Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 avril 2017

Triste campagne ou triste électorat ?

presidentielle-2017-11-candidats-le-pen-fillon-debat-hamon-macron-melenchon.jpg

Bernard Plouvier

Le constat est évident : l’actuelle campagne pour la Présidentielle est à la fois immonde et vide de signification.

Le bon Joseph ‘’Staline’’ serait ravi : que ce soit directement ou par feuilles de propagande interposées, les candidats s’arrosent de seaux de purin (pour reprendre la délicate formulation du tsar rouge). D’un autre côté, l’on assiste à un vide idéatoire abyssal et de tous côtés : de grand projet politique, il n’en point nulle part à l’horizon.

Le Canard enchaîné avait été fondé durant la Grande Guerre pour lutter contre la stupidité et les ignominies du bourrage de crânes. De nos jours, cet hebdomadaire est devenu une feuille beaucoup moins satirique que partisane. De semaine en semaine, ses écrivassiers nous révèlent les emplois familiaux des Fillion, sans que l’on insiste trop sur le népotisme et le copinage d’autres candidats… et après-tout, y-a-t-il fraude ?

Quant aux propositions agitées par ces messieurs-dames (et de sexe-genre indéterminable), elles sont presque toutes orientées vers un excès de dépenses sociales, vers l’afflux de nouveaux immigrés d’origine extra-européenne (de nouveaux consommateurs, ça plait au pape comme aux maîtres de la globalo-mondialisation), et la sacro-sainte réduction des impôts, plaisanterie rhétorique obligée de toute période électorale.

Les vrais problèmes, tout le monde s’en moque, même celle que les journalistes parent du très joli qualificatif de populiste.

Qui promet, non seulement l’arrêt intégral de l’immigration extra-européenne, mais l’organisation indispensable du grand retour de ces individus vers leur continent d’origine ?

Qui parle d’utiliser l’Armée pour réduire les centres insurrectionnels que sont les cités de non-droit qui ont proliféré en France depuis 1981 ? Tant qu’à payer des soldats de métier, autant qu’ils servent la Nation plutôt que les intérêts des multinationales ou de l’impérialisme US.

Qui évoque une véritable politique nataliste autochtone et la préférence nationale en matière d’emploi (ce qui était un argument classique de Roger Salengro, cacique socialiste en 1936, ou de Marcel Cachin, personnage majeur du PCF à la même époque) ?

Qui promet d’éradiquer la corruption de notre merveilleuse Ripoublique, tant chez les politiciens que dans la fonction publique en instituant une véritable méritocratie, en lieux et places des nominations au piston : népotique, syndical, politique, maçonnique ou par l’effet de la scandaleuse « discrimination positive » en faveur des rejetons de l’immigration extra-européenne ou encore les « promotions canapé » ?

Qui propose le rétablissement de la peine capitale pour ces serial killers que sont les terroristes, pour les tueurs d’enfants, pour les gros trafiquants de drogue qui sont autant d’assassins en intention ?

Au fait que peut-on attendre de Mignon-Macron, homme-lige de la finance cosmopolite, d’un Hamon qui ressemble à un Hollande-bis, du Mélenchon, arrogant personnage qui est à la fois un démagogue marxiste et un millionnaire en euros, d’un Fillion qui fut le premier ministre adepte du sur-place durant cinq années ?

Quant à la Dame du centre-droit que l’on dit « populiste », on aimerait qu’elle se laisse aller et qu’elle dévoile un programme destiné à la Nation française, la vraie, celle qui est composée d’Européens de souche et qu’elle prenne ouvertement le parti de ces Français-là.

Après Mitterrand le bourgeois égotiste qui ouvrit le pays à l’économie globale et à la mondialisation des vies politique et sous-culturelle, après Chirac, la nullité black-beur, après Sarkozy qui disait vouloir agir mais ne fit rien, après Hollande dont la nullité donne un aperçu de ce que doit être l’infini, va-t-on devoir se contenter du retour à Pompidou, sous le règne duquel RF ne signifiait plus République Française, mais Rothschild Frères, avec un multiplicateur lié à la globalo-mondialisation ?

Pour un Français né au milieu du siècle précédent, il est triste de constater qu’à côté des branquignols actuels, Charles De Gaulle – qui ne fut pourtant qu’un général de guerres civiles, de 1944 à 1946, puis de 1958 à 1962, dont les effets se font encore sentir – avait une classe folle.

Son diagnostic était peut-être exact, lorsqu’il qualifiait les Français de son époque de « peuple de veaux ». De nos jours, la comparaison zoologique de l’électorat autochtone pourrait être moins flatteuse encore.    

16:12 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.