Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 18 janvier 2016

La nécessaire défense du Bien commun

11231197_671840956285484_1218278222266485524_n.jpg

Dr Bernard Plouvier

Les grands théoriciens de la vie publique se sont tous accordés (c’est si rare, concernant un sujet théorique !) sur les fondements de la vie en commun, soit ce qui amena le regroupement initial des tribus, autrefois errantes, en cités. Platon et Aristote, les sieurs Ambroise de Milan et Augustin d’Hippone, Thomas Hobbes, à plus de deux millénaires de distance, ont reconnu que la nécessité de se protéger, d’organiser la vie économique et sociale, d’assurer l’enseignement de la jeunesse et un règlement policé des différends, justifiaient amplement les restrictions à la liberté individuelle imposées par la vie en communauté (de la Cité-État au grand État moderne).

Si Aristote a écrit : « L’homme est un animal politique », cela ne voulait nullement dire qu’il assimilait tout homme de bon sens à un politicien – l’antique penseur ne délirait pas à ce point -, mais simplement que l’homme ne prenait pleinement possession de toutes ses facultés qu’en milieu urbain, étant moins soumis aux risques naturels et aux prédateurs (dont l’humain est le pire), et pouvait y exercer au mieux ses capacités personnelles… politique provenant du mot grec Polis, qui signifie cité ou ville.

La défense du Bien commun, c’est, vis-à-vis de l’étranger, pouvoir compter sur une armée, des douanes et une police des frontières vigilantes et puissantes. Depuis qu’ont été conclus les divers traités européens, les frontières sont refoulées aux limites externes de l’Union Européenne (et notre littoral méditerranéen et océanique forme notre part de frontières européennes, comme celle qui existe avec la Suisse, puisque cet État a très sagement défendu son indépendance). Or nos « frontières », médiates et immédiates, sont des passoires.

Pour complaire aux dirigeants des États islamo-pétroliers et des USA, qui ont tous une énorme part de responsabilité dans le chamboulement des pays actuellement ingouvernables : Libye et Tunisie, Irak et Syrie – et leur appendice maudit : l’État Islamique et son calife -, Afghanistan (et il serait sot d’oublier les gouvernements fragiles d’Égypte et des deux Soudans, de Turquie et du Pakistan, du Maroc et de l’Algérie, de l’Arabie saoudite et de Jordanie ou ceux du Sahel et de la corne de l’Afrique), nos gouvernants ont accepté – sans demander l’avis du peuple souverain – d’accueillir des « réfugiés » qui sont en très grande partie de jeunes mâles vigoureux, dont le voyage a été payé par des bienfaiteurs islamo-pétroliers, et dont le comportement est objectivement celui de conquérants. Seul un dément, un aveugle ou un sourd peuvent rester indifférents à l’invasion ainsi réalisée de notre Europe occidentale par une avant-garde fort active… à moins, bien sûr, d’avoir, pour fermer les yeux et les oreilles, un intérêt personnel ou partisan – avantages en nature ou arrière-pensée d’un renouvellement de l’électorat pour mieux conserver les sinécures dorées de la République.

Parallèlement, l’opération aéronavale déclenchée il y a deux mois en Méditerranée orientale par notre grandiose Président a surtout servi à ridiculiser notre armée, qui s’est avérée totalement dépourvue de réserves en munitions. Qu’il s’agisse de la police frontalière ou de l’armée, l’on peut difficilement soutenir qu’en France, de nos jours, le Bien commun soit protégé des agressions extérieures.

Reste le problème quotidien de la protection intérieure de notre Bien commun et des biens individuels, à commencer par le premier d’entre eux : la vie des honnêtes citoyens, celle de leurs enfants et de leurs vieux parents. Là encore, le bilan est accablant.

La finalité de la Justice – que, certes, l’on n’aura pas la naïveté de confondre avec l’équité – est de rendre son dû à chacun. En principe, le malfaisant (délinquant ou criminel) doit être puni et mis dans l’impossibilité de récidiver, c’est-à-dire de nuire de nouveau à d’honnêtes citoyens, dont le travail génère les impôts qui servent à conserver et accroître le Bien commun… on aurait presque honte de rappeler ces banalités si nos merveilleux élus – députés, sénateurs, ministres et Président – ne prenaient un malin plaisir à bafouer quotidiennement ces principes fondamentaux, tant par leur attitude et leurs discours irresponsables, que par leurs lois et décrets parfaitement iniques.

Au XXIe siècle, dans la République française, qui tourne de plus en plus à la Ripoublique, la propriété privée n’est plus un sanctuaire inviolable : l’honnête citoyen n’a plus le droit de défendre, par tous les moyens, ses biens ni même son intégrité physique et celle de ses proches. Pire encore, le principe de la légitime défense, reconnu de toute antiquité et par toutes les civilisations, est quasiment aboli, sauf – et pas toujours – pour les membres des forces de l’ordre. En clair, l’honnête citoyen n’a plus les moyens de se protéger de la canaille et de la crapule, en attendant une éventuelle intervention de la police ou de la gendarmerie, dont l’efficacité laisse parfois (et cet adverbe réalise un délicat euphémisme) à désirer.

Quant à la « Justice », il est rare qu’elle soit rendue, de nos jours, par un être intègre et impartial, se souciant davantage du Bien commun que de son profil de carrière et des réactions partisanes de la Chancellerie.

Dans un État de Droit, régi par la notion d’Éthique et le sens de l’honneur, les choses ne se passeraient nullement comme elles sont depuis le début des années 1980. Dans un pays régi par l’Éthique, la crapule qui a volontairement pris une vie par simple joie de nuire, par l’effet d’une brutalité de bête sauvage ou sous l’emprise de la haine politique, raciale ou religieuse, doit être exécutée : c’est équitable, en plus de prévenir tout risque de récidive. Qui viole doit être castré et amputé du 5e membre dont il a fait un usage ignoble : c’est juste et cela empêche la crapule de récidiver. Qui vole, dégrade, incendie volontairement doit payer l’ensemble des dégâts en plus du pretium doloris : ce n’est que justice et cela force la canaille à réfléchir à ce qu’il en coûte de récidiver. Qui, entré dans le pays comme immigré, doit travailler pour s’intégrer au peuple d’accueil et doit être expulsé s’il n’est bon à rien ou s’il s’avère délinquant, dès la première récidive, a fortiori s’il est un criminel et ce immédiatement.

Dans un État régi par l’Éthique, les élus, et en tout premier lieu les ministres et le chef de l’État, doivent être strictement contrôlés quant à leur honnêteté et sur le bien-fondé de leurs décisions. Ils doivent être punis, d’autant plus sévèrement qu’ils ont occupé un poste plus important, s’ils se sont avérés malhonnêtes – ce qui doit les faire exclure à vie des droits civiques -, et publiquement dénoncés, en plus d’être déchus définitivement de la nationalité, en cas de décision pernicieuse à la Nation. Car s’il existe des crimes contre l’humanité, il existe aussi des crimes contre la Nation, comme celui de la laisser envahir, meurtrir, souiller par des Barbares issus d’autres continents, qui importent très inutilement un surplus de haine sociale, raciale et religieuse.

Et s’il était un jour prouvé que cette immigration-invasion ait été autorisée, voire encouragée, pour des raisons de complaisance politique ou, pire, d’intérêts personnels, alors ceux et celles qui auraient commis ce crime d’État devraient être exécutés et leur mémoire balayée à jamais, comme on le fait avec l’ordure et la saleté.

12:07 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.