Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 25 avril 2017

Le candidat qui se veut faire aussi gros qu’un Président

3012854566.jpgLa chronique

de Philippe Randa

Les lendemains d’élections, les gueules de bois sont habituelles. Et dès dimanche soir, sur tous les plateaux télévisés, a-t-on ainsi pu appréhender ce que sera sans doute la réalité de la partitocratie française à l’avenir.

Malheur aux vaincus, donc… François Fillon, bien sûr, qui aura certes montré qu’il se sera battu jusqu’au bout, contre tous et surtout contre les caciques de son propre camp, le dos au mur judiciaire et le mors de son ambition politique aux dents, mais en vain ! Et ce n’est pas sa détermination – qui aurait pu être admirable en cas de succès – que l’Histoire retiendra, mais son obstination suicidaire ayant conduit au désastre électoral de son camp.

Un camp qui espère encore rebondir aux législatives à venir, ce qui serait une première sous la Ve République.

Vaincu, Benoît Hamon ? Non, trahi, évidemment, par nombre de caciques d’un Parti socialiste qui sont coutumiers de la chose comme avant lui l’ont appris à leurs dépens successivement Édith Cresson, Ségolène Royal et François Hollande ; des caciques qui ont sans doute, l’avenir législatif le dira, scié par la même occasion la branche sur laquelle ils pouvaient espérer perdurer sous les ors de la République.

Frustré de ne pas s’être qualifié pour le second tour, Jean-Luc Mélenchon ? Y a-t-il vraiment cru ? Sans doute, mais cela aurait été inespéré et ce n’était pas là le véritable but de sa campagne, somme toute bien réussie : c’est le leadership de la gauche future que le candidat de la France insoumise a, depuis le début, dans son viseur électoral, sur fond d’enterrement du parti de la rue de Solférino…

Marine Le Pen est donc qualifiée pour le second tour… au grand soulagement de son lieutenant Florian Philippot qui aurait sans doute laissé sa tête dans l’aventure si cela n’avait pas été le cas. Reste que le score n’est pas celui attendu. Il est certes terriblement handicapant d’avoir fait la course en tête des sondages comme ce fut son cas depuis deux ans. Et sa campagne de premier tour, nombre d’observateurs l’ont remarqué, a surtout été une campagne de second tour. Cela aurait pu lui être fatal comme à Lionel Jospin qui fit la même erreur en 2002 face à son père, mais les dieux lui ont été cléments. Cela arrive !

Et donc Emmanuel Macron… donné vainqueur dans une quinzaine de jours et qui ne s’est pas privé de considérer la chose acquise dès le dimanche soir en fêtant cela bruyamment à La Rotonde, chic établissement de la capitale et qui a fait écrire dans les colonnes du Parisien dès le lendemain : « Syndrome du Fouquet’s […] Critiqué sur les réseaux sociaux et par ses adversaires politiques pour le ton de la fête, le candidat a assuré qu’il n’a “pas de leçon à recevoir”. »

Petit garçon gâté n’aime pas être réprimandé, visiblement !… Et ce « dérapage » – un de plus ! –, augure désagréablement de son éventuelle présidence à venir…

Si présidence il y a ! Car remarquons tout de même que ce candidat ayant vu son comité de soutien grossir de jour en jour de ralliements les plus hétéroclites, tout à la fois de la quasi-totalité des saltimbanques habituels à un nombre impressionnant de transfuges de droite, de gauche, du centre et d’ailleurs, « ayant été » ou « étant encore » dans le monde politique… n’a réalisé, finalement, qu’un score de moins d’un quart des suffrages exprimés.

Peut-on imaginer qu’une majorité des électeurs de gauche et d’extrême gauche comme de droite puisse se reporter servilement, automatiquement, arithmétiquement sur celui qui est tout à la fois ancien banquier de la banque Rothschild, ancien ministre de François Hollande et véritable instigateur de la loi travail dite « El Khomri » ? Qui se présente en homme nouveau de la politique française alors qu’il y a tout lieu de craindre qu’il nommera François Bayrou, vieux canasson de labour du centrisme, à Matignon en paiement de son ralliement ?

« M’y voici donc ?

— Point encore.

— M’y voilà ?

— Vous en approchez, mais point encore. »

Marine Le Pen battue par Emmanuel Macron ? On le dit… En attendant :

« Le chétif pécore

S’enfla si bien qu’il pourrait en… »

Et pourquoi pas !

Lire sur EuroLibertés cliquez ici

11:39 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.