Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 octobre 2015

Bing, Bang, Bong... Les Brigandes

21:08 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

FRANCE, LE PAYS OÙ IL NE FAIT PLUS BON VIVRE ?


bon vivre_france.jpg

Dr Bernard Plouvier Métamag cliquez ici

Un sondage, mené cet automne en milieu estudiantin dans divers pays d’Europe et d’Amérique du Nord, classe la France au 19ème rang des pays « où il fait bon vivre », loin derrière de nombreux pays réputés moins riches. Est-ce étonnant ?

Il est bien loin le temps où les Allemands disaient : « Heureux comme Dieu en France »… à moins que, par une géniale anticipation, ils n’évoquaient la situation en Gaules d’un Allah exotique au XXIe siècle. Lorsque l’on a connu la France des années 1960-80 – c’est l’un des rares privilèges que l’on obtienne par la vieillesse -, l’on peut très facilement comprendre la dégringolade en matière d’attraction pour les étrangers hautement désirables (les gens honnêtes, intelligents et travailleurs) et l’entrée dans la zone de répulsion, éprouvée par des Français autochtones de grande qualification technique et de haute valeur morale. Pourquoi vivraient-ils dans une France aveulie et se complaisant dans sa médiocrité, envahie d’extra-Européens de comportement agressif, voire parasitaire, et continuant inlassablement d’en accueillir de nouveaux ?
 
À partir de 1981, de soi-disant socialistes ont fait entrer la France dans le monde merveilleux de l’économie globale et de la mondialisation des vies politique et sous-culturelle. Les politiciens de la droite molle et du centre marécageux ont poursuivi ce chemin, pavé d’or pour eux-mêmes et leurs familles, à défaut de l’être pour la Nation. Délocalisations d’entreprises, restructurations et « plans sociaux » ont fait passer le chômage réel (pas obligatoirement celui annoncé par les organismes truqueurs de statistiques) d’1,5 million en avril 1981, à 3 millions en 1983 et à plus de 5,3 millions de nos jours. Beaucoup de chômeurs, gavés d’allocations et de stages de formation plus ou moins utiles, se sont contentés d’engraisser, de s’alcooliser et de vivoter sans projet d’avenir. En 2015, des centaines de milliers de Français diplômés d’Université sont chômeurs ou sous-employés (donc sous-payés), insatisfaits, indéniablement aigris.
 
On conçoit que l’attraction soit faible pour des Européens ou des Canadiens cherchant un lieu de vie étranger et qu’une répulsion se fasse jour chez de nombreux diplômés autochtones aventureux. C’est le schéma inverse de ce que l’on constatait durant les années 1970-80.
 
Il est une autre cause à cette double désaffection : l’immigration-invasion des Africains (noirs et maghrébins) et des Moyen-Orientaux, apportant avec eux leurs haines racistes anti-Blancs, leur religion médiévale, fanatique et conquérante, l’islam, important sur le sol français la guérilla – par définition extra-européenne – entre Juifs et musulmans, au nom de la lutte antisioniste, indifférente par essence à tout Français autochtone.
 
À terme, soit dans un demi-siècle, même sans l’intervention des terroriste « fous d’Allah », par le simple jeu de la différence de rythmes de reproduction entre autochtones victimes de la sottise féministe et immigrés à la démographie de primitifs, il est évident que l’on assistera au « génocide mou », à la substitution de population dominante, à l’instauration d’un État islamique en France (et en Belgique, en Allemagne, en Grande-Bretagne etc.). 

Les Français, veules autant que sottement accueillants, auront transformé en un Enfer, régi par la charîa, ce qui avait été, sinon un Éden, du moins un pays où, en dépit de querelles politiques et sociales devenues avec le temps non sanglantes, il faisait bon vivre.

On peut soit constater tristement le résultat logique du sondage évoqué plus haut, voire reconnaître qu’une 19ème place, c’est peut-être inespéré, quand l’on sait ce qui se passe à Roubaix, Marseille, Montpellier, Tours-Nord et Joué-lès-Tours, Rouen-Sottevilleetc. (soit plus d’un millier de « cités de non-droit », dominées par ce que l’on appelle à bon droit la « racaille immigrée »), soit s’insurger, ce qui revient à chasser les politiciens ineptes, inaptes et corrompus, renvoyer massivement les extra-Européens dans leurs continents d’origine (Afrique, Proche-Orient, Asie du Sud-Ouest) – en conservant les Extrême-Orientaux travailleurs et calmes s’ils se plaisent chez nous et demeurent en faible nombre -, enfin se lancer dans l’aventure de l’union des nations autochtones d’Europe… c’est, pour les vrais Européens, le défi du XXIème siècle.

12:32 Publié dans Revue de presse, Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 30 octobre 2015

Sur TV Libertés, Pierre Cassen revient sur l'affaire du Tribunal de Melun

23:38 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

CONFIRMATION : LE SOLEIL SE LEVE BIEN A L’EST ET SE COUCHE A L’OUEST…

3912090810.2.jpgLe Bloc-notes de

Jean-Claude Rolinat

Deux résultats, l'un en Suisse, l'autre en Pologne retiennent cette semaine notre attention.

Après la victoire le 18 octobre de l’UDC, l’Union Démocratique du Centre, qui devient le premier parti en  Suisse ( 29,5 % contre 28,9 % en 2007),  avec 62 élus au Conseil National, la chambre basse du Parlement de Berne, les électeurs polonais viennent de renforcer en Europe ce dimanche 25 octobre, le camp des formations « populistes », comme « ils » disent. Déjà, l’élection d’un Président de la République issu des rangs conservateurs du PIS, le Parti du Droit et de la Justice présidé par Jaroslaw Kaczynski, frère jumeau d’un  Président disparu dans le crash de son avion à Smolensk, avait sonné le glas des prétentions des libéraux centristes de la Plateforme civique (PO), dont Donald Tusk est l’échantillon le plus représentatif. Ce dernier sévit désormais à Bruxelles à la tête du conseil de  l’Union Européenne. (UE).

Cette victoire est nette et sans appel. Avec 38 % des voix et 238 sièges à la Diète de Varsovie, la députée Beata Szidio pressentie pour la primature, disposera d’une confortable  majorité face à l’opposition libérale du Premier ministre sortant, Madame Ewa Kopacz dont le mouvement n’obtient  avec 23,4 % des suffrages que 135 élus.  Le PIS qui a déjà dirigé la Pologne, assez proche de l’église, se caractérise par un programme social-conservateur, hostile à toutes les attaques contre la famille traditionnelle. Proche des orientations de son voisin Hongrois Victor Orban, le PIS  ne voit pas du tout d’un œil favorable la mise en place de quotas pour les « réfugiés ». Seule ombre au tableau, ce parti, s’il est eurosceptique, se distingue par un Atlantisme affiché allant, par exemple, jusqu’à regretter la signature d’un contrat avec Airbus pour l’achat de 50 hélicoptères « Caracal ». Il est vrai que l’on peut admettre cette attitude sans pour autant l’approuver, compte tenu de nos propres intérêts : la firme américaine Sikorski n’a-t-elle pas des usines en Pologne et le PIS ne se réclame-t-il pas de la doctrine de la  « préférence nationale » ?

AU CANADA, VICTOIRE  DE LA PARTITOCRATIE HEREDITAIRE

A l’Ouest, au Soleil couchant, rien ne va plus, à supposer que tout allait bien auparavant. Après deux mois de campagne électorale à travers tout le Canada, Trudeau junior a été nommé le 19 octobre dernier  Premier ministre de la fédération, le 23e  élu à occuper ce poste. Avec 184 sièges à la Chambre des communes obtenus grâce à une majorité absolue de 54,4 % des voix, son parti  le Parti libéral,  bat le  conservateur sortant Stephen Harper, 29,3% et 99 députés. Le très écologiste et progressiste NPD, Nouveau Parti Démocrate, se classant quant à lui à la troisième place avec 13% des suffrages et 44 représentants. Le Bloc Québécois, souverainiste, est bon dernier avec seulement 10 parlementaires et 3 % des électeurs, mais il est vrai qu’il ne concourrait que dans la seule « Belle province » encore majoritairement francophone. Qui est  Justin Trudeau ? Son CV  est assez vide. Sa stupéfiante ascension n’est due qu’au nom qu’il porte : Trudeau. Son père, le défunt Eliott, bellâtre qui courait les jupons, progressiste invétéré dépénalisant l’avortement et l’homosexualité, favorable au multiculturalisme, adversaire déterminé des souverainistes québécois – il n’hésita pas à lâcher ses chiens de guerre contre les indépendantistes – menant dans les années soixante-dix une diplomaties indulgente aux pays communistes, était une sorte d’Olof Palme canadien. Son rejeton a multiplié les professions de foi favorables aux immigrés et a courtisé effrontément la communauté musulmane  dans un pays en décadence complète où la Cour d’appel fédérale n’a pas hésité à désavouer le précédent gouvernement conservateur en autorisant, de facto, le niquab ! Il faut dire qu’avec un Premier ministre « de droite » comme Stephen Harper, les conservateurs canadiens étaient servis : sous son mandat, 265 000 nouveaux immigrants sont entrés l’an dernier au pays des caribous et des feuilles d’érable ! Trudeau junior, une chance pour le  Canada ? Le Premier ministre qui ne sera officiellement intronisé que  le 4 novembre, a déjà annoncé qu’il ferait cesser les frappes de la RCAF – la Royal Canadian  Air Force - contre l’Etat Islamique. Tiendra-t-il ses promesses concernant la légalisation de la marijuana, la création d’une taxe carbone et l’accueil de 25 000 réfugiés syriens ? A suivre, avec consternation !

ALCAZAR REMPLACE TAPIOCA

Terminons ce petit tour d’horizon électoral par une note plus aimable avec la victoire au Guatemala – l’un des plus beaux pays d’Amérique centrale, - de l’humoriste Jimmy Morales qui vient d’être élu  le dimanche 25 octobre, Président de la République. Lors de ce second tour de la consultation électorale présidentielle, cet animateur comique à la télévision vient d’obtenir 68 % des suffrages de ses compatriotes, battant une ancienne Première dame, Sandra Torres. Il faut dire que les Guatémaltèques sont lassés de la corruption qui touche le personnel politique : l’ancien Président Otto Perez et sa Vice-Présidente Roxana Baldetti ne sont-ils pas sous les verrous ? En envoyant un clone de Mister Bean ou de Benny Hill à la Casa Crema, l’Elysée guatémaltèque, les électeurs ont-ils voulu tourner les pages sombres de la guerre civile qui endeuilla le pays pendant presque trente ans ? En tout cas voici un pays du tiers-monde qui n’hésite plus à incarcérer ses brebis galeuses. Un exemple à suivre ? Dans une démocratie « comme la nôtre », la chose est encore difficilement admissible par la classe politique.

10:12 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 29 octobre 2015

Sortie du nouveau film de Cheyenne-Marie Carron : Patries

AffichePatries1HD.jpg

L'avis de Pascal Lassalle, animateur d'émission sur Radio Courtoisie :

J'ai vu "Patries", de la réalisatrice catholique (on pourrait presque dire pagano-chrétienne !) Cheyenne-Marie Carron, hier soir. 

J'ai passé un grand moment de cinéma avec un film d'auteur au bon sens du terme, maîtrisé de bout en bout et surtout sincère,servi par une interprétation juste et des dialogues généralement inspirés, avec quelques moments de grâce élégiaques qui montrent que les muses ne sont pas indifférentes à cette réalisatrice singulière. 

Quelques longueurs ne nuisent pas à l'ensemble qui a le courage d'aborder dans une perspective ethno-différencialiste la lancinante question de l'identité et de l'enracinement dans la vie des êtres, au sein de notre société de déréliction, sans parler de ce racisme anti-Blanc dont la réalité est niée par les " bien-pensants" de tous poils. 

Encore toutes mes félicitations et tous mes encouragements à persévérer à cette jeune femme talentueuse et courageuse en quête identitaire, artistique et spirituelle qui se fait l'écho de ce qu'il reste de profond et d'authentique dans cette France et cette Europe que nous aimons... 

Le site de Cheyenne Marie Carron cliquez ici

21:20 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ils ont tué Joseph Scipilliti, l'avocat de Riposte laïque : faites circuler son testament « J’accuse »

image001.png

Pierre Cassen et Christine Tasin Riposte laïque cliquez ici

Joseph Scipilliti est mort ce matin, après avoir tiré 3 coups de feu sur le bâtonnier Henrique Vannier cliquez ici.

Avant de mourir, il a envoyé à un certain nombre de destinataires, dont nous, qu’il avait si brillamment défendus plusieurs fois, un livre sous pdf à télécharger ici où il décrit le processus inexorable qui l’a conduit à son acte de ce matin : Journal indélicat cliquez ici

Il y décrit un système fait pour broyer celui qui ose être, qui ose dire non, qui ose désobéir, ne pas ramper…

L’émotion nous submerge. Le regret, infini. La révolte, terrible. Nous rendrons un peu plus tard à Joseph tout l’hommage qu’il mérite.

Lisez son testament, faites-le circuler. C’est le meilleur hommage à ce qu’il fut, à son patriotisme.

Parce que Joseph était un patriote. Il a été un des premiers à adhérer à Résistance républicaine en 2010, en nous offrant sa compétence d’avocat. Au début, il ne voulait même pas qu’on le paye (et quand on lit son ouvrage on comprend qu’il était dans une situation financière très difficile…) ; c’est nous qui avons insisté pour qu’il accepte une juste rémunération eu égard au travail qu’il effectuait pour nous, à Résistance républicaine comme à Riposte laïque. 

Naturellement la machine à broyer le patriote, celui dénonce le mur des cons, se met en marche. Ils osent écrire qu’il aurait eu des problèmes personnels quand c’est tout le système qui s’est acharné contre lui.

Ne les croyez pas, lisez, faites circuler son testament. C’est vital.

12:10 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Anvers : une initiative concrète de Filip Dewinter et du Vlaams belang

1196871310.20.jpg

 Filip Dewinter, Anke Van dermeersch, Jan Penris présentent le « bus du retour »

Le Vlaams Belang de la plus grande ville de Flandre lance une lettre ouverte, distribuée sur les marchés et à l’entrée des centres d’asile, en arabe, persan, néerlandais et anglais, afin d’informer les demandeurs d’asile à propos de la possibilité de retour et de leur dire qu’ils ne sont pas les bienvenus. Un « bus du retour » reconduit gratuitement les demandeurs d’asile qui le désirent à la frontière. Un numéro de téléphone est inscrit dans la lettre ouverte afin de pouvoir prendre contact et planifier le transport avec ce véhicule.

Source Le blog de Lionel Baland cliquez ici

00:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi, c'est le jour de Rivarol

homepage_logo.jpg.png

3,50 €, chez votre marchand de journaux

CHN 7 Croix celtique.jpg

Dans ce numéro de Rivarol, un article sur le n°7 des Cahiers d'Histoire du nationalisme consacré à la croix celtique cliquez ici

00:21 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Chronoque de la France asservie et résistante

rs.jpg

Robert SPIELER - RIVAROL N° 3207 du 22 octobre 2015

 

PAS DE gros souci pour Florian Philippot qui a tranquillement placé trois de ses ami(e)s sur les listes pour les élections régionales en Ile-de-France. Ils ou elles sont à la fois attaché(e)s parlementaires de l’eurodéputé Philippot et membres de son équipe au siège du parti. C’est un peu plus compliqué pour Marion Maréchal. Elle explique, assez habilement dans Var-Matin, alors qu’elle est confrontée à la menace de voir se constituer une liste dissidente en Paca, menée par le maire d’Orange Jacques Bompard, et composée notamment d’anciens fidèles de Jean-Marie Le Pen : « Moi, je ne suis pas en rupture avec Jean-Marie Le Pen, je le vois, je discute avec lui. Je sais ce que je lui dois ! ». Jean-Marie Le Pen pose ses conditions, déclarant : « Je pense que Marion doit faire ce qu’il faut pour intégrer tous les patriotes de Paca dans sa liste […] Je pense que l’intérêt de la liste soutenue par le FN […] est d’intégrer le maximum de bonne volontés ». Il vient de demander lors de la dernière séance plénière du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, vendredi 16 octobre, à ses soutiens de se “rallier” à Marion Maréchal, évoquant « l’intérêt supérieur de la Paca et de la France ». Il a déclaré : « Stratégiquement, je demande à mes amis de ne pas se présenter (en dehors de la liste officielle du FN) et je demande à Marion Maréchal de faire une liste qui soit réellement ouverte, jusqu’au Front national ». Etrange formule… Le Front national ne serait-il plus dans le Front national, comme « Rome n’était plus dans Rome » pour reprendre l’affirmation de Quintus Sertorius dans la tragédie de Corneille ? Jean-Marie Le Pen explique : « Je lui ai fait mes suggestions » avec « une dizaine de noms » tout en affirmant que la composition des listes n’avait pas été abordée oralement lors de leur entretien. « Nous n’avons parlé que de choses bourgeoises », dit-il. Il estime (et il n’a certes pas tort) que « la présentation d’une liste dissidente » est « stratégiquement difficile ». JMLP espère sans doute ainsi pouvoir sauver de la guillotine mariniste quelques-uns de ses fidèles, ce qui semble cependant illusoire.

