Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 septembre 2019

Trouver un milliard pour les hôpitaux ? Facile : il suffit de supprimer l'AME !

ame.jpgL'avis de
Jean-François Touzé
 
Encore une arnaque. Les 750 millions d'euros prétendument déployés par Agnès Buzyn, ministre de la Santé, pour permettre de faire face à la crise des Urgences et enrayer la dégradation de nos services hospitaliers, dégradation continue malgré le dévouement, le courage et parfois l'abnégation des personnels soignants, ne seront pas financés en dépenses nouvelles mais en redéploiement de budgets auparavant dédiés à d'autres secteurs hospitaliers.
 
Autrement dit, l'Exécutif déshabille Pierre pour habiller Paul, et des pans entiers de nos services médicaux auront à pâtir de ce tour de passe-passe comptable. 
 
Il aurait pourtant été aisé de trouver ces 750 millions sans dommage: en supprimant totalement et définitivement l'Aide Médicale d'État (AME) dont bénéficient mécaniquement, pour un coût annuel avoisinant le milliard d'Euros payé par les contribuables, tous les étrangers présents sur notre sol y compris les clandestins, pour des soins qui, dans bien des cas, dépassent largement les situations vitales ou d'urgence. Un récent rapport indiquait que des implantations de prothèses mammaires à des migrantes avaient ainsi été prises en charge par l'État.
 
Le Gouvernement se prépare, au contraire, à pérenniser l'AME pour la grande joie des migrants. À l'occasion du débat factice qui se déroulera à la fin du mois de septembre à l'Assemblée nationale, cette aide scélérate se verra confirmée par le Premier ministre dans sa forme, son coût, ses contours et son périmètre d'attribution. 
 
Tandis que des milliers de nos compatriotes se voient obliger de renoncer à certains soins essentiels...

23:14 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ordre Nouveau : retour sur une épopée militante

ordre-nouveau-retour-epopee-militante-588x330.jpg

Grégoire Gambier Polémia cliquez ici

Cinquante ans après, ils sont de retour : les anciens d’Ordre Nouveau (ON) proposent un recueil de souvenirs, mais aussi d’analyses et de documents avec pour objectif d’expliquer la réalité de leur engagement et témoigner pour les générations à venir. L’ouvrage aurait pu tourner à l’évocation nostalgique si caractéristique des anciens combattants, entre souvenirs de « cogne » contre les « bolches » et de soirées plus ou moins arrosées à « refaire le monde » : il n’en est rien. Certes, l’ouvrage en contient, mais il va bien au-delà. Les quelque vingt-cinq témoignages recueillis par André Chanclu et Jacques Mayadoux donnent à voir ce qu’est la vie militante, pour ceux qui l’ignoreraient, et les ressorts du combat « national », pour ceux qui pourraient en trahir les idéaux, ou l’ont toujours plus ou moins sournoisement méprisé. Appuyé par une dizaine de contributions de personnalités extérieures au mouvement, parmi lesquels Philippe Conrad, Jean-Yves Le Gallou, Bernard Lugan ou encore Eric Delcroix et Pierre Vial, ce livre se révèle bien plus important – et pertinent – qu’une énième étude sur « l’extrême droite » pondue par un spécialiste auto-proclamé du sujet, généralement de gauche. Car il décrit la réalité du militantisme : une vie consacrée à son idéal, et les indéfectibles amitiés qui se forgent dans les combats menés en commun – surtout lorsqu’ils ont été perdus.

Résister à la déferlante gauchiste

Créé en décembre 1969, à partir du noyau dur du GUD, continuateur du mouvement Occident dissous en octobre 1968, ON connaîtra une existence aussi mouvementée que brève, étant lui-même dissous le 28 juin 1973, à la suite de l’attaque, la semaine précédente, de son meeting à la Mutualité et de son local, par des milliers de nervis gauchistes.

Il faut rappeler le contexte de l’époque. Aux lendemains de Mai 68, l’extrême gauche jouit de l’impunité acquise par tout vainqueur – fut-ce d’un pitoyable carnaval d’étudiants, enfants gâtés des Trente Glorieuses. La culture, l’éducation, la rue sont à eux. Marxistes-léninistes, « maos » et trotskistes de toutes obédiences entendent imposer par la force du nombre les acquis de la « Révolution » de Mai, et sa continuation. Rares sont ceux qui osent relever la tête, et plus encore se battre pour défendre, au-delà de leurs opinions, leur « être au monde » – seuls contre tous, ou au mieux un contre dix, cent ou mille. Ils ne seront sans doute jamais plus qu’une poignée – 1500 peut-être. On comprend dès lors que les militants d’ON seront souvent très jeunes, s’éveillant au militantisme dès 15 ou 16 ans, et compteront dans leurs rangs une forte proportion de travailleurs, ainsi que quelques femmes de tête dont certaines témoignent dans cet ouvrage (Catherine Barnay, Françoise Monestier, Véronique Péan, Marie-Thérèse Philippe) – tant il est vrai que le « sexe faible » n’est pas le dernier à avoir « des couilles » en situation dégradée…

Lire la suite

22:50 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Radio Libertés : l'émission "Synthèse" avec Marc Laudelout sur Céline

RL 120 2019 09 12 MARC LAUDELOUT.jpg

 

 

Ecoutez

l'émission

cliquez ici

18:10 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Thomas Ferrier dédicacera son nouveau livre "Fascismes d'Europe" à la Librairie française ce soir

Diapositive1.jpg

ACHETER SON LIVRE

EN LIGNE CLIQUEZ ICI

10:19 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Immigration : l'aveu.

19308359lpw-19309737-article-ursula-von-der-leyen-commission-europeenne-immigration-jpg_6493567_660x281.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

En couplant dans un même intitulé de commissariat européen les mots "migrations" et "protection du mode de vie européen", la nouvelle présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a, sans doute par inadvertance et étourderie, créé une polémique qui en dit long sur les vraies intentions des tenants du mondialisme et de l'immigrationnisme.

En hurlant au scandale et en exigeant la modification  du nom de ce portefeuille, la gauche, les Verts, le centre, la fausse droite, les libéraux planétaristes, tous unis dans une même réprobation idéologique, formulent l'aveu éclatant de leurs intentions véritables : changer le mode vie européen, transformer l'identité des peuples, saper les principes et valeurs traditionnels, substituer un soubassement culturel à un autre.
 
Ce tohu-bohu, pensé, voulu et organisé porte un nom : c'est LE GRAND REMPLACEMENT. 
 
Qui a parlé de fantasme ?

10:01 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI 12 SEPTEMBRE SUR RADIO LIBERTÉS : MARC LAUDELOUT NOUS PARLE DE L'ACTUALITÉ CÉLINIENNE

Diapositive1.jpg

POUR ÉCOUTER LES

PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

 

00:41 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une époque de dérèglement des esprits, avant la crise économique qui vient…

fff.jpg

Marc Rousset

La justice rendue d’une façon officieuse en France au nom d’Allah ou de l’humanité en lieu et place du peuple français, comme le remarque Éric Zemmour, des hélicoptères monétaires de la BCE demandés publiquement par les médias, des taux d’intérêts négatifs, du jamais vu dans l’histoire économique qui commence à préoccuper de nombreux responsables éclairés de grandes banques internationales…

Sans être un sachant infaillible politiquement correct, un citoyen normalement constitué, avec le plus élémentaire bon sens, peut se demander si nous ne vivons pas une époque d’esprits déréglés avec des idées saugrenues, ce qui caractérise toujours les périodes en ébullition pré-révolutionnaires ou de changement de régime politique, les krachs économiques les plus marquants dans l’histoire du monde.

Comme l’ont remarqué de nombreux chroniqueurs, les militants de Génération Identitaire qui avaient manifesté pacifiquement avec des pancartes « Défendre l’Europe », ont été condamnés injustement en première instance à 6 mois de prison ferme et 75 000 euros d’amende pour avoir soi-disant « créé une confusion avec la fonction publique » du contrôle de la frontière franco-italienne, au col de l’Échelle, ce qui est inexact.

Par contre la Cour de cassation a cassé la condamnation de Cédric Herrou, passeur d’immigrés clandestins, à 4 mois de prison avec sursis, prononcée par la cour d’appel d’Aix-en-Provence, suite à un recours devant le Conseil constitutionnel qui a reconnu, en se fondant sur les préambules de 1946 et 1958, « un principe de fraternité » d’où découlerait « la liberté d’aider autrui dans un but humanitaire ».

En matière économique, l’ubuesque règne aussi de nos jours en maître ! Alors que l’économiste Milton Friedman dans son ouvrage « The optimum quantity of money » avait pris comme symbole imagé un hélicoptère qui pourrait lâcher de l’argent au-dessus d’une ville pour relancer l’économie, cette idée est reprise le plus sérieusement du monde sur BFM TV, par l’économiste Daniel Cohen dans Les Échos, par l’économiste Moritz Kraemer dans le Financial Times, par le vice-président Philipp Hildebrand du géant de gestion d’actifs Black Rock… L’idée, pour tirer d’affaire les décadents incapables en faillite, est de reconstituer le miracle de Jésus-Christ avec la multiplication des pains !

La BCE se transformerait en Père Noël qui distribuerait 1 000 euros pour chaque Européen, en créant en plus du « quantitative easing » non conventionnel par achat de titres obligataires pour les banques, davantage de fausse monnaie, sans aucune contrepartie à l’actif du bilan, qui serait distribuée directement aux Européens. Ceci, afin de relancer l’économie et si possible l’inflation, voire même l’hyper-inflation, afin de diminuer le poids de la dette des emprunteurs. Cet argent distribué représenterait la bagatelle de 340 milliards d’euros ! IL y aurait immédiatement une perte totale de confiance dans la monnaie, plus personne ne voulant garder ses euros qui deviendraient progressivement des bouts de papier sans valeur, semblables aux « Deutsche Mark » de 1923 dont les Allemands tapissaient leurs murs !

Tout aussi grave est le cri d’alarme des banquiers qui commencent à mettre en avant la folie des taux d’intérêts négatifs en Europe, les États-Unis s’y refusant jusqu’à ce jour. Ces taux négatifs et bas correspondent à un vol annuel pur et simple de 160 milliards d’euros pour les épargnants. Lors d’un séminaire organisé le 4 septembre par Handelsblatt à Hamburg, Christian Sewing, DG de Deutsche Bank a contesté l’idée émise par Christine Lagarde de continuer à baisser les taux d’intérêt négatifs, car cela devient trop dangereux pour les banques et car cela n’aurait pas de conséquences positives pour l’économie. Le plus grave, c’est que Sergio Ermotti, DG d’UBS, la première banque suisse, partage cette opinion. Sewing a même pu dire : « À long terme, les taux d’intérêt négatifs vont ruiner et mettre à bas le Système » !

Sont également du même avis : le Norvégien Yngve Slyngstad, DG de Norges Bank Investment Management, le Hollandais Kees van Djikhuizen, DG de la célèbre banque ABN Amro Bank NV aux Pays-Bas et Martin Zielke, DG de la très grande banque allemande Commerzbank. Pendant ce temps Macron ne fait rien contre l’invasion migratoire ni pour diminuer les dépenses publiques d’une France en faillite et se préoccupe du réchauffement climatique non provoqué par le C02 humain ainsi que des feux en Amazonie moins nombreux que les années précédentes, afin d’amuser la galerie !

00:40 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook