Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 mai 2020

L’Arlésienne du second tour municipal

Urne-élec.jpgGeorges Feltin-Tracol

La période du 15 mars au 21 juin prochain, voire jusqu’au mois de septembre (ou d’octobre) 2020, restera comme le plus long entre-deux-tours de l’histoire électorale française. Le second tour des élections municipales peut se dérouler un dimanche de juin, de septembre, d’octobre, de novembre, de décembre ou de janvier 2021. 55,40 % d’abstention, 1,57 % de votes blancs et 2,74 % de bulletins nuls ont cependant marqué le premier tour en mars.

La crise épidémique du covid-19 n’explique pas complètement cette abstention massive. Outre 106 communes où ne se présentait aucun candidat, de très nombreuses communes, pas seulement rurales et peu peuplées, n’offraient aux électeurs qu’un seul choix. Cette désaffection se comprend par la raréfaction croissante des volontaires pour ce « sacerdoce » laïque. Le maire à la campagne voit sa responsabilité pénale s’aggraver et ses prérogatives politiques diminuer.

La présence de listes uniques dignes de l’Éthiopie populaire démocratique du camarade Mengistu se comprend à l’aune de cette parfaite saloperie qu’est la parité en vigueur depuis deux décennies maintenant. Le code électoral exige dans les communes de moins en moins habitées des listes paritaires hommes – femmes. Or, le sexe féminin est moins porté sur la chose publique que le sexe masculin. Présenter des listes viables relève souvent de la gageure, en particulier pour les formations politiques médiatiquement ignorées.

La parité homme – femme représente en elle-même une honteuse discrimination puisqu’elle exclut les transgenres et autres non-binaires. Cette non-inclusion crypto-patriarcale cessera tôt ou tard quand le Régime s’apercevra que cette nouvelle post-parité ternaire homme – femmes – autres ostracisera légalement les mouvements de l’Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne. Ce verrouillage démocratique empêchera ainsi l’émergence de nouvelles forces politiques et sanctuarisera l’actuelle partitocratie dégénérée.

À cette mesure qui ne saurait tarder s’ajoute déjà un harcèlement quotidien et insidieux des candidats qui osent figurer sur des listes vraiment dissidentes de la part des municipalités, de leurs complices concurrents et du voisinage. Combien de sympathisants ne se présentent-ils pas par crainte de perdre des clients, de rompre avec des proches et de se disputer avec les siens ? La liberté de candidature dans l’Hexagone est de fait biaisée.

Le premier tour des municipales du 15 mars 2020 est une indéniable pantalonnade. Le scrutin aurait dû être pour le moins reporté à l’automne. L’abstention élevée et l’insincérité manifeste du vote compromettent pour les six prochaines années la légitimité des élus dès le premier tour et transforment le second tour en fumisterie.

Il faut en outre en finir avec l’apolitisme de circonstance. Il est formidable de constituer une liste d’intérêt communal regroupant des gars de droite, de gauche et du centre, soit le Système, mais on oublie un peu vite que le maire et son conseil municipal participent de droit à l’élection des sénateurs en septembre 2020. Par ailleurs, le maire peut être élu au conseil départemental ou au conseil régional ou bien visé la députation. Son apolitisme communal de façade s’efface très vite quand approchent d’autres échéances électorales.

Les maires participent enfin au parrainage des candidats à l’Élysée. Déjà difficile, le recueil des cinq cents signatures requises n’est pas facilité depuis 2017 avec la publication intégrale et régulière de l’identité de tous les signataires. Cette nouvelle contrainte écarte de l’élection capitale française tout véritable candidat anti-Système. Maints maires refusent en effet de parrainer quelqu’un par peur de déplaire à leurs familles, à leurs conseillers municipaux, au conseiller départemental du coin, aux services préfectoraux ou à leurs poissons rouges. Le maire est aujourd’hui un froussard hors catégorie.

Impuissant quand le gouvernement lui impose un camp d’accueil pour immigrés clandestins délinquants ou l’ouverture d’une salle pour se droguer en toute quiétude, l’édile communal joue au despote local comme à Sanary-sur-Mer où, au début du confinement, fut interdit un court laps de temps d’acheter une seule baguette ou de sortir à plus de dix mètres de son domicile. Quand il ne prend pas d’arrêté municipal contre un spectacle de l’excellent humoriste Dieudonné, le maire met tout en œuvre pour entraver l’implantation de lieux de convivialité socio-culturels de l’Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne. En liaison avec les antifas, les journalistes et les préfectures, les mairies de Lyon, de Strasbourg et de Clermont-Ferrand ont persécuté en 2018 – 2019 les sections du Bastion social avant qu’il subisse d’une scandaleuse dissolution. Les édiles laissent les racailles prospérer dans les quartiers de non-droit. Ils se montrent en revanche intraitables envers les opposants résolus du Régime. Il faut reconnaître que les seconds, à la différence des premiers, ne financent pas en sous-main les campagnes électorales…

Un conformisme républicain moutonnier n’épargne pas les communes rurales. Le 29 février 2020, près d’un milliers de personnes, souvent âgées et retraitées (de futurs « covidiots » ?), manifestaient contre l’ouverture d’un local de l’association patrimoniale identitaire Terra Nostra dans une bourgade rurale de près de deux mille habitants aux confins de la Loire et du Rhône. Le maire de ce patelin, véritable satrape des Monts du Lyonnais réélu dès le premier tour grâce à une liste unique en dépit d’une abstention à 68,41 % (sans oublier 2,18 % de votes blancs et 9,17 % de bulletins nuls), cherche par tous les moyen de résilier le bail de location afin de chasser les membres de cette sympathique et méritante association, ce qui, on en conviendra aisément, n’est pas très « Charlie ».

Le second tour de ces municipales ne concernerait que cinq mille communes, les plus peuplées. Si le gouvernement le maintient en juin, en septembre, en octobre ou à la Saint-Glinglin, il en résultera une farce grotesque bien coûteuse pour les contribuables. Sauf si le gouvernement invalide le premier tour survenu en mars dernier et réorganise les deux tours du scrutin municipal à l’automne, la non-participation à ce cirque s’impose dès à présent, hormis où se maintiennent des listes de l’Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne comme à Tarascon avec Valérie Laupies, à Orange avec le maire sortant Jacques Bompard ou à Marseille avec Stéphane Ravier.

On a sans cesse incité les Français à rester chez eux pendant la crise du coronavirus. Continuons plus que jamais à suivre cette injonction sanitaire impérieuse et, si toutes les municipales ne sont pas annulées, le jour du fameux second tour, sauf exceptions mentionnées, ne sortons pas ! Aidons plutôt l’abstention à battre son propre record.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°172. Source Europe Maximacliquez ici.

19:14 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.