 

LA RÉCONCILIATION EN MARCHE EN PACA ?

 

La réconciliation serait-elle en bonne voie en Paca ? Vous plaisantez ? Marion Maréchal Le Pen a indiqué, il y a quelques jours à Toulon, qu’il n’était « pas question de chantage ou même de négociations ». « Je considère que je vais peut-être (peut-être !) défendre un certain nombre d’élus sortants en commission nationale d’investiture (CNI) mais de toute façon c’est la CNI qui tranche ». Et puis l’énervée en chef, Marine Le Pen, précise de façon assez méprisante : « Marion fait ce qu’elle veut pour organiser ses listes, elle les présente à la CNI (la commission nationale d’investiture) et c’est la CNI qui tranche ». Autant dire que ceux qui ont déplu un jour ou l’autre à l’excitée sont guillotinés d’avance. Dans quels bains de sang tout cela finira-t-il ? En attendant, les résistants ne baissent pas les bras. Plusieurs anciens conseillers régionaux, dont Lydia Schénardi, ont confirmé rejoindre les listes « Union des droites » du député-maire d’Orange Jacques Bompard (Ligue du Sud). Jean-Marie Le Pen, quant à lui, assure ne pas être « en guerre » contre sa fille, ajoutant : « Je suis un pacifique. J’ai multiplié les gestes de conciliation et réconciliation. J’espère qu’ils aboutiront ». Alors qu’on lui demandait quel message il voulait envoyer à sa fille Marine en se ralliant à sa petite-fille Marion : « Quel message ? Eh bien, je dis “aime-moi !” » Souhaitons-lui bon courage… La suite, sanglante, forcément sanglante, au prochain épisode…

 

JEAN-MARIE LE PEN À L’OFFENSIVE CEPENDANT

 

Ceux qui avaient imaginé que le Menhir se laisserait égorger sans réagir en sont pour leurs frais. Le 14 octobre il a assigné en justice le Front national pour demander sa réintégration au sein du parti dont il avait été exclu le 20 août et réclame également deux millions d’euros au FN au titre de dommages et intérêts. Et ce en réparation « du très grave préjudice » porté « à la fonction de président d’honneur » ainsi qu’« à sa dignité, à son honneur, à sa notoriété et à son action politique ». Dans l’assignation déposée au siège du FN, il exige aussi sa « réintégration parmi les membres » du parti et demande à la justice de « constater en tout état de cause que l’exclusion prononcée ne saurait avoir pour effet de remettre en question [sa] qualité de président d’honneur » et « de le priver des droits et devoirs statutaires attachés à cette qualité ». Dans cette assignation (de 65 pages !), l’avocat de JMLP, Frédéric Joachim, exige que le président d’honneur puisse siéger dans toutes les instances du parti. Depuis le 20 août, Le Pen n’a eu de cesse de contester son exclusion, estimant que ses “exécuteurs” — les quatre membres dirigeants du FN ayant voté la sanction — étaient « juges et parties » pour les uns, aux ordres de Marine Le Pen pour les autres. « La décision était prise à l’avance, par une formation dépourvue de toute objectivité, qui avait reçu l’ordre de la présidente d’exclure coûte que coûte M. Le Pen au mépris de toute impartialité, la réunion n’étant qu’un simulacre destiné à habiller cette exécution d’un semblant de démocratie interne », juge Frédéric Joachim dans son assignation. L’audience pourrait se tenir début 2016, selon L’Opinion qui nous raconte cet épisode du « totalen Krieg » (la guerre totale) qui l’oppose à Marine Le Pen. Il vient de remporter trois victoires judiciaires contre le parti squatté par sa fille. Sera-ce la quatrième ?

 

MORANO GAGNE TRENTE POINTS AUPRÈS DES ÉLECTEURS FN !

 

Une enquête Ifop-Fiducial récemment réalisée pour Paris-Match et Sud Radio nous l’apprend : Nadine Morano a gagné au niveau national cinq points d’opinions favorables, passant ainsi de 27 % à 32 %. Elle se retrouve ainsi au même niveau que Marine Le Pen, la présidente du Front National. Jamais elle n’a été aussi populaire depuis qu’elle a parlé de la France comme étant « un pays de race blanche ». L’enquête révèle ainsi que, dans le détail, la popularité de l’ancien ministre a grimpé de huit points chez les Républicains et de trente points chez les frontistes ! Elle obtient le même score que Philippot auprès des électeurs du FN (55 % d’opinions favorables). Mais la pauvre perd, on se demande pourquoi, huit points chez les socialistes. En attendant, elle veut être candidate aux primaires de 2016. Sarkozy n’a pas fini de souffrir… Après avoir sanctionné Morano, le leader des Républicains recule globalement de 2 points dont 6 points dans sa famille politique passant derrière Alain Juppé et François Fillon.

Capture 1.JPG

TROP DRÔLE ! LE PORTE-PAROLE DU KREMLIN SE MOQUE D’UN JOURNALISTE

 

Question dans le registre de la gravité du journaliste : « Comment différenciez-vous, lors des bombardements en Syrie, les terroristes normaux des rebelles modérés ? » Réponse du porte-parole du Kremlin : « Depuis le début des opérations militaires en Syrie, nous avons pris cela en considération. Contre les terroristes normaux, nous utilisons des bombes normales, et contre les terroristes modérés, nous avons recours seulement à des bombes modérées. Nous nous sommes orientés dans ce sens, autrement dit, dans le sens de la Justice. »

 

Le journaliste, sans doute un peu handicapé de la comprenette, lui demande : « Excusez-moi, mais pouvez-vous me dire en quoi les bombes modérées sont différentes des bombes normales ? »

 

Réponse : « Nos bombes normales se différencient des bombes modérées, exactement comme les terroristes normaux se différencient des terroristes modérés. Les secondes sont en fait peintes avec d’autres couleurs, aux tons décidément plus doux et plaisants. » Excellent !

 

MEIN KAMPF RÉÉDITÉ EN FRANCE

 

L’ouvrage manifeste écrit par Adolf Hitler, Mein Kampf, avait déjà été publié en France en 1934. Cette version (mal traduite) du livre écrit par le fondateur du national-socialisme est toujours disponible en France. 2500 exemplaires de ce pensum (800 pages), plutôt indigeste, ont été vendus en France en 2015. Le Land de Bavière était, curieusement, propriétaire des droits. Las, les meilleures choses aillant une fin, il n’en sera plus propriétaire à partir du 1er janvier. Du coup, l’éditeur Fayard s’empresse de le rééditer. Il n’y a, certes pas, de petits profits (voir la chronique d’Hannibal page 12). Oui mais, attention, on ne plaisante pas avec ces choses, d’autant que « le ventre de la bête est », comme nous le savons, « toujours fécond » (Brecht). Du coup, ces Tartuffes prennent la pose : « Un comité scientifique d’historiens français et étrangers » sera constitué indique la maison d’édition. Elle promet de fournir en début d’année prochaine des détails « sur le dispositif scientifique et académique encadrant cette publication, les partenaires associés à cette entreprise ainsi que sur l’institution destinataire des éventuels bénéfices ». Nous sommes impatients de savoir… En attendant, une édition, Dieu merci “critique”, est aussi attendue en Allemagne le 1er janvier prochain. Mais au Japon, que se passe-t-il ? Ça va, tranquille, merci. Dans le quartier Akihabara de Tokyo, on vend l’uniforme du soldat de la Wehrmacht ou la tenue de camouflage SS pour 185 euros. Et on y trouve Mein Kampf en version manga (bande dessinée japonaise). La version originale du livre d’Adolf Hitler est évidemment disponible dans toutes les bonnes librairies…

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

00:16 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

2015 : LA TRISTE REALITE !

12187703_1226471760713212_4148535740360065398_n.jpg

00:13 Publié dans Banalisation... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 28 octobre 2015

Hollande et sa clique à Puisseguin : l’indécent « hommage républicain »

Hollandepuisseguin.jpg

Nicolas Kirkitadze Riposte laïque cliquez ici

Le Président François Hollande s’est rendu ce 27 octobre en Gironde, suite à la tragique catastrophe routière qui a coûté la vie à 43 personnes.

Notons que plusieurs ministres ont également été du voyage : Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, Christiane Taubira, Marisol Touraine, Alain Vidalies (transports) et Laurence Rossignol (famille et personnes âgées). C’est à se demander qui est resté à Paris pour s’occuper des affaires du pays… peut-être est-ce Philae le labrador présidentiel

Au Petit-Palais, puis à Puisseguin, le Président et sa cohorte de ministres ont rendu un « hommage républicain » aux malheureuses victimes et ont assuré les familles de leur « solidarité républicaine ».

J’aimerais tout d’abord réagir à cette gabegie, qui fait qu’en dehors du président, six ministres ont fait le voyage de Paris à la Gironde. Le plus ridicule est que Valls, Cazeneuve et Vidalies s’y étaient déjà rendus le jour de l’accident !

Sous couvert de compassion et d’humanisme, dès qu’une catastrophe survient, une légion de politicards se précipite sur place, soucieux d’être vus parmi les premiers. Avec le Président et les ministres, il faut compter les chauffeurs, les gardes du corps, les personnels des cabinets. Ces déplacements au coût faramineux sont financés par l’argent du contribuable. Si le gouvernement est tellement compatissant à l’égard des victimes, n’aurait-il pas meilleur compte de reverser tout cet argent à leurs familles au lieu de les gaspiller dans ce tourisme politique de catastrophe ?

Parlons ensuite de ce fameux « hommage républicain »… Le qualificatif « républicain » est le plus galvaudé dans la vie politique actuelle. Ainsi, tout comportement découlant du simple bon sens est qualifié de « républicain ». Le perdant d’une élection félicité le gagnant, on parle de « courtoisie républicaine » ; un pompier sauve un chat de la noyade, on lui prête un « courage républicain » ; un policier arrête des brigands, il est félicité pour avoir rétabli « l’ordre républicain »… Comme si la discipline, le courage et le fair-play étaient des qualités réservées aux républicains… Ainsi, les monarchistes, militaristes, anarchistes et autres personnes sceptiques face au régime républicain en place, seraient des lâches, désordonnés et mauvais perdants. L’adjectif « républicain » est devenu synonyme de « Bien ».

Là encore, on voit toute la cohorte ministérielle rendre un « hommage républicain » aux victimes. Une telle rhétorique était compréhensible lors des attentats de janvier, puisque c’est la République qui a été attaquée à travers ces victimes. Il était donc normal que le Président remette le coté républicain sur la scène. Mais aujourd’hui, j’aimerais qu’on m’explique le rapport entre la république (régime politique consistant à être dirigés par des représentants que l’on a élus) et un car d’octogénaires qui s’enflamme… Il s’agit d’un tragique accident, non d’une attaque terroriste ou d’une faute de l’État.

Le déplacement présidentiel ainsi que le fameux hommage « républicain » paraissent donc être les reflets d’une instrumentalisation politique, mis en œuvre par un président sortant, désireux de briguer un second mandat. A l’heure de « l’idiot visuel » et du « festivisme » dénoncé par le regretté Philippe Muray, il faut montrer au peuple qu’on a des sentiments, qu’on est humain… Un discours avec des tremolos dans la voix, quelques promesses, ajoutez-y un soupçon d’hypocrisie, deux ou trois larmichettes à la Cazeneuve, et vous pouvez déguster la propagande socialiste avec sa sauce de mensonges.

11:12 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les débuts de la Ve République revus et corrigés...

Cher Pays de notre enfance.jpgLionel Baland

Son blog cliquez ici

Le documentaire graphique est un genre littéraire qui tend à connaître un certain essor. Il s’agit, à l’instar d’un reportage pour la télévision, d’une enquête réalisée par un ou plusieurs journalistes, mais illustrée par un auteur de bandes dessinées. Le journaliste d’investigation de France Inter Benoît Collombat et le dessinateur de bandes dessinées Etienne Davodeau publient dans ce cadre chez Futuropolis un ouvrage de 224 pages intitulé « Cher pays de notre enfance. Enquête sur les années de plomb de la Ve République. » En couverture figure un dessin en noir et blanc représentant le général De Gaulle en uniforme d’apparat, mais dont le visage et le costume sont souillés de sang.

Les auteurs ont rencontré de nombreux témoins : politiciens, journalistes, magistrats, syndicalistes, truands… L’enquête porte sur les pratiques gaullistes et celles (fantasmées ou avérées) du SAC, le Service d’action civique né officiellement en 1960 en vue de soutenir l’action politique du général De Gaulle. Cette organisation recrutait certes des gens « biens sous tous rapports », mais également des « gros bras » afin d’organiser des services d’ordre et aussi de s’en prendre physiquement à des opposants politiques.

Le juge Renaud, surnommé « le shérif », est assassiné en 1975, probablement parce qu’il enquêtait sur un braquage de 11 millions de francs réalisé par le Gang des Lyonnais à l’hôtel des postes à Strasbourg qui aurait servi à financer le parti gaulliste. Les auteurs abordent également le cas de Robert Boulin, Ministre « suicidé » en 1975. Ils mettent à jour le fait que celui-ci disposait de dossiers qu’il allait rendre public et peut-être communiquer à un proche de Valery Giscard d’Estaing, président de la République dont un certain gaulliste… le Premier ministre Jacques Chirac, était un grand rival. Ajoutons que Charles Pasqua, contacté à plusieurs reprises avant son décès, a refusé de recevoir les auteurs. La postface est assurée par Roberto Scarpinato, Procureur général de Palerme.

Cher pays de notre enfance, Benoît Collombat et Etienne Davodeau, 224 pages, 24,00 €

11:11 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 27 octobre 2015

Manifestation de soutien à l'intervention russe en Syrie samedi à Paris

12193299_1040812272636798_4752224701387406433_n.jpg

14:43 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

POUR UN FRONT DES PATRIOTES

9 jni 12.jpg

Discours de Pierre Vial lors de la 9e Journée de Synthèse nationale, dimanche 11 octobre dernier à Rungis. La vidéo de ce discours sera bientôt en ligne sur ce site.

Quand on est au contact de l’ennemi, on ne discute pas du sexe des anges, on tire dans le tas. C’est un point de vue que des âmes sensibles vont peut-être juger excessif mais qui correspond à ce que j’entends de plus en plus, non pas bien sûr dans la bouche d’intellectuels qui vivent bien à l’abri dans leur bulle mais dans celle de gens simples, de braves gens qui ne sont pas des va-t’en guerre mais qui tout simplement en ont assez. Assez d’accepter l’inacceptable. Assez d’entendre les responsables et coupables du désastre actuel qui frappe les pays d’Europe expliquer doctement que tout cela n’est pas si grave et que, bien sûr, ça va s’arranger. Non, ça ne va pas s’arranger, ça va empirer et désormais tout le monde le sait. Le sait et le dit car la parole se libère, les tabous tombent et de plus en plus de gens appellent un chat un chat et attendent – et disons même exigent – qu’on leur dise la vérité. Certains et certaines, soucieux de ne pas se couper de leurs électeurs pour conserver leurs prébendes, ont compris le message. Il est ainsi significatif de voir même une Nadine Morano, dont toute la carrière politique a été faite par Sarkozy, qui reconnaît aujourd’hui publiquement une évidence, en rappelant que le peuple français est historiquement un peuple de race blanche. En reprenant ainsi les mots d’un certain Charles de Gaulle. Mais comme elle a ainsi franchi la ligne jaune du politiquement correct, elle a été débarquée par ces sarkozystes qui se proclament gaulliens comme des camelots qui racontent n’importe quoi pour vendre leur camelote. Leur problème, comme le reconnaît dans le journal Le Monde du 2 octobre un responsable sarkozyste qui veut rester courageusement anonyme, c’est que – je cite – « les militants sont si radicalisés que beaucoup pensent comme Morano ». Laquelle Morano conclut de sa mésaventure : « La vérité dérange ».

Le gag, dans cette affaire, c’est que Sarkozy déclarait le 2 septembre s’insurger contre « la bien pensance » de gauche. Il précisait :l « Il y a aujourd’hui une nouvelle pensée unique qui voudrait nous dicter les débats qui seraient acceptables et ceux qui ne le seraient pas ». Toute honte bue, il vient de faire exactement ce qu’il dénonçait il y a un mois. Certains de ses supporters doivent avoir la migraine…

Il est tout aussi significatif, quant à l’évolution de l’opinion, de voir une Marine Le Pen qui, il n’y a pas si longtemps, affirmait que le Grand Remplacement est un fantasme raciste, reprendre maintenant à son compte la thématique anti-immigration-invasion qui a toujours été celle de son père. Et cette virevolte s’explique par le fait que la motivation fondamentale des électeurs du Front National est le refus total et inconditionnel de l’immigration. Oublier cela c’est se couper de sa base et prendre donc le risque d’une régression électorale sévère. C’est ce qui me fait dire que quelle que soit l’idée que l’on se fait de la direction du Front National le phénomène politique important est l’existence d’une base d’électeurs susceptibles de se radicaliser quand ils verront que la voie électorale, même si elle a son intérêt en tant que baromètre de l’opinion publique, ne peut suffire à régler l’impératif vital qu’est ce que Laurent Ozon appelle la remigration. Il y aura là des hommes et des femmes disponibles pour les choses sérieuses… 

Car la remigration est évidemment impensable dans le Système en place. Mais un phénomène clé est aujourd’hui la défiance croissante de nombre de citoyens à l’égard de ce Système. Certains pourraient dire que nous prenons nos désirs pour des réalités. Alors faisons appel au constat que fait l’historien Michel Winock, qui n’est pas, mais alors pas du tout, de nos amis. Il a rendu public, il y a quelques jours, le rapport d’un groupe de travail sur l’avenir des institutions, qu’il a coprésidé avec Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale qui a quelques soucis en ce moment en raison de ses magouilles en Seine-Saint-Denis. Fruit d’un travail de documentation et de réflexion qui a duré un an, ce rapport est éloquent et Michel Winock le résume ainsi : « Notre vie politique n’est pas démocratique en raison de l’écart qui s’est approfondi entre les citoyens et ceux qui les gouvernent. Toutes les enquêtes d’opinion montrent que les Français considèrent leurs élus nationaux éloignés d’eux, formant une oligarchie, une caste on ne peut plus éloignée de leurs soucis. Il suffit de considérer la composition socioprofessionnelle de nos assemblées. Les Français jugent que le pouvoir, en général, ne tient pas compte de leur avis. Un événement, à ce propos, nous paraît symptomatique : le référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen. La réponse a été non, le président de la République a été désavoué, et, malgré cela, il est resté tranquillement en poste. Mieux, son successeur a fait avaliser le traité de Lisbonne par les parlementaires au mépris de la volonté populaire ». Winock parle à cet égard du « déni démocratique auquel on a alors assisté ».

Ce genre de déclaration a le mérite de montrer que, parmi les gens qui font fonctionner le Système que nous subissons, certains sont conscients d’être assis sur un volcan. Un volcan dont l’éruption est peut-être plus proche que ne le croient les bobos installés dans la conviction rassurante que leur fric les met à l’abri de tout. 

Autre indice d’un ras le bol de ceux qui sont confrontés quotidiennement au caractère nocif du Système en place. Quand un braqueur en cavale tire à vue sur un policier et le tue, comme ce fut le cas il y a cinq jours à Saint-Ouen, les jean foutre diront que ce sont les risques du métier. Sauf que les responsables de ce drame sont ceux qui ont permis à un nuisible d’agir alors qu’il aurait dû être en prison. Excédés et exaspérés par le laxisme des institutions judiciaires, les syndicats de policiers réclament des comptes à Taubira, qui n’a pas eu un mot pour reconnaître sa responsabilité. Car les policiers posent la question : comment se fait-il qu’un détenu qui avait une trentaine d’antécédents judiciaires et qui était signalé comme un islamiste radical ait pu bénéficier d’une permission de sortie – permission qu’il a mise à profit pour partir en cavale – sans que les services de police aient été informés de la décision aberrante du juge d’application des peines.

Certains intellectuels à la solde du Système essayent de minimiser la crise existentielle qu’inflige l’immigration-invasion à la société française. Ainsi la revue L’Histoire qui consacre un dossier à la chute de Rome écrit, dans l’éditorial, intitulé « Apocalypse annoncée » : « La géopolitique d’une Europe aujourd’hui confrontée à la poussée de millions d’immigrants fait resurgir le fantasme d’une civilisation minée de l’intérieur ». Mais ces clercs qui trahissent n’ont plus aujourd’hui le vent en poupe. Reconnaissons à certains observateurs comme Régis Debray, Michel Onfray, Zemmour, Finkielkraut et quelques autres le mérite de tirer lucidement la sonnette d’alarme, eux qui sont bien revenus des utopies qu’ils ont défendues dans le passé. L’Express (7 octobre) reconnaît : « Ces intellectuels décomplexés (…) formulent des vérités que les politiciens s’évertuent à occulter (…) Ils rejoignent (…) le sentiment populaire désormais dominant : le besoin de valeurs fortes qui ont fait leurs preuves par le passé, le refus d’une société dans laquelle tout égale tout, la recherche de ce qui relie et le rejet de ce qui délie ». Il s’agit de « réancrer la France face à la dérive géante du monde ». 

Un mot encore pour dire que l’exaspération des populations à l’égard de dirigeants qui trahissent leur peuple n’est pas propre à la France. On le voit en Allemagne où la politique catastrophique de Merkel ouvre toutes grandes les portes du pays à un véritable tsunami d’envahisseurs, un document gouvernemental

tenu secret mais révélé par le quotidien Bild chiffrant à 1.500.000 le nombre de ceux qu’on appelle gentiment des migrants qui auront déferlé cette année sur l’Allemagne. Les Allemands, culpabilisés depuis 1945 par un incessant conditionnement mental, ont, devant l’afflux des migrants, été d’abord chloroformés par les media et les maîtres du Système, mais, conscients du désastre, ils se retournent désormais contre cette folie démographique qui inquiète maintenant même les amis ou alliés politiques de Merkel, comme l’avoue, parmi d’autres, comme les ministres CDU de l’intérieur et des finances, le vice-chancelier et président du SPD qui résume l’enjeu : « Il en va de la cohésion de la société allemande ». Mais le mal est fait et ses conséquences vont se révéler crûment dans les prochains mois, même si une conséquence positive en est le réveil d’une partie du peuple allemand, comme le montrent les manifestations spectaculaires organisées par le mouvement Pegida. 

Ce rapide et incomplet survol de l’état des lieux que je viens de faire révèle l’état de décomposition d’un Système insupportable et mortifère. C’est pourquoi, en raison de ce que je considère comme un état d’urgence, je lance un appel pour un Front des Patriotes qui regrouperait pour des actions communes, dont la journée d’aujourd’hui offre un bel exemple, tous ceux , quelle que soit l’organisation à laquelle ils appartiennent, qui considèrent que, face à nos ennemis, il est grand temps d’unir nos forces en oubliant ce qui peut nous séparer et qui, comme disait quelqu’un, n’est qu’un détail par rapport à l’impératif de survie des nôtres. Un tel Front des Patriotes aurait vocation à être, par des actions de terrain, mises en synergie, à la pointe du combat de résistance et de reconquête pour la sauvegarde de notre identité. Un impératif de survie qui, j’en suis convaincu, va s’imposer à nous sous peu. En application de la célèbre maxime de Goethe Im Anfang war die Tat (« Au commencement était l’action »). Je propose donc pour ce Front des Patriotes un programme commun qui tient en cinq mots : tous unis contre les envahisseurs. 

11224527_954363297967417_6475038974400739245_n.jpg

09:09 Publié dans 09 - La 9e Journée de Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’ISLAM Une religion de culture médiévale ?

Renan_l_islam et la science.jpgDr Bernard Plouvier

Métamag cliquez ici

En 1883, Ernest Renan écrivait (in L’islam et la science) : « L’islam a été libéral, quand il a été faible ; il a été violent, quand il a été fort ». Il tentait alors de combattre les sottises de Jules Michelet qui, par haine pathologique du christianisme, avait fait croire que la culture européenne devait beaucoup au monde musulman.

Renan fut le premier à démontrer que les études philosophiques et scientifiques (médicales ou mathématiques) en terres musulmanes, aux XIe-XIIIe siècles, n’avaient été que des commentaires de textes grecs antiques ou hindous. Ces commentaires avaient été rédigés pour l’essentiel par des Persans, obligés d’utiliser la langue arabe, toute autre langue que celle du prophète étant alors interdite.

Dans tous les pays où des États islamiques se sont implantés depuis le VIIIème siècle, ont été détruits les fondements de la civilisation antérieure (hellénistique, romaine ou persane) : le coût culturel de la conquête musulmane fut énorme. Averroès, Avempace, Ababucer, puis Avicenne eurent de gros ennuis avec les autorités religieuses et n’eurent en pratique aucune postérité en terres islamiques, avant leur redécouverte aux XIXème et XXème siècles. Nombreux furent les poètes et les auteurs mystiques condamnés à mort par l’effet du fanatisme religieux, tel Schrawardî en 1191, sur l’ordre du Kurde Saladin, ou en l’an 922 le soufi al-Halladj et  des centaines d’autres soufis crucifiés en la ville de Damas. L’idée même d’une philosophie islamique est une absurdité pour un musulman : toute réflexion métaphysique est superflue, car tout ce qui est utile à l’homme est écrit dans le Coran ou dans les hadîths.
  
C’est ce que répondit à l’étude de Renan, l’imam Djamal ad-Dîn al-Afghani, dans une lettre publiée par Le Journal des débats le 18 mai 1883 : « Tant que l’humanité existera, la lutte ne cessera entre Dogme et Libre examen, entre Religion et Philosophie… Lutte dans laquelle le triomphe ne sera pas pour la Libre Pensée parce que la raison déplait à la foule ». On a rarement aussi bien argumenté en faveur du fanatisme religieux, qui sait excellemment maintenir les peuples dans l’ignorance et la superstition. L’homme avait quitté son pays, l’Afghanistan, menacé par les empires russe et britannique, et s’était réfugié à Istanbul, où il posa les fondements du panislamisme, devenant le grand ancêtre des fanatiques musulmans des XXe  et XXIe siècles.
  
À ce sectaire, qui mourut en 1897, Renan répliqua par un article intitulé Mahomet et l’origine de l’islamisme, en appelant les élites musulmanes à faire leur Renaissance culturelle, leur conseillant de délaisser la charîa et de dissocier la religion de l’étude des sciences et de la philosophie. « Émanciper le musulman de sa religion est le meilleur service qu’on puisse lui rendre ». Cela reste, de nos jours, un vœu, bon ou impie, au gré de chacun ! 

09:02 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 26 octobre 2015

Avez-vous lu le nouveau numéro des Cahiers d'Histoire du nationalisme consacré à la croix celtique ?

CHN 7 croix flyer.jpg

Bulletin de commande

Le commander en ligne cliquez là

20:50 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

14 novembre : 2e congrès européen du GUD à Paris

12042967_1632693650344116_1005113407430557059_n.jpg

20:43 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi et dimanche prochain à Paris : congrès du Parti nationaliste français

CongrèsJN.jpg

20:29 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une journée du livre à Lyon les 14 et 15 novembre prochain

Affiche-LYON-2015-722.jpg

Plus d'informations cliquez ici

20:20 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Réinfo, le mag du Parti de la France de cette semaine

18:35 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 25 octobre 2015

Le Journal du Chaos de cette semaine :

couv.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

14:28 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 24 octobre 2015

Message de Roland Hélie

Roland Hélie.jpg

Message de Roland Hélie sur la page Facebook de Synthèse nationale lien

Chers Amis,

Je ne tenais pas particulièrement à ce que cela se sache, mon cas personnel n'étant pas la raison primordiale de cette page FB, mais puisque on en parle, parlons-en. 

J'ai effectivement eu un double AVC en fin de semaine dernière et je viens de passer quelques jours en soins intensifs. Depuis hier, j'en suis sorti mais je dois rester encore quelques temps hospitalisé. Rassurez-vous, je n'en garderai aucune séquelle.

Dans quelques temps, cela ne sera qu'un mauvais souvenir.

Je tiens surtout à remercier du fond du coeur les nombreux camarades et amis qui m'ont adressé des messages, tous aussi touchants les uns que les autres.

Il y a un âge où il faut commencer à faire attention. Cela faisait 57 ans que ça fonctionnait et cela devait bien finir par arriver.

Heureusement, cet incident a eu la bonne idée d'attendre que notre très belle journée du 11 octobre soit passée pour survenir.

Amitié à tous.

Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

19:12 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La 9e Journée de Synthèse nationale comme si vous y étiez (1ère partie - Gabriele Adinolfi, Carl Lang)

 1ère partie de la Table ronde du matin

14:58 Publié dans 09 - La 9e Journée de Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un entretien avec Carl Lang, Président du Parti de la France

14:51 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Contrairement à ce que prétendent certains, les catholiques traditionalistes dénoncent la pédophilie...

stop-pedo.jpg

Source Altermédia cliquez là

Contrairement à ce qu’on s’imaginait, il semble que certains milieux catholiques « traditionalistes » ne soient pas épargnés par le fléau des abus sexuels et surtout sur mineurs.

Nous ne savons ce qu’il faut penser de cette page web mais elle donne tout de même plusieurs précisions référencées qui, nous imaginons, sont facilement vérifiables. Comptez sur notre sagacité. Nous creuserons pour vous ces affaires peu ragoûtantes.

N’y va-t-il pas de la sécurité de nos enfants ?

Le blog en question cliquez ici

14:49 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le nouveau numéro d'Eléments est sorti

12118751_948960928493276_397937256800728247_n.jpg

Chez votre marchand de journaux

14:33 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante

rs.jpg

Robert SPIELER - RIVAROL N° 3206 du 15 octobre 2015

 

VLADIMIR Poutine s’est exprimé sur la crise des migrants qui envahissent l’Union Européenne. Pour lui, il n’y a que deux solutions. L’une serait de défendre par la force physique et l’armée les frontières de Schengen, la deuxième serait de laisser venir les migrants clandestins et avec eux des terroristes, ce serait alors la fin de l’Union Européenne. Il estime qu’il faut en finir avec l’invasion et déclare : « Si les politiciens de l’UE ne se réveillent pas à temps, en moins d’une année l’enfer se déchaînera en Europe ».

 

INVASION MASSIVE DE L’EUROPE SOUHAITÉE PAR ERDOGAN

 

Une invasion de 6 millions de réfugiés s’apprête à déferler sur l’UE début 2016. Une synthèse de prévisions de différents services de Renseignement européens l’annonce. D’après les analystes, la Turquie deviendra, dès les premiers mois de 2016, le terminal de tous les mouvements de migrants en provenance du Moyen Orient et des zones contiguës. Bien entendu, elle ne fera rien pour mettre un terme à l’invasion. La Turquie souhaite ainsi déstabiliser la Grèce et l’UE. Erdogan vient de tenir un grand meeting à Strasbourg devant 15 000 Turcs (où les femmes et les hommes étaient séparés de chaque côté de la salle), les appelant à ne pas s’assimiler et à rester fidèles à leurs racines. Au passage, Erdogan s’est offert le luxe de critiquer l’absence de citoyens de souche turque à l’Assemblée nationale et au Sénat ! Quel culot ! La Turquie abrite actuellement environ 1 800 000 réfugiés syriens, ou supposés tels. A ces derniers, sont ajoutés, d’après les statistiques du Haut-Commissariat pour les Réfugiés, environ 68 000 réfugiés irakiens, 36 000 Afghans et 29 000 autres de nationalités différentes, soit un total de 1.933 000 réfugiés. Une masse de près de 11 millions (onze millions !) de personnes seraient prêtes à rejoindre la Turquie avant de se rendre en Europe. Cependant, une bonne nouvelle : seule la moitié des envahisseurs potentiels, soit 6 millions, franchiraient en définitive le pas, selon les prévisions. Nous voilà rassurés…

Capture 1.JPG

ANGELA MERKEL EN BURQA DEVANT LE REICHSTAG HÉRISSÉ DE MINARETS !

 

La chaîne allemande ARD, l’équivalent de France 2, a consacré toute une émission à l’invasion que subit l’Allemagne. Son titre : « Angst vor einem Verlust des Werte » (crainte de la perte d’identité). On y voit un photomontage de la chancelière allemande en burqa, entourée de minarets, devant le siège du parlement allemand transformé en mosquée. « Comment la vie va-t-elle changer ? », s’est exclamé le présentateur ? Du coup la chaîne est accusée de propager l’islamophobie et d’encourager les partis d’extrême-droite, accusation gravissime en Allemagne, qui mène droit à la guillotine ou, dans le meilleur des cas, à l’écorchement. Mais les responsables de l’émission, curieusement, ne se sont pas laissés intimider, déclarant : « L’image était en adéquation avec le sujet présenté par Rainald Becker (le présentateur) qui accompagnait le reportage sur les valeurs de notre société. Comment doit-on réagir si les immigrés ont des problèmes avec l’égalité, avec les droits de la femme et la liberté de parole ? » Après avoir été largement favorables à l’accueil des “migrants”, voici que les Allemands semblent se réveiller (un peu) d’un long sommeil. Il est vrai que les “réfugiés” en font trop, beaucoup trop. Même le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière a déclaré : « Ils créent des troubles parce qu’ils n’aiment pas la nourriture, ils se mettent en grève parce qu’ils n’aiment pas la façon dont on s’occupe d’eux, ou ils se battent entre eux dans les centres pour réfugiés. » 

 

Les Allemands ne semblent pas complètement prêts encore à accepter leur disparition en tant que peuple et Angela Merkel chute lourdement dans les sondages. Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

 

COURAGEUX MYARD

 

Jacques Myard, qui s’est rendu à plusieurs reprises en Syrie, député du parti Les Républicains, accuse la France de « porter les valises de la propagande américaine », concernant la Syrie et les frappes russes. « On assiste aujourd’hui à une guerre médiatique incroyable à propos des frappes russes en Syrie qui laisse pantois ! Les Russes n’ont jamais changé de politique en Syrie et ont toujours dit que le régime de Bachar al Assad était le meilleur rempart contre l’intégrisme islamique ». Et il ajoute : « On ne peut que s’interroger sur la logique de la politique américaine suivie par la France : Washington veut faire tomber le régime de Damas coûte que coûte, et comme Paris, prétend que les insurgés sont des membres de l’Armée syrienne de libération (ASL), des insurgés modérés contre le régime ». Et Myard de préciser : « La vérité est bien loin de cette présentation. L’ASL n’existe plus en dehors des salons des hôtels européens ou américains. L’alignement de la France sur cette politique d’apprentis sorciers est non seulement un désastre pour nos intérêts, elle est tout simplement pitoyable. »

 

DÉNONÇONS LES FRANCS-MAÇONS HOMOSEXUELS ET ÉVENTUELLEMENT JUIFS !

 

Horreur : son appartenance à la franc-maçonnerie et son orientation sexuelle avaient été révélées dans un ouvrage de la journaliste Raphaëlle Bacqué, édité par Grasset. Le banquier d’affaires Emmanuel Goldstein avait saisi la justice pour atteinte à la vie privée. Dans son ordonnance de référé, la magistrate du Tribunal de Grande Instance de Paris a jugé qu’il « est incontestablement utile au débat d’intérêt général » de connaître l’identité de la personne qui a permis à [l’ancien directeur de Sciences Po] Richard Descoings d’être invité dans une tenue blanche fermée (TBF) [pour y défendre son projet de réorganisation de l’école]. Pour la juge, cette information éclaire le fonctionnement de l’Etat (puisque Sciences Po Paris a la « charge de former des hauts fonctionnaires de l’Etat »). 

 

Cette jurisprudence rejoint celle de la Cour de cassation, et de plusieurs cours d’appel, depuis dix ans, qui jugent que la révélation de l’appartenance maçonnique d’un responsable politique ne peut pas être sanctionnée au titre de l’article 9 du Code civil (droit au respect de sa vie privée), car c’est une «question d’intérêt général» ou qu’il y a « un but légitime d’informer le public. » Pas de souci : RIVAROL se pliera à cette règle…

Capture 2.JPG

QUAND DES CLOWNS SE PROSTERNENT DEVANT LES FRANCS-MAÇONS

 

L’Express raconte l’anecdote, amusante au second degré. Cette gourde de Najat Vallaud- Belkacem, la ministre de l’Éducation nationale, était invitée au cinquième dîner de la Grande Loge de France (GLDF). Elle a, selon l’hebdomadaire “encensé” la franc-maçonnerie, déclarant, dans une merveilleuse envolée : « Je sais ce que la République et l’école doivent à la franc-maçonnerie depuis deux siècles, comme le droit à la contraception doit beaucoup à la GLDF », a-t-elle déclaré avant d’ajouter : « Quelle soirée inspirante ! Merci de m’avoir permis de vous découvrir. Merci de m’avoir réchauffée au contact de votre spiritualité. »

 

Quand des clowns s’adressent à des clowns, il ne nous reste qu’à rire !

 

LA SAINTE VIERGE JUGÉE INDÉSIRABLE À CASSEL !

 

Insupportable entorse à la laïcité : il y a un an, une stèle à la mémoire des gendarmes et des douaniers qui se sont battus contre l’ennemi en 1914, couronnée d’une Vierge, a été inaugurée à Cassel, une petite commune du Nord. Insupportable, bien sûr pour l’Amicale laïque, qui est montée héroïquement à l’assaut, rapporte la Voix du Nord. Le président de l’officine, Yves Bequart, a estimé que « cette stèle était payée par la mairie et devait donc être laïque ». Il a héroïquement exigé que le maire, Michel Leschave, la retire. Ce que ce dernier a fait, tout aussi héroïquement, dans un souci d’“apaisement”. Lamentable !

 

MORANO ET SON “AMIE NOIRE” (SUITE)

 

Nadine Morano vient donc de se faire virer de la tête de liste aux élections départementales, en Meurthe-et-Moselle pour avoir évoqué la « race blanche ». Et pourtant, je l’évoquais dans le précédent numéro de RIVAROL, sa « meilleure amie est tchadienne », et donc « plus noire qu’une Arabe ». Nadine vient de déclarer : « Mon amie noire, elle est exaspérée de voir ce qu’on dit sur moi ! Elle se dit : “mais alors, on ne peut plus rien dire dans ce pays !” ». Au fait, sans être mauvaise langue, cette « meilleure amie plus noire qu’une Arabe » existe-t-elle vraiment et est-elle vraiment sa « meilleure amie » ? Toujours est-il que Nadine couine, se plaignant que Bedos puisse la traiter de “connasse” alors qu’elle se retrouve affreusement muselée, quand elle a encore tant de choses à dire. Pour se remettre de tant de méchanceté, comme Philippot elle est allée se recueillir sur la tombe du général De Gaulle. Car, attention, elle a des origines lorraines. Elle prétend avoir « été élevée dans le gaullisme et dans les références au général De Gaulle » et que, nonobstant le milieu très modeste dont elle est issue, « il y avait ses livres dans la bibliothèque ». L’un n’empêche pas l’autre, au demeurant, On peut être issu d’un milieu très modeste et aimer la lecture, comme être de la “Haute” et être un abruti complet. Nadine Morano affirme en tout cas avoir « reçu au moins 10 000 mails pour l’encourager ». Cela ne va pas faire plaisir au président Sarkozy...

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

14:25 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

NATURALISATIONS : CE QUE LE DANEMARK FAIT, LA FRANCE PEUT LE FAIRE !

images.jpgLe Bloc-notes de

Jean-Claude Rolinat

Dans le tumulte des informations, l’une chassant l’autre, une petite nouvelle, toute petite pour nos medias, encastrée au cœur des pages « faits divers », est apparue comme une fleur d’un printemps prématuré.

La citoyenneté danoise sera désormais plus compliquée à obtenir, comme l’a déclaré Inger Stojberg, ministre de l’intégration du gouvernement de Copenhague. C’est que des dizaines de milliers d’immigrés frappent aux portes du Royaume scandinave, les uns dans l’espoir d’y être accueillis, les autres y transitant avant de rejoindre une Suède follement généreuse avec l’argent de ses contribuables. Le projet de loi qui sera très probablement voté par le Parlement où le Parti du peuple exerce une formidable pression sur le Venstre, le parti libéral au pouvoir associé aux conservateurs, prévoit que les candidats à la naturalisation devront « parfaitement maitriser la langue danoise » et prouver qu’ils jouissent d’une complète indépendance financière. Ils devront également répondre à un questionnaire traitant des sujets de la société danoise, de son histoire, de ses mœurs et de ses coutumes. Le barème est élevé : pas moins de 32 bonnes réponses sont exigées sur 40 questions. D’autre part, le délai pendant lequel les impétrants avec un casier judiciaire ne peuvent pas présenter leur requête augmentera de moitié. Il faut également  savoir que depuis le premier juillet dernier, les aides financières versées aux demandeurs d’asile ont été réduites de moitié, s’élevant tout de même à 892 dollars US par mois pour un « réfugié » sans enfant contre 1627 accordés précédemment.

Un nécessaire durcissement qui s’explique par la pression migratoire qui s’exerce aux portes du pays ayant conduit ses responsables à fermer, temporairement, leur frontière avec l’Allemagne et à encourager les demandeurs d’asile à…travailler, tout simplement, au lieu de vivre de la charité publique. Une charité qui amène beaucoup de Danois à voter pour le Parti du peuple, champion toutes catégories  de la lutte contre l’immigration. Cette immigration qui est d’ailleurs essentiellement musulmane comme peut le constater le touriste se promenant dans les rues de l’agréable Copenhague, où les foulards et les voiles sont monnaie courante.

Guyane et Mayotte : des usines à fabriquer des « Français » !

 Qu’en est-il en France ? Avec en gros, plus ou moins 100 000 naturalisations par an, l’obtention de la  citoyenneté française est d’une facilité déconcertante : aussi facile à obtenir ou presque qu’une carte orange ! Les principaux bénéficiaires sont d’origine essentiellement maghrébine ou africaine, accessoirement asiatique ou européenne comme en témoignent les images tournées lors des cérémonies de remises des diplômes consacrant l’entrée dans la nation de nos nouveaux « compatriotes »… Interrogés par l’hebdomadaire VALEURS ACTUELLES qui publie les résultats du sondage IFOP réalisé à sa demande dans sa livraison du 8 octobre, les Français déclarent majoritairement qu’il faut supprimer le droit du sol pour les enfants de clandestins : 59 % contre 41%. Dans une autre question portant justement sur la naturalisation, ils sont 82 % favorables à des mesures plus contraignantes pour « mieux respecter le principe d’assimilation à la communauté nationale », contre seulement 18 % qui semblent favorables au maintien du statu quo, notamment une forte minorité de 36 % chez les sympathisants du PS, mais est-ce pour nous étonner ? Même si ces réponses encourageantes semblent paradoxalement contredites par un léger 49% contre 43 % de personnes désapprouvant le mur anti-migrants du Premier ministre hongrois Victor Orban – honneur à lui ! – on  peut objectivement constater que l’écart est grand entre les volontés ou les souhaits du peuple et les mesures actuellement en vigueur qui ne favorisent que « l’insertion » au lieu de tout mettre en œuvre pour faciliter l’assimilation de ceux des étrangers qui souhaitent SINCEREMENT devenir Français. On sait que les futures mères du Surinam comme du Brésil  traversent clandestinement les frontières de la Guyane pour accoucher dans une maternité française tout comme le font celles des Comores à Mayotte pour que leur enfant, par la grâce de l’inepte droit du sol, puisse naitre « Français ». (Et les rendre, ainsi, inexpulsables). Cela doit cesser. Le lieu de naissance ne devrait, en aucun cas, déterminer la nationalité d’un nouveau-né. Un petit Chinois naissant en Suisse n’en serait pas pour autant un producteur prédestiné de gruyère, pas plus qu’un Portugais voyant le jour au Nigéria ne convertirait les Haoussas ou les Ibos à la consommation spontanée de la morue….La nationalité française ne devrait s’obtenir que par la filiation, le sang versé ou par la naturalisation selon des critères à revoir à la hausse. Les Danois nous montrent le chemin, tout comme beaucoup de pays qui restreignent l’accès à leur nationalité et n’en sont pas moins « démocratiques » : Israël (Judéité exigée) ou, par exemple, la Confédération Helvétique créant trois paliers à franchir : communal, cantonal et fédéral avant que le candidat ne puisse recevoir son passeport à la croix blanche. Quant à être Monégasque, n’en parlons pas, à moins d’avoir un coffre-fort bien garni ! Pour terminer sur une note humoristique et… hippique, a-t-on jamais vu une vache naissant dans une écurie  gagner le prix de l’Arc de Triomphe ?

13:10 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 23 octobre 2015

Le peuple français doit rester majoritaire

13:24 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Pagraig Pearse : du combat culturel au combat politique

À six mois du centenaire de l'insurrection irlandaise de Pâques 1916, les éditions bretonnes Eñvorenn rééditent la biographie essentielle de l'un de ses instigateurs : Padraig Pearse. Parue pour la première fois en Bretagne en 1932, elle a pour auteur Louis-Napoléon Le Roux, né à Pleudaniel en 1890. Secrétaire de François Jaffrennou, il a co-fondé avec Camille Le Mercier d’Erm le Parti nationaliste breton en 1911. Installé en Angleterre dès 1914, il fait de fréquents séjours en Irlande et fréquente les milieux nationalistes qui lui procureront les documents de première main utilisés dans cette biographie (on lui doit aussi un ouvrage sur Tom Clarke paru en anglais et toujours inédit en français).

Vie-de-Padraig-Pearse.jpg


Avant d’être politique puis militaire, le combat de Pearse fut culturel. Membre de la Ligue gaélique, il milite pour la promotion de la langue irlandaise, fondant une école, Saint-Enda, destinée à forger une élite nationaliste. Le futur pamphlétaire rédige alors des poèmes, exaltant tous le sentiment patriotique et l’identité nationale irlandaise.

Adhérent de l’Irish republican brotherhood, société secrète dont les membres sont en principe excommuniés, il lutte contre la collaboration des pseudo-élites irlandaises avec l’occupant britannique, puis il milite au sein des Volontaires irlandais, groupe paramilitaire qui, conjointement avec d’autres milices comme les forces syndicalistes de James Connolly, déclenchera l’insurrection nationaliste pendant la semaine sainte de  1916.

Pearse proclame la République irlandaise et devient Président du Gouvernement provisoire. L’insurrection est un échec militaire et les nationalistes, retranchés dans l’Hôtel central des Postes de Dublin doivent faire leur reddition aux forces britanniques.

Pearse est exécuté à trente-six ans par les occupants, en compagnie de son frère Willie et de quatorze autres leaders nationalistes, mais désormais, plus rien ne pourra empêcher la naissance de l’État irlandais…

Ajoutons pour la petite histoire que ce livre a été la source de documentation principale de Jean Mabire pour son texte sur Pearse destiné à figurer dans le volume 2 de ses "Éveilleurs de peuple" et finalement édité en brochure format poche par les éditions Terre et peuple en 1998.

La vie de Padraig Pearse, Louis-Napoléon Le Roux, Editions Eñvorenn, 334 pages, 20 €

Pour le commander, cliquez ici.

13:13 Publié dans Combat nationaliste et identitaire, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook