Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 13 juillet 2019

Il était épuisé depuis des années : il ressort très bientôt : "Salazar le regretté" du Jean-Claude Rolinat

2019 07 salazar pub.jpg

Pour l'acheter cliquez ici

15:44 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LES BRIGANDES DONNERONT UN CONCERT LE DIMANCHE 13 OCTOBRE À L'OCCASION DU "GRAND RENDEZ-VOUS BLEU BLANC ROUGE" DE SYNTHÈSE NATIONALE

2019 13 JNI BRIGANDES.jpg

RETENEZ DÈS MAINTENANT

VOTRE BILLET CLIQUEZ ICI

Diapositive1 copie 11.jpg

Le nouveau CD des Brigandes cliquez là

12:17 Publié dans 13 - Les 13e Journées de Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Clandestins africains, supporters algériens : la France à l’épreuve du multiculturalisme

safe_image.png

Communiqué de la Dissidence Française 

Plus de 700 immigrés clandestins, essentiellement des africains se proclamant « Gilets Noirs », ont envahi aujourd’hui le Panthéon à Paris pour exiger « des papiers et des logements pour tous ». Cette profanation fut soutenue par l’extrême-gauche, notamment par Ester Benbassa (EELV) et Cédric Coquerel (LFI), et s’inscrit dans une série d’actions menées par des associations immigrationnistes ces derniers mois (ciblant le quartier de la Défense en juin et l’aéroport de Roissy en mai).

Dans la nuit du 11 juillet, suite à la qualification de l’équipe d’Algérie en quart de finale de la CAN, ce sont les supporters algériens qui se sont appropriés les Champs-Élysées où des vitrines furent brisées, des magasins pillés, des véhicules incendiés et des policiers attaqués, tandis qu’à Montpellier un supporter algérien au volant de sa voiture a fauché une famille, tuant une mère de 42 ans et blessant grièvement son bébé d’un an – dont le pronostic vital est engagé – ainsi que sa fille de 17 ans. À Marseille, la police a dû faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser les quelques 6000 supporters des Fennecs qui s’étaient rassemblés sur le Vieux-Port.

Plus que de simples « incidents » – comme l’a déclaré Christophe Castaner – ces faits témoignent de la volonté de plus en plus affirmée d’une part croissante de la population immigrée d’occuper physiquement des lieux emblématiques de notre pays et de coloniser ces espaces symboliques par l’affirmation identitaire d’un communautarisme conquérant.

Face au laxisme judiciaire et migratoire, la Dissidence Française appelle au sursaut et propose 12 mesures d’urgence pour en finir avec le multiculturalisme et rétablir l’ordre dans notre pays :

  1. Rétablissement permanent des contrôles aux frontières, suspension des Accords de Schengen, abolition du droit d’asile et du regroupement familial ;
  2. Instauration immédiate de la préférence nationale, en réservant en priorité les offres d’emplois, de logements, de formations et d’allocations sociales aux Français et non aux étrangers ;
  3. Expulsion systématique des clandestins, des demandeurs d’asiles et des délinquants étrangers ou binationaux présents sur le territoire national ;
  4. Suppression de l’A.T.A., de l’A.M.E. et des allocations destinées aux clandestins et demandeurs d’asile ;
  5. Réforme du code de la nationalité, impliquant l’abolition du droit du sol et la réintroduction de la prééminence du droit du sang pour l’acquisition de la nationalité française ;
  6. Dissolution des associations immigrationnistes ou communautaristes et l’application des peines concernant l’aide au séjour irrégulier et l’emploi de travailleurs clandestins ;
  7. Interdiction des financements publics ou étrangers des mosquées et l’interdiction des associations liés aux réseaux islamistes internationaux ;
  8. Organisation sans délai d’une politique de remigration par l’aide au retour des immigrés dans leurs pays d’origine ;
  9. Application de la tolérance zéro dans les banlieues, lancement d’une guerre totale contre la drogue, les dealers et les trafiquants ;
  10. Rétablissement des peines planchers et suppression de l’automaticité des remises de peines ;
  11. Augmentation des moyens et les effectifs des forces de l’ordre ainsi que du nombre d’établissements pénitentiaires ;
  12. Instauration de la déchéance de nationalité pour les crimes et délits graves, notamment terroristes.

Pour la France et les Français d’abord !

La Dissidence française cliquez ici

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

00:24 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 12 juillet 2019

Xavier Moreau : Poutine proclame la mort de la pensée libérale

Consultant et spécialiste des pays de l'est, Xavier Moreau décrypte l'entretien au vitriol accordé par Vladimir Poutine au Financial Times.

Le président russe n'y va pas par quatre chemins. Il annonce la fin des idées libérales qui entrent en conflit avec les intérêts de l'écrasante majorité de la population. Il dénonce le programme occidental dans la gestion des migrants ou dans le soutien inconditionnel aux revendications homosexualistes.

Xavier Moreau révèle les arrière-pensées du chef de l'Etat russe et démontre le poids retrouvé de la Russie dans ce que l'on appelle communément "le concert des nations".

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

16:26 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Filip Dewinter prend, pendant quelques heures, la présidence du Parlement flamand

66360996_928239857519073_8273898936876400640_n.jpg

Le message adressé ce jour par Roland Hélie à Filip Dewinter :

Cher Filip,

Bravo et félicitations pour ton accession à la présidence du Parlement flamand. C'est une grande nouvelle pour toutes les forces de la résistance identitaire en Europe.. Une fois de plus, tu nous donnes la preuve que tout est possible. C'est exemplaire. Avec toute mon amitié.

Roland Hélie

16:00 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

C’est un crime d’Etat !

BG.jpg

Votre sentiment à l’annonce de la mort de Vincent Lambert ?

Vincent Lambert est mort de faim et de soif alors qu’il n’était pas en fin de vie et que ses pa- rents proposaient de le reprendre. C’est un crime d’Etat. Je suis triste pour tout ce que cela révèle de notre société. Je suis terrifié. Au-delà des principes moraux, ce qui est terrifiant est que ses parents proposaient de mettre Vincent dans d’autres institutions qui étaient prêtes à l’accueillir. Mais il y a eu volonté délibérée de tuer, non pas un malade en fin de vie, mais un handicapé. Il existe des cas de malades en phase terminale qui souffrent beaucoup : ce sont des cas limites mais où il est compréhensible que la sédation donnée pour alléger la douleur puisse hâter la fin. En tant que croyants nous savons que la vie humaine a une limite, et que le but n’est pas de la prolonger indéfiniment et dans n’importe quelles conditions. Mais dans le cas de Vincent Lambert, l’intention de tuer, délibérée, est effrayante. La société s’arroge le droit de s’approprier la vie comme elle le fait pour les enfants à naître et demain peut-être pour les personnes qui grèvent le budget de la sécurité sociale.

Que pensez-vous de la grande discrétion des évêques français qu’on n’a pas vus monter au créneau pour défendre cette vie ?

Leur silence est assourdissant. Je ne l’explique pas. Je m’explique de moins en moins les choses... Il faut parler aussi de l’hypocrisie des ...  Lire la suite dans le journal Présent du 13 juillet.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

 

15:37 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Qui a imposé la mort de Vincent Lambert et pourquoi ?

La rédaction du CHOC DE L’INFO tient à se joindre au combat mené par les parents de Vincent LAMBERT et s’associe à toutes les personnes de bonne volonté en qui demeure la détermination de faire éclater la vérité sur les circonstances tout autant que sur les enjeux de sa mise à mort.

Au-delà de la portée de la loi Leonetti/Claeys en matière d’officialisation de la pratique de l’euthanasie, il convient de s’intéresser plus précisément aux dessous de l’élaboration de cette loi à caractère mortifère.

C’est la raison pour laquelle l’enquête menée par le CHOC DE L’INFO révèle les véritables initiateurs de cette loi ainsi que les modalités par lesquelles le parlement français l’a entériné.

Le CHOC DE L’INFO par l’entremise de ce documentaire entend interpeller le spectateur en posant plusieurs questions :

1) Souvent avancé dans les médias le drame vécu par les deux parties de la famille LAMBERT constitue-t-il une justification valable pour conduire le corps médical à l’arrêt des soins prodigués à Vincent ou au contraire existe-il un motif soigneusement dissimulé ?

2) Comment, sous prétexte de mettre fin à un acharnement thérapeutique, la vie d’une personne handicapée ne présentant aucun signe d’agonie et ne pouvant être qualifiée de mourante a-t-elle pu être interrompue ?

3) Qui a intérêt à vouloir la mort de Vincent LAMBERT et pourquoi ?

4) Derrière la pratique de l’euthanasie se cachent des enjeux peu avouables. Toutefois les temps semblent mûrs pour l’avènement de ces enjeux. Quels sont-ils ?

CHAPITRES DU DOCUMENTAIRE :

1. ONU : comprendre l’avis rendu par le CIDPH (08:39)

2. La loi Leonetti/Claeys expliquée par Jean Leonetti (13:24)

3. Qui sont les initiateurs de la loi Leonetti/Claeys ? (17:44)

4. L’euthanasie expliquée par Jacques Attali (39:15)

5. Les agents médiatiques au service de la culture de mort (43:47)

6. EPILOGUE : la mise à mort de Vincente Lambert – juillet 2019 – (1:01:33)

60194655_2377831335595418_7271343653186961408_n-1050x600.jpg

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

14:40 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

jeanmarielepenbannieresite.png

12:59 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LES HYENES DE L’ANTI-FRANCE ! 

safe_image.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Des scènes d’émeutes, il n’y a pas d’autres mots, ont entaché hier soir, notre pays.

Au prétexte que l’Algérie, - c’est donc leur VRAIE patrie ? -, s’est qualifiée contre la République de Côte d’Ivoire dans la demi-finale de la coupe africaine des nations de football, des masses de « jeunes », entre guillemets, brandissant des drapeaux verts et blancs, frappés du croisant et de l’étoile rouges, se sont rués à Paris sur des magasins, avenue de la Grande Armée et sur les Champs Elysées. Ils les ont pillés allègrement,  telles des hyènes se disputant une carcasse dans la brousse africaine !

Avenue des Champs Elysées, là où l’armée de la quatrième puissance nucléaire va défiler dimanche 14 juillet, ces hordes au départ festives, se sont muées en vols de sauterelles n’épargnant rien sur leur passage. Tout cela, la veille du lancement d’un sous-marin nucléaire d’attaque de nouvelle génération, à Cherbourg, en présence du président de la république. J’y vois là un signe fort, un symbole du déclassement de notre pays, une terrible régression, l’affichage d’une fausse grandeur, un marqueur de l’incapacité de la France, 1°) à mater des troublions, tout au moins lorsque ceux-ci ne sont pas des "gilets jaunes", car alors, là… 2°) à assimiler des peuples allogènes venus grand nombre apporter leurs bras pour les uns, bénéficier d’avantages sociaux pour les autres.

Il ne peut y avoir place, sur un même territoire, dans la même sphère juridique, pour deux légitimités, deux allégeances, et c’est valable à mon sens, pour TOUTES les communautés. Une fois de plus, disons-le, on ne peut être de Sparte et d’Athènes, de Florence ou de Rome. Il faut choisir ! En cas contraire, la porte est grande ouverte !

47690235.jpg

12:53 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

11:12 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Filip Dewinter, notre Ami de toujours, devient Président du Parlement flamand

dewinter-synthèse.jpg

La démission du président du Parlement flamand Kris Van Dijck entraîne l’arrivée du premier vice-président, le Vlaams Belang Filip Dewinter, au perchoir de l’assemblée. Une nouvelle victoire pour la résistance identitaire européenne.

Lire Le Soir de Bruxelles cliquez là

00:04 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 11 juillet 2019

Hugues Bouchu, délégué des Amis franciliens de Synthèse nationale, nous parle de Pierre-Joseph Proudhon et de son engagement identitaire...

23:29 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'émission "Synthèse" sur Radio Libertés de cette semaine avec Nicolas Gauthier, journaliste à Boulevard Voltaire

RL 122 2019 07 11 N GAUTHIER.jpg

 

 

 

Ecoutez

l'émission cliquez ici

19:04 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mysticisme et réalisme : les deux voies du discours populiste

zpage060-1024x507.gif

Bernard Plouvier

Grand Président Macron poursuit sa destruction à rythme accéléré des valeurs nationales, celles qui forment notre identité de Français, par opposition à la bouillie mondialiste et au pot-pourri multiracial (en anglais : le melting pot, variante sociologique du Chaudron des sorcières).

Il multiplie les lois liberticides, au nom de sa mystique tiers-mondiste et de l’exaltation des minorités. Il le fait, bien sûr, sans prendre l’avis du seul souverain de l’État : la Nation. Grand Président est l’Attila de notre Bien Commun et se donne même bonne conscience, estimant œuvrer pour l’avenir. Là encore, il ne précise pas s’il s’agit de l’avenir de la Nation française ou de celui des millions d’immigrés d’origine extra-européenne. À dire vrai, il lui est inutile de s’exprimer sur ce point : ses actes parlent pour lui.  

En Macronie, on ne réprime pas ou de façon exceptionnelle l’omniprésent racisme antiblancs, mais les hystériques font leurs crises de nerfs au moindre tag dit « antisémite » (alors qu’on n’en connaît généralement pas la provenance) ou à la moindre remarque sur le ridicule des travestis. Parallèlement, on assume pleinement la très antidémocratique discrimination positive et les manifestations répugnantes de prévarication (l’actualité en fournit des exemples de façon quasi-hebdomadaire), de copinage maçonnique et de favoritisme ethnique.

À cette mystique faisandée, il est indispensable d’opposer une véritable mystique nationale. Puisqu’après tout, la politique fait surtout appel à l’irrationnel, à cette mentalité pré-logique qui n’est nullement l’apanage des « primitifs ».

Encore ne faut-il pas se tromper de mystique : on ne peut opposer la religion chrétienne au culte des droits de l’homme. La seule mesure positive du « régime abject » qui suivit l’affaire Dreyfus fut de séparer nettement l’État des cultes et des sectes, même si l’islamo-pétrodollar a beaucoup modifié les règles du jeu depuis trente ans et si la Ripoublique reste une chasse gardée du Grand-Orient.

Le discours très réaliste, sur l’immigration-invasion et la certitude mathématique d’un remplacement de population dominante sur le sol français, doit être couplé à l’évocation de nos valeurs propres, en un mot à la mystique nationale, comme Poutine le fait avec succès en Russie ou comme le font les Turcs avec leur mouvement pantouranien.

Les froids raisonnements et les savants calculs n’ébranlent pas les foules, à la différence de l’émotion. Rien ne nous empêche de rêver d’une France rebâtie en mêlant la technologie moderne à notre culture française, aux indispensables réformes démocratiques (l’égalité de tous devant la loi, la lutte contre la pourriture politico-administrative, l’instauration d’une authentique liberté d’expression d’où seraient bannies seules la pornographie et la calomnie) et au nécessaire retour vers leurs continents d’origine des millions d’extra-européens qui n’ont rien à faire en Europe.

Mélanger le rationnel à l’irrationnel, c’est le B – A - BA de la propagande politique. Pour l’instant, seuls les écolo-verdâtres et les partisans du libéralisme dur le font avec succès, utilisant les ficelles de la plus basse démagogie : diabolisation de l’ennemi et promesses à la pelle pour les gogos.         

Rien n’empêche le milieu populiste de faire une bonne propagande : honnête et dépourvue de crainte, ne proposant que des mesures saines et applicables. Pour cela, il faut des êtres prêts à l’action une fois conquis démocratiquement le pouvoir. Surtout pas des opportunistes cherchant un « créneau porteur » !

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

17:00 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI 11 JUILLET : NICOLAS GAUTHIER, JOURNALISTE À BOULEVARD VOLTAIRE, INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS

RL 122 2019 07 11 N GAUTHIER.jpg

LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

12:47 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Assassinat de Vincent Lambert : les réactions d'indignation se multiplient...

66268125_1989585471147124_1689871714588033024_n.jpg

Depuis 11 ans, Vincent Lambert était, disait-on, "en fin de vie"... Ce matin, les tenants de la pensée dominante doivent être satisfaits, ce "malade encombrant qui n'en finissait pas de mourir" n'est plus. Sa "fin de vie" aura tout de même duré 11 années... Ils sont soulagés car une décision de justice suivie d'un geste criminel leur a enfin donné raison... Ils peuvent partir tranquillement en vacance, la voie est libre pour la légalisation de l'euthanasie...

Synthèse nationale

De nombreuses réactions nous sont déjà parvenues :

La Fraternité St Pie X :

Lourdement handicapé à la suite d’un accident de la route survenu en 2008, la justice des hommes et une médecine oublieuse du serment d’Hippocrate ont estimé que sa vie ne valait plus rien, et que lui prodiguer les soins les plus élémentaires – l’alimentation et l’hydratation – constituait une obstination déraisonnable, autrement dit un acharnement thérapeutique.

Malgré de nombreuses démarches et un combat héroïque avec leurs avocats, les parents de Vincent Lambert pleurent aujourd’hui leur fils, victime d’une euthanasie active, véritable assassinat déguisé.

« La mort de Vincent (…) lui a été imposée à lui comme à nous. (…) Nous ne pouvons que nous résigner dans la douleur, l’incompréhension, mais aussi dans l’Espérance », écrivaient-ils peu avant cette mort.

La rédaction de FSSPX.Actualités présente ses profondes condoléances à ces parents si éprouvés.

Donnez-lui Seigneur le repos éternel, et que votre lumière luise à jamais sur lui.

Jean-François Touzé :

Dieu ait son âme. Dieu jugera ses assassins.

Academie Christiana :

La mort de Vincent Lambert est notre défaite comme nation, civilisation et personne, fruit de notre démission face à notre histoire, nos blessures et notre égoïsme. Il est face à Dieu, nous sommes face à nous-mêmes. Qu’il repose en paix.

Le Parti de la France :

Suite à la décision d'un juge sous la pression de la caste politico-médiatique et de médecins fous, Vincent Lambert, handicapé tétraplégique, a été condamné à mourir par dénutrition et déshydratation contre l'avis de ses parents qui ont tout fait pour éviter cet assassinat. Après 10 jours d'agonie, il a rejoint le seigneur ce matin.

Ceci ouvre la voie à une légalisation de l'euthanasie, tant voulue par les loges maçonniques, qui ne tardera sûrement pas et donnera bien évidemment lieu aux mêmes dérives que pour l'IVG (220.000 avortements par an) utilisée par « confort » dans plus de 90 % des cas.

Le Parti de la France rappelle sa volonté de protéger la vie, de la conception jusqu'à la mort naturelle, et d'inscrire ce principe dans la Constitution.

Bruno Gollnisch :

Vincent Lambert est mort. De faim et de soif. Alors qu’il n’était pas en fin de vie, et que ses parents proposaient de le reprendre. Crime d’État. Je suis triste pour tout ce que cela révèle de notre société.

L'Action française :

C’est fini. Vincent Lambert est mort, et toute notre société a honte – ou devrait avoir honte.

Elle devrait avoir honte car il y a eu un acharnement procédurier inexplicable sinon par la volonté de faire un exemple. Oui, en France, depuis plusieurs années, on a décidé que Vincent Lambert devait être l’exemple de la miséricorde républicaine. C’est-à-dire qu’on a expliqué qu’il était un légume, qu’on l’a privé des soins auxquels il avait droit, qu’on a persécuté et diffamé ses parents et, enfin, qu’on l’a tué.

Voilà qu’on touche enfin du doigt la réalité de l’euthanasie : des médecins, des experts et des juges ont décidé qu’un malade devait mourir après avoir été traité comme un chien, enfermé dans sa chambre comme aucun prisonnier n’est détenu en France, parce que ce malade, pour eux, n’avait plus de dignité – alors que ce sont eux qui l’ont déclaré et rendu indigne des soins qu’on distribue aux autres malades dans son cas, indigne d’être transféré dans un service de soins palliatifs où il aurait pu mourir vraiment accompagné. Des médecins jugent désormais que droguer, affamer et assoiffer un homme, c’est soutenir la dignité des bien portants, au nom du Progrès.

La France a donc donné le spectacle d’un appareil d’État, justice, santé, administrations et police (car on mobilisa les policiers pour bien s’assurer que le condamné serait exécuté), tout entier tourné vers un but : faire mourir l’innocent, le proclamer, et insulter ses défenseurs.

Quant aux Français dont on nous dit que leur soutien à l’euthanasie est de plus en plus affirmé, ont-ils réfléchi qu’ils étaient eux aussi, pour beaucoup, des faibles et des incapables aux yeux du pouvoir – dont les soutiens n’hésitaient pas à les insulter et même à demander qu’on leur tire dessus ? Se rendent-ils compte que répondre “oui” à un sondage conduit parfois à des lois qui les conduiront à la mort ?

Voilà donc où en est rendue la France : à affirmer que l’assassinat est bon, à affirmer que la dignité ne réside que dans la capacité, à affirmer que la puissance publique a pour mission d’éliminer les faibles. Vertigineux progrès.

Comme tant d’autres Français, l’Action Française regarde ce lit vide. Elle mesure combien la suppression d’un compatriote en raison d’un accident dont il ne se remit pas complétement est le signe d’une victoire de la barbarie sur la raison, de l’idéologie sur la politique naturelle.

Ce lit vide est une fosse béante dans laquelle la start-up nation est prête à faire basculer tous ceux qu’elle réprouve, handicapés, déments séniles ou simplement gens usés par la vie, comme en Belgique. La politique répond parfois à des lois : quand une idéologie tue l’Homme, elle ne cesse de tuer ses semblables. Aux mêmes causes, les mêmes effets.

L’Action française présume que la représentation nationale brandira demain le cadavre de Vincent Lambert pour justifier sa légalisation de l’euthanasie. La République, c’est Créon. Et Créon, c’est la mort.

Robert Ménard, maire de Béziers :

Le cas Vincent Lambert doit nous faire réfléchir. Sur la liberté individuelle. Sur la vie. Tout cela est complexe. Philosophique. Anthropologique. Les prises de position radicales n'ont ici aucun intérêt. Notre société a besoin d'apaisement sur ce sujet fondamental.

Michel Houellebecq :

Pour l’écrivain qui vient de publier sur le site du quotidien Le Monde cliquez ici une tribune, rien ne justifiait l’arrêt des soins de l’ex-infirmier, mort jeudi après onze ans d’état végétatif. Vincent Lambert est mort pour l'exemple, il a été victime d’une surmédiatisation et d’une forme d’ingérence de l’Etat.

Civitas, Alain Escada :

Ce jeudi matin, Vincent Lambert est mort dans sa chambre d’hôpital. Qu’il repose en paix. Prions pour lui et pour sa famille.

La mort de Vincent Lambert ce matin est la conséquence directe du totalitarisme démocratique imposé par la républiquemaçonnique et qui décide qui peut vivre (par exemple le violeur, l’assassin, le terroriste, tous protégés par la justice moderne) et qui doit mourir (par exemple un handicapé comme Vincent).

La mort de Vincent Lambert, décidée à la requête de l’Etat, est la mise en application d’une pensée eugéniste et marchande, véhiculée par les loges maçonniques et entretenue par Jacques Attali.

La doctrine catholique veut qu’un Etat qui s’en inspire se soucie des plus faibles, avec charité et justice.

A l’inverse, la logique maçonnique eugéniste et marchande considère que celui qui n’est plus ni producteur ni consommateur ne mérite plus de vivre. C’est cette voie qu’a choisi de suivre le gouvernement d’Emmanuel Macron. La boîte de Pandore est ouverte. Nul ne peut prédire qui sera le suivant et jusqu’à quel point s’allongera la liste.

L'AGRIF :

Vincent est mort, tué par raison d’État et par un médecin qui a renoncé à son serment d’Hippocrate. Cette cathédrale d’humanité qui brûlait depuis une semaine sous nos yeux impuissants s’est effondrée. Il n’aura été tenu aucun compte de la dignité de cet homme handicapé, condamné parce que handicapé.

Car la première dignité, c’est le respect de la vie d’une personne. 

C’est un peu de notre humanité à tous qui s’en est allée aujourd’hui, tant cette faute ignoble qui ébranle les fondements de notre droit et de notre civilisation rejaillit sur nous tous.

L’heure est au deuil et au recueillement.  Il est aussi à la méditation de ce crime...

11:30 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La République m'a tuer...

gk6fp_9d_400x400-460x360.jpg

Vincent est décédé à 8h24 ce matin au centre hospitalier de Reims.

Qu’il repose en paix.

10:21 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 10 juillet 2019

Vincent Lambert : cette fois c'est terminé

d-9c422w4aag1bp.jpg

RDV ce mercredi 10 juillet à 20h devant Saint Sulpice pour une veillée pour Vincent Lambert.

Vincent est en train de mourir. La situation dans laquelle l’a mis le docteur Sanchez est désormais médicalement irréversible. Ces moments sont très douloureux pour tous.

L’heure est au recueillement, c’est pourquoi nous vous invitons à venir nombreux ce mercredi 10 juillet à 20h devant Saint Sulpice pour une veillée autour de Vincent et en union avec sa famille.

Jean Paillot et Jérôme Triomphe, avocats des parents de Vincent Lambert, prendront la parole.
Apportez des bougies.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

13:01 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Portrait-robot du dictateur qui vient...

wallpaper-3366363_960_720-845x475.jpg

Laurent Sailly dans Boulevard Voltaire

Peu à peu, les libertés reculent. La presse se voit convoquée par la DGSI afin d’y dévoiler ses sources. Le politiquement correct règne dans la plupart des médias audiovisuels, et particulièrement à France Télévisions et Radio France. Le législateur multiplie les lois restrictives à la liberté d’expression. La liberté de circulation est limitée par la simple volonté d’agitateurs minoritaires ou parce que votre voiture est trop vieille.

La culpabilisation règne en maître afin de clouer au pilori les contradicteurs de la bien-pensance. « Vous mangez trop gras, trop salé, trop sucré, pas assez bio. » « Vous consommez trop de viande. » « Fumer tue. » « Vous avalez trop de médicaments. » « Vous devez boire avec modération. » « Vous ne bougez pas assez. » « Vous triez mal vos déchets. » « Vous polluez votre planète. » Etc. Je vous laisse compléter la liste. La liberté de penser ou d’opinion est également attaquée. Plutôt que de contre-argumenter, on interdit : « Le racisme n’est pas une opinion » ; « vous ne devez pas avoir de pensées homophobes, sexistes, islamophobes… »

Ne serions-nous pas un peu en marche vers une dictature ? Et qui dit dictature dit dictateur. Je vous rassure, il ne viendra pas du parti présidentiel. Qui pourrait-il être ? Que pourrait être son portrait-robot ?

D’abord, une féministe !

Car il s’agira d’une femme, ou plus exactement d’une féministe dont la haine des hommes l’amènera à faire de ceux-ci des « êtres » de seconde zone. Après les épisodes de lynchage médiatique des hashtags « Balance Ton Porc » ou de « Me Too », plus question d’égalité homme-femme (je veux dire femme-homme…). Le mâle blanc est promis à la relégation.

Ensuite, une islamo-gauchiste !

Parce qu’« Elle », dans un premier temps, n’a pas fait le deuil de ses théories gauchisantes multiculturalistes. Ainsi, « Elle » ne se mettra pas en travers de la rue pour empêcher que la loi coranique s’applique et peut détourner le regards face aux comportements sexuels déviants (agressions sexuelles, viols) d’hommes de confession musulmane au motif des écarts de civilisation entre l’Europe et l’islam.

Évidemment, une égalitariste-collectiviste !

Pas question de différence de revenus entre femmes. Aussi, « Elle » impose le bon vieux collectivisme stalinien. Un seul mot d’ordre pour une seule tête : « Toutes pauvres mais toutes égalitaires. » C’est la fin du capitalisme, maux de toutes les discordes. « Elle » interdira même qu’il y soit fait référence même pour le diffamer.

Cela va sans dire, une prophétesse de l’écologisme !

L’écologisme, c’est la version extrémiste de l’écologie. À force de restriction, tous les véhicules à moteur finissent par être interdits. Les usines nucléaires sont fermées, ainsi que les usines hydrauliques et les éoliennes, à cause de leur consommation d’huile et de béton. « Elle » interdit toute production d’électricité.

Pour faire bon poids, une végane !

« Elle » interdit de consommer de la viande ou des produits d’origine animale. Même pour se nourrir ! Les « animaux sont des êtres humains comme les autres », pour reprendre la phrase mémorable d’une célèbre actrice française. Les droits de l’homme ont été supplantés par les droits et libertés fondamentaux de tous les animaux. Rapidement, la question des droits des animaux entre eux se pose et, en premier lieu, le droit des carnivores à dévorer leurs proies.

Et puis, une écologiste malthusienne !

Les enfants étant des facteurs de production de gaz carbonique, « Elle » instaure une politique draconienne de droit à l’enfant : un enfant par couple. Peu à peu, pour « sauver la planète », les plus fidèles de « Elle » (et les plus extrêmes) se feront stériliser.

Et pour finir, « the last generation » !

L’économie s’effondre. La production industrielle disparaît ainsi que la production agricole. Les administrés de « Elle » deviennent de simples cueilleurs. Les scènes de cannibalisme se multiplient. La famine, le manque d’eau potable, les maladies ne laissent que 10 % des plus jeunes et des plus vaillants des contemporains de « Elle » en vie.
La politique « anti-enfant » et la hausse de la mortalité infantile n’ont pas permis le renouvellement de la génération.

« Elle » disparaît, touchée par la maladie, avec SA dernière génération !

J’ai fait un cauchemar…

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

 
 

11:53 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

ÉNIÈME AFFAIRE TAPIE : LA « RELAXE GÉNÉRALE » NE VISE-T-ELLE PAS À PROTÉGER CHRISTINE LAGARDE ?

tapie-lagarde_5881753.jpg

Forum SI cliquez ici

Relaxé le 9 juillet, avec les félicitations de tous les gras médias, de l'accusation d'escroquerie en bande organisée, Bernard Tapie doit toujours 400 millions d'euros à l'Etat, à la suite d'une précédente condamnation dans l'affaire de l'arbitrage concernant le rachat d'Adidas par le Crédit lyonnais.

À ce jour, il n'a toujours pas versé un seul centime de ces 400 millions, ce qui est proprement scandaleux ! Ce Tapie, qui s'est enrichi en utilisant de l'argent public est emblématique de ces hommes d'affaires véreux qui prospèrent dans les antichambres de l'oligarchie cosmopolite qui exploite et trahit la France.

Tout comme est emblématique le cas de Christine Lagarde, également condamnée dans l'affaire de l'arbitrage, et qui est maintenant pressentie pour prendre la tête de la Banque centrale européenne. On peut d'ailleurs se demander si la relaxe « générale » d'hier ne visait pas d'abord à éviter un retour du cas Lagarde sur le devant de la scène, ce qui eût fait désordre dans le cadre de ses futures fonctions escomptées à la BCE : un tel coup tordu ne nous surprendrait pas, en effet, de la part de la justice républicaine, qui en a fait bien d’autres !

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

07:00 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 09 juillet 2019

Vincent Lambert : l’injustice infâme

3074819774fb07fc55d5f1c1cec38a81b3e11e39.jpg

Il a toujours été considéré que le supplice de la faim et de la soif était parmi les plus terribles. C’est pourtant celui qui va être infligé de nouveau – en toute légalité républicaine – à Vincent Lambert.  Mais par souci d’humanité peut-être, ou pour se donner bonne conscience, il sera placé sous sédation, au cas où le patient pourrait encore être sujet à la souffrance… ce qui ne fait aucun doute.  

Dans cette injustice poussée à l’extrême – le meurtre d’un innocent –, il reste encore et toujours l’espérance. A vue humaine, certes, l’on pourrait se décourager. Mais devant Dieu, il faut garder confiance. C’est lorsque tout semble perdu que, souvent, Il daigne agir pour montrer que le salut vient de Lui seul. Place donc à la prière pour Vincent Lambert. 

Mais nous devrons continuer à lutter contre les détracteurs du droit naturel, contre ceux qui représentent une justice qui se déshonore en voulant garder ce nom, car elle n’est rien d’autre que l’arbitraire d’une volonté humaine prométhéenne qui se prend pour Dieu. L’on supprime la peine de mort pour des hommes gravement coupables d’un côté, mais on la réintroduit pour des hommes innocents et sans défense. 

La conscience anesthésiée des bien-pensants de notre société hypocrite qui interdit les châtiments corporels pour les enfants, n’a pas d’hésitation pour faire mourir d’inanition un de ces « petits » dont parle Notre Seigneur et qui devraient faire partie de ceux que l’on protège avec le plus d’attention. De tels crimes attireront infailliblement sur leurs auteurs le jugement prédit dans l’Evangile : « Retirez-vous de moi, maudits, allez au feu éternel, qui a été préparé pour le diable et ses anges. Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire » (Mt 25, 41-42).

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

10:00 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les grandes impostures (4) : « Le Grand remplacement, c’est du complotisme ! »

grand-remplacement.jpg

Franck Timmermans
Membre du Bureau politique du Parti de la France
 
Commençons par un quiz puisque les jeux d’été arrivent, mais celui-ci n’est pas un jeu…
 
Qui a dit ? : « Il faut avoir le courage de dire que le problème de l’immigration est en partie aussi celui de l’Islam. Actuellement, à cause de son réveil religieux et de son essor démographique, le monde musulman a les moyens de ne plus tolérer les autres religions. C’est à Rome que va s’élever bientôt une mosquée colossale ! En France, la plupart des nouveaux lieux de culte sont musulmans (..) C’est moins une immigration qu’un transport de peuples ! ».
 
Vous avez 5 options : JM Le Pen – JP Stirbois – Dupont-Aignan – Renaud Camus – VGE.
 
La solution remonte au 9 juillet 1986 ! Dans un discours prononcé à l’Assemblée nationale lors de l’examen de la Loi Chalandon relative aux conditions d’entrée et de séjour des étrangers en France, le Secrétaire général du Front national, Jean-Pierre Stirbois évoquait pour la première fois les symptômes du Grand remplacement. Il ne s’agissait nullement d’un délire prophétique dû aux peurs millénaristes que dénoncer ait aujourd’hui Madame Le Pen, mais d’un avertissement fondé sur les faits et la logique. Et pour que les conditions d’une telle substitution progressive soient réunies en période de « paix militaire », précisons qu’il faut, entre autres :
  • Que la population étrangère soit très majoritairement jeune
  • Que sa natalité soit plus dynamique que celle de la population native
  • Que ses effectifs soient supérieurs à 10 % de la population active native
  • Que sa concentration soit géographiquement axée sur les agglomérations et organisée en communautés reliées les unes aux autres
  • Que sa population clandestine soit supérieure à 10 % de sa population recensée
  • Que la population étrangère ait accès à toutes les catégories d’emplois, déclarés ou non, et qu’elle développe parallèlement une autarcie économique
  • Que sa religion soit autorisée, ses lieux de culte favorisés et leur affluence garantie
  • Que la ou les religions autochtones soient minoritaires, divisées ou en décadence
  • Que la culture et l’information du pays soient perméables
  • Que la communauté nationale visée soit divisée, morcelée en minorités, sans cohésion
  • Que les postes militaires et fonctionnaires soient accessibles aux embauches
  • Que de nombreux natifs soutiennent aussi la mixité et que des associations de relais soient nombreuses et disposent de moyens et de subventions,
  • Que les financements de l’étranger soient autorisés dans le pays
  • Que les autres communautés étrangères soient divisées et minoritaires
  • Que la langue étrangère soit reconnue et puisse être enseignée
  • Que le recrutement et les conversions puissent être activés partout
  • Que les forces de sécurité du pays pénétré ne représentent pas plus de 20 % des effectifs de la population étrangère invasive.
  • Que le(s) pays d’origine dispose de réserves importantes en éléments jeunes de renforts.
Vous noterez qu’il est tout à fait inutile de se doter d’un parti politique spécifique pour une stratégie de conquête de ce type. Et que la plupart des paramètres sont déjà au « rouge ».
 
Il n’est donc pas besoin pour cela d’une armée ou d’un tsunami migratoire, dès lors qu’une diaspora solide existe, assistée par des autochtones collabos motivés par le « vivre ensemble ». Pour prendre Troie, Achille et Ulysse n’avaient que quelques dizaines d’hommes résolus pour se serrer dans la structure du Cheval. Mais ils pouvaient aussi compter sur la propagande locale qui ne manquerait pas de discréditer Cassandre ou éliminer Laocoon.
 
En 2019, la Présidente du RN ignore toujours l’histoire du FN, et s’enferre dans ses mensonges quand, en mars dernier, elle prétend ne pas connaître Renaud Camus. Les media ont tôt fait de prouver le contraire, photos à l’appui. Consternant.
 
Mais, bien plus graves étaient les affirmations de la Dame lorsqu’elle déclarait dès novembre 2014 « Le concept de grand remplacement suppose un plan établi. Je ne participe pas de cette vision complotiste ! ». On peut s’étonner de sa conception étroite du complot quand il s’agit du Pays alors qu’elle se lâche totalement quand il s’agit de purger son parti, mais bah !
 
Cette attitude fait surtout fi d’éléments essentiels à la compréhension même de l’immigration : la démographie, le communautarisme, l’Islam, la sécurité. Fi aussi de l’Histoire de la France et des périls qui sapent les civilisations, des leçons du passé. Madame Le Pen n’a eu de cesse de réduire dans son programme l’importance de l’immigration, comme l’a si bien démontré notre ami André Murawski dans un article paru en septembre 2018 sur Polemia. Si les scores récents du RN traduisent une stagnation certaine, c’est bien parce que militantisme et propagande ont déserté ce mouvement. Madame Le Pen se contente de surfer sur l’actualité des vagues de « migrants » et sur la planche des mesures de Salvini qui fait le « job ». Le RN vit aussi sur les acquis du FN alors que Marine Le Pen ne parle plus du tout des immigrés réguliers, installés intra-muros, régularisés ou clandestins. Pire, elle admet même que l’immigration est irréversible* ! Dès lors, on cherche ce qui la différencie d’un Pasqua ou d’un Chevènement qui jadis prétendaient régler le problème en régularisant tout le monde pour « remettre les compteurs à zéro » ? C’est le concept même d’identité que nie ou minore la Dame. Sans doute appartient-elle à la génération des attardés, totalement baignée de multiculturalisme grâce à une indigestion de pubs et de séries débilitantes où les quotas ethniques déforment chaque jour davantage la réalité française et son harmonie. La dame est dans le Système où elle joue un rôle scénarisé par les media et Macron ; elle s’y accroche, et comme une ado têtue, se représentera aux élections encore et encore. Entre-temps, la France aura changé selon les prédictions de François Hollande**, qui, lui, a compris ce qu’était le grand remplacement en cours. Grâce à Madame Le Pen, le combat national de demain pourrait donc consister à refuser aux immigrés le franchissement de la Loire, puisque son programme est lui aussi entré en décadence. Le RN est une fumisterie, un exemple de dérive incontinente. Il nous appartient au PDF de démasquer cette imposture.
 
