Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 janvier 2016

François Hollande-Émile Loubet : la continuité dans le changement.

o-FRANCOIS-HOLLANDE-facebook.jpg

Dr Bernard Plouvier

Certes, la Constitution de 1875 a été remplacée moult fois (elle fut remaniée en 1879, 1884, 1926, avant d’être abolie en 1940) et l’actuelle, celle de 1958, remaniée en 1962, fait de nous les (mal)heureux citoyens d’une VRépublique, de plus en plus vacillante, entrée en état d’agonie, par l’indignité d’une foule de politiciens corrompus, voire repris de justice, et par leur totale incapacité à résoudre les vrais problèmes actuels : chômage d’une ampleur inédite, destruction progressive de l’industrie française, fiscalité écrasante, insécurité liée à une racaille immigrée pléthorique ainsi qu’au fanatisme musulman qui nous ramène à la pire époque médiévale.

Toutefois, la ressemblance est frappante entre le Président Émile Loubet (qui somnola au Palais de l’Élysée de février 1899 à février 1906, soit à la pire époque de l’affaire Dreyfus : lors de la phase d’assouvissement de la vengeance du « syndicat dreyfusard ») et notre merveilleux Président. Durant toutes ses années de présidence, Loubet ne se manifesta que par sa haine du catholicisme et par son activité « d’inaugurateur des chrysanthèmes » : c’est pour lui que l’expression fut créée, reprise soixante ans plus tard par Charles de Gaulle qui, dans ses écrits et ses discours, ne citait jamais ses sources.

Notre Loubet-bis se caractérise par une vigoureuse action contre ce qu’il considère comme l’ennemi public N° 1 de la France : le Front National, et par une activité débordante d’inaugurateur de plaques commémoratives, de cérémonies expiatoires, de célébrations funèbres et de commémorations d’icelles, une année plus tard, enfin de remises de décorations. En janvier, il célèbre l’anniversaire des premiers massacres parisiens perpétrés par des fous d’Allah ; en décembre, il en fera autant avec la seconde série, où les djihadistes ont décuplé leur score. Entretemps, il aura pu déplorer dignement les autres attentats dont il a prédit la survenue lors de ses « vœux », durant lesquels il a félicité les Français de leur grande victoire… sur le Front National, à défaut de pouvoir célébrer une victoire contre le chômage, contre le terrorisme ou contre l’État islamique. On a les victoires qu’on peut, surtout lorsqu’on manque de capacités et de munitions.

Tout cela est excellent pour sa grimpette périodique dans les sondages d’opinion. Hélas, monsieur « Je vais résorber le chômage en 2016 » (comme il l’avait promis pour les années 2013, 2014 et 2015) n’étant guère brillant sur ce point fort délicat, les scores de popularité s’effriteront jusqu’à la nouvelle cérémonie commémorative ou le prochain attentat qu’il condamnera dignement, ce qui inversera de nouveau la tendance. Les Montagnes russes de la popularité présidentielle nous amèneront doucement aux prochaines présidentielles, à moins que la guerre raciale et religieuse n’ait, d’ici là, dégénéré en authentique guerre civile.

Car, pendant que notre beau Président inaugure, décore et commémore, les Français de souche européenne continuent à souffrir de la très durable crise économique, à vivre dans l’angoisse des attentats contre les biens et les personnes. Au cours de l’année 2015, l’on a assisté à une spectaculaire augmentation des agressions physiques (ayons une pensée émue pour les oubliés de la propagande officielle : les Français poignardés, les innombrables femmes et jeunes filles violées, les passants et usagers des transports publics molestés, et même – c’est une nouveauté – les vieillards, malades et infirmes menacés d’incendie par le sabotage de l’installation électrique d’un petit hôpital). Parallèlement, les vols à l’arrachée, les cambriolages, les actes de vandalisme se sont multipliés.

Mais au ministère de l’Intérieur on s’est surtout ému de l’augmentation des « actes antimusulmans », soit des slogans et défilés de citoyens exaspérés. Le saccage de dizaines d’églises, durant l’année 2015, n’est guère mentionné par nos brillants ministres, mais le saccage d’une « salle de prières-salle de sports » (eh oui , dans certaine religion, il arrive qu’on mêle les genres : après tout quand on prône le Djihad, il est bon d’entraîner les ouailles aux sports de combat) est condamné avec une virulence proportionnelle aux espérances de soutien financier en provenance de la péninsule arabique (où l’on commence à entrer en récession du fait de la persistance des faibles prix du pétrole).

Loubet, par ailleurs financièrement honnête, avait gagné la reconnaissance de ses confrères politiciens corrompus en protégeant, par le secret de l’instruction les « Chéquards du Panama ». Notre bon Président semble n’avoir pas trop sévi envers les repris de justice de son Parti. Ces messieurs de la Ve ressemblent de plus en plus à ceux de la IIIe. C’est inquiétant, car ce troisième avatar avait fini dans l’abjection, par la plus écrasante défaite de notre histoire et l’invasion du territoire national.

12:52 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.