Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 novembre 2016

Le style Trump

Trump-est-officiellement-le-seul-candidat-republicain-a-la-Maison-Blanche.jpg

Bernard Plouvier

Il est évident que l’on ne peut prévoir comment le Président Trump dirigera les affaires des USA (et l’on en profite pour rappeler qu’aux "States", le Président est son propre chef de gouvernement, soit le véritable patron de l’Exécutif).

Mais le style Président Trump commence à se faire sentir et sûrement pas dans le sens des honorables « démocrates ». Il vient de faire savoir qu’il refusait son traitement annuel de Président, soit la bagatelle de 400 000 $. Certes il est un gros millionnaire en $, mais Franklin Delano Roosevelt et John Fitzgerald Kennedy, avant lui, étaient également richissimes et n’avaient pas eu cette élégance.

Ceux qui veulent bien se donner la peine de fouiller la documentation surabondante savent que deux personnages du XXe siècle ont précédé Trump dans cette voie typiquement populiste.

Benito Mussolini, la fasciste, a renoncé à son traitement de premier ministre en 1928, et Adolf Hitler, le grand maudit de l’historiographie, a refusé tout traitement de janvier 1933 à sa mort en fonction, aussi bien les 38 000 Reichsmark annuels (plus 20 000 de frais de représentation) comme Chancelier, que les 51 000 (plus 40 000 RM) en tant que Président du Reich (à compter d’août 1934).

Mais nul n’a jamais prétendu que ces deux hommes d’État étaient « démocrates ». En France, on chercherait vainement le même désintéressement. Même Raymond Poincaré accepta son traitement de chef de l’État, beaucoup moins élevé d’ailleurs que ses honoraires d’avocat brillantissime et il avait l’élégance de payer lui-même toutes ses dépenses personnelles.

De nos jours, un certain nombre de candidats à l’investiture des présidentielles de 2017 dégagent un fort relent d’affaires douteuses. C’est sûr, Trump n’est pas un des leurs.

01:51 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.