Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 31 août 2018

Monsieur le Président, les Gaulois vous disent… bien des choses

40357195_10209760432127888_7683589015282384896_n.jpg

Bernard Plouvier

En cette fin d’été, après avoir traité les Bretons de Maffiosi, notre génialissime Président-Dictateur-Général s’en prend aux Gaulois, qu’il juge irréductiblement opposés à ses merveilleuses réformes. Analysons la chose !

Grand Timonier et sa Dame ont inauguré l’été, au Palais de l’Élysée, en transformant la Fête de la musique en gay-pride africaine. Libre à eux d’afficher leurs goûts. Mais certains Gaulois auraient peut-être vu avec plaisir quelques-uns des leurs - pianistes, violonistes ou violoncellistes, certains étant de réputation internationale - être invités à se produire au milieu des ors de la République et faire entendre de la musique, sinon gauloise du moins européenne.

Durant l’été, l’immigration exotique s’est donnée en spectacle dans la ville de Nantes où l’éclairage public fut artificiellement renforcé par les incendies volontaires à répétition. Que l’on sache, les Gaulois n’ont guère protesté, alors que l’occasion aurait été bonne de contester la politique macronienne en faveur de l’immigration de masse. Les protestations se font entendre en Italie et en Europe danubienne, prouvant qu’il existe encore des dirigeants qui se sentent européens dans notre continent.

On sait qu’il a fallu beaucoup de représentations, en ville et sur les plages, données par le couple présidentiel, que l’on a prudemment mis en contact avec des sympathisants – surtout pas des Gaulois frondeurs -, pour faire oublier le scandale de la barbouzière élyséenne et celui, qui ne fait que débuter, de la tentative d’étouffement de l’affaire par les conseillers les plus proches de notre distingué contempteur de Bretons et de Gaulois.

De fait, si l’une des barbouzes, qui avaient tabassé des manifestants tout en n’étant pas membres des forces de l’ordre, était de souche européenne, l’autre était une de ces « chances pour la France » issue de l’immigration maghrébine. N’en déplaise à notre Guide Génial, les Gaulois bons enfants n’ont pas trop relevé cette ignominie : de l’extra-Européen qui se permet de tabasser du manifestant parisien, espérant l’impunité du fait de ses relations avec le couple présidentiel.

Il est exact que, sans une fuite savamment organisée, les Gaulois n’en auraient rien su. Si cette conception de la Démocratie et de la transparence dans l’information est l’une des « réformes » du Président Macron, les Gaulois n’ont guère de raison d’approuver.        

De même, faut-il applaudir l’équipe gouvernementale lorsqu’elle promet de multiplier les parcs d’éoliennes et de diminuer la production d’électricité fournie par la fission du noyau atomique ? Ce choix, pour le quel le Peuple souverain n’a nullement été consulté, n’aboutira qu’à une seule chose : augmenter considérablement le prix de l’électricité. Même le plus sot des Gaulois commence à le savoir.

On peut concevoir une légère grogne du Français non millionnaire en euros qui constate, en cette année, une reprise de l’inflation. Si, par un facétieux hasard, l’inflation dirigée - une idée chère à Lord Keynes (encore un inverti !) - était une « réforme » macronienne « pour faire repartir la croissance », on pourrait estimer légitime la contestation : la chose a été largement tentée au XXsiècle et a constamment échoué, sauf bien sûr à remplir les poches des intermédiaires de la distribution, petite et grande.

Autre réforme sublime : la limitation à 80 km/h de la vitesse sur routes. Cet été, le nombre de contraventions radars-dépendantes a pulvérisé tous les records. Même bons enfants, les Gaulois ne peuvent qu’être sceptiques quant à la motivation de cette réforme. On évoque, en haut lieu, une (éventuelle) réduction des morts par accident ; le bon peuple constate surtout un accroissement monstrueux des taxes répressives.

Génial Président frappe les retraités, certes modérément dans l’immédiat, mais des guignols parlementaires de sa majorité estiment que les retraités « vont devoir faire davantage d’efforts ». Les Gaulois qui ont travaillé longtemps et souvent fort bien ne sont pas forcément ravis de cette réforme qui annonce des lendemains qui chantent de moins en moins… sauf à aimer le rap.

Si « réformer » signifie pour M. Macron insulter les Présidents Trump et Poutine, aux résultats économiques et sociaux supérieurs aux siens, on peut comprendre une certaine gêne des Gaulois, certes chauvins, mais pas forcément idiots au point d’être incapables de comparer les succès des uns, l’échec des autres, singulièrement celui du couple mal assorti Macron-Merkel.

Des parades sexuelles bizarres approuvées par nos bons princes, un accroissement du coût de la vie et des taxes à la consommation (jetez un œil au prix des carburants), une immigration extra-européenne toujours plus importante et quelque peu « turbulente », des parlementaires qui amusent la galerie avec la négation de la notion de race, l’introduction des chats dans les palais de la République et des projets réellement débiles, une diminution constante des services de l’État alors que les sommes payées en impôts directs et indirects augmentent indéniablement, un chômage qui croit aussi rapidement que l’insécurité, enfin un couple présidentiel de style people entouré de personnages louches… s’il s’agit là des « réformes » de Super-Macron, on peut comprendre l’ironie des Gaulois.

Et l’on en vient à murmurer, avant de le crier très fort : « Gaulois, réveillez-vous ! »

10:18 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

SOUTENEZ NOTRE SITE : ABONNEZ-VOUS À LA REVUE "SYNTHÈSE NATIONALE"

2018 07 ABN CAMP.jpg

BULLETIN D'ABONNEMENT

ABONNEZ-VOUS EN LIGNE CLIQUEZ ICI

COMMANDEZ LE N°49 (ÉTÉ 2018) CLIQUEZ LÀ

SN 49 COUV 1.jpg

10:18 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 30 août 2018

L’INSUPPORTABLE et INTERMINABLE ETE MACRONIEN

safe_image.jpg

Le Bloc-notes de Jean-Claude Rolinat 

Après la rocambolesque et scandaleuse « affaire Benalla », - en  fait « Lahcène Benahia, lieutenant-colonel de réserve dans la gendarmerie, comme moi je suis Evêque ! -, il y a, enfin, comme un « air de rentrée », avec une odeur de cartables neufs pour des petites têtes de moins en moins blondes. Lesquelles vont se préparer pour une longue année scolaire semée d’embûches : vous pensez, savoir lire, écrire et compter, quels exploits ! Les embouteillages vont recommencer, comme les inéluctables retards dans les transports en commun avec ses cavalcades d’usagers qui n’en peuvent plus, ainsi que les inévitables rendez-vous syndicaux. Avec, au bout, d’inutiles et vieillissants cortèges d’appareils militants. Sans oublier la certitude d’un avenir plus difficile encore, pour les retraités. Merci qui ?...

Mais tout ceci participe d’une routine. Mais, ce qui est plus grave, l’opinion va finir par s’habituer à une autre « routine » : celle des trop nombreux « faits divers » qui ont émaillé notre été français. Qu’on en juge : des dizaines et des dizaines d’agressions « diverses et variées », beaucoup de coups de couteaux assénés par des « déséquilibrés » qui, curieusement, crient à chaque fois « Allah Akbar ». Une épidémie ? Quand ce ne sont pas les allogènes eux-mêmes qui s’entretuent, comme à Alençon début août, en l’occurrence des Afghans. Le 29 juillet, c’était le jeune Adrien Perez à qui pourtant l’avenir souriait, qui périssait à Grenoble, mortellement frappé par les frères El Habib, « des chances pour la France », comme aurait dit feu Stasi, ci-devant député-maire d’Epernay. A la fin du mois, c’est Kamel Salhi, licencié de la RATP, inscrit au FSPRT, le fichier des « apprentis terroristes », pour soupçon de « radicalisation », qui poignardait sa femme, sa sœur (?) et une passante, en criant, là aussi, « Allah Akbar ». Dans la même période, à la sortie d’un match PSG/Angers joué au Parc des Princes, un jeune homme de 25 ans s’écroulait sur le quai de la station de métro Exelmans, mortellement touché au thorax par une lame. Encore l’acte d’un « dingue » ? En début de mois, le 8 août, un autre étranger égorgeait, apparemment sans raison, un passager du bus parisien 255, avant de prendre la fuite. Identifié, arrêté, mais jugé « psychologiquement instable », il pourrait échapper à la justice ! Le département de la Drôme, a lui aussi, connu un dramatique épisode du même tabac.

Consulter la presse régionale aux pages des faits divers, c’est prendre un coup de massue quotidien et se démoraliser pour le reste de la journée !

Un bilan catastrophique

Les violences « gratuites », pour un regard de travers, une « clope » refusée, un accrochage en voiture, sont de plus en plus fréquentes. Depuis le début de l’année, c’est de 170 à 173 000 actes de violence (!) que la police et la gendarmerie ont enregistrés. Et encore, toutes les agressions ou tentatives de viols ou de vols, ne donnent pas forcément lieu à un dépôt de plainte. Les agressions sexuelles sont à la hausse, comme par exemple celles dont ont été victimes le 19 août à Nantes plusieurs jeunes filles à la sortie d’une discothèque. Et il ne semble pas que la pétroleuse en chef de Macron, Dame Schiappa, s’en soit émue. Quelques noms en bas de page, au mieux une « marche blanche » pour accompagner leur trépas, vite oubliées sauf de leurs proches, les victimes rejoindront l’immense répertoire de celles et ceux qui sont tombés par la faute d’une justice laxiste, par l’absence d’un pouvoir politique, hautain et indifférent, insensible, bref pour tout dire, inhumain.

Un jeune Coq… « Gaulois », vraiment ?

Et pendant ce temps-là, notre jeune et sémillant Président de la République s’époumone sur les tréteaux, de Copenhague à Helsinki où il est en visite officielle, à étriller qui, Victor Orban, qui Mattéo Salvini, pour leur supposée politique « égoïste » face aux migrants, pour tout dire leur « populisme ». Ce que m’a confirmé Mr François-Xavier Lauch dans sa lettre du 30 juillet, en réponse à mon propre courrier du 26/6 interpellant justement le Chef de l’Etat sur sa politique « immigrationniste » : - « Le repli des égoïsmes nationaux, Monsieur Emmanuel Macron en estprofondément convaincu, porte le germe de la haine et de la division et il ne saurait l’accepter ». Voilà, vouloir défendre sa patrie contre une immigration sauvage, incontrôlée, illégale et illégitime, - combien de faux demandeurs d’asile ? -, c’est être porteur de « haine » ! Il en prend combien chez lui, M. Lauch ? Poser la question, c’est deviner la réponse : aucun. « Faites ce que je vous dis, ne faitespas ce que je fais ! ».

Et le même Emmanuel Macron de fustiger le mercredi 29 août, ces « Gaulois » que nous sommes, car nous serions hostiles à toute réforme. Le Président devrait savoir, lui, qu’il est contraire aux usages de commenter ou d’émettre une opinion sur la politique intérieure de son pays depuis une capitale étrangère. Nous ferons respectueusement remarquer à notre « Coq en chef » que des « Gaulois », grâce à sa politique et à celle de ses prédécesseurs, ne les oublions pas, et bien, il y en a… de moins en moins ! Une consolation dans tout cela, une cerise sur le gâteau en quelque sorte, c’est que Monsieur Hulot, à contre-courant, a enfin pris ses vacances !

18:43 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

TOUS À RUNGIS LE DIMANCHE 14 OCTOBRE POUR LA 12e SYNTHÈSE NATIONALE

2018 10 14 ANNONCE 4.jpg

PRENEZ DÈS MAINTENANT

VOTRE BILLET : CLIQUEZ ICI

RETENEZ VOTRE STAND CLIQUEZ LÀ

12:47 Publié dans 12 - La 12e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vendredi 31 août (18 h - 21 h) : ALBAN D'ARGUIN INVITÉ DE RÉMI BONNEVIALLE SUR RADIO COURTOISIE

2018 08 31  RC ALBAN D'ARGUIN.jpg

ECOUTEZ RADIO COURTOISIE CLIQUEZ ICI

ACHETER LE LIVRE

D'ALBAN D'ARGUIN CLIQUEZ LÀ

11:23 Publié dans Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La Seine-Saint-Denis, département pilote de la tiers-mondisation de la France

tiers-mondisation-france-en-marche-588x330.jpg

André Posokhow Polémia cliquez ici

Polémia vient de faire paraître un article particulièrement pertinent de Nicolas Faure sur la tiers-mondisation de la France. Il est illustré et corroboré par le rapport d’information déposé le 31 mai 2018 par le comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques de l’Assemblée nationale sur l’évaluation de l’action de l’Etat dans l’exercice de ses missions régaliennes en Seine-Saint-Denis.

Ce rapport confirme également l’analyse que nous avions faite dans un article paru sur Polémia en novembre 2017 L’invasion en Île-de-France selon l’INSEE et qui concluait ainsi : « Si la tendance actuelle se poursuit, les conditions de la transformation de notre région d’Ile de France en un bastion de l’invasion migratoire et d’une partition seront réunies. Les taux de natalité des allogènes tels que les articles de Polémia sur la drépanocytose l’ont démontré, ne pourront que renforcer et accélérer cette dépossession des Français et des Européens de leur capitale, Paris, la Ville lumière, la vieille Lutèce. »

De fait, le rapport d’évaluation de l’Assemblée Nationale montre les échecs des politiques prioritaires dans le 93 et la débâcle de l’action des pouvoirs publics. En revanche le responsable est désigné : c’est l’Etat français, l’invasion migratoire étant à peine mentionnée.


La commission en charge du rapport d’évaluation de l’Assemblée nationale (A.N.) a été présidée par Monsieur Cornut-Gentille (LR) et Rodrigue Kokouendo (LREM) natif de Centrafrique. Le groupe de travail était composé de 4 députées LREM dont celle, native du Togo, qui mord les chauffeurs de taxis en cas désaccord de paiement de la course et d’un député communiste.

La commission aux yeux de qui le 93 fait office de véritable laboratoire d’étude a retenu trois domaines d’évaluation : l’éducation, la sécurité et la justice.

Un département riche de potentialités

Si l’on en croit le rapport, le 93 est un territoire comblé de dons.

  • En forte progression démographique, c’est le 5ème département de France par le nombre de sa population (1,6 millions) qui est particulièrement  jeune (43% de moins de 32 ans).
  • Au plan économique, stimulés par la proximité de la capitale et de Roissy, des transports en commun particulièrement favorables et probablement les facilités d’une main d’œuvre à bon marché, de grands groupes y ont installé leur siège social : SNCF, Veolia, BNP, etc.
  • Du point de vue de la culture, il n’y a pas que le Stade de France. Le département compte le plus grand nombre d’établissements culturels labellisés par l’État et l’université Paris 8 à Saint-Denis.

La Seine-Saint-Denis est devenue au fil des décennies le territoire par excellence des politiques publiques dites prioritaires. Elle a expérimenté tous les dispositifs instaurés par  les gouvernements depuis le début des années 1990. A titre d’exemple, les dépenses de l’Etat, hors rémunération des fonctionnaires, se sont élevées à 5,57 Md€ en 2009 !

Le constat de la commission est cependant celui d’un échec profond et multiforme

– La population de la Seine-Saint-Denis cumule les difficultés économiques, familiales et culturelles.
Le 93 est en effet le seul département qui concentre tous les types de difficultés : sociales (près de trois habitants sur dix sont pauvres), familiales (près de 23 % des enfants vivent dans une famille monoparentale) et culturelles.

– Sa population dispose du plus faible niveau de vie de la France métropolitaine.

– Le département présente le taux de chômage le plus élevé de la région Île-de-France (et le 8e plus élevé de France).

– Les dispositifs d’éducation prioritaire ont des résultats faibles ou limités.
La politique d’éducation prioritaire ne parvient pas à réduire les écarts de réussite entre les établissements qui en bénéficient et les autres avec un risque élevé de décrochage et d’exclusion scolaire par absence d’enseignants devant les élèves.

Toute une population scolaire tend à échapper aux écrans radars de l’éducation nationale : « En particulier certaines écoles coraniques récemment ouvertes veulent assumer, au-delà de l’enseignement religieux, une mission d’instruction, faisant « contrepoint » à celle dispensée par le service public de l’éducation. »

– La SeineSaintDenis affiche le taux de criminalité pour 1 000 habitants le plus important de France métropolitaine.
Pour le trafic et la revente sans usage de stupéfiants, la Seine-Saint-Denis a été le 1er département métropolitain en 2018 et la délinquance y est caractérisée par sa violence.

– L’image de la justice est elle aussi fortement atteinteen particulier du fait des délais de justice civile comme pénale, trop longs.
Une fois de plus, l’évaluation des politiques prioritaires c’est-à-dire des politiques de la ville, peut se résumer ainsi : échec total voire désastre financier, social, éducatif et sécuritaire.

Selon le rapport, l’origine des blocages se trouve chez la puissance publique

Avec la composition du groupe qui a travaillé sur cette évaluation, le responsable est vite trouvé : l’Etat français, c’est-à-dire la France. Il est vrai que les faits cités par la commission apparaissent accablants.

1/ L’Etat méconnaît le territoire du 93 et ses habitants

  • L’Etat ignore le nombre d’habitants vivant dans le département.
  • L’Education nationale ne connait pas le niveau réel des élèves du 93. Cette administration ne dispose pas des outils statistiques permettant de mesurer les acquis, les compétences et les niveaux des élèves.
  • La réalité de la délinquance est mal appréhendée. Les statistiques officielles sur la délinquance n’enregistrent qu’une partie des actes commis.
  • Étroitement liée aux faits de délinquance, l’économie souterraine demeure une grande inconnue pour le ministère de l’intérieur et celui de l’économie et des finances.
    Drogues, contrefaçons, trafics humains sont massivement présents dans l’économie réelle du département.
  • Le phénomène des marchands de sommeil et du logement indigne échappe à la statistique publique. Les incendies mortels comme celui, récent, d’Aubervilliers en sont l’illustration.

2/ La gestion des ressources humaines des pouvoirs publics apparaît gravement lacunaire

  • Sous-effectifs à mission égale du fait de la désaffection à l’égard services cruciaux en Seine-Saint-Denis, comme la police judiciaire, la sécurité publique, la médecine scolaire et l’assistance éducative.
  • Des débutants pour affronter un territoire difficile et des effectifs instables.
    Les recrutements de policiers comme ceux de la justice se font aux « sorties d’école ». Ceux-ci n’ont qu’une hâte : changer de département.
  • Souffrance au travail des personnels de l’Etat, policiers et enseignants.

3/ Les deux «  petites séparations »

Si Hervé Juvin a développé le thème de la « grande séparation », la Seine Saint Denis connait, pour sa part, deux petites séparations.

La première est celle qui existe entre les services déconcentrés de l’Etat et leur administration centrale qui nourrissent un dialogue difficile. L’indispensable remontée d’informations de bas en haut reste le plus souvent « enkystée au rez-de-chaussée ».

L’autre séparation est constituée, malgré un réseau dense de transports en commun, par une frontière administrative que l’on peut confondre avec le boulevard périphérique et qui, en réalité, n’est pas que de papier. Elle est une réalité psychologique qui représente  pour les habitants un isolement et un mur d’ignorance selon la commission et à coup sûr d’hostilité.

La vraie cause : l’invasion migratoire, n’est pratiquement  pas mentionnée dans le rapport

Il est stupéfiant de constater que le rapport ne mentionne presque pas le mot immigration dans son analyse de l’action de l’Etat dans le 93, à part le fait que 44 % des enfants de 0 à 17 ans ont des parents immigrés. La composition ethnique et politique de la commission y serait-elle pour quelque chose ?

Il est vrai que, de l’aveu de la commission, « l’objectif de ce rapport n’est pas de dépeindre une énième caricature des zones sombres du département, mais bien d’en montrer tous les paradoxes et l’incapacité de l’État à y adapter suffisamment et suffisamment vite ses politiques publiques ». D’emblée on sait qui il faut déclarer coupable.

L’inconnue statistique du nombre d’habitants du 93

Dès les premières auditions, les rapporteurs ont perçu l’incapacité des administrations à s’entendre sur un chiffre central de l’action publique : le nombre d’habitants résidant en Seine-Saint-Denis.

Selon les estimations publiées par l’INSEE, la Seine-Saint-Denis compte 1,6 millions d’habitants au 1er janvier 2018. Parmi ces derniers, on dénombre plusieurs centaines de milliers de personnes de nationalité étrangère en situation régulière (en 2014, 420 000).

D’un autre côté – et le 93 est un sas d’entrée de la France par l’aéroport de Roissy -, « la seule certitude est l’incertitude dans laquelle l’État est plongé concernant le chiffre d’étrangers en situation irrégulière en Seine-Saint-Denis ». Selon les estimations des interlocuteurs rencontrés par les rapporteurs, ces clandestins seraient entre 150 000, 250 000, voire 400 000 personnes.

C’est à un point tel que la commission soulève la question de l’établissement de statistiques ethniques (!) et se plaint de la réticence de l’INSEE à prendre le problème des insuffisances de l’outil statistique à bras le corps.

Or, la connaissance du nombre d’habitants qui y vivent et des déversements humains de l’invasion actuelle est étroitement liée à la capacité de la puissance publique à agir. Pour ce qui concerne le 93, ce préalable n’est manifestement plus rempli.

L’inadéquation des besoins et des moyens

Les interlocuteurs des rapporteurs ont souligné le « caractère explosif » du sujet, autant par ce que recouvre cette réalité sociale que par les coûts importants que supposerait la prise en charge de cette population en termes de besoins d’emploi, d’aide sociale, si elle venait à être considérée de manière officielle par les autorités du fait de régularisations sans frein.

De toute façon, une fois que cette population occupe notre sol et est indélogeable du fait de la complicité et de la lâcheté des politiques, on est bien contraint de faire face d’une manière ou d’une autre.

Le rapport de l’A.N. démontre, et c’est en cela qu’il est important, que la France n’a plus les moyens financiers, humains et administratifs d’une gestion raisonnable des populations allogènes, de ce volume en déversement continu dans le 93… mais aussi en PACA, dans les autre départements d’Île-de-France, en région lyonnaise, etc. Et si cela se faisait, ce serait au détriment des services rendus à la population légitime de notre pays, de son niveau et de sa qualité de vie, comme c’est largement le cas aujourd’hui.

Maurice Allais avait raison

Maurice Allais, notre grand prix Nobel d’économie, a établi qu’une personne nouvelle ou un immigrant récent coûte en infrastructures (logements, routes, hôpitaux, écoles, lieux de travail, etc.) quatre fois son revenu annuel. Il est aisé de faire le calcul : sur la base du SMIC brut à 1 445 €, c’est un coût chargé d’environ 2 000 € sur 12 mois et sur 4 ans soit 100 000 €. Pour 200 000 entrées annuelles cela représenterait un coût de 20 milliards d’euros.

Jean-Yves Le Gallou a repris, dans le cadre d’un colloque de l’IGP, le raisonnement de Maurice Allais et a estimé à 18 Md€ le coût d’une immigration annuelle supplémentaire de 200 000 individus. Or, aujourd’hui, celle-ci tourne en net autour de 300 000 intrus.

En réalité, la plus grosse partie de ces dépenses et de ces investissements n’est pas engagée par des pouvoirs publics asphyxiés financièrement. Or, si des investissements  indispensables ne sont pas réalisés, il en résulte inéluctablement une dégradation des équipements et du service public : écoles, routes, transports en commun, habitat social en fait ethnique, etc…

C’est ce qui se passe dans le 93 et ailleurs et débouche sur la tiers-mondisation ou l’africanisation de la France et, dans le droit fil, l’ensauvagement et la guérilla.

Epilogue

L’avenir, pas très gai, peut être envisagé ainsi.

– Mesures énergiques inenvisageables de la part de gouvernements issus du parti des envahisseurs et de la collaboration.

– Séparation de fait et autonomisation tranquille et calme de pans entiers du 93 échappant à l’autorité française et de plus en plus soumise à la charia et à des autorités allogènes financées  par des sources extérieures palliant nos déficits. C’est ce qui se passe partout en France. C’est achevé à Trappes.

La France court le risque que ce  processus puisse déboucher à terme sur une partition déclarée avec la possibilité d’actions violentes :

  • Soit la prise en mains officielle du pouvoir dans tout ou partie du 93 et des exigences de financement avec une pression plus ou moins agressive intra-muros à Paris ;
  • Soit le déferlement de masses plus ou moins armées venant du 93 et des autres départements d’Île-de-France avec au bout la conquête et l’occupation de Paris au nom du légitime partage des richesses.

10:47 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi et dimanche prochain : les Journées chouans de Chiré en Montreuil (86)

I-Grande-33727-journees-chouannes-2018-les-1-et-2-septembre-quels-moyens-pour-combattre-la-revolution.net.jpg

Samedi 1er septembre :

8h30 : Messe basse du premier samedi du mois, par le Père Jean-Marie.

9h00 : Ouverture.

10h00 : Introduction.

