Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 août 2020

La Dissidence française cesse ses activités

Unknown.jpg

Communiqué de la Dissidence Française :

Par décision de ses instances nationales, et sur proposition de son président, la Dissidence Française cesse à compter de ce soir l’ensemble de ses activités politiques, éditoriales et militantes.

Cette décision fut prise à l’unanimité. Elle se justifie d’abord par l’inertie et les pesanteurs d’une mouvance nationaliste qui, à quelques exceptions près et malgré nos efforts constants en vue de la réorienter, n’est pas parvenue à s’extraire de sa marginalité et à se hisser à la hauteur des enjeux de notre temps. Mais elle se justifie surtout par la gravité de la crise économique, sociale et politique qui frappe aujourd’hui notre pays, et qui doit obliger chacun à un devoir d’inventaire et à un examen critique de son engagement militant afin d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

Nous adressons nos remerciements à toutes celles et à tous ceux qui, en tant qu’adhérents, donateurs ou militants, se sont investis bénévolement et durant près de dix ans dans cette belle aventure que fut la Dissidence Française. À l’heure de tourner la page, c’est avec fierté que nous pouvons considérer une oeuvre qui fut toujours poursuivie dans l’honneur et la rectitude, sans jamais céder à l’esprit de défaite, aux démagogies et aux intrigues qui caractérisent trop souvent la vie politique française.

Demain, dimanche 2 août 2020 à 15h, Vincent Vauclin dévoilera lors d’une intervention vidéo, diffusée sur YouTube et Facebook, les suites qu’il se propose de donner à ce combat.

Source : cliquez ici

10:21 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’or et l’argent n’ont pas fini de grimper

vannes-il-commande-un-maillot-et-se-fait-livrer-des-lingots-dor-1326104.jpg

Marc Rousset

Le cours de l’or à Londres, ce vendredi 31 juillet, était de 1976,10 dollars l’once, donc très proche de la barre des 2.000 dollars qui pourrait devenir une nouvelle référence, et bien au-dessus du record précédent de 1.921 dollars, en septembre 2011. Le cours du métal jaune s’est apprécié de plus de 25 %, depuis le début de l’année. Le coronavirus n’aura fait qu’accélérer et confirmer les thèses de ceux qui, avant sa venue, pronostiquaient déjà une grave crise économique, suite à l’hyperendettement démentiel tous agents, partout dans le monde, qui ne pouvait trouver une solution que par la création monétaire et l’hyperinflation. En fait, ce ne sont pas l’or et l’argent qui grimpent, mais les agents économiques qui perdent confiance dans la valeur des monnaies.

Toutes les conditions pour faire grimper les métaux précieux sont réunies : politique monétaire laxiste, taux réels des obligations en territoire négatif, incertitudes autour du virus, plans démentiels de relance économique des États par la dette, nouvelles mesures d’assouplissement monétaire prévues par la Fed et la BCE, risques de krach boursier, tensions Chine-États-Unis.

L’argent a dépassé les 24 dollars l’once pour se diriger vers les 25 dollars, alors qu’il s’achetait encore, en mars, pour 12 dollars. Il s’est apprécié de 25 % durant le seul mois de juillet, soit sa seconde plus forte hausse mensuelle de l’Histoire. Mais l’argent semble toujours sous-évalué par rapport à l’or car il est encore très loin de son record d’avril 2011, à 48,59 dollars l’once. Il faut, aujourd’hui, environ 80 onces d’argent pour acheter une once d’or, alors que la moyenne historique est de 60. L’argent est plus spéculatif que l’or car il est utilisé davantage à des fins industrielles et il n’est plus acheté de nos jours par les banques centrales, qui ont renoncé au bimétallisme or-argent des siècles précédents.

Les fonds souverains commencent à bouder les actions pour investir dans les métaux précieux. Selon Invesco, 18 % des banques centrales envisagent d’acheter encore de l’or, tandis que ce pourcentage passe à 23 % pour les fonds souverains. Les banques centrales achètent exclusivement des lingots physiques, tandis que les fonds souverains préfèrent les ETF (Exchange Traded Funds), les contrats à terme et les swaps (contrats d’échange de flux financiers). La performance de l’or est d’autant plus exceptionnelle que la demande d’or chinoise a chuté pendant le premier semestre. Ce sont donc les achats dictés par la peur (« fear trade ») qui ont alimenté la hausse du métal jaune.

Jamais, en 244 ans, depuis la fondation des États-Unis d’Amérique, l’économie américaine n’a été aussi inondée d’argent. La masse monétaire M2, qui est la plus caractéristique, a augmenté en un an de 24 % aux États-Unis, ce qui n’a jamais été le cas jusqu’à présent. C’est cette création monétaire effrénée qui alimente la hausse explosive de l’or. Une fois encore, Ray Dalio, le fondateur de Bridgewater Associates, qui recommandait l’achat d’or en janvier dernier, aura eu raison. Même si le cours de l’or devait connaître une correction passagère, il poursuivra son ascension en reprenant sa marche en avant. Selon Bank of America, l’or pourrait atteindre les 3.000 dollars dans les 18 mois à venir. L’objectif à court terme de Citigroup est de 2.100 dollars l’once. Quant à Goldman Sachs, les prévisions à 12 mois ont été relevées à 2.300 dollars l’once.

Des prix élevés sur l’or sont inévitables au moment où nous entrons dans une période semblable à l’environnement apparu après la crise financière mondiale de 2008-2009, d’autant plus que cette crise n’est en fait que le prolongement de celle de 2008 avec l’accélérateur Covid-19 en plus, mais cette fois-ci, au lieu de chuter comme après 2011, les prix de l’or pourraient bien continuer de monter à la verticale, comme en Allemagne en 1923, dès que l’hyperinflation apparaîtra en 2021 ou 2022.

10:12 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Séparatisme ! De quoi s’agit-il ?

661-magic-article-actu-c4d-c1f-56a634a53aee3ac6fb3489dc2c-jean-castex-veut-combattre-le-separatisme-et-l-islamisme-qui-s-en-prennent-aux-lois-de-la-republique|c4dc1f56a634a53aee3ac6fb3489dc2c.jpg

Le billet de Patrick Parment

Le camarade Castex nous a fait clairement savoir qu’il allait s’attaquer au « séparatisme »… social, j’imagine. Voici donc un nouveau mot dans la langue techno pour désigner tout simplement le communautarisme qui sévit dans la société française et plus particulièrement sa version islamique, car il ne saurait être question de désigner la communauté juive qui, elle, ne pose aucun problème et qui se distingue essentiellement par une demande de lutte contre l’antisémitisme. On notera toutefois que l’antisémitisme n’atteint guère le degré de délinquance dû à l’islam et à ses sbires communautaires.

Ce gouvernement est en fait devant un double problème. Celui de l’immigration en général qui voit l’arrivée régulière sur notre sol des individus extra-européens qui vont venir alourdir les comptes sociaux – c’est-à-dire ponctionner le travail des Français -, et un problème proprement communautaire qui est celui des communautés islamiques où se retrouvent des races diverses et variées, du Maghrébin au Noir en passant par les Pakistanais et autres. Ce gouvernement – mais aussi tous ceux à venir – devrait reconnaître enfin cette réalité que l’immigration déchire la société française. Est-il acceptable, par exemple, que les zones de non-droit, ces cités où la République n’a aucun sens, prolifèrent et corollaire d’une délinquance qui prend des proportions inquiétantes. On voit mal le trio Macron-Castex-Darmanin apporter des solutions à une encablure de l’élection présidentielle.

Mais ce gouvernement a-t-il aussi à l’esprit que ce qu’il appelle « séparatisme » - et dont il ne donne aucune définition -, concerne aussi la France gauloise, elle-même fracturée entre une France urbaine et une France péri-urbaine et rurale. Du côté urbain les tenants d’une économie libérale qui vit bien de la mondialisation et de l’autre celle des Français qui paient la facture ? Une France majoritaire puisqu’il s’agit de la classe moyenne dont les Gilets jaunes sont l’expression la plus voyante. Car cette France-là existe toujours et c’est même elle qui constitue le gros des abstentionnistes aux élections. L’élection, dans les grandes villes notamment – Paris, Marseille, Lille, Lyon, Tours Poitiers, etc. - avec ses élus écolos et autres qui crient victoire ne sont en fait représentatifs de rien du tout puisque l’abstention a atteint 60%. Comme par hasard, la plupart des maires des petites et moyennes communes ont été réélus dès le premier tour. Cherchez l’erreur !

Ce gouvernement a donc deux fronts devant lui et on pourrait même en ajouter un troisième avec l’Europe. Mais, ce n’est pas nouveau qu’on ne voit poindre la moindre issue. Ah, si, les Américains ont déplacé leurs troupes d’occupation en Allemagne et installés leur QG en Belgique voire envoyer des troupes en Pologne, tant les Polonais ont la trouille de voir débarquer les Russes. Bref, ces troupes américaines, c’est encore un moyen de semer la zizanie en Europe et d’affaiblir les Européens. On se pose la question de savoir  quand cesseront-nous d’être naïfs ?

Pour nous résumer, l’avenir est sombre pour Castex et son gouvernement qui va devoir faire face dès septembre a une situation sociale des plus tendue. En effet, il y a tout lieu de craindre que les faillites et autres dépôts de bilan s’accélèrent, que le nombre de chômeurs augmente. Et nul ne sait à l’avance comment la société réagira, quels mouvements sociaux cela risque d’engendrer. Monsieur Castex et son petit personnel ministériel ont tout intérêt à bien profiter de leurs vacances, la rentrée risque fort de n’être pas sereine du tout.

10:12 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook