Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 novembre 2009

Pierre Vial sera le mercredi 11 novembre à la 3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale...

DSCF1999.JPGPierre Vial est un des fondateurs du GRECE (Groupement de Recherche et d’Etude pour la Civilisation Européenne), dont il fut secrétaire général. Considérant que la réflexion sans action ne mène que dans les brumes intellectualistes de la Walhalla, il s’engagea politiquement au Front national, dont il fut Conseiller régional en Rhône-Alpes et conseiller municipal de Villeurbanne.

 

Il dirige la revue Terre et Peuple qu’il a créée et a développé un important réseau de résistance, tant en France que dans les pays européens, qui lutte pour la Reconquista.

 

Il a rejoint récemment la direction nationale de la Nouvelle Droite Populaire.

 

Pierre Vial est un remarquable combattant et fait partie de ceux qui sont capables de mettre leur peau au bout de leurs idées. C’est un honneur pour Synthèse nationale de l’accueillir.

 

Pierre Vial prendra la parole à la 3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale, mercredi 11 novembre, de 11 h 00 à 18 h 30, à Paris (Espace Grenelle, 5, rue de la Croix Nivert, XVème - métro Cambronne).  Il dédicacera ses livres.

jeudi, 22 octobre 2009

XIVe TABLE RONDE DE TERRE ET PEUPLE...

TP.jpgpar Pierre Vial

 

Dans le cadre toujours aussi prestigieux et accueillant du domaine de Grand’Maisons, à Villepreux, se sont retrouvés le 4 octobre les 682 participants à la Table Ronde de Terre et Peuple, qui a démontré ainsi une fois de plus sa capacité de mobilisation et celle, pas si fréquente, d’inscrire dans la durée son action. Ce fut une étape importante dans le travail de longue haleine que nous avons entrepris. Une étape parmi d’autres dans le cadre d’un combat identitaire multiforme car nous n’avons pas, contrairement à d’autres qui ont une mentalité de type trotskiste, la prétention d’incarner à nous seuls une lutte qui doit rassembler et non diviser les forces encore saines de notre peuple. Au moment où les sirènes sarkozystes font tout, en utilisant comme relais un de Villiers rallié à la gamelle UMP, pour enrégimenter des supplétifs et des mercenaires au sein du camp identitaire – ceci pour de pitoyables manœuvres électoralistes, en faisant miroiter la perspective de strapontins qui permettraient à certains de devenir « fréquentables » (car intégrés désormais dans le Système). La manœuvre, hélas classique, a bien souvent fonctionné au cours des décennies passées…

 

Mais laissons cela à ceux qui veulent aller à la soupe. Nous, nous avons choisi la longue marche de la Fidélité. C’est ce dont sont venus témoigner nos camarades qui, venus d’Autriche, de Flandre, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne, du Portugal ont rappelé que la lutte de résistance et de reconquête est désormais un impératif pour tous les Européens, aucun pays n’échappant à la menace de mort qui pèse sur son identité.

 

En plaçant la journée du 4 octobre sous le symbole de Charles Martel, nous avons voulu rappeler que seuls ceux qui refusent le combat sont perdus. Un combat qui exige le rassemblement et l’union de toutes les bonnes volontés, sans exclusive, sans esprit de chapelle. C’est ce que nous avons entrepris, en France, en choisissant de travailler en collaboration avec des revues (Synthèse Nationale, Réfléchir et Agir) et des mouvements (NDP, PDF, MNR) qui savent choisir l’unité d’action plutôt que les sordides rivalités de boutiques et les humeurs chagrines d’egos surdimensionnés.

 

Si nous le voulons vraiment, L’AVENIR NOUS APPARTIENT !

 

Les interventions des orateurs du 4 octobre seront prochainement audibles et visibles sur notre site Terre et Peuple. Soyez attentifs.

 

Terre et Peuple aura un stand à la 3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale, mercredi 11 novembre, de 11 h 00 à 18 h 30, à Paris (Espace Grenelle, 5, rue de la Croix Nivert, XVème - métro Cambronne).

vendredi, 09 octobre 2009

QUELLE EUROPE ? Robert Spieler répond à Terre et Peuple...

images.jpgDans sa dernière livraison, le magazine Terre et Peuple (n°40, solstice d’été 2009), dirigé par Pierre Vial, publie un dossier sur l’Europe. Voici la contribution, sous la forme d’un entretien, que Robert Spieler, délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, a apportée à ce dossier.

 

 

Tu es un défenseur de l’Europe de la Puissance. Quelles sont, d’après toi, les raisons de la décadence ?