Les conférences et Tables rondes :

10h15-10h45 : L’Histoire, un grand roman contrerévolutionnaire. Deux nouveaux auteurs ayant publié l’an dernier interviendront.

Bernard FERRAND, qui a écrit en collaboration avec son fils, la vie de son aïeul Le Comte de Saillans, 1790-1792, le premier combattant de la Contre-révolution, héros méconnu de la période révolutionnaire. Cet ouvrage lui rend un bel hommage !

Xavier CEBRON DE LISLE, quant à lui n’a découvert la Contrerévolution que sur le tard, apprenant de quelles horreurs son fleuve, la Loire, a été la complice ! Après s’être penché sur la question, il a écrit ce très beau roman : Nantes rouge ou la Loire sanglante.

11h30-12h00 : La désinformation sur Mai 68 ou les multiples révolutions. Evénement dont nous ne sommes pas peu fiers : Bernard ANTONY participera pour la première fois aux Journées Chouannes ! Intellectuel militant bien connu de nos milieux, il a consacré sa vie à la défense de nos idées par des publications nombreuses et toujours très riches. Son analyse de Mai 68 dont 2018 célèbre le triste anniversaire apportera quelques judicieuses lumières. Il sera présenté par François-Xavier d’HAUTEFEUILLE.

12h30 : Déjeuner servi sur place (Attention : sur réservation impérativement)

14h00-14h30 : La droite gaullienne, une voie sans issue. Gérard BEDEL a enquêté ! Il nous précisera pendant cette conférence tout ce qu’il a découvert sur De Gaulle et sa politique dont nous souffrons encore ! Il sera présenté par Jérôme SEGUIN.

14h30-15h00 : Réagir au Nouvel Ordre Mondial. Qui a dit que Ratier ou Coston n’avait pas d’héritier ?! En voici un qui se profile… Michel GEOFFROY a fait un travail remarquable sur les nouveaux maîtres du monde : La super-classe mondiale contre les peuples. Ce livre est une véritable mine ! Il sera présenté par Jérôme SEGUIN.

15h00-16h00 : Pause.

16h00-16h45 : Maurras, l’avenir de l’intelligence. Pour célébrer dignement le 150e anniversaire de la naissance de Charles Maurras, Gérard BEDEL animera une table ronde composée de trois grands spécialistes : Antoine-Joseph ASSAF, auteur, professeur, conférencier, Aristide LEUCATE, juriste, auteur, journaliste et Hilaire de CRÉMIERS, directeur de Politique Magazine et de La Nouvelle Revue Universelle.

16h45-18h00 : Pause.

18h00-18h30 : Internet et la fachosphère. Puissance de feu d’Internet. Notre combat ne peut se passer de cette nouvelle arme qu’est Internet, on y trouve des éléments de formation remarquables et qui sont accessibles à tous ; permettant à de nombreux néophytes de nous connaître. Virginie VOTA et Adrien ABAUZIT ont saisi la balle au bond et enrichissent régulièrement la toile d’émissions passionnantes, venez écouter leur témoignage. Il seront présentés par François-Xavier d’HAUTEFEUILLE 

19h15 : Renouvellement de la consécration de la DPF au Sacré-Cœur.

19h40 : Apéritif.

20h00 : Banquet de Chiré (Attention : sur réservation impérativement)

Dimanche 2 septembre :

7h00 : Messe basse des organisateurs, par le Père JEAN-MARIE.

9h00 : Messe basse par le Révérend Père ARGOUARC’H.

10h00 : Messe traditionnelle chantée par M. l’abbé Jean-Yves COTTARD.

12h00 : Déjeuner servi sur place (Attention : sur réservation impérativement)

Les conférences et Tables rondes :

14h00 : Vivre en chrétien au XXe siècle : Zita, un modèle à suivre. L’abbé Cyrille DEBRIS, prêtre diocésain de Rouen, nous apportera quelques lumières sur l’impératrice Zita dont il est le premier postulateur de sa cause de béatification, c’est dire s’il connaît la spiritualité son sujet !

Alice Ollé-Laprune, un modèle de mariage catholique. Le père Jean-Xavier de la Fraternité de la Transfiguration est à l’origine de notre réédition du livre d’Alice Ollé-Laprune : à l’occasion de la réédition du livre Liens immortels. Les éléments puisés dans ce livre lui ont permis d’alimenter les fameuses retraites des ménages de Mérigny ! Nous ne doutons pas que son analyse saura vous convaincre.

14h30-15h00 : « Lumières », Révolution : un étrange humanisme. Les travaux du professeur Xavier MARTIN, bien connus de nos milieux, font déjà dateil y a un avant et un après Martin ! Avant on pouvait encore dire n’importe quoi sur la Révolution et ses conséquences, maintenant on peut citer Xavier Martin, universitaire reconnu et tranquillement acharné qui a démantelé les rouages juridiques et toute la pensée des Lumières. Il sera présenté par Jean-Baptiste GEFFROY.

15h00-16h00 : Pause.

16h00-16h30 : L’art des arts, éduquer un enfant. L’abbé Jean-Pierre BOUBÉE a préfacé ce précieux traité d’éducation que Chiré vient de rééditer. Prêtre a Saint-Nicolas-du-Chardonnet, il s’est passionné pour ce devoir si important qu’est l’éducation des enfants et la formation des adolescents. Il a le grand mérite de s’intéresser aux technologies nouvelles pour en mesurer les profondes limites et les conséquences souvent graves dans l’éducation. Ses conseils seront les bienvenus ! Il sera présenté par François-Xavier d’HAUTEFEUILLE.

16h30-18h00 : Pause.

18h00-18h30 : Les arcanes de la justice. Défenseur de Saddam Hussein, spécialiste des affaires sulfureuses, Me Emmanuel LUDOT, avocat au barreau de Reims, vient de lever un nouveau lièvre : le scandale du Lévothyrox, qui intéresse tout le monde.

18h45 : Conclusion par François-Xavier d’HAUTEFEUILLE et mot spirituel du R.P. LECAREUX.

Voici les auteurs qui s’annoncent pour 2018

(liste mise à jour régulièrement) :

SAMEDI :

Adrien ABAUZITYves-Marie ADELINEBernard ANTONYAntoine-Joseph ASSAFYves BAECKEROOTCharles BARBANESGérard BEDELJoseph de BELFONTArmand BERARTMichel BERNARDStéphanie BIGNONYouenn CAOUISSINChristophe CARICHONYann CARRIEREXavier CEBRON DE LISLEMarie-Christine CERUTI-CENDRIERCHOUANDECOEURGeorges CLEMENTClotilde CLOVISPère Paul COCARDHilaire de CREMIERSCUSTOSCyrille DEBRISPatrick DELONDocteur Xavier DORCyril DUCHATEAUVéronique DUCHATEAUFrançoise DUFAYColine DUPUYApolline DUSSARTMichel FAUQUIERBernard FERRANDHenri de FERSANRémi FONTAINEJean-Paul FOUSSATMarc FROIDEFONTBernard GANTOISLouis-Christian GAUTIERPhilippe GAUTIERJean-Baptiste GEFFROYMichel GEOFFROYPierre GILLIETHPierre GODICHEAUSophie de GOURCYThomas GRIMAUXDaniel HABREKORNFrançois-Xavier d’HAUTEFEUILLERoland HELIEElise HUMBERTIGNACEPère JEAN-DOMINIQUEChristian LAGRAVEYves de LASSUSJoëlle LE PONTOIS-BERNARDAristide LEUCATEPère LOUIS-MARIE  – Jean-Claude LOZAC’HMEUREmmanuel LUDOTJean-Pierre LUSSANPhilippe de MAILLARDPierre MARTINPère Jean-Jacques MARZIACLaurence MAUGESTPaul-André MAURBernard DUFOUR représentant sa femme Fabienne MONCLAR décédéeClaude MOUTON-RAIMBAULTFlorence MRAIZIKAHermine NOUVEL DE LA FLECHEJean-Louis OMERGeorges PAGEPierre PINATELAbbé Jean-Pierre PUTOISLeila QADRArnaud RAFFARD DE BRIENNEPhilippe RANDADominique REMYAbbé Olivier RIOULTMechtilde SAVIGNYHenri SERVIENJean TARLETRobin TERRASSE –  Joachim VELIOCASLaurent VERGEZVirginie VOTAHristo XIEP

DIMANCHE :

Joëlle d’ABBADIEAdrien ABAUZITYves-Marie ADELINEBernard ANTONYPère Jean-Paul ARGOUARC’H  – Antoine-Joseph ASSAFYves BAECKEROOTCharles BARBANESJacques BAYROUGérard BEDELJoseph de BELFONTArmand BERARTFrancis BERGERONMichel BERNARDArnould BETHERY DE LA BROSSEStéphanie BIGNONAbbé Jean-Pierre BOUBEEThierry BOUCLIERYouenn CAOUISSINYann CARRIERELucien CERISEMarie-Christine CERUTI-CENDRIERCHOUANDECOEURGeorges CLEMENTClotilde CLOVISHilaire de CREMIERSCUSTOSJacques DANSANCyrille DEBRISPatrick DELONDOMINICUSDocteur Xavier DORCyril DUCHATEAUVéronique DUCHATEAUFrançoise DUFAYApolline DUSSARTMichel FAUQUIERHenri de FERSANRémi FONTAINEJean-Paul FOUSSATMarc FROIDEFONTBernard GANTOISLouis-Christian GAUTIERPhilippe GAUTIER  – Jean-Baptiste GEFFROYPierre GILLIETHPierre GODICHEAUSophie de GOURCYThomas GRIMAUXDaniel HABREKORNFrançois-Xavier d’HAUTEFEUILLERoland HELIEElise HUMBERTIGNACEPère JEAN-DOMINIQUEChristian LAGRAVEYves de LASSUSAnne LE PAPEJoëlle LE PONTOIS-BERNARDAristide LEUCATEPère LOUIS-MARIEEmmanuel LUDOTBrigitte LUNDIJean-Pierre LUSSANPhilippe de MAILLARDPierre MARTINXavier MARTINPère Jean-Jacques MARZIACLaurence MAUGESTPaul-André MAURClaude MEUNIER-BERTHELOTBernard DUFOUR représentant sa femme Fabienne MONCLAR décédéeRené MONIOT-BEAUMONTClaude MOUTON-RAIMBAULTFlorence MRAIZIKAHermine NOUVEL DE LA FLECHEJean-Louis OMERGeorges PAGEAlain PASCALJean-Louis PICOCHEPère PIERRE-MARIEPierre PINATELMaria POUMIERPhilippe PREVOSTAbbé Jean-Pierre PUTOISLeila QADRArnaud RAFFARD DE BRIENNEPhilippe RANDADominique REMYAbbé Olivier RIOULTMechtilde SAVIGNYHenri SERVIENJean TARLETRobin TERRASSEFrère ThierryJoachim VELIOCASLaurent VERGEZMauricette VIAL-ANDRUPhilippe VILGIERHristo XIEP

Venez nous retrouver

sur le stand de Synthèse nationale

10:39 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samei 15 septembre : Alain Escada à Chambéry

IMG_20180827_220458_211.jpg

10:35 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dresde : crime de guerre ?

10:16 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 29 août 2018

Strasbourg : le Bastion social occupe Pôle emploi

40321125_319517175283621_9095121504487604224_n.jpg

LE BASTION SOCIAL STRASBOURG OCCUPE LE TOIT DE PÔLE-EMPLOI 

Nous occupons actuellement le toit de Pôle-Emploi pour dénoncer la situation actuelle dans le domaine de l’emploi et exiger la mise en place d’une réelle préférence nationale.

Selon les derniers chiffres publiés par pôle emploi, aujourd’hui plus de 3 400 000 personnes sont au chômage.

Incapable depuis des décennies d'assurer de manière pérenne le plein emploi aux nationaux, comment le gouvernement actuel compte t-il trouver un travail aux centaines de milliers de clandestins extra-européens affluant sur le territoire national ?

Comment les CV de Français peuvent-ils avoir une chance d'être retenus face à la concurrence déloyale d'une main d'oeuvre à bas coût et malléable à souhait ?

Comment pouvoir parler d'égalité face au marché du travail quand des programmes d'intégration à celui-ci comme l'HOPE - par ailleurs partenaire de Pôle emploi et de l'État - sont réservés aux clandestins et pratiquent donc de fait la préférence étrangère ?

Nous réclamons l’instauration de la préférence nationale dans le domaine de l’emploi et rappelons que ceci devrait être une des premières préoccupations du gouvernement à savoir : assurer une situation décente à son peuple !

Plus que jamais, le Bastion Social réaffirme sa vocation de syndicat du peuple français !

15:35 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RETENEZ DÈS MAINTENANT VOTRE STAND À LA 12e JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE, LE DIMANCHE 14 OCTOBRE PROCHAIN...

2018 12 JNI STANDS.jpg

Pour en savoir plus cliquez ici

11:40 Publié dans 12 - La 12e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’immigration de peuplement conduit à une catastrophe civilisationnelle

oiseaux-migrateurs-ligne-droitr.jpg

Ligne Droite cliquez ici

L’oligarchie ne cesse de nous vanter les avantages de l’immigration et les mérites des immigrés. M. Macron n’a-t-il pas souligné leurs « qualifications remarquables » et la nécessité d’en accueillir davantage ? Chacun sait pourtant que la réalité est tout autre. Car l’immigration est massive, elle ne s’assimile pas, elle provoque un éclatement territorial et culturel et mène à l’islamisation de notre pays. Bref, elle change la France et conduit les Français à ne plus se sentir chez eux dans leur propre pays. L’immigration de peuplement est peut-être une chance pour les immigrés, mais c’est une catastrophe pour la France et pour l’Europe.

L’immigration a changé brutalement la France

L’immigration de peuplement a commencé dans les années soixante-dix lorsque le grand patronat a fait pression sur le gouvernement pour autoriser le regroupement familial afin d’obtenir une main-d’œuvre abondante et peu exigeante. Mais, en ouvrant ainsi les portes à l’immigration de peuplement, le Système n’a pas rendu la France plus prospère, plus forte ou plus jeune, il a seulement changé la France. Changé ses mœurs, changé sa physionomie, changé sa population et changé sa religion. Il suffit de parcourir les rues de nos villes ou de regarder des photographies des années soixante-dix pour s’en rendre compte. Et seuls ceux qui n’aiment pas la France, ceux qui la réduisent à une idéologie politique ou à une ligne de compte, peuvent s’en réjouir. Pour les autres, il s’agit d’un bouleversement traumatisant et d’une grande brutalité, car c’est en moins de trente ans que la France a changé, un phénomène sans précédent dans l’histoire moderne.

L’importance de la présence immigrée est occultée ou minimisée

Or, le phénomène se poursuit à un rythme extrêmement élevé. Aujourd’hui, la pression migratoire est si forte qu’on ne sait pas exactement combien d’immigrants ont fait souche en France et combien y séjournent actuellement. Selon l’Insee, 25% des bébés nés en 2016 dans notre pays avaient au moins un parent né à l’étranger.

Mais les chiffres officiels sont faussés, d’abord en raison de l’interdiction des statistiques ethniques, ensuite à cause de l’immigration irrégulière, laquelle a connu une progression spectaculaire depuis 2015 avec ce que l’on nomme la « crise des migrants ». Les données sur l’immigration sont également truquées par l’effet du droit du sol et des naturalisations massives qui ont ainsi fabriqué des Français de papier à la chaîne, lesquels n’ont aucun lien réel avec notre pays, sinon leur présence sur notre territoire.

La manipulation est d’ailleurs poussée si loin que les membres de l’oligarchie et leurs soutiens osent prétendre sans rire que l’immigration n’augmente pas. Il est vrai qu’ils n’utilisent pas les transports urbains, qu’ils ne vivent pas en banlieue et ne mettent pas leurs enfants dans les écoles publiques ! Pour autant, ils ne peuvent ignorer les faits et, s’ils se livrent à un tel déni de réalité, c’est pour minimiser leur propre responsabilité dans la catastrophe.

L’assimilation est impossible, le Vivre ensemble une fiction

En dépit de l’occultation des chiffres, force est en effet de constater qu’en raison de sa masse, l’immigration de peuplement a empêché toute assimilation. De fait, les immigrants sont trop nombreux pour pouvoir se diluer dans la population, et cela d’autant plus qu’ils se concentrent dans les zones urbaines. Les technologies modernes de communication leur permettent par ailleurs d’entretenir des liens étroits avec leur pays d’origine, ce qui les aident à conserver leur identité et donc à ignorer celle du pays qui les accueille. L’immigration de masse a dès lors débouché sur le communautarisme, un phénomène que l’on retrouve pour les mêmes raisons dans tous les pays occidentaux.

Face à cette situation, l’oligarchie a inventé le concept du « Vivre ensemble » et en vante assidument les vertus. Mais ce mot d’ordre ne correspond à aucune réalité concrète : les autochtones refusent de vivre avec les migrants selon un phénomène déjà connu dans les pays anglo-saxons sous le nom de white flight. Quant aux migrants, ils veulent seulement vivre en France comme ils vivent chez eux, c’est-à-dire selon leur culture africaine ou leur religion musulmane. Certains « jeunes » des banlieues de l’immigration ont même repris à leur compte le slogan identitaire « on est chez nous », pour bien montrer qu’ils entendent se constituer en société différente de celle de la France, une France que certains font d’ailleurs profession de vouloir « niquer » au son du rap.

L’immigration provoque un éclatement territorial et culturel

Dès lors, ce sont des territoires entiers qui sortent de l’orbite nationale pour abriter des populations, une culture et des normes qui n’ont plus rien de français. On recenserait officiellement dans notre pays mille trois cents « quartiers sensibles », plus de six cents « zones de non-droit » et près d’une centaine de Molenbeek (par référence à la banlieue bruxelloise pépinière de terroristes islamistes). L’actualité a en outre montré qu’il fallait y ajouter les « no-go zones » de certaines villes, où les femmes non voilées risquent le harcèlement. Autant de territoires où, contrairement à l’expression trompeuse de « zones de non-droit », s’impose en réalité un droit clanique, mafieux et religieux, en tout cas une autre civilisation que celle des Français.

L’immigration de peuplement a ainsi multiplié la création d‘enclaves étrangères qui viennent miter le territoire national avec une logique de sécession de fait. Un processus que la « politique de la ville », la coûteuse panacée du Système, n’a pas été capable d’enrayer.

L’immigration a entraîné l’islamisation qui a apporté l’islamisme

Les conséquences dramatiques de cette immigration de peuplement ne se limitent cependant pas à cet éclatement territorial et culturel, car, comme le rappelle la démographe Michèle Tribalat, l’immigration de peuplement a entrainé l’islamisation. Et l’islamisation a apporté l’islamisme et sa haine de l’Occident. La catastrophe migratoire est donc d’ampleur géométrique.

Avant les vagues d’immigration de la fin du XXe siècle, l’islam restait confidentiel en France comme en Europe (à l’exception des Balkans) et ne posait aucun problème particulier. Aujourd’hui, il serait en passe de devenir la seconde religion dans notre pays et, en raison de sa forte natalité, l’importance de la population musulmane ne cesse de croître indépendamment même de l’immigration. Aujourd’hui, en Seine-Saint-Denis, la majorité des habitants est ainsi de religion musulmane.

Or, l’islam n’est pas une religion comme les autres. Non seulement elle est étrangère à notre culture, mais elle impose un mode vie bien particulier. La pression pour que la société française se conforme aux commandements de l’islam ne cesse donc d’augmenter et de modifier en conséquence la physionomie de notre pays ainsi confronté à un antagonisme civilisationnel de grande ampleur.

Les Français de plus en plus indésirables en France

Comment dès lors s’étonner que nos concitoyens soient de plus en plus nombreux à exprimer leur inquiétude de ne plus se sentir chez eux ? Les sondages en témoignent mais les oligarques méprisent ce sentiment et y voient la marque infâmante du « racisme ». Il s’agit pourtant des conséquences fatales de la catastrophe migratoire qu’ils ont délibérément provoquée. Un désastre dont ils semblent se satisfaire puisque, loin de chercher à l’enrayer, ils consacrent tous leurs efforts à le faire accepter de gré ou de force par les Français.

En tout cas, tel est le sens des campagnes incessantes qu’ils lancent pour une meilleure représentation des « minorités » ethniques et pour la réduction symétrique de la place réservée aux personnes « perçues comme blanches » ( pour reprendre la terminologie officielle). Tel est aussi l’objet de la mise en place d’une discrimination prétendument « positive » au seul profit des personnes issues de l’immigration. À cela s’ajoute le fait que les familles immigrées, ayant plus d’enfants et présentant un taux d’activité inférieur au reste de la population, se trouvent de facto prioritaires dans l’octroi des prestations sociales. Autant de réalités qui renforcent les Français d’origine dans la conviction qu’ils ne sont plus les bienvenus dans leur propre pays et qu’ils pourraient bien être « remplacés » par d’autres.

Une catastrophe civilisationnelle qu’il est encore possible d’empêcher mais plus pour longtemps.

11:01 Publié dans Ligne Droite | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RENTRÉE POLITIQUE !

Unknown.pngJean-François Touzé

Délégué national du

Parti de la France

- Une gauche socialiste défaite, sans projet, sans stratégie, sans chef, durablement discréditée et en voie de marginalisation.

- Une droite atomisée, parcourue de tellurismes négatifs, où culminent les ambitions personnelles, se brouillent les lignes politiques et s’est depuis longtemps perdu le sens même du mot conviction.

- Un Rassemblement National somnambule égaré dans ses rêves normalisants figé en lui-même par l'inconsistance de sa présidente, exsangue financièrement et cerné par les affaires.

- Une galaxie macronienne fragilisée et invertébrée qui ne se tient debout que par la seule force des Institutions républicaines.

Face à cette lise politique tout entière vouée à la pérennisation du Système, la France Insoumise et l’extrême gauche avancent leurs pions en toute sérénité, profitant du vide et de l'absence, et s’apprêtant à exploiter tous les échecs du pouvoir.

Pendant ce temps, des centaines de nouveaux migrants franchissent chaque jour nos portes (une déferlante qui ne peut aller qu'en se renforçant comme le montre une note secrète du Quai d'Orsay signée par la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau, publiée par l’Express et particulièrement révélatrice du laxisme immigrationniste), et la gangrène salafiste gagne du terrain.

La Droite nationale ne peut rester immobile. Le temps nous est compté et la montée en puissance des néo communistes de Mélenchon, idiot utile des révolutionnaires internationalistes et, au final fourrier de l'islamisme ne peut demeurer sans réponse politique.

Les douze mois qui viennent seront cruciaux et décisifs. Le Parti de la France doit les mettre à profit pour rassembler l’ensemble de notre camp - et au-delà - afin d'offrir enfin au Pays une perspective de changement radical par le relèvement de l’État national.

C'est maintenant que tout se joue. Plus une seconde à perdre… Bougeons-nous !

10:55 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’avenir de la France, c’est ça ?

rodin-le-penseur.jpgLe blog de

Bruno Gollnisch

cliquez ici

Nicolas Hulot a annoncé ce matin (mardi matin - NDLR) sa démission du gouvernement, refusant de jouer  plus avant  les faire-valoir et les potiches, dénonçant l‘influence des lobbies « dans les cercles du pouvoir. » Celui de la chasse n’est pourtant pas le plus néfaste ni  le plus important, mais le ministre de la transition écologique ne l’ignore certainement pas… Un nouveau coup dur pour l’exécutif sachant que selon la dernière étude Ifop publiée par Le Journal du dimanche, 66 % des Français interrogés en août sont mécontents de l’action du président de la république, en hausse de 5 points par rapport au mois de juillet. Un contrecoup des affaires Nyssen, Kolher, Benalla ? Peut-être, mais pas que, et il est certain que la (légère) euphorie de nos compatriotes post coupe du monde parait déjà très loin. Ce même sondage indique que  la cote de popularité d’Emmanuel Macron a atteint son plus bas niveau depuis son élection, là aussi en forte chute de cinq points en août par rapport au mois précédent, avec 39% d’opinions favorables ; un effondrement comparable touche également son Premier ministre républicain-en marche Édouard Philippe. Un état de l’opinion qui laisse présager des mois à venir très difficiles pour le gouvernement sur fond de croissance en berne, loin des 2% en 2018 comme l’avait claironné le gouvernement et certainement très en deçà aussi en 2019 comme l’a avoué le 1er août le ministre des Comptes publics, l’ex-sarkozyste Gérald Darmanin. Une mauvaise nouvelle pour la réduction des déficits publics. D’autant que sur fond de montée des insécurités sociale, économique, identitaire, des dossiers très chauds attendent le gouvernement en cette rentrée. Il s’agira de justifier une nouvelle attaque fiscale de la majorité présidentielle contre les retraités, la mise en place d’une nouvelle politique de discrimination positive en faveur des banlieues plurielles, la réforme de l’hôpital, de la fonction publique, de l’Etat…

Les acteurs de cette rentrée politique ont déjà en ligne de mire  les élections européennes de mai 2019 qui arrivent à grands pas et qui sont annoncées par toutes les familles politiques comme un referendum grandeur nature pour une contre le macronisme, pour ou contre l’inféodation de notre pays à la feuille de route de la Commission européenne, pour ou contre cette Europe de Bruxelles.

