Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 mai 2017

Le premier faux pas d’Emmanuel Macron !

nicolas-hulot-qui-avait-decline-les-propositions-des-precedents-presidents-a-endosse-la-veste-de-ministre-mercredi-comment-a-t-il-ete-convaincu.jpg

Un communiqué d’Alban d’Arguin (auteur d’Eoliennes, un scandale d’Etat, Synthèse éditions)

La nomination de Nicolas Hulot en tant que Ministre d’Etat, ministre de la transition énergétique et solidaire est une triple erreur du nouveau Président de la République : 

- La première est que le nouveau Président a prétendu vouloir moraliser la vie publique. A cet effet, il a ordonné une analyse du passé politique et financier de chacun des membres pressentis pour intégrer le gouvernement transitoire du 17 mai 2017. Ni lui ni son premier ministre ne peuvent pourtant ignorer que la  Fondation éponyme que préside Nicolas HULOT, n’a qu’une raison d’être, à savoir celle de faire vivre grassement son président et quelques membres appointés. Sa proximité avec quelques grands groupes industriels ou médiatiques qui sont ses principaux donateurs, à savoir EDF, L’OREAL et TF1 est connue du monde politico-financier de longue date, au point même que la Commission du développement durable de l’Assemblée Nationale, dans un rapport de février 2011 sur les modes de financement et de gouvernance des associations de protection de la nature et de l’environnement, souligne ce qui précède et pointe aussi sévèrement son taux de frais de fonctionnement supérieur à 50% du montant des dons reçus…. 

Y aurait-il donc plusieurs définitions de la morale ? 

La seconde concerne la « soi-disant légitimité » de Nicolas HULOT qui n’appartient pas au monde de l’entreprise ni directement au monde politique. Il appartient au monde des ONG (organisations non gouvernementales), c’est-à-dire aux lobbies, lesquels sont tous financés par des multinationales, n’ont aucune légitimité ni statut juridique autre qu’associatif et disposent pourtant d’un pouvoir de plus en plus grand tant médiatique, que politique et financier. On a ainsi pu voir, à l’occasion du Grenelle de l’Environnement (2007 à 2010), 9 ONG assises à la table des négociations dont la « Fondation Nicolas HULOT » : Il s’agissait alors d’un abus de droit exercé par Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Borloo et Kosciuszko-Morizet, lequel n’a fait l’objet d’aucun recours constitutionnel ! 

- La troisième erreur concerne le passé de Nicolas HULOT et ses relations avec François HOLLANDE, dont il est aussi un proche, même s’il a voté pour MELENCHON à la présidentielle de 2012 ! Qui se souvient que HULOT fut nommé le 6 décembre 2012 par HOLLANDE « Envoyé spécial pour la protection de la Planète » ! Ceci lui permit de parcourir le monde, du Vatican à l’ONU en passant par les capitales de tous les continents, véritable « missi dominici » appointé avec une mission plus secrète, celle de contribuer à la réussite de la COP 21 de Paris qui devait faire de François HOLLANDE le grand chef d’Etat à la stature internationale 14 mois avant ce qui devait être sa réélection… On connait la suite et l’illustration de la continuité sans changement entre MALLANDE hier et HOCRON aujourd’hui, dont la nomination de HULOT est une nouvelle illustration. 

Il y a cependant quelque chose d’encore plus grave que ces petites combines de la troisième république renaissante : c’est la mise en œuvre poursuivie de la « transition énergétique et solidaire » laquelle est l’application stricte des injonctions de la Commission Européenne non élue qui nous les impose ! Et ceci veut dire pour les français la poursuite voire l’accélération de la construction d‘éoliennes qui défigurent nos paysages et nos monuments, font gravement souffrir les Français riverains, tuent les animaux, bétail ou oiseaux, et enrichissent quelques investisseurs étrangers avides de dividendes versés grâce au prix prohibitif d’une électricité que financent tous les français via leur nouvelle facture EDF et sa « Contribution au Service Public de l’Electricité », impôt déguisé de l’éolien qui est estimé à 11 milliards d’€ pour l’exercice 2016 ! 

Nicolas HULOT sera-t-il donc celui qui mettra en œuvre ce scandale déjà dénoncé ? Appliquera-t-il les vœux de son ami François de RUGY, (autre bobo écolo en attente de poste en rétribution de son ralliement à HOCRON) qui déclarait il y a quelques mois qu’il fallait viser 100% d’énergies renouvelables en 2050 ce qui équivaudrait pour l’énergie du vent à ériger 50 000 éoliennes en France soit un mitage total du pays ? 

Oui vraiment il n’y a de transition qu’énergétique car pour la politique rien ne bouge ! Il reste aux Français à comprendre enfin et à agir pour porter au pouvoir un gouvernement de la « transition politique, identitaire et nationale » !  

Cette fin de semaine, Alban d'Arguin sera : 

2017 05 20 DPF EOL.jpg

2017 nieppe éol.jpg

Lire son livre cliquez ici

01:08 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.