Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 décembre 2009

Scarlett, le Sud et les Sudistes à l'honneur avec Jean-Claude Rolinat...

Scarlett2.jpg

C'est pour les amoureux du Sud et des Sudistes que notre collaborateur et ami Jean-Claude Rolinat, fin connaisseur des Etats confédérés, a écrit ce nouveau livre.

Tout à la fois ouvrage historique, chronique contemporaine et guide touristique, cet abécédaire du Sud profond évoquant neuf États est une pressante invitation au voyage. Alors, tournez les pages, laissez-vous porter par la petite musique des mots, réservez vos billets et... bouclez vos valises ! The "South gonna rise again" !

Ballade au pays de Scarlett, par Jean-Claude Rolinat, 290 pages, aux Editions Fol'fer (prix de vente public en franco de port 26 euros, 23 euros en librairie).

Jean-Claude Rolinat sera dimanche 6 décembre au 6ème Salon du livre d'Histoire (79 B, avenue Marceau 75016 Paris) où il dédicacera ses livres.

14:00 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sud, sudistes, scarlett, amérique, états-unis, jean-claude rolinat | |  Facebook

mardi, 03 novembre 2009

Jean-Claude Rolinat sera à Paris, mercredi 11 novembre, à la 3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale...

Photo 086.jpgJean-Claude Rolinat est sur tous les fronts. Elu local dans une petite commune de Seine-et-Marne, il prend son rôle à cœur et il ne compte pas son temps lorsqu’il s’agit d’aider ses administrés. Du temps, il en consacre aussi beaucoup à l’action politique nationale puisqu’il est membre de la direction de la Nouvelle Droite Populaire où il est chargé de l’implantation en province. Il collabore aussi à notre revue, Synthèse nationale, dans laquelle les lecteurs ont plaisir à lire ses articles toujours remarquablement documentés. Régulièrement, il donne aussi des chroniques au quotidien Présent. Et, comme si tout cela ne suffisait pas pour l’occuper, Jean-Claude Rolinat, passionné de voyages, trouve encore du temps pour écrire des livres. Il en a déjà publié une bonne douzaine et le dernier en date mérite qu’on s’arrête dessus.

 

Vous avez toujours voulu tout savoir sur le vieux Sud, sur le « Deep South » et le parcourir, parfois, en dehors des sentiers battus. Alors, pas d’hésitation, prenez le bouquin de Rolinat, Ballade au pays de Scarlett (*) et embarquez pour Atlanta, Nashville, Charleston ou Savannah et parcourez la chaîne des Appalaches ou sillonnez les marais aux eaux noires d’Okefenokee, chevauchez à Stone Mountain à côté des généraux Lee et Stonewall Jackson, visitez encore des demeures de rêve lovées dans de vertes frondaisons où la mousse espagnole semble accrocher aux arbres comme des guirlandes de Noël…

 

Cet abécédaire aux multiples entrées, de A comme Affirmative Action à Z comme Zoo d’Atlanta en passant par C comme Cherokees ou S, Southern Railway Museum ou encore T comme Twain (Mark), est plus qu’un guide touristique : c’est le bréviaire politique, historique, géographique et littéraire indispensable pour qui veut visiter le Nord de la Floride, les deux Caroline, l’Alabama, la Géorgie of course, le Kentucky, le Tennessee ou la Virginie. Après le Blanc soleil des vaincus de Dominique Venner, c’est l’autre livre sur la défunte CSA qu’il faut avoir en bibliothèque.

 

Jean-Claude Rolinat prendra la parole à la 3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale, mercredi 11 novembre, de 11 h 00 à 18 h 30, à Paris (Espace Grenelle, 5, rue de la Croix Nivert, XVème - métro Cambronne).  Il dédicacera aussi ses livres.

 

Scarlett.jpg(*) Ballade au pays de Scarlett,  286 pages, aux éditions Atelier Fol’Fer (BP 20047 – 28260 Anet), 26,00 € franco.

 

vendredi, 10 novembre 2006

DE LA DEFAITE DE BUSH A LA VICTOIRE DE L'EUROPE !

La défaite des Républicains américains, ou plutôt la défaite de la politique imbécile de Bush, aura-t-elle des conséquences sur la politique internationale, en particulier au Moyen-Orient et aussi en Europe ? Nous ne pourrions que le souhaiter. Il est plus que temps, en effet, d’en finir avec cette paranoïa dominatrice et mal placée qui guide depuis des années la politique américaine dans le monde.

 

Au  Moyen-Orient, l’échec, pourtant annoncé, de l’agression contre l’Irak pourrait à lui seul suffire pour illustrer la bêtise exaltée du locataire de la Maison Blanche. Mais, derrière une obsession sécuritaire et un fanatisme religieux, n’oublions pas que se cachent les intérêts et la volonté hégémonique des compagnies pétrolières texanes dont Bush n’est que le pantin servile.

 

Cependant, ne nous faisons pas d’illusions. Il y a fort à parier que celui, ou celle, qui succédera à Bush mènera exactement la même politique impérialiste, car celle-ci est inscrite dans l’essence même de ce que sont les Etats-Unis d’Amérique. Les Américains ont un besoin vital de dominer le monde. Voilà pourquoi, lorsqu’ils interviennent quelque part, c’est toujours la même rengaine en trois actes :

 

Dans un premier temps, leurs guerres se veulent « morales ». Il y a toujours une bonne raison, certes plus ou moins fallacieuse, qu’on se charge de faire avaler à grand renfort de complicités médiatiques à l’ensemble des gogos de la Communauté internationale. De la Guerre de sécession (où le Nord protestant prétexta la lutte contre l’esclavagisme pour s’emparer des richesses du Sud catholique) à la dernière guerre du Golfe (où il fallait soi disant en finir avec un « tyran sanguinaire » et qui se termine par un bain de sang quotidien à côté duquel les frasques kurdophobes de Saddam ressembleraient presque à de la blédine pour enfants gâtés…), en terme de manipulation de l'information, les Américains sont passés orfèvres en la matière.

 

Ensuite, on continue par une guerre « totale » (destructions massives et injustifiées, massacres de populations civiles, asphyxie des économies locales…), avec tout ce que cela peut représenter de bénéfique pour le lobby militaro-industriel yankee. Mais, puisque c'est au nom des "droits de l'homme", on préfère ne rien dire et fermer les yeux...

 

Et le tout doit se terminer par une victoire « vénale », car celle-ci ne peut qu’engendrer de juteux marchés liés à la reconstruction des pays que ces guerres auront ravagés. Sans oublier la vassalisation de ceux-ci à la super puissance « libératrice »…

 

Le seul « hic », c’est que, depuis l’échec en Indochine dans les années 70 (où pour une fois ils avaient pourtant une bonne raison de s’engager...), les choses ne sont plus ce qu’elles étaient. La déculottée quotidienne que les Américains et leurs larbins subissent en Irak depuis 2002 ne fait que nous renforcer dans notre espérance de voir un jour prochain l’hégémonie malsaine de cet empire de pacotille s’effondrer.

 

Mais, pour cela, il faut aussi que l’Europe y mette un peu du sien. Nous savons que nous n’avons rien à attendre des technocrates bruxellois qui la dirigent actuellement. Notre espoir se place dans le réveil de nos Peuples. Seule la volonté de ceux-ci permettra à l’Europe de retrouver sa place légitime de première puissance mondiale.

 

Roland Hélie

 

10:05 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, droite nationale, amérique, europe, fn, le pen, france | |  Facebook