Une conjoncture à la lumière de laquelle il s’agit de décrypter une nouvelle fois le traditionnel discours de rentrée prononcé hier par Emmanuel Macron à la conférence des ambassadeurs de France, réunis à l’Élysée.

En adepte éprouvé du en même temps, le président de la République a mêlé dans son intervention données  factuelles et contre-vérités, propos de bon sens et idéologie antinationale, désir d’émancipation et gage de  soumission à l’oligarchie mondialiste. Il a redit son souhait d’un renforcement de la construction européenne, quitte à mettre en place une Europe « à plusieurs cercles », tout en prônant conjointement, en une formule aussi floue qu’ambiguë le « renforcement de l’ordre mondial», auquel personne ne pourra s’opposer assurait déjà Nicolas Sarkozy en son temps…

Ainsi, l’ex-banquier a-t-il avancé, comme ses calamiteux prédécesseurs, que les « alliances d’aujourd’hui », comme l’Otan, avaient « encore leur pertinence » (sic)  mais a ajouté non sans raison que les Européens « (devaient) tirer toutes les conséquences de la fin de la guerre froide »,  en n’attendant plus des Américains qu’ils se chargent de les défendre, souhaitant une « réflexion exhaustive sur ces sujets avec tous les partenaires de l’Europe et donc avec la Russie. » L’« on ne peut pas construire l’Europe sans réfléchir aux relations avec la Russie et la Turquie » a-t-il encore précisé arguant par ailleurs qu’il s’agirait  de « sortir de l’hypocrisie » vis-à-vis d’Ankara en ne promettant plus aux Turcs une adhésion à l’UE, mais plus raisonnablement un partenariat stratégique

Une politique militaire (mise en place du Fonds européen de défense, « accords stratégiques» avec l’Allemagne…) qui doit advenir  au nom  d’une  « souveraineté européenne », laquelle,  dans l’esprit de M. Macron  est amenée à  prospérer sur les ruines de nos souverainetés nationales… Ce vœu de voir  les pays de l’UE renforcer leurs efforts de coopération militaire pour assurer leur protection est d’ailleurs  peu ou prou le message martelé depuis sa campagne présidentielle par Donald Trump qui a dit son ras-le-bol de payer pour la sécurité des Européens…

Si « le dialogue avec Washington reste essentiel », le successeur de François Hollande a cependant fustigé (au nom de son souverainisme européen ?) la politique  isolationniste de M. Trump, « symptôme de la crise capitaliste contemporaine. » « La première menace qui pèse sur nos biens communs, c’est la crise du multilatéralisme lui-même. Le multilatéralisme traverse en effet une crise majeure qui vient percuter toutes nos actions diplomatiques, avant tout en raison de la politique américaine (…). Le partenaire avec lequel l’Europe avait bâti l’ordre multilatéral d’après-guerre semble tourner le dos à cette histoire commune. » Histoire commune toute relative puisque les Etats-Unis se sont construits historiquement, politiquement, culturellement sur leur opposition voire un certain rejet, une certaine hostilité vis-à-vis de de la vieille Europe. Et il n’est pas certain que certains cénacles à Washington auraient hésité à vitrifier les villes européennes si la guerre avait éclaté contre la Russie soviétique.

Passage obligé (?), M. Macron n’a pu s’empêcher de débiter l’habituelle et assez pathétique propagande contre la République Arabe Syrienne, s’inquiétant de ce que l’armée syrienne parachève la reconquête du pays en éliminant les dernières poches aux mains des milices islamistes, notamment dans la région d’Idlib. Le gouvernent de Damas a été chargé de tous les maux, de toutes les culpabilités dans le conflit qui accable ce pays depuis 2012, arguant que le maintien de Bachar el-Assad au pouvoir en Syrie serait une « erreur funeste. » Quand bien, même la responsabilité des occidentaux dans ce sanglant conflit, la patte des atlantistes et de leurs alliés dans l’instrumentalisation, voire le soutien aux milices djihadistes qui ont mis ce pays a feu et à sang,  n’est plus à démontrer.

Last but not least, les populistes et autres nationalistes ont été eux aussi désignés à la vindicte, tous ceux   qui comme Viktor Orban, Matteo Salvini, menacent le projet cosmopolite bruxellois qualifié par antiphrase d’européen. « Ce combat européen ne fait que commencer, il sera long, il sera difficile» car, a fulminé Emmanuel Macron, « les identités profondes des peuples ont resurgi avec leur inconscient collectif. » « Les extrêmes ont progressé et les nationalismes se sont réveillés. Est-ce une raison pour abandonner ? Certainement pas (…). Il faut en réalité redoubler nos efforts. » Bref, la reprise ici de ses attaques contre la lèpre populiste, de ses propos tenus en juillet devant le congrès où  il affirmait : « Il faut le dire clairement, la frontière véritable qui traverse l’Europe est celle, aujourd’hui, qui sépare les progressistes des nationalistes. »

Aussi s’agit-il, a encore expliqué le président de la république, de construire « un modèle humaniste de la mondialisation », au nom « d’une volonté de souveraineté européenne ». « Le rôle de la France est de proposer une voie humaniste pour relever ces défis. »

Pas sûr que les Français mordent à cet hameçon empoisonné, à l’heure ou les peuples, note Bruno Gollnisch, plébiscitent le retour aux frontières, aux protections, au fait national, au maintien des identités particulières. En février dernier, rapportait l’Afp, un sondage OpinionWay réalisé pour la sixième édition du Printemps de l’Economie, indiquait que 60% des sondés ont une mauvaise opinion de la mondialisation, dont les effets négatifs sur nos salaires, nos emplois. étaient pointés par une majorité des Français. 71% se disaient pessimistes sur les effets de ladite mondialisation pour l’avenir des prochaines générations, et 67% pour l’avenir de la France.

Enseignement capital de cette étude, Pierre-Pascal Boulanger, président-fondateur du Printemps de l’économie, relevait très justement que « l’écart se resserre entre catégories populaires et favorisées, entre supposés perdants et supposés gagnants de la mondialisation », 62% des catégories socio-professionnelles supérieures (CSP+) et 71% des CSP - sont pessimistes pour l’avenir de la France. » « Le ressenti pessimiste gagne fortement les catégories les plus favorisées, qualifiées, les mieux rémunérées »… Ceux-là même, noterons-nous, qui ont assuré la victoire de M Macron, lui ont donné une majorité en se déplaçant assez massivement pour voter. La roue tourne.

10:33 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 28 août 2018

CONTRE LE CONCERT DE MÉDINE AU BATACLAN : MOBILISATION GÉNÉRALE !

40111630_2233135413364469_4634579727418392576_n.png

12:46 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le krach, tout le monde y pense sans en parler de peur de déclencher les foudres divines.

images.jpg

Marc Rousset

Le krach, tout le monde y pense sans en parler de peur de déclencher les foudres divines. Tel le furet du bois joli, certains le voient poindre à la moindre alerte sur la devise turque, sur les fausses déclarations officielles rassurantes au sujet de la Grèce, à la moindre hausse des taux d’intérêt et du « spread » italien par rapport au taux allemand. Ce n’est pas pour rien, non plus, que les autorités chinoises obligent le groupe HNA à se délester de 50 milliards de dollars d’achats d’actifs à l’étranger ces dernières années (Pierre et Vacances, Hilton, Radisson…) tout comme les groupes Fosun (Club Med), Wanda (immobilier, parcs d’attractions) et Anhang (assurances).

Le krach d’un système mondial surendetté repoussant sans cesse les faillites à venir en empruntant davantage, en maintenant artificiellement les taux d’intérêt à la baisse (pressions actuelles de Trump sur la Fed) et en pratiquant une politique monétaire laxiste (USA, BCE, Japon, Grande-Bretagne), aura bien lieu, mais où et quand dans un premier temps ? Personne ne le sait… Il est, par contre, possible d’imaginer ce qui se passera après le krach.

Nous vivons actuellement les derniers moments du système du dollar roi qui s’est installé sournoisement, diamétralement opposé au système sécurisant et conservateur de l’étalon-or qui a duré jusqu’en 1914, malheureusement enterré suite aux nécessités de financer les dépenses exponentielles de la Première Guerre mondiale alors en cours.

De 1914 à 1944, l’or s’est moins déplacé physiquement, mais il gardait malgré tout son rôle salvateur d’étalon puisque, par exemple, la Réserve fédérale américaine était tenue de garder dans ses coffres une quantité d’or correspondant au minimum à 40 % de la monnaie en circulation.

En 1945, à Bretton Woods, les États-Unis ont imposé le dollar pour remplacer partiellement l’étalon-or en partant du principe que le monde entier avait soif de dollars et en décidant d’abaisser à 25 % au lieu de 40 % la couverture or physique détenue à Fort Knox. En 1965 et 1968, l’Amérique a décidé de se libérer de la contrainte minimum or des 25 %. Et, en 1971 – ce qui a été le pot aux roses et le début du dérèglement du système financier international, dont nous voyons aujourd’hui les catastrophiques conséquences -, Nixon décida tout simplement, unilatéralement, du fait du prince, que le dollar ne serait plus convertible en or, ce qui revenait à remplacer totalement l’étalon-or par l’étalon-dollar dans le monde.

Est apparu alors un système où les capitaux du monde entier étaient appelés à circuler librement avec des taux de change flottant au jour le jour entre les monnaies, la devise de référence principale étant le dollar, mais sans aucun arrimage à un étalon universel et physique.

Tant que le krach et la catastrophe à venir n’ont pas encore eu lieu, personne ne se hasarde à demander, bien évidemment, le rétablissement immédiat de l’étalon-or, conscient que cela briserait tout net, immédiatement, la croissance comme une subite douche glacée après un bain laxiste brûlant, avec une terrible récession à la clé.

En revanche, après le krach, une fois les agents économiques ruinés, il faudra tout reconstruire de zéro. Il est alors très probable que nous vivrons dans un monde sans libre-échange mondialiste, avec des zones autarciques protectionnistes autocentrées et un commerce international réduit au strict échange des produits indispensables à l’importation car non présents ou impossibles à produire dans une zone autarcique (USA, Chine, Russie, Europe de l’Ouest, Japon).

Apparaîtront, alors, quelques grandes devises internationales correspondant à chaque zone autarcique convertibles en or (euro, yuan, dollar, yen). Ce jour-là, les partisans de l’or, les « cocus » du système actuel ne profitant pas des bulles boursières et immobilières, tiendront leur revanche avec la montée à la verticale du prix de l’or, ce qui fut le cas de l’Allemagne en 1923, mais ce sera une bien maigre et triste consolation au milieu des ruines épouvantables d’un système économique explosé, de la misère sociale, du malheur humain, avec de gigantesques et imprévisibles conséquences politiques et géopolitiques à la clé.

11:31 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 1er septembre : colloque en mémoire des morts de Breslan

une-banniere-a-l-effigie-des-victimes-de-la-prise-d-otages-du-theatre-doubrovka-est-installee-sur-le-site-du-memorial-a-moscou-le-3-septembre-2010_844005.jpg

Contre la barbarie et la terreur qu'ils cherchent à nous imposer: Union de toutes celles, et de tous ceux, qui sont attachés à nos libertés, et à notre civilisation : 
Mémoires et Vérités rend hommage aux victimes du terrorisme. Beslan (1er septembre 2004) Paris (13 novembre 2015) et Nice (14 juillet 2016).

Le samedi 1er septembre 2018, au Centre Cultuel et Culturel de Russie (1, quai Branly 75007 Paris).

16 heures :
Cérémonie religieuse Cathédrale de la Sainte-Trinité (1, quai Branly à Paris). Chœurs de la Cathédrale dirigée par Alexis Tcherkov.

17 heures :
Cérémonie civile et Colloque Mémoires et Vérités sur le thème Beslan, Paris, Nice, victimes d'un même terrorisme islamiste. Au Grand Amphithéâtre du Centre Culturel russe de Paris.

Henri-Paul Falavigna Vérité pour l’attentat de Beslan, terroristes seuls responsables (vidéos)
Jean-Claude Hubler, vice-President de l'Association des victimes de l’attentat terroriste de Nice : face au terrorisme. Solidarité entre toutes les victime.
Georges Fenech, ancien magistrat : bilan de l'arsenal judiciaire contre l’islamisme.
Xavier Raufer, criminologue : autopsie de l'islamisme.
Emmanuel Leroy, Président d’une association de soutiens aux jeunes victimes du terrorisme : l’étiologie du terrorisme : une stratégie de propagande et de contrôle des populations.
Capitaine (er) Pierre L. Plas (TAP. URH. DRM.) : la terreur est-elle devenue une arme géostratégique de niveau planétaire.

Solidarité enfants de Beslan association humanitaire et d'amitiés France Ossétie-Alania Fédération de Russie.

11:01 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Macron finira par diviser l'Europe

weidel.jpg

Alice Weidel, 39 ans, a presque le même âge que le président français. Comme lui, elle a commencé dans la banque et surgi au même moment sur la scène politique allemande. Mais la comparaison s’arrête là. Car la patronne de l’AfD, le parti d’extrême droite — désormais troisième force politique outre-Rhin — affiche des postions très anti-européennes.

Comment jugez-vous le projet pour l’Europe d’Emmanuel Macron ?

Alice Weidel. Il fait fausse route. « Plus d’Europe », c’est la mauvaise réponse au scepticisme grandissant dans beaucoup de pays membres de l’Union européenne face à la mise sous tutelle des Etats par Bruxelles. Beaucoup de nations ne participeront pas aux projets de fiscalité et de budget commun ou d’armée européenne. Sa tentative de centraliser encore plus l’Europe est vouée à l’échec.

Le président français veut rassembler les progressistes en Europe. A-t-il une chance ?

Une renaissance ? Non, je n’y vois que le dernier sursaut d’une vieille élite complètement désorientée. Il arrivera à peine à convaincre le nord et l’est du continent. Je pense au contraire qu’Emmanuel Macron finira par accélérer la division de l’Europe. Macron a parlé de la « lèpre populiste ». Votre parti est évidemment visé par ces attaques... Tout cela est hypocrite et bassement polémique. Lorsque des responsables politiques pensent au bien-être de leur propre pays et de ses citoyens, comment peut-on parler de « nationalisme » ? C’est de la démocratie, au contraire. En parlant d’épidémie contagieuse, Macron méprise le peuple.

Ce qu’ont réussi les deux partis populistes italiens, en formant un gouvernement de coalition, c’est un modèle à suivre ?

Ils respectent les inquiétudes de leurs électeurs. Issus de différents courants, ils ont réussi ensemble à prendre la relève d’un establishment usé. Nous souhaitons que cette coalition réussisse.

Où en sont vos relations avec Marine Le Pen et son parti ?
J’ai beaucoup de respect pour sa personnalité et pour sa performance politique qui a permis de faire bouger l’establishment. Elle a su nommer les problèmes et donner une voix à la détresse des citoyens normaux.

Votre vision de l’Europe aujourd’hui, c’est quoi ?

Pour l’AfD, c’est « l’Europe des patries » selon l’idée du général De Gaulle : des Etats-nation souverains qui forment une zone de libre-échange. Ces Etats collaborent à une politique extérieure, commerciale et de défense. Nous voulons une Europe sans la bureaucratie centraliste de Bruxelles qui met les Etats sous tutelle. Nous refusons surtout cette monnaie artificielle, l’euro, qui n’est rien d’autre qu’une gigantesque machine servant à répartir la pauvreté.

Propos recueillis par Christophe Bourdoiseau (correspondant à Berlin, Allemagne) pour Le Parisien du 28/8/2018

10:30 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 27 août 2018

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta invité de Martial Bild sur TV Libertés

20:36 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Commandant Aubenas, vous connaissez ?

unnamed.jpgLa chaine du

Commandant Aubenas : cliquez ici

10:43 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Immigration : danger toujours immédiat

migrants.jpg

Notre société part à la dérive. N’en déplaise aux cœurs sensibles, aux amoureux d’utopiques droits de l’homme, à la fausse générosité d’une gauche méprisante autant que meurtrière, d’une droite irresponsable, mais l’immigration est responsable de la désagrégation de la société française. Par ses dommages collatéraux sur l’ensemble des acteurs sociaux : éducation, santé, religion, justice. Une grande partie des immigrés refusent les lois de la République, plus encore la culture française qu’elle ignore superbement. Cette haine de la France s’exprime aussi dans les moquées qu’on laisse pousser dans toutes les métropoles. Le fossé entre la France gauloise et les immigrés est culturelle. On ne pourra jamais combler le fossé des imaginaires dont la langue est l’expression majeure. Or, dans cette France en voie de déstructuration, les minorités conservent leur langue car elle demeure le lien communautaire par excellence.

 Il nous a paru révélateur de reproduire l’article suivant

 Les policiers, premiers témoins de la brutalité et de la haine

Par Hugo Wintrebert

Il suffit d’un regard. Deux individus se croisent, se toisent et c’est tout. Un coup d’œil ou une simple cigarette refusée : un motif parfois suffisant pour que se déchaîne une haine hors de toute proportion. Une violence sans cause, mais aux conséquences parfois tragiques. À Paris, au petit matin du 8 août, un homme monte dans un bus avec son vélo. Un voyageur lui fait une remarque. Quelques secondes après, le voilà gisant sur le trottoir, le cou transpercé par un coup de clef.

Aux premières loges de ce spectacle sinistre, les policiers. Car derrière les chiffres démontrant la hausse des agressions, se cache un sentiment diffus au sein des forces de l’ordre : celui d’un recours toujours plus débridé à la violence par la population, d’une « radicalisation des rapports sociaux », voire d’un « ensauvagement de la société » pour reprendre les termes de Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat Synergie police.

« L’utilisation de la violence ne fait que s’amplifier, relève Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat Alliance. La société ressemble de plus en plus à une rame de métro. C’est un monde du chacun pour soi, où les incivilités sont légion. Et en cas d’agression, les voyageurs préfèrent baisser les yeux, conscients que s’ils interviennent, ils seront forcément victimes. » Un constat partagé par Jérémie Dumont, secrétaire général adjoint du syndicat des commissaires de la police nationale, qui précise qu’« il ne s’agit pas nécessairement que d’individus venant de zones urbaines sensibles, mais d’un mouvement plus large de l’en- semble de la société ».

Pour les policiers, cette recrudescence des violences gratuites s’explique par l’impunité dont profiteraient les auteurs de ces actes. « Les magistrats sont désormais accoutumés. Ils ne condamnent jamais de manière ferme les personnes qui commettent ces violences », s’agace Patrice Ribeiro. « On retrouve les délinquants dans la rue le jour même de leur arrestation, abonde Frédéric Lagache. Seule, la police est impuissante face à une hausse des incivilités. Elle ne peut pas combler les lacunes de l’école, du manque de civisme et d’une justice laxiste. »

La banalisation des violences n’est pas nouvelle mais certains policiers notent un phénomène émergeant : l’exhibition de la haine. Sur les réseaux sociaux, certaines rixes sont désormais filmées et des compilations de bagarres deviennent virales. Témoins de ces violences, les forces de l’ordre en sont aussi parfois les victimes. Selon les intéressés, être policier en 2018, c’est avant tout être une cible. Le moindre contrôle d’identité est source de tension. « Il n’y a plus de routine. Quand il arrive au bureau, un agent ne sait pas ce qui va lui arriver dans la journée, s’inquiète Philippe Capon, secrétaire général Unsa police. Même un petit différend familial peut dégénérer. » Dernier exemple en date : le 10 août, des gendarmes landais interviennent pour une simple affaire de vol de vélo. Trois d’entre eux ont terminé leur mission blessés, deux par arme blanche et un au moyen d’une barre métallique.

Plus largement, les forces de l’ordre se plaignent de ne plus jouir d’une certaine forme de respect. « On ne relève même plus les insultes par exemple, sinon on passerait encore plus de temps derrière un ordinateur plutôt que sur le terrain », assure Frédéric Lagache. Avant de conclure : « Aux États-Unis, si vous frappez un policier, vous allez directement en prison. En France, les forces de l’ordre ne sont pas respectées. Alors pour les personnes lambda, c’est encore pire. »

(Source : Le Figaro 27/08/2018)

03:33 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 26 août 2018

Vendredi 31 août, Alexandre Gabriac invité en Suisse par Résistance helvétique

conference-gabriac-rh-2018.jpg

En savoir plus cliquez ici

17:59 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Christoff BZH invité de Daniel Conversano

10:09 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’infosphère doit dénoncer les mensonges d’État sur la faillite grecque et les dépenses publiques

faillite-de-la-grece-620x330.png

Marc Rousset

Les contribuables européens ont versé 289 milliards d’euros de prêts à la Grèce lors de trois plans de sauvetage, la part française s’élevant à 40 milliards d’euros. La dette publique grecque s’élève à 180 % de son PIB et le système bancaire est en faillite puisque 98 milliards d’euros, soit 44,9 % des créances bancaires, sont douteuses.

Le PIB grec a chuté de 23 % entre 2008 et 2017, tandis que le salaire minimum est passé de 794 à 684 euros, que les prix de l’immobilier ont brutalement chuté de 50 %, que les systèmes d’éducation et de santé se sont effrités, que les jeunes ne pensent qu’à quitter le pays, d’où une amélioration apparente d’un taux de chômage de seulement 20 %.

Les créanciers de la Grèce (UE, BCE et FMI) ont usé d’un subterfuge honteux pour retarder, une fois encore, la faillite inéluctable de la Grèce. Ils ont repoussé de dix ans, à 2032 au lieu de 2022, la date à partir de laquelle la Grèce devra commencer à rembourser sa dette.

Et que feront les mêmes larrons, de nouveau en 2031, les taux d’intérêt ayant monté entre-temps ? Ils repousseront encore, de nouveau, de dix ans la date de remboursement en affirmant que la Grèce n’est pas en faillite puisqu’elle n’a toujours pas de dette à rembourser ! Les informations sur la Grèce sont un mensonge d’État que l’infosphère, les blogs et les réseaux Internet doivent dénoncer avec force.

L’Italie, c’est dix fois la Grèce, une situation économique, bancaire et financière catastrophique tandis que, depuis mars 2009, le Dow Jones et l’indice NASDAQ ont progressé respectivement de 300 et de 500 %, soit à un niveau plus élevé, respectivement, de 88 % et 55 % que celui d’avant la crise des « subprimes ». Mais pas un mot dans Le Monde ou Le Figaro pour mettre en garde les lecteurs sur un krach éventuel à venir.

Nous croulons sous les mensonges d’un système décadent en faillite ! Le déficit public français est de l’ordre de 3 % alors qu’il est, en moyenne, de 0,7 % dans la zone euro. La France, avec 56,4 % des dépenses publiques par rapport à son PIB, est devenue le pays le plus dépensier du monde, alors que le joueur de flûte Macron, pendant sa campagne, s’était engagé à réduire les dépenses publiques d’au minimum 4 points de PIB, soit 100 milliards d’euros.

La situation est dramatique puisque l’application complète du rapport CAP 22 nous ferait économiser à peine 30 milliards d’euros. La France, face à un déficit public de 59,7 milliards d’euros et de 67 milliards d’euros de sa balance commerciale, a besoin de réformes structurelles pour réduire la dépense publique, retrouver la compétitivité internationale et reprendre des parts de marché qui s’écroulent. Notre niveau de dépenses publiques est de 9 % supérieur à la moyenne dans la zone euro (où il est de 47 %). Le défi des dépenses publiques à réduire est donc, en réalité, de 200 milliards d’euros.

La Cour des comptes sonne le tocsin pour les dépenses publiques, notre système fiscal est basé sur le foyer et non sur les ressources d’un individu, mais Macron, comme disait Pompidou, ne songe qu’à « emmerder » les Français avec le prélèvement inutile à la source. Le technocrate Macron n’a pas pensé à mensualiser le paiement de l’impôt, ce qui aurait été autrement plus simple et efficace.

Selon l’Agence France Trésor, chaque augmentation à venir de 1 % des taux d’intérêt augmentera nos remboursements de 2,1 milliards d’euros la première année et de 6,9 milliards d’euros au bout de trois ans.

Mentez, mentez comme un arracheur de dents jusqu’au jour où tout le monde sait que, comme dans la Pravda de l’URSS, le Système ment ! À la première perte subite de confiance, tout explose !

00:00 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 25 août 2018

L’inquiétante vision du monde des élites progressistes et la mission de la droite

582841-feng-shui-upatstvo-napravete-vazna-za-privlekuvanje-na-bogatstvo.jpg

Par Jean-Claude Pacitto*

Dans un remarquable ouvrage consacré à l’évolution du parti démocrate américain, Pourquoi les riches votent à gauche, Thomas Frank pose une question et surtout y répond : comment des partis qui prétendaient défendre les intérêts des catégories populaires et moyennes sont-ils devenus, à partir des années 80, les porte-parole des catégories sinon privilégiées, du moins fort éloignées de leur sociologie première ? Car ce que dit Thomas Frank du parti démocrate pourrait être généralisé à tous les partis sociaux- démocrates européens, et notamment au PS français. À compter des années 90, les catégories populaires ont commencé à déserter ces formations.

Thomas Frank nous décrit les causes politiques et organisationnelles de cette mutation. Si, aux États-Unis, le parti démocrate avait toujours attiré les intellectuels, il va, au début des années 90, devenir le porte-parole de la « classe professionnelle ». Comme le PS français, le parti démocrate va se muer en parti des élites, avec un fort pourcentage de cadres et d’adhérents issus des grandes universités. Ces nouveaux bataillons du parti partagent un postulat : les études supérieures qu’ils ont accomplies leur confèrent le droit d’imposer à la société américaine leur vision du monde et leurs choix.

Évoluant dans les secteurs de la nouvelle économie ou dans des secteurs souvent protégés de la concurrence mondiale, les élites progressistes - à l’instar de John Sperling qui publie en 2004 un livre qui est tout un programme The Great Divide. Retro Versus Metro America – considèrent qu’il y a d’un côté le vieux monde (industrie d’extraction, agriculture) et de l’autre le nouveau monde, celui des nouvelles technologies, de la banque et des avancées sociétales. D’un côté, un monde ringard et fermé car peuplé de non-diplômés, condamné à tomber dans les oubliettes de l’histoire ; de l’autre, le monde ouvert et branché des diplômés.

À la même époque, en France, think-tanks et économistes proches du PS dissertaient sur l’avènement d’une société sans usines. On connaît la conséquence : le tragique abandon de notre industrie. Lorsque Hillary Clinton traita les électeurs de Trump de «ramassis de minables » lors de la présidentielle, elle était cohérente avec cette vision du monde. De même, le mépris à peine voilé des élites socialistes envers la France périphérique, peuplée de « beaufs et de racistes » ne doit pas étonner, il est la conséquence de cette représentation de la société. Le vieux monde est aussi celui des vieilles croyances auxquelles sont rattachées les religions.

Ainsi, le catholicisme, qui cumule l’ancienneté et une morale jugée « outdated », est devenu la cible de ces nouvelles élites. Très souvent, en matière spirituelle, l’élite progressiste adhère à une sorte de New Age. Un bouddhisme bricolé et peu exigeant est devenu la religion de substitution pour nombre de dirigeants de la nouvelle économie, le cas Steve Jobs en témoignait.

Thomas Frank développe également un point très important : la fusion, au début des années 2000, des élites intellectuelles et économiques. Désormais, les nouveaux capitalistes, à de rares exceptions près, soutiennent en masse le parti démocrate. Si cette question est largement taboue en France, on y ferait les mêmes constats. Le progressisme de certains essayistes à la mode est très proche de celui des élites progressistes américaines. Cette vision d’un monde nomade où le salut de chacun dépend de sa faculté à « s’empoweriser » (sic) et à capter, mieux que les autres, les ressources disponibles est le cœur de l’idéologie progressiste. Dans cette vision, il n’y a plus de place pour la quiétude et l’enracinement.

La valeur de l’individu est mesurée à l’aune de sa propension à bouger et à changer de métier. Le nouveau monde est un monde de gens qui gagnent. Le statut du perdant dans la vision progressiste du monde est celui d’un individu qui n’a pas su saisir sa chance et qui a résisté à l’injonction du changement. Cela explique le paradoxe que les gouvernements de gauche sont souvent plus impitoyables avec les perdants de la mondialisation que ceux de droite. Le « yes we can » tant loué d’Obama n’est pas, comme on l’a cru souvent, une seule injonction volontariste visant à fixer une nouvelle frontière mais une obligation qui ne se discute pas. Si vous ne pouvez pas, c’est que vous êtes un incapable, donc un perdant, et que vous ne méritez pas de faire partie du nouveau monde.

La montée en puissance des partis populistes découle largement de cette mutation de la gauche et le succès de Trump résulte aussi de la prise en compte de cette réalité. À rebours de l’élite  du parti républicain qui pensait que tout se joue dans le domaine du combat culturel, Trump avait compris qu’il fallait aussi réinvestir le domaine économique avec des propositions susceptibles d’intéresser les « retros », telles que la réindustrialisation des États-Unis. Or en ce domaine la droite classique européenne reste souvent inaudible. Le « big business », à qui elle fait toujours les yeux doux, est désormais acquis aux thèses progressistes. Si la droite n’est pas capable de formuler un discours offensif en direction des « retros » (ouvriers, catégories moyennes, dirigeants de PME et bourgeoisie dite conservatrice), bref tous ceux que les progressistes vouent aux poubelles de l’histoire, la droite disparaîtra. C’est un front interclassiste qu’elle doit susciter, celui des gens qui évoluent dans le monde réel et qui ne veulent pas de l’univers que nous promettent les élites progressistes. Cela nécessite d’articuler intelligemment le culturel à l’économique. La droite en est-elle capable ?

(*) Maître de conférence HDR en sciences de gestion à l’université Paris-Est.

(Source, Le Figaro 25/08/2018)

17:25 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 24 août 2018

L’heure de la libération ?

caspar-david-friedrich.jpgLe blog de

Bruno Gollnisch

cliquez ici

La bêtise, la basse propagande, la partialité ne prennent décidément pas de vacances.  Dans Le Point cliquez là, Fabien Roland Lévy relatait il y a quelques jours que Lucette Destouches, née Lucie Almansor, âgée de 106 ans et veuve de Louis-Ferdinand Destouches, alias Louis-Ferdinand Céline, venait de vendre leur maison de Meudon (Hauts-de-Seine) en viager afin d’éponger ses dettes et de pouvoir y finir ses jours. Le journaliste indique que « le pavillon Second Empire, passablement décati, ne devrait donc pas se transformer un jour en musée Céline. D’autant qu’il ne reste rien à montrer, ni objets ni souvenirs de l’écrivain, après les ravages causés par deux incendies. » « Une manière aussi d’éviter », tient-il à préciser, « que le lieu ne devienne un but de pèlerinage pour des admirateurs du pamphlétaire antisémite de Bagatelles pour un massacre ou Les Beaux Draps. » Une réflexion caricaturale et pavlovienne, comme le fut l’attitude récente du ministre de la Culture (voir ici et ici), qui consiste très bêtement à réduire Céline, un des plus grands écrivains français, aux trois pamphlets susnommés et le cercle de ses admirateurs à des nostalgiques des heures les plus sombres. D’une indignation l’autre, la gauche, les ONG politisées, Soros, les médias progressistes, bref le camp du bien, se sont émus de ce qu’un navire commercial italien (le ravitailleur Asso Ventotto) aurait enfreint le 31 juillet les règles du droit international en ramenant sur les côtes libyennes 108 immigrés clandestins (« migrants ») recueillis dans les eaux internationales au large de Tripoli.

« La Libye n’est pas un port sûr et cela peut conduire à une violation du droit international », a affirmé le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Bref, il eut fallu débarquer ces immigrés illégaux  en Europe ont assuré les pleureuses et autres donneurs de leçon(s) professionnels qui tentent de donner mauvaise conscience aux Européens. Les Italiens, comme les autres habitants de la rive nord de la Méditerranée, sont eux très majoritairement en phase avec les propos du ministre de l’Intérieur et chef de la Ligue Matteo Salvini qui s’est félicité la semaine dernière sur twitter « les garde-côtes libyens (aient) secouru et ramené 611 migrants en Libye. » « Les ONG protestent et les trafiquants perdent leur business ? C’est bien, nous continuons. »

M. Salvini est bien évidemment dans le vrai affirme Bruno Gollnisch et Marine Le Pen rapportait à bon escient en fin de semaine le cri d’alarme devant l’immigration illégale hors-contrôle, poussé par José Ignacio Landaluce Calleja, membre du Parti Populaire, député de Cadix, maire de la ville espagnole d’Algésiras, située à l’extrémité est du détroit de Gibraltar. M. Landaluce Calleja a lancé « un appel au secours et pense que sa ville est en train de devenir le nouveau Lampedusa : le seul moyen de mettre fin à cette embolie migratoire, c’est la fermeté totale, à l’italienne ou à l’australienne ! » a rappelé la présidente du RN.

Mais cette prise de conscience là par les peuples de notre continent est-elle seulement permise et envisageable par les gardiens du dogme cosmopolite ? A l’heure ou Le Figaro cliquez là relayait une étude réalisée par trois économistes d’Harvard tendant à prouver que les Français auraient une vision plus juste de la réalité quantitative de l’immigration musulmane, dont l’ampleur serait exagérée par les autres occidentaux, l’Italie plongerait dans la violence raciste. Pour preuve emblématique de ce climat dégradé, les médias français et internationaux ont abondamment commenté le fait que les exactions contre les immigrés auraient augmenté chez nos voisins transalpins de 10% par rapport à l’an dernier. A l’appui de cette thèse, a été évoqué ce triste fait divers qui a vu l’athlète d’origine nigériane Daisy Osakue, lanceuse de disque dans l’équipe d’Italie, très méchamment blessée à l’œil par un jet d’œuf lancé depuis une voiture près de Turin. Le Huffington Post qui cite deux autres cas d’agressions, indique que pour la jeune femme de 22 ans « il n’y a pas de doute : son ou ses agresseurs cherchaient une cible noire car l’attaque a eu lieu dans une zone fréquentée par des prostituées africaines, des femmes sans défense qu’ils pensaient viser selon elle. »

Ce même article donne aussi la parole à Matteo Salvini qui a apporté son soutien à cette jeune athlète lui souhaitant un prompt rétablissement et indiqué sa volonté très ferme de faire respecter l’état de droit : « Toute agression sera punie et condamnée, je serai toujours au côté de qui subit des violences. » L’ensemble du gouvernement italien a fait bloc derrière le ministre de l’Intérieur qui a rappelé un certain nombre de vérités : « Alerte au racisme en Italie ? Ne disons pas de bêtises ! La nouveauté c’est que les médias évoquent les épisodes de ce genre même si le nombre d’agressions n’a pas évolué (…). Qui les utilise contre le gouvernement ne s’attaque pas vraiment au problème du racisme. » « Je rappelle qu’il y a environ 700 délits commis chaque jour en Italie par des immigrés, soit près d’un tiers du total, et ceci est la seule vraie urgence pour laquelle je me bats en tant que ministre. »

« Son ministère a confirmé lundi : sur les quelque 857 000 personnes arrêtées et/ou dénoncées depuis le début de l’année, tous chefs confondus, 30% étaient de nationalité étrangère (33% des détenus au 30 juin (pour plus de la moitié Marocains, Albanais, Roumains ou Tunisiens), alors que les étrangers représentent 8,3% de la population en Italie. »

Oui mais voilà est-il encore indiqué, « le discours antimigrants de Salvini lui vaut aussi les foudres catholiques, résumées par la une du magazine Famiglia Cristiana la semaine dernière : Vade retro Salvini. Mais l’intéressé, adepte des provocations constantes sur les réseaux sociaux, a répondu à ces critiques à sa manière : Beaucoup d’ennemis, beaucoup d’honneur (Molti nemici, molto onore, NDLR) a-t-il écrit (le 29 juillet), en ajoutant l’émoticône d’un baiser. Cette variante d’un slogan de Benito Mussolini très connu des Italiens, utilisée le jour de l’anniversaire de la naissance du Duce, a fait sensation. » 

Rappelons pour l’anecdote qu’il fut reproché à Jean-Marie Le Pen d’avoir lui aussi utilisé cette devise en févier 2012 ce qui l’avait contraint, s’adressant aux « aux incultes et aux ignares », d’expliquer que « la paternité » de celle-ci « n’est pas attribuable à Mussolini mais, quatre siècles plus tôt, au chevalier Georg Von Freundsberg, au service de l’Armée d’Espagne, qui la prononça lors de la bataille de Vicence en 1513 ». « Que cette maxime devenue populaire depuis lors ait été reprise par Mussolini lui en donne-t-il l’exclusivité et l’empêcherait-elle d’être citée jusqu’à la fin des temps ? »

Certes, le Français Jean-Marie Le Pen n’est pas l’Italien Salvini et dans la bouche du ministre de l’Intérieur  le clin d’œil aux années mussoliniennes est lui très certain et évident. Il peut surprendre ou choquer si l’on ne connait pas le sentiment souvent très ambivalent des Italiens sur l’ex instituteur socialiste qui joua le rôle que l’on sait entre sa prise de pouvoir en 1922 et son assassinat en 1945.

On rappellera à ce sujet cette réflexion (en janvier 2013) de Silvio Berlusconi, ancien président du conseil italien et chef de file du parti « Peuple de la Liberté » (PDL) qui avait horrifié les grandes consciences bruxelloises. En marge d’une cérémonie à Milan à l’occasion de la journée (internationale) de la mémoire de l’holocauste, M. Berlusconi avait dénoncé les « lois raciales » antisémites, « la pire faute de Benito Mussolini », édictées par le pouvoir fasciste en Italie en 1938. Mais il avait tenu à préciser que l’Italie « (n’avait) pas les mêmes responsabilités que l’Allemagne », et que « Mussolini (avait) aussi fait de bonnes choses dans tant d’autres domaines. »

Un sentiment partagé par une nette majorité d’Italiens  comme en attestent des sondages récurrents. Italiens qui mettent notamment au crédit des années noires du fascisme les politiques sociales, familiales qui furent alors édictées, certes beaucoup plus avancées que celles conduites en France par un Front Populaire au bilan très majoritairement négatif, mais toujours chez nous très largement mythifié.

Nous l’avons déjà écrit sur ce blogue, coller le mistigri du totalitarisme noir, brun,voire rouge-brun aux   défenseurs des identités, des souverainetés nationales, des valeurs traditionnelles,dénoncer leur inhumanité,  reste une méthode éprouvée de diabolisation. Il s’agit de  rendre infréquentables et illégitimes les courants patriotiques. Une démonisation de l’adversaire politique qui est d’ailleurs le ressort de tous les totalitarismes… Stigmatisation qui touche ainsi en premier lieu les opposants au totalitarisme bruxellois. Dénoncer les ravages de l’idéologie mondialiste, aimer son peuple, défendre l’authentique civilisation européenne, c’est de facto être suspect de fascisme belliciste.

Tout sursaut identitaire doit donc être frappé d’infamie, et les Européens qui entendent le rester sont invités à faire leur autocritique et à se laisser « châtrer » sans moufter… Oui mais voilà, les peuples se réveillent et les Père fouettard du microcosme politico-médiatique qui agitent de mauvais fantasmes pour leur faire plier l’échine et les faire rentrer dans le rang sont de moins en moins craints et écoutés. Nous pouvons encore gagner cette course contre la montre… l’heure de la libération est peut-être plus proche qu’on ne le croit ! 

12:17 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 23 août 2018

Chômeurs et « déséquilibrés » : l’apport le plus évident de l’immigration-invasion

trappes-624x352.png

Bernard Plouvier

Un fou furieux poignarde et tue deux personnes (de sa famille) et en blesse une autre à Trappes, en gueulant la ritournelle : "allahou akbar", et notre chenu ministre de l’Intérieur – l’homme qui a si bien manœuvré dans l’affaire Benalla – nous apprend que l’assassin est un « déséquilibré mental ».

Que nous voilà bien informés ! On peut difficilement imaginer qu’un terroriste, qu’un meurtrier mû par le fanatisme politique ou religieux, ou encore par la haine raciale (car, n’en déplaise à nos maîtres, il existe des crimes à motivation raciste), soit autre chose qu’un paranoïaque délirant, un halluciné, déséquilibré par une psychose ou une drogue modifiant le bon fonctionnement du cerveau.

Bref, notre génie de la Place Beauvau fait dans le lieu commun, la platitude, l’évidence la plus criante. Il nous prend pour des demeurés. Et il n’a pas tort : la majorité de l’opinion publique est composée de veaux, s’il faut en croire un connaisseur gaullien. La Nation peut donc ruminer la phrase du bon ministre, puisqu’aussi bien un bovin, c’est « bête à manger du foin ».  

Si chaque semaine nous amène son lot d’attentats et de crimes en Europe occidentale et scandinave, c’est que nous en sommes responsables. Nous avons accepté, par notre passivité et par l’élection des nervis de l’économie mondiale, ce très stupide et très inutile brassage des races et des cultures au sein de notre Europe.

Nous avons introduit en masse des mahométans, d’autant plus violents qu’un nombre étonnant d’imams militants les persuadent qu’ils vont gagner leur paradis en implantant la charî’a sur notre sol, qui sera « domaine de guerre » (dâr al-Harb) tant que l’islam n’y règnera pas en maître exclusif. Sauf pour les soufis, ces franciscains éthérés de l’islam, le djihâd est une réalité guerrière rendue obligatoire à tout croyant, robuste et en bonne santé, par une douzaine de sourates coraniques.

On nous a persuadés qu’il fallait introduire des millions d’extra-européens parce que nous étions en pénurie de travailleurs et qu’il fallait du sang neuf pour payer les trop nombreux retraités. Or, les statistiques nous prouvent que nous avons surtout importé des chômeurs, dépourvus de toute qualification professionnelle.

Veut-on prendre l’exemple de Trappes ? Il est démonstratif. Mais la réalité est la même partout : à Roubaix ou à Marseille, à Toulouse ou dans la région lyonnaise, à Rouen ou à Saint-Étienne. Elle l’est aussi en Allemagne, en Belgique, en Norvège et en Suède. Chez nos voisins, plus ou moins proches, les statistiques ethniques démontrent à l’évidence un fort taux de chômage chez les immigrés, bien supérieur à celui des autochtones.

Sur les 32 000 habitants de Trappes, on dénombre officiellement 28% d’immigrés (INSEE, données de 2014), soit 20% d’étrangers et 8% de naturalisés. En pratique, cette estimation est parfaitement inexacte puisque les nombreux enfants issus d’immigrés sont automatiquement déclarés de « nationalité française » par l’effet du droit du sol et comptabilisés dans la rubrique des autochtones.

Le taux de chômage est de 20% de la population en âge de travailler. Au conseil municipal, même les « étrangers » sont sûrs d’être écoutés : sur 35 membres, 10 sont des citoyens français d’origine africaine (noire ou maghrébine) et turque, ou apparentés par mariage. 28% de la population, 28% d’élus : la représentation démocratique est parfaite.  

Une grave question se pose. Quand le peuple souverain a-t-il été consulté sur le bien-fondé de cette immigration massive d’origine extra-européenne ?

Avec en corollaire une question subsidiaire. Quand aurons-nous droit aux véritables statistiques ethniques, à la fois générales et catégorielles : les statistiques ethniques des chômeurs, des criminels et délinquants, des incarcérés, des « fichés » par la police ?

Grand Président, qui est en pleine forme, puisque revenu de vacances fort médiatisées, va très certainement consulter bientôt la Nation, seule titulaire légitime du Pouvoir, et, bien sûr, l’informer aussi complètement que possible. Il va le faire, puisque c’est un grand donneur de leçons de Démocratie… du moins pour l’étranger.    

20:06 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Retour au réel

L’espoir européen de contester l’hégémonie du dollar n’est pas près de se concrétiser.

amerique1.jpg

Par Muriel Motte

 Dans le monde rêvé d’Heiko Maas, le ministre allemand des Affaires étrangères, l’Europe échappe à la tutelle américaine et parvient à sauver l’accord sur le nucléaire iranien, essentiel si l’on veut préserver un semblant de paix au Moyen-Orient. L’exploit ne serait pas seulement diplomatique. Sortir de l’ombre punitive de Donald Trump, qui menace de sanctions tous ceux qui commercent avec Téhéran, implique de couper les ponts avec le droit américain, et donc avec le roi dollar.

Heiko Maas ne l’ignore pas. Dans le quotidien financier Handelsblatt, le ministre prône la mise en place de « canaux de paiement qui soient indépendants des Etats-Unis, un Fonds monétaire européen et un système Swift (réseau interbancaire de paiement, NDLR) indépendant » de manière à ce que Washington « ne porte pas atteinte à nos intérêts sans nous consulter ».

Il n’est pas le premier à vouloir échapper à l’attraction tentaculaire du billet vert et à tout ce qu’elle implique. Les producteurs d’or noir tentent depuis des années de lui trouver des alternatives, notamment depuis que l’ancien président iranien, Mahmound Ahmadinejad, l’a qualifié de « bout de papier sans valeur». En France, le souvenir de l’amende de 8,9 milliards de dollars payée par BNP Paribas aux Etats-Unis, sanctionnant le business – en dollars – de la filiale suisse de la banque au  Soudan, reste vivace. Mais concrètement, le monde a bien du mal à se passer de la devise américaine, toujours utilisée dans le règlement de 70 % de l’ensemble des échanges mondiaux.

L’histoire joue un grand rôle : la monnaie de la première économie mondiale s’est imposée dans l’après-guerre, et n’a jamais perdu son statut de primus inter pares. Les Etats-Unis sont toujours la première puissance de la planète, solidement campée sur leurs deux jambes : un géant financier avec Wall Street, une machine à innover avec la Silicon Valley. De facto, une entreprise qui grandit et s’internationalise croise tôt ou tard le dollar sur sa route.

Quant à la puissance politique, « elle se trouve aux Etats-Unis pas en Europe, commente Philippe Waechter, chef économiste d’Ostrum AM. Depuis un an, personne ne s’oppose aux décisions de Donald Trump. Sanctions, tarifs douaniers, géopolitique, la Maison Blanche donne le tempo de manière spectaculaire, c’est ce qui compte à l’international ». Il estime que « les choses seraient peut-être différentes si nous affichions une unité politique plus forte. Mais quelles anticipations pouvons-nous faire naître aujourd’hui concernant l’Europe, susceptibles d’inciter le monde à utiliser davantage la monnaie unique ? D’une certaine manière, vouloir payer en euros c’est entrer en opposition avec les Etats-Unis ».

Bien peu ont les moyens de prendre ce risque. Peugeot a annoncé son retrait d’Iran en juin dernier et Total n’a pas tergiversé longtemps. Il vient d’annoncer son désengagement  du projet gazier South Pars, faute d’avoir obtenu le feu vert nécessaire de Washington. Et ce « malgré le soutien des autorités françaises et européennes » a précisé le groupe de Philippe Pouyanné. Pot de terre contre pot de fer ? Les promesses du plus grand gisement de gaz naturel du monde n’ont pas pesé lourd face aux menaces Trumpiennes. « Nous nous attendons à ce que les gouvernements européens réalisent, comme le font déjà les entreprises européennes, que le choix entre faire des affaires avec l’Iran et faire des affaires avec les Etats-Unis est très simple », a pu fanfaronner John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de l’hôte de la Maison Blanche.

Le problème est que personne ne peut le contredire. « Tout le monde a envie d’une Europe plus unie, plus autonome et plus forte, mais dans les faits nous cédons aux pressions américaines. Se fâcher avec Washington c’est renoncer à 25 % de la richesse mondiale » commente l’économiste Patrick Artus.

Colonie des Etats-Unis. Commercer en dollars partout sur la planète, être présent d’une manière ou d’une autre aux Etats-Unis, ne sont d’ailleurs pas les seuls critères qui placent les groupes étrangers sous la férule du droit américain. Les juges peuvent venir leur demander des comptes dès lors qu’ils incorporent des technologies américaines dans leur business, notamment dans leurs exportations vers d’éventuels pays jugés menaçants à Washington. « L’Europe est une colonie des Etats-Unis par la technologie interposée », déplore Patrick Artus. Faute de parvenir à créer ses propres Gafa, le vieux continent semble d’autant plus fragile que Donald Trump n’a pas hésité le mois dernier à considérer l’UE comme une  « ennemie » de son pays.

La Chine y voit un boulevard. Face à une Europe affaiblie par ses querelles intestines, son poids croissant dans les échanges mondiaux va renforcer le rôle international de sa monnaie, le yuan. L’émergence de géants de la tech (Baidu, Alibaba, Tencent, Wechat, Xiao-mi, Huawei...) vise à déjouer le piège d’une dépendance à l’égard du grand satan américain. Pékin ne manque ni d’ambition, ni de moyens financiers. N’en déplaise à Donald Trump, on attend d’ailleurs que la Chine occupe la place laissée vacante par la France, en reprenant les parts de Total dans le projet South Pars. Le groupe de Patrick Pouyanné affirme ne pas connaître la position de son homologue, CNPC.

Le titre de l'article est de nous (ndlr)

Source : L’Opinion 23/8/2018

13:12 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

DURANT L'ÉTÉ : REDIFFUSIONS DES ÉMISSIONS "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS

RL 79 REDIFS ÉTÉ 2018.jpg

ÉCOUTEZ RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

TOUTES LES PRÉCÉDENTES

ÉMISSIONS "SYNTHÈSE" CLIQUEZ LÀ

12:05 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 22 août 2018

Samedi 1er et dimanche 2 septembre : Journées chouannes à Chiré en Montreuil (86)

I-Grande-33727-journees-chouannes-2018-les-1-et-2-septembre-quels-moyens-pour-combattre-la-revolution.net.jpg

Venez nous retrouver

sur le stand de Synthèse nationale

En savoir plus cliquez ici