Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 11 septembre 2019

Un foot français haut en couleur

equipe de negre.jpg

Par Patrick Parment

Le journaliste sportif, spécialiste de football, Pierre Ménès, n’a pas la langue dans sa poche. Et son sang n’a fait qu’un tour à la lecture du Corriere dello Sport aux propos tenus par l’ancien joueur de foot, guadeloupéen de son état, Lilian Thuram : « Quand on parle du racisme, il faut avoir conscience que ce n’est pas le monde du football qui est raciste, mais qu’il y a du racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche. Les Blancs ont décidé qu’ils étaient supérieurs aux noirs et qu’avec eux ils peuvent tout se permettre ». Il faut dire que Lilian Thuram a fait de la dénonciation du soi-disant racisme son fond de commerce. Ce qui amène ce sinistre personnage à exiger des espèces sonnantes et trébuchantes pour nombre de ses déplacements soi-disant « humanitaires ». Passons.

Interrogé, Pierre Ménès n’a pas tardé à répondre : «  Ce qui me gêne toujours dans le discours de Thuram, c’est qu’il ne parle que du racisme contre les noirs. Je n'ai pas envie de parler de ça avec lui... Parce que moi, je vais lui dire ce que je vais vous dire, le vrai problème, en France, dans le foot en tout cas, c'est le racisme anti-blanc. J’invite les gens à prendre leur voiture et aller faire le tour des matchs en région parisienne le week-end. Allez voir ces matchs-là et comptez les blancs sur le terrain, en général, il y a le gardien de but et l’arrière droit », a-t-il affirmé.

Le terrorisme du politiquement correct dans le milieu médiatique - notamment télévisuel où Ménès officie - est tel qu’il a été obligé de rétropédaler, au risque, vraisemblablement, de se voir privé d’antenne. « On m’a mal compris », a twitté au final Ménès.

Il en pense quoi Didier Deschamps – payé 3,45 millions d’euros par an -,  de son équipe de France où les Blancs sont minoritaires ? On s’est amusé à regarder à la loupe cette fameuse équipe de France et l’on s’est aperçu que l’on a plus vite fait de compter les Blancs que les Noirs. Sur 42 joueurs sélectionnés, il y a en tout et pour tout 10 joueurs Blancs ! Cherchez l’erreur. Ce qui n’a pas échappé non plus au philosophe Alain Finkielkraut, de l’Académie française, qui, dans le journal israélien Haaretz se lâchait : « Les gens disent que l’équipe nationale française est admirée par tous parce qu’elle est black-blanc-beurre. En réalité, l’équipe nationale est aujourd’hui black-black-black, ce qui en fait la risée de toute l’Europe. »

Par ailleurs, vu tout le pognon que draine ce sport de débiles, qu’on ne vienne pas nous dire que les candidats « bien de chez nous » viennent à manquer. Tout semble donc bien donner raison à Pierre Ménès dont la punition, au final, est de continuer à commenter ce sport où le fric et le nègre sont rois !

08:32 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Etats-Unis : Bolton out !

usa-john-bolton.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Le limogeage de John Bolton, Conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump est une très bonne nouvelle.
 
Bolton était à la Maison Blanche le faucon des faucons, néo-conservateur intransigeant, idéologue et malfaisant, dans la triste lignée des équipes qui poussèrent Bush père et plus encore Bush fils à intervenir en Irak avec les conséquences que l'on sait.
 
Cette mise à l'écart confirme l'analyse selon laquelle Trump entend s'engager dans une désescalade vis à vis de l'Iran et une normalisation des rapports USA/Russie ce dont Bolton, va-t-en-guerre obsessionnel ne voulait à aucun prix. 
 
Confirmation également du rôle de fondé de pouvoir dévolu au pauvre Macron que le président américain utilise à sa guise pour des négociations parallèles loin du regard de l'opinion publique américaine au moment où se profilent les prolégomènes de la campagne présidentielle. Comme nous l'écrivions précédemment, Macron, loin d'être le nouveau prince de la diplomatie que l'on a voulu décrire à l'issue du G7 de Biarritz, n'est que le petit télégraphiste de Trump.
 
Les États-Unis restent les États-Unis. Leur volonté de puissance et d'instumentalisation de leurs supposés alliés est inaltérée. L'Europe ne sera elle même qu'en se délivrant de leur emprise.
 
Mais prenons pour l'heure notre miel là où il coule. Un néo-conservateur de moins est un ennemi à terre. C'est déjà cela de gagner.
 
Encore un effort, Donald... Mike Pompéo est encore là.

00:03 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook