Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 février 2017

2017 : l’ère des révolutions

med2.jpg

Richard Dessens EuroLibertés cliquez ici

La Russie va commémorer le centenaire de la Révolution russe dont la première étape démarre en février 1917. La seconde, celle d’octobre voit la victoire des Bolcheviques et des Thèses d’avril de Lénine.

L’Histoire a des constantes entêtantes. Les siècles historiques ne correspondent jamais aux siècles calendaires. Leurs vingt premières années ont toujours été décisives. La guerre de 1914 et la Révolution russe marquent la fin du XIXe siècle et ouvrent la terrifiante modernité d’un XXe siècle meurtrier.

Petit rappel…

1117 : début du règne des Capétiens qui durera jusqu’en 1328. La période du bas Moyen Âge commence avec celle de l’instauration progressive de l’État.

1217 : après la victoire de Bouvines, Philippe Auguste devient le premier symbole d’une « nation » française en formation. Gengis Khan entame ses conquêtes prodigieuses jusqu’à la Russie, dernier rempart de l’Europe du XIIIe siècle.

1317 : mort de Philippe le Bel en 1314, et début de la fin des Capétiens directs avec les courts règnes désastreux des « Rois maudits », puis de la guerre de Cent Ans.

1417 : fin du règne calamiteux de Charles VI le Fou et réunification de la Papauté avec la fin des antipapes d’Avignon.

1517 : Martin Luther placarde ses « 95 propositions ». C’est le début d’un siècle de bouleversements religieux et politiques sans précédents en Europe.

1617 : après 1613 qui voit l’élection des Romanov en Russie pour trois siècles, la noblesse française entame un processus de Fronde contre un pouvoir central qui la dépouille peu à peu de ses pouvoirs locaux.

1717 : fin du règne de Louis XIV en 1715 et commence la propagation du Siècle des prétendues « Lumières » qui aboutit à la Révolution bourgeoise de 1789.

1817 : Napoléon déchu et signature du Traité de Vienne. Une nouvelle ère s’ouvre sur un XIXe siècle qui révolutionne l’Europe jusqu’à la déflagration de 1914 et la fin d’un monde.

Les entames des siècles façonnent depuis toujours un monde nouveau avec des bouleversements majeurs. C’est ce que nos « années 2017 » nous montrent encore une fois : réveil de la vieille Russie, Brexit, élection inouïe de Donald Trump aux USA, poussées sans précédent des « populismes » en Europe, problématiques religieuses et civilisationnelles posées par l’Islam radical notamment, puissance gigantesque d’une Chine inquiétante, bref, tous les ingrédients d’un changement fondamental politique, sociologique, religieux, sont rassemblés en cette année 2017 symbolique. Année de tous les dangers, année de tous les espoirs.

Il faut être un doux rêveur ou un dangereux idéologue humaniste pour ne pas voir la réalité qui nous entoure et continuer à faire avec les logiciels de la politique issus de 1945 pour les uns, ou à vouloir faire passer leur extrême humanisme pour une modernité révolutionnaire pour d’autres.

Le mot « révolution » est revenu pourtant à la mode d’une manière ou d’une autre : Mélenchon, Macron, Bayrou l’emploient avec leurs propres significations, banalisant le mot en le vidant de sa substance. Lorsqu’on nous dit qu’il est impossible de faire autrement que de sacrifier aux oukases de la mondialisation, de l’Europe financière de la BCE, du FMI, de l’économie libérale, de la DUDH (Déclaration universelle des droits de l’Homme) et autres psalmodies politiquement correctes, il faut se rappeler qu’en Russie en 1917, on a fait autrement, dans un monde ultra-capitaliste ; que les envahisseurs barbares ont fait autrement en 410 lors du saccage de Rome ; que Danton et Robespierre ont fait autrement en 1793. Toujours au prix d’un bain de sang. Mais laisser une politique de renoncement ouvrir un champ libre à ceux qui veulent notre destruction, c’est choisir un autre bain de sang. Il faut garder l’initiative de la force si on ne veut pas se la faire imposer, comme des moutons menés à l’abattoir en bêlant.

On pourrait multiplier les exemples où la force l’a emporté sur un Droit pleutre et dépassé. Lorsque le Droit ne remplit plus son rôle protecteur des valeurs d’un monde, alors une force le balaie et crée de nouveaux droits.

09:53 Publié dans Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.