Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 avril 2017

Curieux reproches ou le triomphe de l’analyse superficielle

2d2b69325acfa3a68d3e24c7704ebc14.jpg

Bernard Plouvier

Depuis quelques jours, il est de bon ton d’ironiser sur la virée dans une brasserie chic (et aux prix coquins) du candidat Macron, après son premier triomphe. De la même façon, l’on a reproché au candidat Fillon ses costumes hors de prix et l’on avait, en son temps, moqué les aspects « bling-bling » du Président Sarkozy ou la sexualité débridée d’un Chirac, émule sur ce point des JFK et Bill Clinton.

Tout cela est vrai, mais ce sont les à-côtés obligés de la conception de la vie de ces nobles politiciens… et le comportement de prostituées de diverses ministresses n’est pas moins minable. Qu’un politicien-affairiste se sente particulièrement à l’aise dans la consommation haut de gamme, c’est logique. De même qu’un politicien « black-beur » soit un obsédé sexuel n’est pas plus surprenant qu’une politicarde qui avance par « promotion-canapé ». Tous agissent conformément à leur nature.

C’est aux électeurs de décrypter le message avant qu’il ne soit trop tard. Pour une fois que les gens des media font leur véritable métier, qui est d’informer, il serait bon que les citoyens réfléchissent sur les fondements de notre société, ses « valeurs », et qu’ils en tirent les conséquences logiques.

Ou l’on est un partisan de l’économie globale et de la désertification industrielle française, un adepte des petits plaisirs considérés comme le but fondamental de la vie, un individu que la prostitution physique ou morale n’effraie pas, un citoyen que le métissage racial et culturel emballe, et l’on choisit librement un candidat qui représente ces « valeurs ».

Ou bien, l’on préfère leurs antithèses : honneur, travail, famille, Nation et patries (la petite, dénommée France, et la grande, dénommée Europe, la vraie : celle des Nations de souche européenne) et l’on agit en conséquence.

Mais il est irréfléchi de reprocher aux autres d’obéir à leurs comportements, génétiquement programmés. En définitive, l’opposition restera toujours intégrale entre les hommes d’ordre et les libéraux échevelés, tandis que ce sera toujours la masse des indécis – et ils le sont parce qu’ils sont programmés pour être tantôt favorables à l’ordre et tantôt à la fantaisie libérale – qui fera la différence. C’est l’unique raison de « l’alternance démocratique » dont parlent les politologues, gens aussi savants et sérieux qu’utiles.  

09:18 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.