Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 juin 2017

Le vote des ados

Le-Naour.jpgGeorges Feltin-Tracol

Fin janvier 2017, un soi-disant syndicat lycéen (eh oui ! maintenant les lycéens ont des associations supposées représentatives animées par des permanents trentenaires du PS et du PCF) rendait public un sondage favorable à l’abaissement du droit de vote à 16 ans.

Cette surprenante revendication s’appuie sur le précédent des élections prud’homales qui autorisent les salariés âgés de 16 ans à voter. Il est toutefois étonnant que cette demande ne soit pas complétée par l’exigence de conduire des automobiles au même âge. Par ailleurs, il serait paradoxal d’accorder ces droits à des adolescents alors qu’en 2005, Chirac avait interdit le mariage des filles à partir de 15 ans au mépris des traditions culturelles légitimes et honorables. Voter serait bien, mais pas se marier…

Au cours de la campagne électorale de ce printemps, Philippe Poutou, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont défendu cette mesure au nom d’une conception viciée de la citoyenneté. Accorder le droit de vote à des lycéens accentuerait le chaos au sein même des familles qui ne sont ni monoparentales, ni homoconjugales. Déjà que tout est entrepris dans l’éducation hexagonale pour faire des élèves de très bons petits républicains. Le bourrage de crânes commence très tôt, dès la maternelle, voire la crèche.

Il ne faut cependant pas rejeter cette suggestion. On doit au contraire la subvertir. En 2005, Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti relataient dans La famille doit voter (Hachette, 265 p.) les tentatives d’imposer en France le suffrage familial qui fut défendu autant par le gaulliste Michel Debré que par le Front national avant 2012. Par suffrage familial, on entend donner aux parents la possibilité de voter à la place de leurs enfants jusqu’à leur majorité. Le père voterait pour sa fille et aurait donc deux voix tandis que son épouse disposerait de trois bulletins (le sien et celui de leurs deux fils).

Parfaitement inégalitaire, ce mode de suffrage accorderait aux familles nombreuses un réel poids politique proportionnel à leur poids démographique dans le renouvellement des générations à la condition bien sûr que s’appliquent le droit du sang et une attribution limitée de la citoyenneté. Plus loin que le simple droit de vote des ados, c’est à la famille de racines albo-européennes qui doit s’exprimer.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 39, diffusée sur Radio-Libertés, le 23 juin 2017.

19:27 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.