 

Les racines de l’Europe sont grecques, romaines, celtes, germaniques et chrétiennes. Très jeune, j’ai été fasciné par la décadence de l’Empire romain, et j’ai essayé d’en comprendre les raisons. Beaucoup pensent que « Rome n’est pas morte de sa belle mort, mais a été assassinée », et que le christianisme, présenté comme une religion d’esclaves, en porte la responsabilité majeure. Mais, est-ce vrai ? Les Dieux vieillissaient, l’observation des rituels masquait la vacuité de la foi. Le Grand Dieu Pan était déjà agonisant quand triompha la nouvelle religion. Certains historiens pensent qu’il existait, de façon diffuse, une sorte d’attente, d’ambiance favorable à l’émergence d’une nouvelle religion, porteuse de valeurs de compassion. Le terreau était sans doute déjà favorable. Si le christianisme ne l’avait pas emporté, c’est le culte de Mithra, autre religion d’origine orientale, qui se serait sans doute imposé. Que serait devenue l’Europe si Mithra l’avait emporté sur le Christ ? Impossible à imaginer, si ce n’est que le mithraïsme se serait lui aussi européanisé et que le symbole du taureau aurait remplacé celui de la croix.

 

Le christianisme s’est européanisé, a rompu avec ses origines orientales. Le christianisme conquérant des croisades ou celui d’Isabelle la Catholique n’avaient rien de commun avec la religion des origines vilipendée par Celse. Les défenseurs de la Tradition perpétuent aujourd’hui ce christianisme européen. Les messes de Saint-Nicolas-du-Chardonnet ne sont en rien comparables aux niaiseries que véhiculent les messes progressistes. La religion « moderniste », qui, elle, opère son retour aux origines, contribue puissamment à la destruction de nos identités et de nos valeurs.

 

Quelles sont les causes de la décadence contemporaine ?

 

L’Europe est entrée dans une phase de décadence accélérée. Les causes premières sont à rechercher dans la Révolution française qui remplaça le concept de Nation, incarné par le Roi, par celui d’Etat-Nation désincarné, au fanatisme ombrageux. Proudhon l’avait prédit : « Malheur à l’Allemagne, malheur à l’Italie lorsque celles-ci trouveront leur unité ». Le nationalisme des Etats-Nations est responsable des guerres civiles européennes qui vidèrent l’Europe de sa substance, faisant d’elle aujourd’hui une vassale des Etats-Unis.

 

J’avoue avoir une admiration pour le talent littéraire de Barrès, mais pas pour son chauvinisme va-t-en-guerre (« Le rossignol qui chante dans les cimetières »). Et j’ai une profonde aversion pour Clemenceau qui, par haine pour l’Empire austro-hongrois, rejeta les propositions de paix séparée qui eussent mis fin à la guerre dès 1916, évité des millions de morts et, surtout, évité les conséquences épouvantables du honteux Traité de Versailles. Je considère que Clemenceau est le géniteur d’Hitler. Voir aujourd’hui un mouvement tel le Front national se revendiquer de Clemenceau démontre l’état de confusion idéologique dans lequel ce parti a sombré.

 

Une décadence accélérée ?

 

Trente ans ont suffi pour modifier profondément le visage de nos peuples. Le libéralisme mondialiste, forcément mondialiste et déraciné, a ouvert grandes les portes de nos patries à une immigration allogène massive. Un patronat rapace, obnubilé par la recherche du profit, quel que soit le prix à payer par notre communauté, a bénéficié de la complicité active de lobbies par nature anti-européens et d’une classe politique collaborationniste. Je n’oublie pas la responsabilité de l’illusion coloniale dans cette situation. Le colonialisme fut à l’origine un projet défendu par la gauche. Au prétexte de « civiliser les races inférieures » (Jules Ferry), les affairistes coloniaux de la Troisième République engagèrent la France dans une aventure qui se révéla largement déficitaire et désastreuse dans ses conséquences, tant pour les peuples concernés que pour l’homogénéité ethnique de notre pays.

 

La menace que fait peser l’islam sur l’Europe n’est qu’une conséquence de l’immigration. Le péril est ethnique et/ou religieux. L’islam n’est pas une religion européenne. Les millions de musulmans présents sur notre terre ne seront jamais européens. Les Albanais ou les Kosovars ont beau être des indo-européens islamisés par les Turcs, ils n’en deviendront pas Européens pour autant, parce que musulmans. Quant aux Africains, fussent-ils chrétiens, qui s’installent sur notre sol, ils n’en deviendront pas pour autant des Européens, parce qu’Africains. L’argument géographique utilisé par certains pour refuser l’intégration de la Turquie dans l’U.E. est absurde. La Turquie n’est pas européenne, car musulmane et parce que les Turcs ne sont pas un rameau du chêne européen. Mais si la Grèce avait conservé les terres dont elle fut expulsée en 1922 par les armées du général Atatürk, celles-ci feraient partie intégrante de l’Europe.

 

Quelle Europe ?

 

Je prône une Europe de la Puissance, seule capable de peser face à l’impérialisme culturel, militaire et monétaire des Etats-Unis, à la puissance émergente de l’Asie et à la menace de conquête musulmane. Une Europe partenaire de la Russie afin que nous puissions atteindre la masse critique qui nous permettra de rompre avec le modèle économique et marchand du libéralisme mondialiste. Une Europe aux frontières économiques protégées. Les Chinois menaceront de ne plus nous acheter d’Airbus, au prétexte que nous leur achèterons moins d’électronique ? Et alors, dès lors que les Européens et les Russes achèteront européen !

 

Chaque étudiant de Sciences-po sait que l’expérience protectionniste menée en France par Méline, au XIXème siècle, a échoué. Le protectionnisme ne peut en effet réussir qu’à l’échelle d’un continent.

 

L’Europe de la Puissance doit aussi être une Europe militaire, monétaire et diplomatique. Que pèse la France seule sur le plan militaire ? La construction de notre Europe ne peut s’envisager que dans un cadre identitaire, dans le respect des identités des Nations et Provinces qui la composent. Il ne s’agit évidemment pas de créer un Etat-Nation européen, sur le modèle jacobin français. Le principe de subsidiarité doit être la règle. Oui, les Etats-Nations doivent abandonner une part de souveraineté, sur le plan militaire notamment, au profit de l’Europe identitaire. Non, l’Europe n’a pas à se mêler de la fabrication des fromages de nos terroirs. L’Europe de Bruxelles est l’antithèse de notre Europe. Leur Europe est un vague machin piloté par des nains bruxellois. Des fonctionnaires nains, vétilleux, tatillons, ratiocineurs, imbus de leurs petits pouvoirs avec, comme l’a tout esprit étriqué, une forte propension à en abuser et à se mêler de ce qui ne les regarde pas.

 

Concrètement, comment cette Europe peut-elle se construire ?

 

Elle se construira avec et autour des mouvements identitaires des nations et provinces européennes. J’étais récemment à Cologne avec mes camarades français et européens pour manifester contre l’islamisation de nos villes. J’y étais avec Annick Martin, Secrétaire générale du M.N.R., et des représentants du Parti de la France de Carl Lang. Les régionalistes catalans dialoguaient amicalement avec les nationalistes espagnols de la Phalange, les nationalistes français avec le Vlaams Belang, les Autrichiens du FPÖ avec les régionalistes de la Ligue du Nord et les Allemands avec les identitaires tchèques.

 

L’Europe identitaire est en marche. Rassemblons-nous pour la libération de notre Europe !

 

mardi, 06 octobre 2009

La NDP se développe !

Source : NOUVELLE DROITE POPULAIRE

 

Y. Lajeanne.jpgL’adhésion d’Yvan Lajeanne à la Nouvelle Droite Populaire constitue un renfort considérable pour notre mouvement. Adhérent du FN en 1992, responsable régional en Franche-Comté du FNJ en 1998, puis Secrétaire départemental du MNR jusque 2002, Yvan Lajeanne fut candidat aux élections municipales de Belfort, aux législatives et aux régionales.

 

Il est le responsable de la bannière Terre et Peuple en Franche-Comté et anime une équipe militante très importante. Plus de soixante militants participaient, il y a quelques jours, à la formation et au dîner animés par Pierre Vial à Belfort. Yvan Lajeanne prend la responsabilité de la NDP en Franche-Comté et intègre la direction nationale du mouvement.

vendredi, 01 mai 2009

PIERRE VIAL VIENT DE REJOINDRE LA DIRECTION NATIONALE DE LA NOUVELLE DROITE POPULAIRE : IL S'EXPLIQUE !

Pierre Vial.jpgUN ENTRETIEN ENTRE ROBERT SPIELER ET PIERRE VIAL :

Robert Spieler :  Tu as accepté ma proposition d’entrer à la direction de la Nouvelle Droite Populaire. Pourquoi cela ?

 

Pierre Vial : C’est très simple. Compte-tenu de la situation actuelle, l’engagement politique me paraît indispensable. La formule a beaucoup servi mais reste valable : « Si tu ne t’occupes pas de la politique, la politique s’occupe de toi ». J’anime déjà un centre d’analyse et de formation politiques qui s’appelle Europe-Identité et qui correspond à une formule très proche du centre Polaris qu’anime en Italie notre camarade Gabriele Adinolfi. Le travail de terrain qu’effectue la NDP me paraît tout à fait complémentaire. J’ajoute que cela s’inscrit dans la stratégie, qui est la mienne, de collaboration et de coordination avec le plus grand nombre possible d’organisations de la mouvance identitaire, sans esprit de chapelle, sans sectarisme, pour grouper le maximum de forces pour un objectif commun.

 

R.S. : Quel objectif ?

 

P.V. : Celui qui s’impose de façon évidente : la lutte de résistance et de reconquête face à l’immigration-invasion de populations qui considèrent l’Europe comme une terre de conquête – et déjà en partie conquise, grâce à la lâcheté de traîtres et collabos qui ont dit depuis longtemps à ces gens « vous êtes chez vous chez nous ». Face à cette invasion, toutes les bonnes volontés combattantes sont les bienvenues, partout en Europe car le combat est évidemment à l’échelle européenne. C’est l’impératif premier et absolu, qui conditionne tous les autres. Par exemple, comment combattre réellement le chômage si ceux qui ont voulu l’immigration – et qui en sont donc les principaux coupables – continuent à avoir à leur disposition une masse de main d’œuvre et donc de manœuvre qui permet de faire pression sur les emplois et les salaires.

 

R.S. : Que faire ?

 

P.V. : Oeuvrer pour ouvrir les yeux des Européens, pour qu’ils comprennent que nous sommes en guerre. Et leur dire qu’il faut se préparer mentalement et physiquement à des lendemains, sans doute proches, qui seront très difficiles à vivre. Je crois que cette prise de conscience est en marche. Merci la crise !

 

R.S. : Comment situer, par rapport à cela, ton action en tant que président de Terre et Peuple ?

 

P.V. : C’est très simple. Terre et Peuple réalise un travail d’information et de formation sur le terrain culturel. Il faut agir aussi sur le terrain politique. Nous devons marcher sur les deux jambes, culturelle et politique, car elles sont inséparables si l’on veut avoir une marche équilibrée comme l’a bien montré Gramsci (un auteur, entre parenthèses, que beaucoup citent sans l’avoir lu !).

 

R.S. : Les élections européennes sont proches. Qu’en penses-tu ?

 

P.V. : Qu’elles sont l’occasion de rappeler ce qu’est NOTRE Europe. C’est-à-dire l’exact contraire d’une Europe de Bruxelles qui est celle des technocrates et des banquiers. Notre Europe est l’Europe des peuples, l’Europe des identités enracinées. Une Europe de la puissance et donc de l’indépendance sur le plan politique, économique, militaire, culturel, au sein d’un monde multipolaire tenant en échec la volonté hégémonique, l’impérialisme tous azimuts des Etats-Unis d’Amérique, porteurs d’un projet de gouvernance mondiale et mondialiste dont les zélotes sont, en France et ailleurs, des gens comme Attali, Kouchner, Strauss-Kahn. Ces gens-là, sûrs d’eux, annoncent d’ailleurs tranquillement la couleur… Il suffit de lire les textes d’Attali et d’écouter ses déclarations.

 

R.S. : Que penses-tu de l’action de Carl Lang ?

 

P.V. : Il est sur la même ligne que nous. Donc, toute collaboration avec lui me paraît infiniment souhaitable. Ainsi qu’avec tous ceux qui partagent nos analyses et nos objectifs. En oubliant ces querelles de chefs qui sont, hélas, le péché mignon des Gaulois. Que ceux-ci s’en souviennent : quand ils sont unis, la force est en eux. Je sais que depuis longtemps, sur ce sujet comme sur bien d’autres, nous sommes d’accord toi et moi.  

 

mardi, 25 novembre 2008

L’ENJEU...

DSCF1999.JPGVoici le texte du message amical de Pierre Vial, président de Terre et peuple, adressé aux participants à la 2ème journée de Synthèse nationale :

 

"Pardonnez-moi ce jeu de mots un peu facile : l’élection d’Obama clarifie la situation. En effet, celui qui incarne désormais l’impérialisme américain est un métis. D’où la vague d’enthousiasme qui a saisi dans nos belles banlieues les gens issus d’Afrique du Nord ou d’Afrique noire mais aussi, au sein du Système en place, tous ceux qui exaltent et favorisent le métissage, Sarkozy en tête, Sarkozy l’homme de la « discrimination positive », c’est-à-dire du favoritisme systématique en faveur des non-Européens, dans tous les domaines.

 

Désormais, la ligne de front est clairement dessinée entre ceux qui se battent pour faire vivre notre identité ethnique et ceux qui veulent la détruire. Il faut choisir son camp. Comme je sais que nous sommes dans le même camp, je vous adresse mon fraternel salut".