La Le Pen n’a rien retenu du passé et rien compris de l’avenir. La dédiabolisation n’aura donc été qu’un leurre, la réalité est une standardisation aux normes du système. Le RN est incapable de défendre la France et les Français, et ce, même s’il était exonéré des fautes financières reprochées et des poursuites judiciaires en cours. Tout autre dirigeant ou directeur de campagne eût été limogé en d’autres temps. La rente dure depuis 20 ans. Nous, nous avons en charge une « extension du domaine de la lutte », pour la Vérité, comme dirait Houellebecq !
 
* Tribune libre de Gilbert Montagnol 4 juin 2018
** Livre « Un Président, ça ne devrait pas dire ça… » de G.Davet et F.Lhomme chez Stock

09:18 Publié dans Franck Timmermans | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RÉÉDITION : "BARDÈCHE ET L'EUROPE" DE GEORGES FELTIN-TRACOL

Diapositive1 copie 8.jpg

Bonne nouvelle : épuisé depuis plusieurs années, cet essai de Georges Feltin-Tracol, régulièrement demandé par nos lecteurs, est à nouveau en vente, Il vient en effet d'être réédité... Pour l'acheter, cliquez ici

08:59 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 08 juillet 2019

Europe : trocs et petites affaires entre amis.

TOUZÉ JF 4.jpgJean-François Touzé
Délégué national du
Parti de la France aux
Études et Argumentaires
 
En 2014, les principaux postes à pourvoir à la tête des institutions européennes, les fameux top jobs en novlangue mondiale, ne l’avaient pas été avant le mois d’août suivant les élections.
 
Cette fois-ci tout avait été fait pour que les décisions soient prises avant la première réunion du Parlement européen dans sa composition nouvelle afin de tenter de faire briller l’image d'une UE soudée et décidée à aller de l'avant.
 
Las… Si le calendrier fut bien respecté, la multiplication des réunions en forme d'impasses, les intérêts divergents de l’Allemagne, de la France et du groupe de Visegrad réunissant quatre pays d'Europe centrale dont la Hongrie, les oppositions de surface uniquement dictées par l'attrait des bonnes places, ont montré la réalité d'une Europe en miettes.
 
Pendant la campagne pour les élections européennes, les promesses n’avaient pourtant pas manqué d'une nouvelle donne et d'une volonté retrouvée. Au final, trocs et petites affaires entre amis ont retrouvé toutes leur place, malgré l'influence nouvelle des pays de l'est… Passe-moi la Rhubarbe, je te passerai le séné.
 
Sous réserve que le Parlement ratifie leurs choix les chefs d’États et de gouvernements qui composent le Conseil de l’Europe ont, au bout d'interminables négociations, abouti comme d'habitude à un compromis et à une répartition consciencieusement dosée des postes non pas entre Nations – le patriotisme pour ces gens-là est une affaire très subalterne – mais entre gens de bonne compagnie, partageant tous la même vision planétariste, financiariste et libre-échangiste.
  • Ursula von der Leyen sera donc la nouvelle présidente de la Commission. Totalement acquise à la cause fédéraliste, elle qui, voici quelques mois appelait à la création des États-Unis d’Europe, l’ancienne ministre allemande de la défense est pourtant durement contestée dans son pays du fait d'une série de scandales qui ont éclaboussé la Bundeswehr et son ministère : matériel obsolète, sous-investissements, experts surpayés, opacité budgétaire… Si bien que le verdict des Allemands est sans appel : selon un sondage récent du quotidien Bild, elle est considérée comme l'une des deux ministres les moins compétents du gouvernement. Cela n’a pas empêché Emmanuel Macron de la soutenir tandis qu’Angela Merkel considérait que cette nomination était celle du moindre mal.
  • Charles Michel, quant à lui, sera un président du Conseil arrangeant et accommodant comme il sied à un libéral et comme il a pu en faire la démonstration à la tête du gouvernement belge où il sut pratiquer avec zèle l’art du compromis et de la compromission.
  • Le social-démocrate Josep Borrell, actuel ministre espagnol des Affaires étrangères, Catalan fervent, prendra la suite de l’Italienne Federica Mogherini à la tête de la diplomatie de l'UE, c’est-à-dire à la tête du néant.
  • Avec Christine Lagarde, enfin, nommée malgré sa condamnation (avec dispense de peine) dans l’affaire Crédit lyonnais/ Bernard Tapie, la France macronienne sauve ce qui pour elle était l'essentiel : la continuité de la politique de Mario Dragui des taux d’intérêt zéro et des QE (« quantitative easing »), vaste programme de rachats d'actifs destiné à éviter à la zone euro de sombrer dans la crise ; une continuité que l’hypothèse de la nomination de l’actuel président de la banque fédérale allemande Jens Weidmann ne garantissait nullement, c'est un euphémisme, lui qui s’est toujours élevé contre le laxisme de Dragui. Avec Christine Lagarde la France pourra continuer de s'endetter sans frais et de vivre à crédit en attendant que ne sonne, un jour ou l’autre, l'inévitable fin de la récréation. Les marchés ont, quant à eux, salué cette nomination en soulignant que le manque d’expérience de Christine Lagarde en matière de gestion d’une banque centrale était largement compensé par son profil politique accommodant. Euphémisme pour servilité.
On notera que Les Républicains ont réagi très favorablement, à l’unisson de La République En Marche, a ces nominations, saluant particulièrement celles de « deux femmes courageuses et compétentes » selon le mot de Jean Léonetti président par intérim.
 
Même consensus et même entre soi au parlement lors de l’élection de son président. L’accroissement du nombre de députés nationaux, identitaires ou populistes n’aura rien changé. Atomisés en trois groupes distincts dont Identité et Démocratie où siègent les élus RN et ceux de la Lega, ils n'obtiennent aucune des vice-présidences ni aucune des présidences de commissions qu'avait pronostiqué Marine Le Pen lors d’une conférence de Presse à Bruxelles le 13 juin. Malgré les gages donnés au Système et malgré les reniements, le cordon sanitaire est toujours là.
 
L’élection du socialiste italien David Sassoli à la présidence du Parlement de Strasbourg, avec la bénédiction de la prétendue droite PPE et des libéraux, est, à elle seule, emblématique du clivage absolu qui est désormais la marque de l'Europe : d'un côté les défenseurs des nations identitaires, partisans d'une Europe des États, une Europe politique, indépendante et volontaire, et de l’autre, solidaires déterminés à défendre leurs places et leur vision, les tenants du totalitarisme mondialiste, de l'immigrationnisme et du libre-échangisme destructeur.
 
La grande Europe vient encore de reculer de plusieurs cases.

11:53 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Meurtre avec préméditation !

d-zdnotwkaa6h2i.jpg

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

 
 

09:41 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 07 juillet 2019

UNION EUROPEENNE : ARRANGEMENTS INCESTUEUX ENTRE PETITS AMIS !

550px-European_Parliament_Strasbourg_Hemicycle_-_Diliff.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Les arrangements entre  petits amis semblent avoir pris fin à Bruxelles, chacun ayant trouvé ou retrouvé son beefsteak, son rond de serviette à la table de l’UE après le désormais traditionnel petit exercice de « chaises musicales ». L’ami des alcools forts quitte la tête de la Commission pour rejoindre son confetti luxembourgeois, remplacé par dame Ursula Von der Leyen, ministre allemand de la Défense, un temps pressentie pour succéder à Angéla Merkel. Christine Lagarde pourra continuer à défendre les puissances d’argent à la tête de la BCE comme elle l’a fait au FMI, le Belge Charles Michel remplace le Polonais Tusk, un libéral part, un libéral arrive, RAS ! Le socialiste espagnol Josep Borrell devient le « monsieur affaires étrangères » de l’Union, un poste qui ne sert a à rien, puisque chaque Etat membre, - et c’est encore heureux ! -, a sa propre politique étrangère. Tout juste une coordination sur certains dossiers serait souhaitable, car les Etats sont des monstres froids qui ont des intérêts qu’ils n’entendent pas, à raison, partager. En tout cas, c’est comme cela que ça devrait fonctionner dans une libre Union d’Etats souverains.

Mais nous avons vu que dans l’affaire iranienne, quoique l’on puisse penser de mal de la clique islamiste au pouvoir à Téhéran, l’Europe s’est couchée devant Trump : Adios nos investissements, adios le business pétrolier et les commandes d’automobiles !

Une entente incestueuse

Le signe le plus manifeste de l’entente contre nature  entre les conservateurs du PPE, c’est à dire tout ce que l’Europe compte comme élus de la droite molle, - dont le jeune espoir des beaux quartiers et des dames patronnesses Versaillaises Bellamy -, et les socialistes, a été l’élection du camarade David Sassoli comme Président du Parlement européen. Les Populistes, identitaires et autres nationalistes ou eurosceptiques n’ont pas connu, hélas, une assez forte poussée dans leurs pays respectifs, même si en France, -  et encore -, ou en Italie, les scores ont été honorables. Chacun siège dans son groupe, pas d’union : Nigel Farage et ses «  Brexiteurs » s’en iront, probablement, fin octobre, les Hongrois du FIDESZ de Viktor Orban s’accrochent au PPE, ce dernier groupe trop content de « niquer », pardonnez-moi l’expression, les groupes nationalistes et de les amputer d’une bonne dizaine de parlementaires. Pas de quoi pavoiser pour les partisans, comme nous, d’une Europe des nations, d’une Europe des patries, d’une Europe à la carte où chaque pays membre choisirait, souverainement, le degré d’intégration qu’il est prêt à consentir à l’Union européenne.

Etait-ce mieux avant ?

Qui est ce David Sassoli, dont je viens d’évoquer le nom à l’instant ? Ce monsieur est un journaliste connu de la RAI, marqué à gauche, l’anti-Salvini parfait. Lequel Mattéo Salvini, une fois de plus, vient de s’illustrer en faisant arrêter la capitaine d’un bateau pirate, le Sea Watch 3, recueillant tout ce qu’il est possible de ramasser comme pseudos naufragés dans les eaux libyennes. Bien entendu, Macron s’est cru obligé de prendre une bonne poignée de ces faux naufragés mais vrais migrants. Lesquels viennent s’ajouter à la masse d’immigrés subventionnés que la France héberge. Il n’est que de se promener dans certains quartiers de Paris ou dans la France profonde, dans des petites villes comme la mienne, pour constater que notre pays, qu’on le veuille ou non, s’africanise, lentement mais sûrement.

Où est-il le temps des colonies, le temps glorieux de l’Empire où tous ces peuples vivant sous le pavillon tricolore, avaient, à juste titre, droit de cité ? Au moins, à cette époque, la France contrôlait les flux migratoires internes de son espace géopolitique. Mais assez de nostalgie, car je parle d’un temps que les moins de soixante ans n’ont pas connu ! Laissons de côté le fameux « c’était mieux avant » et constatons, à regrets, que les relations franco-italiennes ne s’améliorent pas ! Macron est un immigrationniste convaincu, un serviteur du mondialisme apatride, Salvini tout le contraire. Ces deux-là sont faits pour être les étendards de deux visions du monde, de deux espérances contradictoires pour l’avenir de leurs peuples respectifs. Malheureusement pour nous, pour l’instant, nous sommes du mauvais côté, « du côté obscur de la force » !

Si la nature avait voulu donner comme un signe à cet antagonisme profond entre les deux sœurs latines, il n’est qu’à voir, comme un symbole,  les énormes glissements de terrain qui ont coupé l’axe ferroviaire franco-italien au cœur des Alpes. De plus, quand on pense que la France officielle, qui bloque à Menton des hordes de migrants économiques pour mieux les laisser filer par la montagne, ose donner des leçons de morale à l’Italie, décidément, on se dit que ce pays, notre pays, marche sur la tête et, qu’à terme, il  faut changer, et vite, de dirigeants !

47690235.jpg

23:41 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Lagarde, le candidat idéal à la BCE pour accompagner l’effondrement du Système

1200px-women_in_economic_decision-making_christine_lagarde_8414041294-845x475.jpg

Marc Rousset

17,8 % de hausse pour le CAC 40 depuis le 1er janvier 2019. L’AMF, gendarme de la Bourse de Paris, redoute une correction sur les marchés financiers : « Le ralentissement économique et les incertitudes politiques » sont toujours présents et l’extrême faiblesse des taux qui laisse peu de marge de manœuvre aux banques centrales incite à l’endettement avec risque accru d’insolvabilité.

Les mauvaises nouvelles en économie, suite aux actions correctrices des banques centrales, deviennent de bonnes nouvelles pour les boursiers, et inversement. Le monde boursier marche sur la tête. C’est ainsi que la bonne nouvelle de 224.000 emplois créés aux États-Unis, alors que l’attente était de 160.000, a fait très légèrement reculer, ce vendredi 5 juin, le CAC 40, le Dow Jones, le NASDAQ et le S&P. Tout comme Trump, les boursiers se réjouissent des taux d’intérêt bas générateurs de profits et d’un dollar faible qui permet d’exporter davantage.

Lagarde arrive à la BCE avec la réputation d’une colombe habile, politicienne qui sait bien naviguer, toujours bien orientée dans le vent. Elle est entrée dans la combine Tapie pour plaire à Nicolas Sarkozy et a réussi le tour de force d’être condamnée (pour négligence) sans être condamnée car la cour avait jugé que sa réputation internationale plaidait en sa faveur. La réalité, c’est que Lagarde a un simple vernis en économie, suite à ses fonctions en France et à la tête du FMI, mais fondamentalement, c’est une juriste qui s’appuie sur l’avis de ses collaborateurs car elle n’a aucune formation en économie, aucune expérience dans les politiques monétaires et n’a jamais dirigé une banque ou le moindre service bancaire opérationnel. Lagarde, c’est l’anti-Benoît Cœuré, Français hyper compétent, membre actuel du directoire de la BCE, qui a la malchance d’être un homme – nouvelle maladie du siècle.

Lagarde ne fait que confirmer la politisation et la perte d’indépendance de la BCE face au tsunami financier qui se prépare à l’horizon. Lagarde sera, en fait, la responsable de la communication de la BCE pour bien-pensants. Les banques centrales sont prises au piège des taux négatifs et des assouplissements quantitatifs à gogo. Sa mission consistera à endormir les foules, accorder des prêts LTRO aux banques italiennes insolvables, poursuivre la politique laxiste monétaire actuelle jusqu’à ce que tout explose. Lagarde a tout à fait sa place au milieu des absurdités de la théorie monétaire moderne.

Lagarde va imprimer de plus en plus de monnaie avec, comme contrepartie à l’actif de la BCE, le rachat d’obligations pourries des États, des banques et des entreprises en Europe. Lagarde va exceller à repousser l’explosion, mais elle sera le dos au mur, complètement désarmée si, malgré tout, la récession s’accroît dans le monde.

On risque, en fait, d’assister à un schisme au sein de la zone euro. D’un côté, les partisans de la baisse des taux d’intérêt négatifs de dépôts par les banques à la BCE de -0,4 % à -0,5 %, la reprise de l’assouplissement quantitatif au premier trimestre 2020. De l’autre côté, l’Europe du Nord et l’Allemagne, dont la dette publique est inférieure à 60 % du PIB, mais aussi tous les épargnants européens laminés et spoliés par la baisse des taux, ainsi que les banques européennes dont les marges sont tout autant laminées avec la politique des taux zéro. Chaque émission de monnaie supplémentaire par Mme Lagarde devra être considérée comme une destruction supplémentaire de la valeur de la monnaie euro, un baril de poudre supplémentaire susceptible d’exploser le jour J ! L’économiste de renom Jean-Luc Ginder, dans Le Huffington Post, n’a pas hésité à parler d’« une crise à venir trente fois plus puissante qu’en 2008 ».

En 2011-2012, la Grèce empruntait à 33 %, contre 2,8 % aujourd’hui, l’Italie à 7 %, contre 1,85 % aujourd’hui, tandis que l’Allemagne et la France en quasi-faillite, avec un endettement du PIB à 100 %, empruntent à des taux négatifs pour la première fois de leur histoire. Tout cela se terminera par l’effondrement de la monnaie et du Système, la ruine des épargnants, Mme Lagarde étant toujours à la tête de la BCE après avoir simplement retardé le plus longtemps possible le moment de l’explosion.

23:34 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 06 juillet 2019

Une "Nuit blanche du roman noir" et un numéro hors-série de Présent pour l'été consacré au roman policier

polarsPrésent.png

Décidément, le polar revient à la mode dans les milieux nationalistes et identitaires et c'est sans doute une bonne nouvelle.

Jeudi dernier à Paris, à l'initiative des éditions Auda Isarn, était organisée une première "Nuit blanche du roman noir". Ce fut un vrai succès. De nombreux auteurs non conformistes étaient présents autour de Francis Bergeron et de Pierre Gillieth. Dans la salle, s'entassait un public attentif et passionné. Le moment fort de la soirée fut incontestablement l'intervention passionnante de l'académicien Jean Tulard sur l'histoire de la police sous le Premier Empire..

La réussite de cette première expérience prouve que l'offensive engagée depuis une vingtaine d'années par l'extrême gauche pour capter ce genre littéraire se retrouve désormais face à une résistance active de la droite d'idées.

Les éditions Auda Isarn, proches de la revue Réfléchir et Agir, ont lancé, il y a un peu plus d'un an, une magnifique collection intitulée Le Lys noir, justement destinée à publier des polars de droite. Déjà une dizaine de titres sont parus et cela pour le plus grand bonheur de tous.

Notons au passage que le stand de Synthèse nationale, installé à l'occasion de cette belle soirée, a bien "cartonné". Nous remercions ici nos amis d'Auda Isarn pour leur aimable accueil.

Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, cette semaine vient de sortir en kiosque un numéro hors série du quotidien Présent entièrement consacré au roman policier. Que du bonheur, ne le manquez surtout pas. 

S.N.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

5 juillet 1962 : le massacre d’Oran. Béziers se souvient...

menard-768x457.jpg

Le maire de Béziers, Robert Ménard, a rendu hommage vendredi aux victimes. Voici son discours que nous reproduisons entièrement, en le remerciant :

Hommages aux victimes du massacre d’Oran, le 5 juillet 1962. le discours de Robert Menard

Mesdames, Messieurs,

Oran. Jamais, je n’oublierai Oran. Jamais, je ne cesserai de parler d’Oran. Jamais, je ne me lasserai de dire et de redire ce qui s’est passé là-bas, qui était alors chez nous, le 5 juillet 1962.

Oran, le massacre d’Oran, est un avertissement. Un signal d’alarme. La chasse à l’homme européen, la chasse aux Français qui ont eu lieu ce jour-là sont un marqueur. Une borne. Un basculement. Oui, le 5 juillet 1962 à Oran montre qu’un monde peut s’effondrer en une journée.​

Nous sommes rassemblés pour qu’on n’oublie pas les centaines de victimes, les hommes, les femmes, les enfants de cet horrible après-midi. Oui, les centaines de victimes des terroristes algériens.

Égorgés en pleine rue, pendus, les yeux arrachés, les corps mutilés. Martyrisés aussi ces musulmans qui s’étaient « trop affichés » avec les Français.​ Pendant des heures, pendant de longues heures.​ Une éternité sanglante. Une éternité pendant laquelle l’armée française, présente à Oran, avec ses 18 000 hommes, a laissé faire, l’arme au pied. Un crime, une forfaiture, une ignominie. ​

Comment qualifier le général Katz qui commandait ces troupes le 5 juillet ? Comment exonérer cet homme qui a sciemment laissé massacrer les gens de son peuple ? Me concernant, je ne le pourrai jamais. Pas plus, je crois, qu’aucun pied-noir, qu’aucun patriote.​

57 ans plus tard, cela paraît si loin et si proche à la fois. Les images se mélangent : la guerre d’Algérie, les attentats du FLN, les islamistes du Bataclan, le camion de Nice, l’égorgement du père Hamel, le sacrifice du colonel Beltrame, les barbus dans nos rues, les salafistes qui nous narguent, les femmes voilées, le burkini en étendard. Aller et retour de l’histoire. Comme un cycle sans fin. ​

Signe des temps, la France a décidé d’oublier ce 5 juillet 1962 à Oran. Une page blanche dans notre histoire. Comme un aveu de notre faiblesse. Comme une preuve de notre lâcheté.​

On ne parle pas d’Oran à nos enfants dans l’école de la République. On chuchote seulement entre anciens d’Algérie, entre pieds-noirs, entre harkis. On chuchote le déferlement de barbarie, les tueries, les tortures. On chuchote ce qu’on devrait crier, hurler, tambouriner. Pour ceux qui n’étaient pas là. Pour ceux qu’il faut mettre en garde.

Le​ monde, notre monde est fragile. Comme une flamme qui peut s’éteindre par grand vent. Comme une flamme, une petite flamme, une toute petite flamme qui vacille, menacée d’être dévorée par l’obscurité qui gagne.

Les cadavres du 5 juillet sont encombrants, sont dérangeants pour tous ceux qui nous content la fable du « vivre-ensemble ». Oran est là pour nous rappeler que tout cela peut finir mal, très mal si nous baissons la garde, si nous reculons, si nous cédons, si nous nous résignons.

Se souvenir d’Oran, c’est se souvenir que la France est mortelle. Mais qu’elle vit en chacun d’entre nous, malgré le froid de nos morts, malgré nos mémoires en berne.

Le 5 juillet, mon père était sauvé par un vieil arabe qui, l’ayant reconnu, le fit descendre du camion qui l’aurait conduit à la mort. Aujourd’hui, je pense à lui, je pense à eux.

Vive l’Algérie française d’alors ! Vive la République ! Vive la France !

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

10:33 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La Dissidence française en route vers les élections municipales de l'an prochain

0-visu-municipales-df.png

COMMUNIQUÉ DE

LA DISSIDENCE FRANÇAISE

En 2020, les électeurs seront appelés à voter pour élire les maires et conseillers municipaux de leurs villes et de leurs villages.

Dans un contexte d’étranglement budgétaire et de regroupements forcés, les communes de France sont aujourd’hui en première ligne face au laxisme sécuritaire et migratoire, face à la crise de représentation politique et au déclassement économique.

Forte de la dynamique née de sa candidature aux élections européennes de mai dernier, la Dissidence Française s’engagera lors des élections municipales de 2020 en présentant des listes et en soutenant des candidatures individuelles. Il est temps de proposer une offre politique nouvelle aux Français, en présentant des candidatures nationalistes partout en France contre les partis du Système et leurs potentats locaux. Notre objectif est clair : faire entrer des élus nationalistes et identitaires dans les conseils municipaux et appliquer au niveau local des mesures de rupture pour faire de nos communes des citadelles de résistance au mondialisme libéral et le point de départ de la reconquête nationale, sociale et identitaire.

Dans cette nouvelle bataille, nous aurons besoin de votre soutien : la Dissidence Française est une organisation 100 % indépendante qui ne perçoit ni subventions publiques, ni ressources occultes. Nous ne pouvons compter que sur votre soutien pour nous aider à financer les dépenses électorales à venir et accroître ainsi nos chances de victoire.

La Dissidence française cliquez ici

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

10:25 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook