Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 21 avril 2017

Fumeurs qui s’en moquent, gouvernement qui s’en met plein les poches

images.jpg

La chronique de Philippe Randa

Au premier trimestre 2017, malgré l’obligation du paquet neutre, la vente de tabac à rouler ou à tuber est en hausse de 3,6 %, selon les chiffres de Logista France (groupe Imperial Tobacco), société qui dispose du quasi-monopole de l’approvisionnement des vingt-cinq mille bureaux de tabac français, nous rapporte le quotidien vespéral Le Monde.

L’échec de cette grotesque mesure de prévention est d’ailleurs reconnue par le professeur Dautzenberg, pneumologue qui ne ménage pas ses efforts pour lutter contre le fléau tabagique : « Nous n’attendions pas que le paquet neutre fasse baisser les ventes de cigarettes. Nous attendons plutôt un ralentissement de l’initiation des jeunes se retrouvant perdus face au mur de paquets identiques chez leur buraliste. »

Perdus ? Pas tant que cela, puisque de l’avis même de nombreux buralistes, la quasi-totalité des fumeurs réclament leurs marques habituelles sans un regard pour les présentoirs uniformes et pas davantage ensuite sur les monstrueuses photos « décorant » les paquets dont certains disparaissent directement à l’intérieur d’étuis parfaitement « neutres », eux aussi.

La morosité du monde actuel et de son avenir que nous promettent les prétendants à la Fonction suprême – les incertitudes que les uns suscitent tout autant que les craintes que les autres inspirent – n’est sans doute pas étrangère au maintien d’une telle consommation, malgré un coût financier de plus en plus prohibitif.

Quel rapport entre les radars fleurissant au bord des routes pour traquer les automobilistes et les paquets de cigarettes neutres ridiculisant les rayons de vente des buralistes ? À l’évidence, l’inutilité de telles mesures. Le nombre d’accident dû à la circulation ne baisse pas davantage que la consommation de tabac. Reste dans un cas comme dans l’autre, une certitude : elles permettent à l’État de s’en mettre plein les poches et c’est sans doute leur véritable but !

11:08 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.