Deutschland) et, bien sûr, Filip Dewinter, député d’Anvers et porte-parole du Vlaams belang, ont suscité l’enthousiasme des participants.

 

Il en fut de même lorsque Pierre Descaves, ancien député et conseiller régional de Picardie, lut, au début de son intervention, le message d’amitié que nous a adressé Carl Lang. Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, fut aussi longuement applaudi lorsqu’il appela à l’unité de la résistance face à l’invasion et contre les nouveaux collabos de cette invasion. Robert Spieler nous fit part aussi du message de Pierre Vial, qui ne pouvait être des nôtres en raison d'un déplacement à l'étranger.

 

Notons aussi les brillantes interventions d’André Gandillon, rédacteur en chef de Militant, de Maître Frédéric Pichon, Président d’Europae gentes, et de Laurent Leclerc, responsable de Dreux identité française, que nous remercions pour leurs contributions à la réussite des tables rondes.

 

Il revenait à Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, de conclure cette journée en appelant les militants présents à se préparer aux combats de demain :  « L’heure viendra vite où nous devrons procéder au réveil des forces vives du mouvement national. Bientôt, le vent soufflera à nouveau dans les voiles et nous devrons être prêts. Nous devrons redresser nos bannières, que celles-ci soient frappées de la croix celtique ou du trident, du marteau de Thor ou du Sacré-Cœur, de la flamme tricolore ou de la feuille de chêne, peu importe, nous devrons nous retrouver tous pour le grand combat qui commencera pour imposer cette belle idée de l’Europe de la puissance, une Europe de la puissance respectueuse des nations et des peuples qui la composent, une Europe de la puissance seule capable de nous redonner notre fierté, notre liberté et notre grandeur ».

 

Merci à tous les volontaires (les hôtesses au stand d'abonnements, le bar et  la restauration - qui remportèrent un vif succès -, le service d'ordre, la sono, l'accueil...) qui ont contribué à la bonne réussite de cette journée. Très rapidement, nous publierons les photos et les films réalisés à cette occasion. 

dimanche, 03 février 2008

Colloque contre l'islamisation de nos villes : UN NOUVEAU SUCCES POUR SYNTHESE NATIONALE !

2072dbce083c874f313693101cb09564.jpgRamener l’islamisation des villes de France au cœur de la campagne pour les élections municipales, tel était l’objectif du colloque organisé samedi 2 février à Paris par Synthèse nationale.

 

Devant 220 participants, parmi lesquels nous notions la présence de l’ancien député de l’Oise Pierre Descaves, de la députée flamande Hilde De Lobel, de Tim Rait, haut responsable du British National Party, venu spécialement de Londres pour assister à cette réunion, du Docteur Xavier Dor, de plusieurs conseillers régionaux du Front national, de nombreux élus municipaux et de candidats nationaux et identitaires aux municipales, les orateurs qui se sont succédés à la tribune ont abordé à la fois l’historique de ce phénomène, sa dimension dramatique et ethnocide et les solutions pour le combattre.

 

9701cfea94c4465d71f6c51442f3d611.jpgAinsi, Bernard Antony, Président de Chrétienté solidarité, nous a magnifiquement brossé le vrai visage de l’islam conquérant en démontant les mécanismes mensongers de ceux qui essaient de nous faire croire que l’islam serait une religion d’amour et de tolérance. Il nous rappela que l’islam est aujourd’hui plus dangereux pour notre civilisation que le fut le communisme hier.

 

Lui succéda Nicolas Tandler, écrivain et journaliste, qui écrit régulièrement dans notre revue. Celui-ci évoqua, avec la précision que nous lui connaissons, la collaboration entre certains syndicats et l’islamisation dans le monde du travail.

 

Patricia Vayssière, courageuse conseillère municipale MNR de Montreuil, fut ovationnée par l’assistance lorsqu’elle expliqua comment elle a réussi à faire annuler la subvention accordée par la municipalité communiste de sa ville pour la construction d’une grande mosquée. Elle encouragea, en leur donnant le mode d’emploi, tous ceux qui ne veulent pas voir surgir un minaret dans leur ville à en faire autant.

 

e597e97503036fc6aaf978a33f5b2089.jpgLa première partie de ce colloque se termina par l’intervention de notre amie Odile Bonnivard, porte-parole de Solidarité des Français, qui nous rappela, avec réalisme, qu’un Congolais, fût-il de nationalité française et parfaitement intégré dans la société, ne fera jamais pour autant un véritable Européen. De la même manière qu’un Européen qui vit en Afrique ne sera jamais un Africain.

 

Après une pause au cours de laquelle les participants purent visiter les stands et se fournir en livres et revues, la seconde partie du colloque débuta par l’exposé remarquable de Jean-Claude Rolinat, qui se livra à un état fort détaillé et alarmant de l’enracinement de l’islam dans le monde et de l’expansion de celui-ci en Europe.

 

3587015bdb0855d7d52bc0e96bb428af.jpgMartin Peltier, dont le talent de polémiste n’est plus à démontrer, mit une note d’humour digne de Marcel Aymé pour désigner les vrais responsables de l’islamisation de la France et de l’Europe.

 

8a341cf476821c4128ecdba0f987f09c.jpgJean-François Touzé, conseiller régional d’Ile-de-France et président du Club Convergences nationales, appela au rassemblement de toutes les énergies dans le nécessaire combat politique pour que la France redevienne la France et que l’Europe reste européenne. Il conclut en citant la fameuse réplique du Général de Castelnau, « Il faut que Verdun tienne, donc Verdun tiendra ». CQFD.

 

 

9f9a09e75bed9c31547abef7c08f905e.jpgRobert Spieler (ici en compagnie du célèbre acteur Dominique Zardi), Président d’Alsace d’abord et candidat à la mairie de Strasbourg, appela à la résistance nationale, identitaire et européenne. Il présenta au public parisien la vaste campagne européenne lancée le 17 janvier dernier à Anvers à l’initiative de Filip Dewinter, porte-parole du Vlaams belang, contre l’islamisation de nos villes. En organisant ce colloque, Synthèse nationale donne le coup d’envoi de cette campagne en France.

 

569e60f53e6f4c76473e8396ff520be6.jpgAprès avoir passé la parole à Myriam Baeckeroot, conseillère régionale d’Ile-de-France et initiatrice du Comité pour le respect du NON français, qui expliqua, deux jours avant la ratification du Traité de Lisbonne, le sens de son combat, Roland Hélie conclut cette journée en rappelant l’esprit unitaire qui anime Synthèse nationale et en insistant sur la nécessité absolue de faire de la lutte contre l’islamisation le fer de lance de la résistance identitaire.

 

Les actes de ce colloque seront publiés dans la prochaine livraison de Synthèse nationale.

 

Synthèse nationale tient à remercier Radio Courtoisie, Rivarol, Novopress, Altermedia ainsi que les nombreux bulletins, sites et blogs (qu'ils lui pardonnent de ne pas pouvoir tous les citer) qui lui ont fait l'amitié d'annoncer ce colloque.

vendredi, 01 février 2008

Face à l’islamisation de nos villes : LA REPONSE NATIONALE ET IDENTITAIRE !

Au mois de mars prochain, se dérouleront les élections municipales. A cette occasion, les partis du Système vont, une fois de plus, se plier devant les diktats des associations musulmanes et vont rivaliser d’ingéniosité pour faire élire des représentants de ces associations, souvent contrôlées par les islamistes, dans les conseils municipaux. Petit à petit, le processus d’islamisation se renforce, grâce à la lâcheté de ceux qui ont perdu les repères de leur civilisation.

 

Depuis 2001, date des précédentes élections municipales, combien de villes ont vu surgir un minaret ? Combien de cantines, gérées par les communes, se sont pliées aux règles culinaires imposées par les musulmans ? Combien de cités sont tombées sous le contrôle des groupes de hors-la-loi issus de l’immigration ?

 

La force des conquérants réside trop souvent

dans la faiblesse des conquis.

 

Pourtant, qu’on le veuille ou non, l’Europe est une terre de cathédrales et de beffrois, elle n’est pas une terre de mosquées ni de minarets… Un nombre croissant d’Européens veut que cela reste ainsi !

 

Voilà pourquoi, afin de proposer des solutions efficaces face à l’islamisation rampante de notre société, la revue Synthèse nationale vous invite à assister au colloque qu’elle organise :

 

SAMEDI 2 FEVRIER

de 14 h 00 à 17  h 30

 

Salons Athènes Services

8, rue d’Athènes Paris IXème

(métros Saint-Lazare ou Trinité)

Participation : 7,00 €

 

  Interventions de :

Bernard Antony, Président de Chrétienté solidarité

Odile Bonnivard, porte-parole de Solidarité des Français

Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale

Martin Peltier, journaliste et écrivain

Jean-Claude Rolinat, écrivain

Robert Spieler, candidat à la mairie de Strasbourg

Nicolas Tandler, journaliste et écrivain

Jean-François Touzé, conseiller régional d’Île-de-France et

Président de Convergences nationales

Patricia Vayssière, conseillère municipale MNR de Montreuil (93).

 

 

Tract 02 02 08 SN Paris.pdf

lundi, 03 décembre 2007

Le 27 octobre en clip...

27 octobre 2007 : 1er anniversaire de la revue Synthèse nationale à Paris.