Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 30 juin 2019

La droite du portefeuille va déchanter

chard.jpgÉnorme dérapage des comptes publics

Francis Bergeron dans Présent

ON A BIEN COMPRIS que la droite a choisi. Elle a désormais choisi ce qui lui apparaît comme le camp à même de préserver son portefeuille. Neuilly, les quartiers chics de Paris et des grandes villes ont choisi Le Maire et Darmanin : le camp du business contre le camp des loosers, en quelque sorte.

Mais dans ce domaine, l’enchantement pourrait ne pas durer. La Cour des comptes vient en effet de tirer le signal d’alarme : elle constate que le gouvernement a accumulé promesses et annonces fracassantes, sans s’assurer que tout cela est financé ou finançable, et sans tenir compte d’une conjoncture mondiale marquée actuellement par un ralentissement.

La Cour des comptes, c’est le gendarme des comptes publics, une sorte de super-commissaire aux comptes. Son rapport d’été est alarmant. Il constate que le gouvernement a accumulé les dépenses et les annonces de dépenses, et en particulier 10 milliards d’euros de mesures destinées à calmer les Gilets jaunes, en décembre 2018, plus 5 milliards de baisses d’impôts annoncées en avril 2019, ceci pour les plus importantes. Mais chaque ministère anticipe actuellement son petit dérapage personnel.

Du même coup, le déficit public, qui était descendu à 2,5 % en 2018 (chiffre qui plaçait néanmoins la France en queue de peloton, avec l’Espagne), est annoncé à la hausse : on parle désormais d’un déficit de 3,1 % pour 2019. Ce chiffre est évidemment mauvais. Il nous placerait au dernier rang des pays de la communauté européenne. Il nous ferait sortir des règles de la C.E., qui interdisent un déficit supérieur à 3 %. En dernier lieu (et cela, c’est une bonne chose), il paralyserait l’Europe dans sa volonté de sanctionner l’Italie pour dépassement de ce fameux plafond de 3 % de déficit. Car, en effet, comme imaginer que l’on sanctionne l’Italie et pas la France ?

Incapacité pathologique à faire baisser les charges de l’Etat

Ce dérapage inattendu, et qui ruine l’image d’un gouvernement expert dans les questions économiques et meilleur défenseur des épargnants, a pour origine une incapacité, une impossibilité que l’on pourrait qualifier de pathologique, à faire baisser les dépenses de l’Etat. Surtout quand ces dépenses outrancières trouvent leur origine dans un sureffectif sans rapport avec les besoins d’une société moderne. Ce sureffectif, que Macron lui-même estimait à 120 000 postes (chiffre déjà bien inférieur à celui d’un Fillon, par exemple : 500 000 postes), est pour l’instant ramené à rien du tout.

Après tout, si par son pouvoir de séduction, Macron peut vaincre les réticences de Bruxelles et de Merkel, ne nous en plaignons pas.

Pour l’heure, la dette établit un record des faibles taux d’emprunt, donc rien à craindre de ce côté... à moins que la conjoncture ne se retourne, que les taux d’intérêt augmentent. Dans ce cas, l’appel d’air financier serait considérable et terriblement préjudiciable aux Français.

Que les taux d’emprunt augmentent, et ce sera en effet une hécatombe chez les petits emprunteurs, puis nous aurons la phase d’appauvrissement général. Le sacro-saint – et si progressiste – « principe de précaution » devrait au contraire pousser le gouvernement à se préparer à cette hypothèse de hausse des taux. Mais par peur au regard des risques sociaux, ou par procrastination, cette question a été mise entre parenthèses. De ce point de vue, le couple Le Maire-Darmanin apparaît comme plus socialiste que les socialistes passés.

Ce qui reste de LR serait néanmoins prêt à tolérer cette situation ? Au nom de quoi ? Au nom de quels engagements secrets ?

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

00:26 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 29 juin 2019

Une Europe qui protège son économie par des écluses douanières

Ecluses-ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

L’Europe bruxelloise, en supprimant tous les obstacles aux échanges commerciaux entre l’Union et le monde extérieur, a exposé les entreprises européennes à une concurrence sauvage et déloyale. Ce faisant, elle a provoqué des délocalisations en grand nombre, créé un chômage de masse et initié un processus d’appauvrissement des Européens. Ligne droite considère en conséquence que la nouvelle Union doit suivre une voie inverse et mener une politique commerciale combative fondée sur une régulation des échanges commerciaux à ses frontières.

L’Europe bruxelloise, le bon élève de la classe mondialiste

Depuis 1974, l’organisation bruxelloise s’est engagée dans l’abaissement progressif des droits de douane extérieurs et dans la suppression de tous les obstacles aux échanges. Elle a ainsi tourné le dos à la philosophie première du Marché commun qui prévoyait un tarif extérieur commun et même, comme en matière agricole, le principe de la préférence communautaire. Le marché créé entre les pays d’Europe est dès lors devenu sous la pression britannique un marché ouvert totalement soumis aux vents dévastateurs de la concurrence sauvage venue des quatre coins du monde.

Cette politique a été menée de surcroît avec une naïveté totale. Contrairement aux Américains par exemple, qui multiplient les entorses aux règles de libre-échange pour protéger au mieux leur appareil de production, les eurocrates n’ont de leur côté qu’un objectif : être le meilleur élève de la classe mondialiste. Le fait que M. Lamy ait pu, après son mandat de commissaire européen au commerce, être nommé directeur général de l’OMC en dit long à cet égard. Car qui peut croire qu’un commissaire qui aurait défendu avec âpreté les intérêts commerciaux de l’Europe aurait pu être choisi ensuite pour diriger l’instance censée gérer le commerce mondial ?

Cette politique laxiste, déterminée non par le souci de bien défendre les intérêts européens, mais par celui d’appliquer au mieux l’idéologie libre-échangiste, a produit des effets catastrophiques. Elle a provoqué un décrochage économique de l’Europe, qui l’a amenée à perdre des pans entiers de son industrie et à se faire distancer techniquement et commercialement dans de nombreux domaines de pointe.

Une politique commerciale combative

Aussi faut-il tirer les leçons de ces errements et mettre un terme à cette funeste politique de dérégulation. Ligne droite considère donc que la nouvelle Union qu’elle appelle de ses vœux doit rompre avec le laxisme actuel pour mener une politique commerciale combative fondée sur le principe de la régulation des échanges aux frontières du continent.

À cet égard la nouvelle Union devrait commencer par utiliser toutes les dispositions prévues dans les traités commerciaux et dans la réglementation de l’OMC pour multiplier les procédures de sauvegarde et ouvrir tous les contentieux possibles contre les pratiques commerciales jugées déloyales.

Au-delà, l’Europe devrait proposer à ses partenaires mondiaux l’ouverture de nouvelles négociations commerciales afin de refonder les principes du commerce mondial. Elle devrait dans ce contexte plaider pour un retour à la régulation et pour la création d’écluses douanières destinées à compenser les différences de salaire, de réglementation sociale et environnementale ainsi que celles liées à la sous-évaluation de certaines monnaies. Les négociations du cycle de Doha ayant échoué il y a plus d’une décennie, l’Union pourrait demander l’arrêt définitif de ce type de processus et l’ouverture d’un nouveau cycle portant cette fois sur une régulation contrôlée par l’OMC.

Une régulation du commerce mondial

Devant le refus prévisible d’une telle refondation, l’Union devrait alors prendre les moyens de l’imposer. N’oublions pas que l’Europe est la première puissance commerciale du monde et que rien dans ce domaine ne peut se faire sans elle. Là où la France seule aurait été acculée à céder, l’Europe serait en position de faire céder ses partenaires. Pour faire prévaloir ses vues, elle devrait donc prendre l’initiative de rétablir unilatéralement une barrière douanière à ses frontières. Cette attitude de transgression délibérée provoquerait à n’en pas douter des mises en demeure de l’OMC que l’Europe devrait ignorer complètement. Elle entraînerait aussi des représailles de la part de ses partenaires commerciaux qui décideraient de leur côté d’imposer des droits de douane sur les produits européens. Ce faisant, c’est l’ensemble du dispositif libre-échangiste qui se trouverait déstabilisé. Mais, au bout d’une période incertaine et peut-être un peu chaotique de représailles et de contre-représailles, gageons que les grands acteurs du commerce mondial tomberaient vite d’accord pour ouvrir des négociations destinées à remettre de l’ordre dans le système commercial international. Des discussions qui ne pourraient alors qu’aboutir au principe d’une régulation raisonnable et contrôlée sur un plan multilatéral par l’OMC.

Vers la réindustrialisation du continent

Une telle évolution conduirait alors beaucoup d’acteurs du commerce mondial à changer de perspective. Gageons qu’un pays comme la Chine, par exemple, en tirerait la conséquence qu’il lui faut dorénavant se tourner vers un modèle de développement davantage axé sur la consommation intérieure que sur l’exportation à tout-va.

L’Europe de son côté pourrait entreprendre un processus de relocalisation et de réindustrialisation qui conduirait à une réduction du chômage, une amélioration de la croissance et à plus de prospérité pour les Européens.

L’Europe peut et doit imposer la régulation du commerce mondial.

12:59 Publié dans Ligne Droite | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La France de Marion

Le billet de Patrick Parment

marion.jpg

La claque prise par les Républicains et le départ de Laurent Wauquiez ne manquent pas de tournebouler le parti pour la bonne raison qu’ils viennent de s’apercevoir, comme le roi de la fable, qu’ils étaient tout nus ! Pas l’ombre d’une idée, pas l’ombre d’un programme crédible, tel est l’aboutissement d’une boutique que Jacques Chirac, dès 1976, s’est empressé de réduire à une simple machine électorale. D’ailleurs, la seule chose que savait faire cet imposteur, c’était bien de faire campagne. Pour ce qui est des idées, il en a tellement changé que cela ne cachait même plus le vide sidéral du bonhomme. Ses émules, Alain Juppé en tête, ne feront pas autrement. Je peux en témoigner ayant passé quelques années au RPR. Du RPR à l’UMP jusqu’aux Républicains, tout n’est que combines pour renouveler un stock d’élus. Seulement voilà, toute entreprise de cet ordre a une fin et nous y sommes pour cette droite dénuée de toute substance et dont les militants ne sont que des électeurs.

Contrairement à une légende, Chirac n’aimait pas les gens. Il aimait les électeurs. Toute démarche chiraquienne recèle un intérêt électoral. La meilleure preuve est que Chirac n’avait pas d’ami au vrai sens du terme mais des obligés ce qui est très différent. Des obligés qui lui devaient leur carrière et leur casse-croûte. N’a-t-il pas fait celle d’un Jean-Louis Debré, d’un Baroin, d’un Jacob, d’un Juppé et de tant d’autres. Autant d’individus que le parti s’est chargé de décerveler. Car le parti est une machine à broyer et à ce petit jeu, Juppé était un expert.

Dès 1986, date à laquelle Mitterrand intronise le Front national, une première vague d’électeurs du RPR passe au Front national. Et en 1988, Chirac prend une nouvelle claque avec la réélection du président soi-disant socialiste. Chirac n’a rien vu venir. Toute l’assise populaire du RPR va petit à petit passer au Front. Il était donc logique qu’un tel parti se vide de sa substance pour finir « à l’os » comme l’on dit. Aussi l’injonction d’un Gérard Larcher de virer tous ceux qui fricotent avec Marion Maréchal est révélateur  de cette vieille garde rancie en voie de décomposition totale. D’ailleurs, ne nous y trompons pas, l’omerta dressée par Chirac à l’égard du Front national lui a été dictée, pour ne pas dire imposée, par ces deux puissants lobbies que sont les francs-maçons et le CRIF. Or, comme par hasard, le grassouillet Larcher est un furieux franc-mac.

Le dîner de Marion Maréchal avec des militants et élus Républicains est intéressant à plus d’un titre. Ce qui prouve qu’ils ne sont pas inféodés à la vieille garde RPRUMP et se foutent donc des omerta. Ensuite, ils ont compris qu’avec 20% et plus de l’électorat dans sa poche, le Rassemblement national était incontournable dans toute prise à venir du pouvoir. Marion Maréchal a fait le même calcul, à savoir que sans « les droites », le Rassemblement demeurerait un défouloir électoral. Ce n’est donc pas sans raison qu’elle parle des droites. Pas plus qu’elle n’a l’intention d’entrer en concurrence avec sa tante Marine. Marion Maréchal se projette dans un après où les Républicains nouvelle version et le Rassemblement trouveront des terrains d’entente, débarrassés des pesanteurs du passé.

Pour se faire, tout en multipliant les contacts, il va devenir utile d’élaborer non pas un programme mais l’esprit de la démarche afin de renouer avec la France profonde incarnée, entre autres, par les Gilets jaunes. Mettre en musique ce qu’ont écrit les Jean-Claude Michéa, les Michel Onfray, les Alain de Benoist, les Christophe Guilluy. Expliquer la philosophie de la démarche sur les sujets sensibles : l’immigration, l’économie post libérale, la culture, l’écologie, l’Europe. Autant de sujets sur lesquels il est possible de développer des stratégies nouvelles et innovantes. C’est dans un tel cadre que la démarche d’une Marion Maréchal pourrait aboutir et dynamiser le paysage politique actuel. C’est Sacha Guitry qui a écrit cette pièce « Faisons un rêve » ! Alors rêvons.

NDLR SN : rappelons que les positions exprimées par les contributeurs de notre site n'engagent qu'eux. Voilà pourquoi Synthèse nationale est un espace de libertés...

10:12 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

SAMEDI 12 ET DIMANCHE 13 OCTOBRE 2019, À RUNGIS : 13e JOURNÉES DE SYNTHÈSE NATIONALE

Diapositive1 copie 5.jpg

RETENEZ CES DATES

Vous serez régulièrement informés sur ce site sur le programme de ces journées...

2019 13 JNI 2.jpg

Prenez dès maintenant votre billet cliquez là

Un entretien avec Philippe Milliau, président de TV Libertés, sur Riposte laïque

TVL.jpg

Riposte laïque cliquez ici

Nos amis de TV Libertés lancent de nombreux appels pour trouver des fonds et faire en sorte que l’aventure, commencée il y a plus de cinq ans, puisse se poursuivre. L’occasion pour nous de poser quelques questions à Philippe Milliau, le président de cette précieuse chaîne de réinformation.

Riposte Laïque : Les lecteurs de Riposte Laïque qui, nombreux, regardent TV Libertés sont inquiets. Vos messages paraissent alarmistes, que cela soit par les écrits de Philippe Milliau ou par les annonces télévisées de Martial Bild. Il manquerait 40 000 euros pour boucler votre trésorerie, avant le 15 juillet. Que s’est-il passé, pourquoi cet imprévu ?

Philippe Milliau : C’est très simple. La censure  politique de la chaîne TV Libertés par Google en juin dernier nous a amenés à prendre des mesures rapides pour redresser les audiences mais aussi nous protéger de ce type de coups bas. Nous avons donc acheté nos propres serveurs de diffusion afin d’être totalement autonomes et indépendants. Ce surcoût important, indispensable et nécessairement permanent, fait plonger notre économie fragile dans le rouge dans la période estivale où les dons sont moindres… D’où cet appel pressant. La liberté a un prix !

Riposte Laïque : Vous évoquez, dans vos appels, la terrible censure dont vous avez été victimes par YouTube, donc par Google. Pouvez-vous rappeler ces circonstances, pour nos nouveaux lecteurs qui n’auraient pas suivi cet épisode ?

Philippe Milliau : En Juin dernier, par une décision aussi anonyme qu’inique, toutes les chaînes de TV Libertés sur YouTube ont été supprimées. Celui qui a symboliquement appuyé sur le bouton a, en une seconde, supprimé 5 000 émissions, 4 000 heures d’enregistrement. Il a censuré des milliers d’intervenants, intellectuels, artistes, experts ou simples citoyens au seul motif que nous avions, dans un journal télévisé, utilisé 9 secondes d’images de la FIFA au lieu de celles de l’AFP que nous avions achetées. Une erreur humaine réparée dans la demi-heure mais qui a suffi à organiser une tentative de meurtre d’une chaîne qui cumulait des millions et des millions de vues. Les très nombreuses réactions politiques et citoyennes n’ont pas effrayé Google qui s’est enfermé dans le silence le plus total.

Riposte Laïque : Pouvez-vous, pour nos lecteurs qui ne vous connaîtraient pas bien, préciser ce qu’est devenu TV Libertés, depuis cinq années ? Quel est l’ensemble de vos émissions, sur une semaine ? Aujourd’hui, combien de salariés avez-vous, et quelle est votre audience ?

Philippe Milliau : Malgré cet épisode douloureux, TV Libertés a riposté et rétabli l’ensemble de ses émissions. Un travail techniquement titanesque opéré parallèlement à une reconstruction totale du site TVLibertes.com qui est dorénavant à la pointe de la modernité avec, en plus, un fil d’actualité très suivi et très apprécié. Nous avons renforcé notre présence sur les réseaux sociaux pendant qu’ils sont encore un petit espace de liberté. Nous multiplions les enquêtes de terrain avec plusieurs reporters qui ne travaillent qu’à cela. Cela nous a permis de suivre quotidiennement la révolte populaire des Gilets jaunes ou de présenter un document effarant sur les collines du crack à la porte de la Chapelle à Paris. Nous avons renforcé notre antenne dans les pays de l’Est, donné la parole à de jeunes « youtubeurs » de talent. Et puis, nous avons poursuivi notre politique de débats et de zooms sur des personnalités qui n’ont plus le droit de s’exprimer dans la presse de masse. Nous avons retrouvé, grâce à la vingtaine de journalistes et de techniciens qui travaillent quotidiennement à TVL, les audiences de 2018. De ce côté-là, les nouvelles sont au beau fixe.

Riposte Laïque : Peut-on dire que TVL est le navire amiral de la réinfosphère ?

Philippe Milliau : Il ne s’agit pas de faire un concours. Il s’agit d’être le plus efficace pour faire entendre une voix non conforme, dissidente. Cependant, si l’on tient compte du chiffre objectif du nombre d’heures de création, nous pouvons dire que TV Libertés est la première chaîne audiovisuelle alternative de France. Et des chaînes prétendument alternatives comme « Le Média » de Mélenchon, avec des moyens colossaux par rapport aux nôtres, se révèlent être de lourds échecs et finissent en proie aux querelles et règlements de compte internes.

Riposte Laïque : Vous avez toujours voulu ne pouvoir compter que sur l’argent des donateurs, pour préserver votre indépendance par rapport à la publicité. Ne craignez-vous pas une lassitude des contributeurs, qui sont par ailleurs régulièrement sollicités par d’autres sites patriotes ?

Philippe Milliau : Nous n’avons pas l’argent public qui permet de maintenir toute la presse de masse comateuse en soins palliatifs. Nous n’avons pas l’argent des oligarques qui détiennent les grands titre de la presse écrite. Nous n’avons pas l’argent des lobbys, des partis et encore moins des banques. Le rôle des donateurs est donc essentiel, fondamental. Il fonde un modèle économique vertueux puisque nous ne dépendons que de nos téléspectateurs. TV Libertés est la plus belle chose qui est arrivée depuis des lustres. Nous sommes en capacité d’avoir une chaîne nationale qui pourrait, à tout instant, rejoindre la TNT si les conditions politiques étaient réalisées. C’est un outil absolument nécessaire !  C’est notre chance à tous ! Et comme cet outil se renouvelle quotidiennement en offrant des heures de nouveautés, je ne crains pas la lassitude.

Riposte Laïque : Quelles seraient les conséquences, si, par malheur, TVL ne pouvait rassembler la somme de 40 000 euros ?

Philippe Milliau : Je ne me place pas dans cette situation. Cela fait plus de cinq ans que nous bénéficions de la confiance de nos téléspectateurs. Ils savent les raisons de ce trou dans le budget. Nous ne cachons rien. Nous allons à la rencontre de nos téléspectateurs en province. Nos donateurs viennent nous voir dans nos studios. Ils voient ce que nous faisons de leur argent. Et comment nous l’employons avec rigueur et parcimonie, je suis convaincu qu’ils vont nous aider à passer ce « petit mauvais » moment.

Riposte Laïque : Comment nos lecteurs, grâce à qui Riposte Laïque a pu faire face, à ce jour, au harcèlement judiciaire dont nous sommes l’objet, peuvent-ils vous aider ?

Philippe Milliau : Évidemment en apportant leur obole à notre cause mais aussi – et surtout – en relayant nos émissions, en faisant connaître TV Libertés autour d’eux. Bref, en se faisant les VRP de TV Libertés avec la même détermination qu’ils montrent à soutenir vos légitimes combats.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Philippe Milliau : Oui. Que chaque lecteur de cet entretien dont je vous remercie vivement, se rende sur le site TVLibertes.com. Ils y trouveront les entretiens politiques, associatifs et culturels de personnalités qui refusent d’être soumises !

Propos recueillis par Pierre Cassen

09:31 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

07:28 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 28 juin 2019

Francis Bergeron invité du Bistro Libertés de TVLibertés

1889312268.jpg

 

Pour acheter le

livre sur Présent 

cliquez ici

19:46 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

REVUE DE PRESSE : Pour mieux comprendre les politiques de défense et la diplomatie au Proche et Moyen-Orient

Proche-et-Moyen-Orient-20190625-740x431.jpg

Général Dominique Delawarde

Réseau international cliquez ici

Sous le titre « Pour mieux comprendre les politiques de défense et la diplomatie au Proche et Moyen-Orient », j’expose en 3 pages les raisons qui expliquent, selon moi, les positions et objectifs de la coalition occidentale dans cette région du monde ainsi que ceux du camp opposé.

Ce point de vue est partagé par nombre de mes anciens collègues français et étrangers.

Bonne lecture.

DD

Ce sujet est à la fois très complexe à maîtriser pour l’homme de la rue, mais plus facile à comprendre et à exposer pour celui qui connaît quelques dessous des cartes.

Pour faire simple et aller droit au but, il existe deux grands types de politiques de défense et de diplomatie qui s’opposent clairement au Moyen Orient. Le premier est celui de la coalition occidentale conduite par le trio USA, Royaume-Uni et France qui comprend aussi l’état hébreu et l’Arabie Saoudite comme partenaires majeurs. Le second est celui de l’ensemble des pays qui s’opposent à cette « coalition occidentale ». Au Moyen-Orient, cet ensemble est conduit aujourd’hui par la Russie, l’Iran et, à un certain degré la Turquie, sous l’oeil compréhensif de la Chine. Il comprend aussi, sur le terrain, la Syrie, le Hezbollah, l’Irak et le Yemen (Ansar Allah).

Ces politiques et ces diplomaties sont élaborées par des hommes, chefs d’état bien-sûr, mais aussi et peut-être surtout par leurs entourages, leurs ministres, leurs conseillers, ceux qui contrôlent vraiment les ministères des affaires étrangères et de la défense des pays concernés. Bien comprendre ces politiques, c’est d’abord et avant tout bien connaître les individus qui les ont élaboré. Comment ils ont été élus et/ou qui les a aidé à parvenir aux postes où ils sont. En clair, il faut savoir qui tire vraiment les ficelles et quels sont les objectifs que ces individus recherchent.

Pour les trois États qui dirigent la coalition occidentale (USA, Grande Bretagne et France), les choses sont aujourd’hui parfaitement claires. Les lobbies pro-Israël jouent un rôle déterminant dans les élections des politiques (Président et membres des parlements). Ils utilisent les moyens financiers, les médias qu’ils contrôlent, les sayanims, les « people » influenceurs, voire des organisations de manipulation de l’opinion, de type « Cambridge Analytica », pour promouvoir ou détruire les candidats aux élections en fonction notamment de leur soutien ou de leur opposition à l’état d’Israël. En échange de leur aide, ces lobbies obtiennent des postes d’influence dans les ministères clefs après la victoire aux élections. Ce type de fonctionnement est parfaitement transparent aux USA, mais beaucoup plus opaque en Europe (UK et FR). Les politiques ou technocrates promus par les lobbies sont donc en bonne position pour élaborer et conduire des politiques étrangères résolument pro-Israël dans chaque état qu’ils contrôlent.

Aux USA, ce sont les relais de l’AIPAC (American Israël Public Affairs Committee) qui mènent la danse. Ce sont ces mêmes individus, souvent qualifiés aujourd’hui de « néoconservateurs », qui déterminent la politique étrangère du pays. On en connaît les noms, et les preuves de ce fonctionnement sont nombreuses et très accessibles.

Lire la suite

18:26 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les grandes impostures (2) : « Grâce à l’Europe, c’est la paix depuis 70 ans »

crus.png

Franck Timmermans

Membre du Bureau politique du Parti de la France

Puisque, selon Mitterrand - Juppé et Macron, ce sont les Nationalismes qui créent les grandes impostures, il est logique que leur antidote miraculeux soit l’Europe unie de Bruxelles.
 
L’argument de la Paix asséné durant la campagne européenne n’est pas nouveau et ils le ressortent à chaque fois ; les gogos et les jeunes partisans du fédéralisme y croient dur comme fer. Examinons les faits réels et non la seule portée du slogan. Certes, depuis 1949 il n’y a heureusement pas eu de 3e Guerre mondiale, il n’y a pas eu non plus de conflit armé entre deux membres (ou plus) de la Communauté eurocrate, soit ! Mais est-ce dû à l’action de l’Europe unie ? La menace d’une 3e Guerre mondiale a été latente durant toute la Guerre froide pendant laquelle les deux blocs rivalisaient par services d’espionnages et guerres civiles sporadiques interposés. Mais il y eu deux moments très critiques : l’un en 1951 lors de la guerre de Corée, et l’autre fin 1962 lors de l’affaire des missiles soviétiques à Cuba.
 
En 1951, Truman et Mac Arthur envisage d’utiliser 9 bombes atomiques contre la Chine et même éventuellement l’URSS si la victoire militaire classique est impossible. Finalement, Mac Arthur fut désavoué et les USA renoncèrent à la guerre atomique. Dans le second cas, la tension sera encore plus forte : lors du bras de fer entre Kennedy et Khrouchtchev à propos des livraisons de missiles nucléaires à Castro. L’Otan manifesta évidemment sa solidarité avec les USA ( et même De Gaulle la rendit publique, sans jamais recevoir de retour d’ascenseur). Le pire fut évité et Kennedy apparut comme le grand vainqueur du duel mais ce fut aux dépens de l’Europe puisque les USA y retirèrent tous leurs missiles de protection, plus pour ménager un Khrouchtchev fragilisé que pour honorer un accord qui n’était qu’un « chiffon de papier ». Dans ces deux cas historiques, à aucun moment une autorité mandatée par l’Europe naissante de l’époque ne fut envisagée afin de peser dans la balance pour garantir la paix. Cela valut peut-être mieux… Dans le cadre strictement européen, les Eurocrates ânonnent que la Paix règne entre tous les états depuis 70 ans. C’est évidemment faux puisque l’Europe continentale a connu plusieurs conflits, certes non mondiaux mais meurtriers.
 
Une première catégorie de conflits, de 1949 à 1991, concerne essentiellement des affrontements en Europe dans les pays communistes ou à cause des menées du Pacte de Varsovie : les Pays baltes (56), la RDA (53) Poznan (56), Budapest (56), Prague (68), le Karabagh (88), les soulèvements et libérations (89), la révolution roumaine (89). À côté existent aussi des guerres civiles (Grèce 1949), Chypre (63), ou religieuses (Irlande, IRA), ou régionalistes (pays Basque), ou même de conquêtes (invasion turque à Chypre 1973). Seules les Nations ont joué un rôle individuel, bilatéral ou multilatéral mais jamais l’Europe en tant que structure confédérale. La fin de l’URSS et du Pacte de Varsovie ne doivent rien à la CEE de jadis, et les risques d’alors ont disparu grâce aux efforts conjoints de Ronald Reagan, de Jean-Paul II, de Lech Walesa, de la pression de tous les militants de la liberté et des nationalistes anti-communistes, sans oublier l’influence de Soljenitsyne et les martyrs des goulags ou du KGB (Père Popieluszko) qui ont finalement triomphé de l’omerta scandaleuse des gauches intellectuelles, surtout en France.
 
Une seconde catégorie commence à partir de 1992, date à laquelle l’union européenne se dote, grâce au Traité de Mastricht, d’un début de diplomatie commune. Ces premiers roucoulements de blanche colombe amènent la guerre des Balkans de 1991 à 2001, à laquelle près de 20 nations d’Europe vont participer, soit au sein de l’OTAN soit à titre individuel. USA, France, GB pilonneront les positions serbes. Le bilan minimal est de 175 000 morts. Beaux débuts, vive Maastricht ! Mais d’autres conflits ont eu lieu, principalement dans les territoires de l’ex-URSS, le Caucase où l’Europe se joint aux USA pour mettre de l’huile sur le feu comme s’il fallait réactiver une guerre froide contre Poutine ! Par exemple, dans la guerre qui dure depuis 1994 en Tchétchénie (140 000 morts), l’Europe a pris la défense des réfugiés Tchétchènes et la France en accueille depuis plus de 50 000 ! 50 000 qui ont fui le régime anti-islamiste mis en place par Moscou à Grozny, donc 50 000 pro-islamistes qui forme désormais une diaspora en France ! On marche sur la tête, merci à L’Élysée (de 1994 à nos jours) et à l’Europe vassale de l’OTAN. Oser prétendre que l’Europe favorise la Paix alors que tous les efforts (avec notre argent) sont employés à constituer des communautés de réfugiés aptes à devenir autant de « 5e colonnes » est de la démence ou de la trahison ! Cette propagande pacifiste est indigne car elle jette aussi un voile commode sur les près de 900 000 morts qui ont eu lieu sur notre sol européen de 1950 à ce jour. Et dans ce chiffre (894 000) nous ne comptons pas les guerres hors d’Europe où nos pays sont allés combattre (Corée, Vietnam, Irak, Afghanistan, Syrie etc), ni les guerres liées à la décolonisation (Indo, Algérie, etc), ni les victimes actuelles du terrorisme et les guerres où l’islamisme progresse.
 
Ainsi, si l’Europe était un havre de paix, il n’y aurait pas de contingents de 26 pays de l’UE actuellement répartis au Kosovo, en Bosnie, au Liban, en Géorgie, à Chypre, ile qui est en plus menacée par la Turquie, candidate effective à l’UE et membre de l’OTAN, ou des « observateurs militaires » en Ukraine depuis que la Crimée est redevenue russe ! On croit rêver devant tant d’hypocrisies ! Notre « diplomatie » consiste donc à ménager les communautés islamistes, les enclaves de l’Islam en Europe, à réduire les Serbes, à cautionner les erreurs des USA et à contrer Poutine par tous les moyens. Tel est le bilan depuis 1992 !
 
Enfin, ce slogan « L’Europe, c’est la Paix depuis 70 ans » est particulièrement rendu obscène par le seul fait que le cumul des exportations d’armes des états membres de l’UE vers des états non-membres fait aujourd’hui de l’UE le 3e exportateur d’armes du monde avec plus du quart du marché mondial. Airbus, société leader du secteur de l’armement européen, est dans le peloton des 10 principales sociétés mondiales. Rassurez-vous, je ne suis pas un pacifiste bêlant issu des babas cool trotskards d’Amnesty international, mais je pense que par respect pour les familles de nos soldats tombés sur les divers théâtres d’opérations, par décence pour tous ceux qui voient nos frontières violées par une immigration sans cesse grandissante et par conscience eu égard à la réalité économique et financière des ventes d’armes que l’Europe se vante d’exporter en Algérie (!), au Qatar, ou ailleurs, ou se vante d’envoyer à des belligérants extérieurs (la guerre par délégation !).
 
Un Président de la République devrait au moins avoir la pudeur d’éviter pareil slogan. Car l'Europe EST en guerre !

11:56 Publié dans Franck Timmermans | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 6 juillet à Versailles : commémoration de l'assassinat de Roger Degueldre

Diapositive1 copie 8.jpg

11:02 Publié dans Nous avions un camarade..., Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Synthèse nationale n°51 en vente dans les bonnes librairies parisiennes

2019 05 PB SN CHN.jpg

Ou en le commandant en cliquant ici

10:23 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’ECOLOGIE POLITIQUE EN FRANCE

5c92cadd2300004b00add694.jpg

Franck Buleux, Métainfos cliquez là

Le score de la liste emmenée par Yannick Jadot, près de 14 % des suffrages exprimés, lors des dernières élections européennes, a donné des ailes au « parti Vert » français, Europe-Écologie-Les Verts (EELV). Outre le fait que ce score n’ait rien d’exceptionnel comparé aux précédents, le mouvement écologiste français n’a jamais particulièrement brillé par son autonomie, se plaçant rigoureusement et de manière exhaustive au cœur de l’union de la gauche, de la gauche plurielle comme la surnommait l’ancien Premier ministre de 1997 à 2002, Lionel Jospin.

Ce score n’a rien d’exceptionnel, si Daniel Cohn-Bendit rassemblait 16 % des suffrages en 2009, déjà Antoine Waechter récoltait 11 % en 1989, dépassant largement la liste emmenée par l’icône Simone Veil, candidate des centristes et approchant, à un point près, celle de Jean-Marie Le Pen. L’environnementaliste Antoine Waechter, désormais président du Mouvement écologique indépendant (MEI), ancien allié d’EELV, fut, en effet, le premier Vert à dépasser les 10 %. Mais déjà, en 1977, lors des élections municipales, de nombreuses listes d’obédience écologique ont obtenu de bons scores et ont permis, en se reportant massivement sur les listes emmenées par l’Union de la gauche, la défaite de nombreux maires de la majorité giscardienne de l’époque.

Mais ces scores, pour élevés qu’ils soient, ne sont en rien pérennes. En effet, les électorats socialiste et écologiste sont d’une telle proximité (idéologique, socio-professionnelle…) qu’il apparaît très difficile de les dissocier, c’est la raison pour laquelle il apparaît difficile de mesure le score vert avant les élections. L’électeur moyen vert peut être un électeur socialiste, et inversement. L’électorat urbain, « boboïsée » ne connaît pas de frontières nationales (ça, nous le savons !) mais il ne connaît pas, non plus, de réelles frontières entre social-démocratie et écologie politique.

Cette proximité s’est encore développée avec l’arrivée de La République en marche (LREM), dont les premiers bons résultats (lors de la présidentielle et des législatives de 2017) sont dus à une masse d’électeurs venus du PS et d’EELV, laissant Benoît Hamon à un niveau électoral résiduel, 6 %.

Mais cette proximité, cette masse électorale (à laquelle semblent se joindre de nombreux électeurs classés à droite, depuis les élections européennes de mai dernier) n’a jamais permis de réelle victoire.

Les résultats des partis Verts français n’ont jamais donné lieu à une réelle pérennité. Le vote « bobo », comme la vague sur le rivage, se retire jute après avoir monté. D’ailleurs, les experts de LREM l’ont bien compris, observant avec envie les 18 % des différents mouvements écologistes et animalistes le 26 mai dernier. Cette réserve de voix peut permettre aux mouvements centraux, pour ne pas dire centristes, de voir l’avenir… en vert.

Cette récolte devrait se limiter à deux points, essentiels.

D’abord, le vote vert, nonobstant les options environnementaliste et animaliste, est un vote visant à soutenir des mouvements extrêmement ancrés à la gauche de l’échiquier politique. Le programme des Vers ressemble plus à une société encadrée (moins d’enfants, fin de nombreuses énergies, fin de l’automobile…) qu’à un mouvement centriste mais l’électeur ne voit pas cette évidence, il faudra lui rappeler que le « Khmer vert » semble plus représentatif que le « gentil environnementaliste », pâquerette à la bouche.

Ensuite la question écologique a quitté la droite. Ce respect de la nature, ce retour à l’essentiel devrait, aussi, être porté par des mouvements conservateurs et populistes. L’écosystème est valable pour les végétaux, les animaux mais pourquoi pas, pour les êtres humains ?

Le respect des communautés organiques et le développement du localisme sont des pistes à explorer pour les mouvements de droite, qui pourraient permettre de détacher des partis de gauche, des électeurs abusés dont l’environnement est l’une des principales préoccupations.

Pour nous résumer : dénoncer le vrai visage des partisans de l’écologie politique et développer l’idéal environnementaliste et le respect des animaux sont les exigences de demain.

Il ne faut pas oublier que ces combats seront, demain, essentiels pour intéresser l’électorat jeune.

L’identité n’est jamais éloignée de l’environnement. Il est largement temps de balayer Mai 68 et tous ces concepts de gauche, dont les enfants du « Baby-Boom » se font encore les irréductibles médias.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’essayiste conservateur Denis de Rougemont essaya de lier régionalisme et écologisme, rejetant les Etats-nations. Il influença le mouvement écologiste français à la fin des années 1970. Il serait temps, pour la droite, de relire (ou de lire) de Rougemont.

L’écologie est un conservatisme. Il n’est pas une rupture. Les individus qui représentent cette mouvance ne sont que des gauchistes mutants.

L’écologie est un véritable défi pour notre mouvance. Le relever ne serait que le retour aux sources d’une pensée traditionnelle.

10:21 Publié dans Franck Buleux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Francis Bergeron consacre son nouveau livre à l'histoire du quotidien "Présent"

Present-defi-quotidien-quadri.jpg

Les fondateurs de Présent croyaient-ils, en 1982, que leur quotidien pourrait être publié aussi longtemps, coiffer même au poteau L’Action française quotidienne qui avait paru pendant 36 années, et qui était un peu leur modèle ?

La situation de Présent a certes toujours été fragile. Et seule la mobilisation de ses lecteurs, leur soutien indéfectible, lui a permis de franchir les obstacles successifs rencontrés au cours de son histoire : procès, menaces, boycott, disputes aussi, comme ces débats de 1988 à l’occasion des sacres, et ceux de 1998, lors de la scission de Bruno Mégret, et de survivre à la disparition des deux principaux fondateurs, François Brigneau, puis Jean Madiran, auxquels, il convient d’associer le nom de l’avocat parisien Georges-Paul Wagner.

Voici l’histoire de Présent, le défi qu’a représenté sa création, et qu’il continue à représenter au regard du système, le défi de son mode de lancement, il y a près de quarante ans, le défi de son existence, et parfois de sa survie, malgré les procès, les haines recuites, les médisances, voire les attentats.

Présent est une entreprise, et une entreprise, c’est par principe une aventure collective. Présent est bien une aventure collective, une réussite collective, et à présent une aventure intergénérationnelle, du simple fait de sa durée.

L'auteur : Francis Bergeron

Après une carrière de Directeur des Ressources Humaines, Francis Bergeron assure, depuis 2018, la cogérance, avec la dessinatrice Chard, du quotidien Présent, journal auquel il collabore depuis le premier numéro, en 1982. Il anime par ailleurs l’Association littéraire des Amis d’Henri Béraud, et il est l’auteur d’une soixantaine de livres, principalement des livres pour enfants.

Présent, le défi au quotidien, Francis Bergeron, Dualpha éditions, 202 pages, 23 euros (+5 euros de port) Pour le commander cliquez ici

10:15 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 27 juin 2019

L'émission "Synthèse" de cette semaine avec Dr Merlin, auteur du Cahier d'Histoire du nationalisme sur Corneliu Codreanu

RL 115 2019 06 27 DR MERLIN.jpg

 

Ecoutez l'émission

cliquez ici

Commandez le livre

cliquez là

 

Diapositive1 copie 5.jpg

19:42 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28 juin 1973 : dissolution par le pouvoir gaulliste du mouvement Ordre nouveau. Parution prochaine d'un nouvel ouvrage consacré à ce mouvement.

Diapositive1 copie 9.jpg

Il y a 46 ans, le 28 juin 1973, le pouvoir gaulliste, incarné à l'époque par Pompidou et Mesmer, procédait, suite à des incidents violents provoqués par les gauchistes lors de son meeting du 21 juin contre l'immigration sauvage (déjà), à la dissolution du mouvement nationaliste Ordre nouveau. 

Ordre nouveau, créé en 1969, tient une place particulière dans l'histoire du nationalisme français et européen. Son existence, brève mais intense, fut déterminante pour l'avenir du mouvement national dans les décennies qui suivirent. ON ne fut-il pas l'une des composantes, et non la moindre, de la création du Front national ? Dans l'un de ses ouvrages paru il y a quelques années, Eric Zemmour voyait en l'année 1973 celle qui fut la plus riche en événements politiques de la seconde moitié du XXe siècle et il n'avait pas tort. Ce fut, entre autres, en 1973 que le Front national se présenta pour la première fois à des élections...

Cette année 2019 marque le cinquantième anniversaire de la création d'ON (décembre 1969) et, à cette occasion, un nouveau livre est, selon des sources généralement bien informées, en préparation. A l'origine de cet ouvrage de bon aloi, qui s'appuie sur les témoignages d'une quarantaine d'anciens cadres ou militants d'Ordre nouveau, il y a notre ami Jacques Mayadoux qui fut lui-même l'un des responsables de l'Union des lycéens nationalistes alors liées, tout comme le GUD, à Ordre nouveau.

Ce livre sortira en septembre dit-on. On ne vous en dira donc pas plus aujourd'hui, Nous aurons l'occasion d'en reparler...

Synthèse nationale

15-affiche-ORDRE-NOUVEAU-1973.jpg

Un précédent livre sur Ordre nouveau cliquez ici

Le journal Pour un Ordre nouveau cliquez là

le Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

3745993594.2.png

LA CARAVELLE DES BRIGANDES :

Achetez le nouveau CD des Brigandes cliquez ici

10:31 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI 27 JUIN : DOCTEUR MERLIN PRÉSENTE SA BIOGRAPHIE DE CORNELIU ZELEA CODREANU SUR RADIO LIBERTÉS

RL 115 2019 06 27 DR MERLIN.jpg

POUR ÉCOUTER LES

PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

Diapositive1 copie 3.jpg

POUR ACHETER LE LIVRE CLIQUEZ LÀ

Diapositive1 copie 5.jpg

08:26 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 26 juin 2019

Le Droit des Nations

838_510_16219701127_4156af6e4f_z.jpg.pagespeed.ce.mxeb5is04h.jpg

Bernard Plouvier

Qu’on l’appelle en latin Jus gentium ou qu’on en parle dans n’importe quelle autre langue, ce droit est le fondement de l’existence même des nations, garantissant leur survie et leur développement harmonieux.

Les Français citent volontiers la définition qu’Ernest Renan (ci-dessus) a donné de la Nation. Ils oublient le modèle sur lequel notre Breton avait décalqué sa définition : le jurisconsulte romain Pasquale Mancini, plus tard politicien du Royaume d’Italie.

En 1851, inaugurant la chaire de Droit international à l’Université de Turin, il avait défini sa conception du Jus gentium : le regroupement des membres d’une nation sur son territoire historique. Ce ne sont certes pas les Juifs qui le contrediront, ayant pleuré durant deux millénaires : « L’An prochain à Jérusalem ».

De façon plus utile encore, Mancini avait ajouté : « La nation est une société humaine fondée sur l’unité du territoire, l’unité d’origine, l’unité des mœurs et de la langue ».

On ne peut mieux démontrer la stupidité profonde, l’irréflexion – à moins qu’il ne s’agisse d’une corruption pure et simple par l’islamo-pétrodollar, l’argent du haschich ou des « larmes d’allah » (les dérivés de l’opium) – des politiciens de l’Europe Unie, lorsqu’ils transforment les pays d’Europe occidentale et scandinave en centres d’accueil pour les déçus des autres continents.

De l’accueil, l’on est passé à l’invasion massive. Et très logiquement, il faut s’attendre à un changement de majorité de peuplement dans les pays accueillants. De façon tout-à-fait démocratique – la démocratie n’étant que la loi du nombre et nullement celle de la qualité -, l’Europe deviendra un nouveau continent de melting pot – si l’on préfère le pot-pourri multiracial. On voit aux USA ou au Brésil ce que donne cette société multiraciale- multiraciste.

Seule la mollesse, la veulerie des natifs d’Europe auront permis cette catastrophe civilisationnelle. Pour l’instant, l’on peut encore inverser à bas coût le processus. Plus tard, ce sera l’affaire d’une formidable guerre des races et des religions, à côté de laquelle la Seconde Guerre mondiale risque de passer pour une bluette.     

22:50 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 25 juin 2019

Un nouveau hors-série du quotidien Présent consacré au roman policier :

Present-HS-Polar.jpg

Écrire de bons polars, quand les voleurs sont au pouvoir, et que leurs complices monopolisent les grands médias, est certes un exercice difficile, mais certains s’y essaient avec talent. Le bon polar, le polar identitaire, le polar enraciné, est en effet de retour. L’ambition de ce hors-série est de vous le présenter aujourd’hui, de vous inviter à faire provision de classiques, et aussi de ces nouveaux polars, pour occuper agréablement vos vacances. Force doit rester à la loi. Quand elle est juste, bien entendu...

En vente chez les marchands de journaux ou sur le site de Présent cliquez ici

Et, à propos de roman, n'oubliez-pas :

62454040_2253621054718162_1500084325322850304_o.jpg

Que du bonheur en ce début d'été...

lundi, 24 juin 2019

Quotas de migrants ? Non ! Mais quotas de rémigration, OUI, mille fois oui !

des-honduriens-de-la-caravane-des-migrants-sur-une-route-reliant-ciudad-hidalgo-a-tapachula-au-mexique-le-21-octobre-2018_6120042.jpg

Jean-François Touzé
Délégué national du Parti de la France aux Études et Argumentaires
 
Selon l'essayiste, démographe et sociologue Jean-Paul Gourévitch, 7,3 millions d’immigrés vivraient aujourd’hui sur notre sol, soit 11 % de la population, auquel il faudrait ajouter entre 12 % et 14 % de descendants directs d'immigrés, c’est-à-dire au total entre 14 et 16 millions de personnes « venues d'ailleurs ». Quatre fois plus qu'il y a 20 ans.
 
Ce constat n’empêche pas l’exécutif de relancer le débat sur l'immigration voulue, choisie et organisée.
 
C'est ainsi qu'Emmanuel Macron vient d'ouvrir la porte à l'introduction de quotas destinés selon lui à maîtriser les flux migratoires. Vieille lune que ce concept proposé au début des années 1990 par le duo Pasqua/Seguin lors de leur tentative de puputsch au sein du RPR contre Chirac et Juppé, et repris en 2007 par Sarkozy lors de sa campagne présidentielle. Concept ancien donc et surtout illusoire et fantasmagorique.
 
Par définition, en effet, l'immigration illégale échappe à tout contrôle et ne pourrait donc être quantifiée dans une politique de quotas.
 
Par légalisme international autant que par soumission à la bien-pensance, il ne saurait non plus être question d’introduire les quotas dans l'attribution des droits d'asile (120 000 demandes en 2018, en hausse de 21 %).
 
Reste donc l'immigration dite légale qui concerne désormais 250 000 personnes chaque année.
 
Sur ces 250 000 nouveaux entrants, 88 737 premiers titres de séjours délivrés l'année dernière l'ont été au titre du regroupement familial. La remettre en cause irait à l’encontre de la Convention européenne des droits de l'homme que la France a ratifiée et surtout de la Constitution qui stipule que "la Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement, et protège le droit à vivre en famille ». Inutile de préciser qu'aucun gouvernement du Système, ne dérogera à des principes républicains aussi éclairés…
 
Alors, des quotas pour l’immigration dite économique qui ne concerne que 11 % des entrants ? Mais là encore, on voit mal les entreprises qui ont besoin de flexibilité dans leurs embauches accepter que les taux de répartitions d'emplois soient décidés par l'État ou par le Parlement une fois pour toutes en début d’année de façon discrétionnaire et selon une méthode comptable. Nous sommes donc bien dans la mythographie et le mensonge.
 
Pour le Parti de la France, notre pays n'a pas besoin d'immigration économique. Dans une France minée par le chômage, une formation adaptée, une adaptation aux réalités économiques, une revalorisation du travail manuel et des salaires qui leurs sont attachés doivent permettre aux nationaux d’occuper tous les postes à pourvoir. Notre pays n'a pas non plus à faire bénéficier des étrangers du « droit à la famille » qui ne doit concerner que les seuls Français. Il n'a pas à accueillir par dizaines de milliers de faux réfugiés.
L'immigration ne doit pas être organisée. Elle doit être stoppée. Totalement et définitivement.
 
Il est pourtant un quota que nous pouvons adopter : celui de la rémigration : la droite nationale au pouvoir fixera donc chaque année le nombre d'étrangers et de faux nationaux, selon leur origine et leur « qualité », afin de procéder à leur retour au pays.
 
Jusqu’à épuisement des stocks.

22:27 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Du 11 au 17 août : camp d'été de la Dissidence française

65180265_854031474971184_6886122710649274368_n.jpg

22:27 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Du 25 au 28 juillet : rendez-vous d'été des Lansquenets près d'Aix-en-Provence

LocandinaFRA.jpg

Renseignements : assoc.artemis@gmail.com

22:24 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Questions à Sylvain Tesson

Tesson.jpg

Sylvain Tesson est l’un de nos plus brillants écrivains et un authentique aventurier. Inféodé à la religion du bon sens, il nous livre dans le Journal du dimanche (23/06), ce que lui inspire le débat franco-français aujourd’hui. On est loin des modes et des conformismes. Réjouissant.

Cliquez ICI

02:37 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 23 juin 2019

Fuite en avant des banques centrales jusqu’à la catastrophe !

francfort_bce_euro-845x475.jpg

Marc Rousset 

Les boursiers en redemandaient pour les cours des actions et des obligations, les gouvernements aussi, parce que sinon la banqueroute est inéluctable, alors le bon pasteur Draghi de la BCE a décidé de leur en redonner lors d’un séminaire à Sintra, le lundi 17 juin. La BCE va continuer à baisser les taux d’intérêt déjà anormalement bas et relancer le programme de rachat d’obligations dans les mois qui viennent.

Le message de la Fed, le mercredi 19 juin, a été identique, et confirmé, le jeudi 18 juin, par la Banque du Japon. Les trois grandes banques centrales sont donc désormais à l’unisson. Il en est résulté des taux d’intérêt de T-bond américain à 10 ans jusqu’à 1,99 %, pour la première fois depuis octobre 2016, un Bund allemand à 10 ans à -0,32 %, une obligation assimilable du Trésor (OAT) française à 10 ans tombée en terrain négatif à -0,002 % pour la première fois de son histoire et un rendement à 10 ans au Japon à -0,18 %.

Les banques commerciales qui déposent des liquidités à la BCE sont « démunérées » à -0,40 %, c’est-à-dire qu’elles payent pour placer leurs excédents de trésorerie. En août 2018, la BCE avait publié une note de recherche dans laquelle elle admettait que les taux négatifs sont susceptibles de générer une crise financière car ils sont mauvais pour les banques. Selon l’agence Bloomberg, 11.700 milliards de dollars d’obligations ont été émises dans le monde avec des taux d’intérêt négatifs ; nous sommes à un record historique. Les entreprises françaises (175 % du PIB) et les entreprises américaines (73 % du PIB) ne se sont jamais autant endettées. Sanofi a émis, en mars 2019, des obligations sur 3 ans à -0,05 % et le taux moyen des émissions de titres à court terme en 2018 de l’Oréal a été de -0,45 %

La vie à taux zéro est un paradis très artificiel. Gare au réveil, même si certains poussent des cris d’orfraie en dénonçant le caractère absurde de la situation. Il y a une chance sur deux, selon les économistes de JPMorgan Chase, pour que les États-Unis entrent en récession en 2020. La relance budgétaire entreprise par Trump en 2017 a épuisé ses munitions. L’économie américaine en est à son 120e mois de reprise depuis sa sortie de récession en juin 2009, ce qui en fait le plus long cycle d’expansion de son histoire depuis 1854.

L’économie américaine est très sensible aux retournements, tandis que 70 % des Américains ont moins de 400 dollars de trésorerie devant eux. C’est dire leur vulnérabilité, selon Jean-Pierre Robin, du Figaro. Durant les vingt dernières années, chaque récession fut la conséquence du dégonflage des bulles créées par la Fed. Il n’en ira pas autrement cette fois.

Les titres bancaires européens sont à nouveau dans la tourmente. Depuis mai 2007, l’indice STOXX 600 des banques en Europe a plongé de 75 %, soit son niveau d’octobre 1995. Courant 2015, la crise bancaire italienne a refait surface et, depuis 2018, Deutsche Bank et d’autres banques européennes recommencent leur descente aux enfers. Les banques italiennes en faillite ont été renflouées par l’État ou des confrères, ces dernières années, et seuls des prêts « LTRO » de la BCE, d’ici quelques mois, pourront encore prolonger leur agonie d’un an ou deux.

Le 3 juin, le titre Deutsche Bank a atteint son plus bas historique à 5,80 euros, soit une chute de l’action de 95 % depuis son pic de 2007, 36 % depuis un an. Sa capitalisation boursière n’est plus que de 12,5 milliards d’euros. Sa faillite entraînerait celle de toute l’économie allemande. Elle ne pourra être sauvée que par l’État allemand. La première banque allemande va donc devoir se délester de 50 milliards d’euros d’actifs toxiques (produits dérivés) dans une structure de défaisance – un super Crédit lyonnais, un super Lehman Brothers en perspective. Deutsche Bank se recentrera alors sur les services et la gestion de fortune en abandonnant les activités liées aux marchés financiers, après avoir payé 14,5 milliards d’amendes pour des pratiques condamnables, des accusations étant toujours pendantes pour blanchiment d’argent.

Tout cela n’est pas sans nous rappeler L’Étrange Défaite de Marc Bloch. Le jour de l’écroulement du Système, les Occidentaux, tout comme les Français en juin 1940, trahis par les naïfs, ne l’auront pas volé ! L’or vient de franchir pour la première fois la barre des 1.400 dollars l’once, au plus haut depuis 2013.

Lire Boulevard Voltaire cliquez ici

18:38 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 22 juin 2019

Dans la Vienne, l'opposition aux éoliennes se radicalise

depuis_la_maison.png

Source La Nouvelle République

Vendredi 14 juin, un groupe d’une vingtaine de personnes s’est rendu à Mouterre-Silly pour manifester au pied d’un mât de mesure de 120 m installé sur la commune par le groupe Valeco, au lieu-dit « Fontaine de Saint-Mesmin ». C’est là également que le mât a été saboté dans la nuit de dimanche à lundi, selon une source proche de la commune. « Il a complètement vrillé et est tombé dans le champ. »

Romy Bonnet, présidente de l’association A ContreVent, opposée à l’implantation d’éoliennes, affirmait vendredi que ce mât « sera le symbole de notre contestation ». Mais elle ne s’attendait certes pas à ça. Elle avait prévenu la gendarmerie avant le rassemblement afin que tout soit fait dans les règles, surtout avec la venue d’Eddie Puyjalon, conseiller régional venu de Gironde en soutien aux associations loudunaises.

Ce n’est pas la première fois qu’un projet éolien est victime d’un acte de sabotage. Au cours de la nuit du 11 au 12 février 2017, un mât de mesure du vent, implanté à Savigné dans le sud Vienne, dans le cadre d’un projet de création d’un parc de huit éoliennes, s’était retrouvé à terre. Les câbles qui le maintenaient depuis trois ans avaient été sectionnés. Notre rédaction avait été destinataire d’un courrier de revendication adressé par un mystérieux « Collectif dissident action vent de colère ».

La FED condamne de tels actes et déplore l'attitude du ministère :

La Fédération Environnement Durable condamne totalement et fermement ce type d’action illégale.

Elle a alerté à de nombreuses fois les pouvoirs publics et les ministres de l’Intérieur sur les risques majeurs de voir se développer des actions illégales anti éoliennes incontrôlables.  

La FED déplore le refus systématique du ministre le l’Environnement François de Rugy d’écouter les citoyens victimes qui luttent légalement contre ces machines et elle constate que l'influence des promoteurs éoliens sur le ministre n'a cessé de progresser jusqu’à avoir réussi à obtenir qu'il signe des nouvelles dispositions administratives dérogatoires pour implanter à marche forcée ces éoliennes alors même que le rejet ne cesse de progresser dans la population (décrets de suppression des tribunaux administratifs notamment).

Cette volonté de faire taire toute opposition légale citoyenne, par tous les moyens est contraire aux principes même de la démocratie, ce qui ne peut conduire qu’à une situation de crise dont M. le Ministre portera la responsabilité.

2019 02 EOL PUB LIV.jpg

Le commander cliquez ici

12:43 Publié dans Combat anti-éoliennes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:46 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 21 juin 2019

Pèlerinage de Sainte Clotilde ce 22 juin à Vivières

Clo.jpg

Depuis 1947 a lieu chaque année en juin un pèlerinage national en l'honneur de sainte Clotilde. Il est venu s’ajouter à la fête locale de sainte Clotilde (3 juin) célébrée depuis des siècles dans la paroisse de Vivières. Le pèlerinage national de Vivières (dans l'Aisne) est organisé et animé spirituellement par la confrérie sainte Clotilde.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

12:37 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La Haute Idée que les Belges se font de la Macronie...

10:58 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

65190547_913094739033585_3680630837725888512_o.jpg

10:09 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les grandes impostures (1) : « Le nationalisme, c’est la guerre »

113037650.jpgFranck Timmermans  

Membre du Bureau politique

du Parti de la France

« Le nationalisme, c’est la guerre » (François Mitterrand en janvier 1995, repris par Juppé en 2016 et Macron en mai 2019).

Il y a comme une filiation entre ces trois-là et nul doute que vous l’aurez établie par la simple chronologie, l’étude des faits qui explique souvent tout. En 1995, c’était le dernier discours de Mitterrand, c’était au Parlement européen et ce n’était pas un hasard. Après l’ovation des eurodéputés énamourés, le Président rencontra à la préfecture de Strasbourg Le Pen et Hersant en grande conversation et dit à JMLP « Bonjour M. Le Pen, je vous ai bien eu tout à l’heure. (...) vous ne vous êtes pas senti visé ? » lequel répond : « Non, M. le Président ! Vous savez très bien que beaucoup de guerres n’ont rien à voir avec le nationalisme ; il y a des guerres de religion, des guerres pour le pétrole, etc ». Mitterrand l’admet à mi-mots : « Ah, c’est un grand sujet que la cause des guerres ; on n’a pas le temps d’en parler maintenant dans ce salon (...) Je le regrette d’ailleurs mais on va se revoir bientôt ? Je l’espère. À vous d’en décider. » Plus qu’une invitation, une invite ! Reste à savoir si les mémoires du sollicité en diront plus. Quoi qu’il en soit, Le Pen avait fort bien répondu (on dit « taclé » en novlangue…) mais c’est Carl Lang qui le fit dans le numéro du 1er février 95 de la Lettre de JMLP, avec d’excellents arguments. Sans doute, le Président du FN avait-il eu entre-temps l’occasion d’en débattre et il se dispensa donc élégamment d’un épilogue de trop dans son journal.

Resituons le contexte de 95 : nous sommes à 5 mois des élections présidentielles ; le Premier Ministre Balladur est en disgrâce pour avoir usurpé en août 1994 des prérogatives réservées à l’Élysée en l’absence de Mitterrand malade. La réaction prostatataire dudit est sans appel et son soutien discret à Chirac est dès lors acquis puisqu’il est hors de question d’adouber Jospin comme successeur du Pharaon. Le PS peut sombrer, après lui le déluge ! Ce discours dès le début janvier résonne comme une charge. J’aurais tendance à la considérer comme celle du chef autoproclamé du Front républicain d’alors, comme également un message de soutien indirect à Chirac, le candidat le plus viscéralement antilepéniste qui soit. Aucune équivoque ne doit profiter à Balladur qui a eu l’audace d’être conciliant avec le FN et qui pourrait même être tenté par un rapprochement, qui sait ? La chronologie parle encore : c’est le lendemain précisément, le 18 janvier, que Balladur a choisi depuis longtemps pour annoncer sa candidature à l’élection présidentielle. Et ce n’est pas un hasard si Mitterrand essaye dès la veille de lui voler la vedette et de cadrer le vrai débat. Voilà pour la forme florentine des tactiques. Sur le fond, ses divers successeurs ou disciples aiment donc à reprendre la formule. Pourtant, le Président jarnacais fit preuve d’un abus d’amalgame et sa grande culture d’essence maurrassienne n’en dévoile que davantage encore la manœuvre ! Mitterrand, pour la circonstance et les besoins de sa cause, se plut donc à confondre « nationalisme » et « impérialismes expansionnistes ». La diatribe est trop forte et générale pour se limiter à la seule 2e guerre mondiale, et il y aurait beaucoup à dire sur ses origines ainsi que sur les idéologies et protagonistes réellement en cause. Et il ne faut pas oublier ces pays de gouvernements « nationalistes » qui préservèrent leurs populations des affres de la guerre (Argentine, Portugal, Espagne, Turquie, etc). Au sujet de la 1ère Guerre mondiale, à qui donc faisait-il le reproche du « nationalisme », à l’assassin de l’Archiduc présenté comme tel, puis plus tard déifié par Tito ? À celui de Jaurès qui était un cinglé manipulé ? Ou aux Habsbourg, aux familles impériales toutes confondues et tant honnies par les loges et les Gauches réunies ? En France, ce sont bien des Radsocs comme Poincaré, Briand et Clémenceau qui étaient au pouvoir, ce n’est pas l’Action française, et ce fut bien Poincaré qui poussa la Russie à la guerre pour mieux encercler les empires centraux. Pour Mitterrand, qui sont les nationalistes fauteurs de guerre en 1870 ? Napoléon le « petit » comme disait Hugo ? Les Versaillais et Adolphe Thiers qui rétablirent la République ? Ou les communards avec parmi eux le Colonel Louis Rossel ? Le Nationalisme a trop bon dos, celui d’un fusible.

Mitterrand le savait pourtant bien, utiliser le manichéisme dans l’analyse des guerres c’est autant la réserver à la seule propagande du vainqueur ! Notre Nationalisme a trop à cœur l’économie du sang des Français pour être belliciste ! Le Nationalisme politique réagit toutes les fois où le peuple et la Nation sont en danger, qu’il soit économique, social, identitaire ou militaire, et aujourd’hui culturel, religieux et démographique. Son action est celle de défenses immunitaires. Si nous étions des provocateurs, nous aurions eu depuis longtemps l’occasion de mettre le feu aux poudres. Je dirais même que si le combat national avait été tout autre, les risques de guerre civile dès 1985 auraient pu conduire notre Pays au chaos et dans les bras du communisme. Le Pen a eu raison de répondre à Mitterrand. Aux religions et au pétrole, nous pourrions ajouter les guerres provoquées par les officines de pays qui n’avaient à l’époque rien de nationalistes, la CIA et le KGB, responsables de guerres civiles en Afrique et en Asie pour leurs besoins respectifs ; celles provoquées dès 1918 par le Communisme qui aura semé la mort de 85 millions d’hommes partout où il s’est installé ! Les guerres civiles aussi, comme en France et en Amérique, et dont les causes ne doivent rien au nationalisme, nous le savons bien. Les guerres de succession, les guerres économiques par FMI interposé, les blocus affameurs, les guerres ethniques et tribales, les guerres sporadiques dues au terrorisme, et même en 1969 une guerre du football qui opposa le Salvador au Honduras ! Demain, ce sera peut-être la guerre de l’eau, la guerre de l’air, la guerre du Dollar, celle des Réseaux internet ou celle des USA contre la Chine. Notre monde est fou. Et Mitterrand avait un sacré culot pour viser le FN en 1995, le premier parti politique à dire NON à la guerre en Irak dès 1990 !

Mais il avait ses raisons, toutes politiciennes. Et c’est là une circonstance aggravante pour un Président que d’utiliser un subterfuge pour ostraciser cyniquement une partie de l’électorat !

En 1995, Mitterrand avait l’excuse de l’âge, de la maladie et de l’orgueil pour scénariser sa sortie. En 2019, il n’y a pas d’excuses, il n’y a qu’un misérable spéculateur qui exacerbe les tensions d’un pays acculé au désastre par la faute du même Front républicain depuis 40 ans.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

00:27 Publié dans Franck Timmermans, Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook