Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 octobre 2018

Chômage : Non ! On n'a pas tout essayé.

le-taux-de-chomage-des-hommes-a-depasse-celui-des-femmes-en-2013-mais-ces-dernieres-sont-restees-plus-touchees-par-le-temps-partiel-et-le-sous-emploi-selon-une-etude-de-l-insee_5114212.jpg

Jean-François Touzé,
Membre de la Direction du Parti de la France
 
François Hollande avait fait de l'inversion de la courbe du chômage la condition sine qua non d’une candidature à sa réélection à la Présidence de la République. On sait ce qu'il en advint.
 
Emmanuel Macron, quant à lui, promettait solennellement, il y a un peu plus d'un an, de faire passer le chômage sous la barre des 7 %. C'est bien mal parti…
 
Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A (sans activité) a, en effet, augmenté de 16 400 personnes au troisième trimestre, pour atteindre 3,7 millions, selon les chiffres trimestriels publiés jeudi par le ministère du Travail. Au deuxième trimestre, la hausse avait déjà été de 0,1 %.
 
Certes, sur l'année, la tendance reste à la baisse (-1 %). Mais il ne faut voir là que l'effet mécanique du vieillissement de la population et de la réduction conjointe du nombre d'actifs. Au total, si l'on tient également compte des personnes qui ont une activité réduite (catégories B et C) et celles qui ne sont pas tenues de chercher un emploi (catégories D et E), le nombre d'inscrits s'établit à 6,6 millions de personnes. Ces mauvais résultats ne sont pas une surprise. Ils résultent du tassement de la croissance économique qui a progressé de seulement 0,2 % au premier et deuxième trimestre. Ce phénomène s'est fait sentir sur le nombre de créations nettes d'emplois dans les secteurs public et privé, qui a atteint 12 500 entre avril et juin, selon les derniers chiffres de l'Insee publiés en septembre. Soit quatre fois moins qu'au premier trimestre. Et l'institut officiel table sur un ralentissement conséquent de l'emploi sur l'ensemble de l'année, avec seulement 129 000 créations nettes, contre 342 000 en 2017.
 
Signe particulièrement inquiétant de la dégradation de la situation, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus a augmenté de 1,1 % entre juillet et septembre et de… 6,4 % sur l'année, se chiffrant à 2,8 millions de personnes. Autre point alarmant : le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie B, qui exercent une activité réduite de courte durée (78 heures ou moins par mois), a progressé de 2,1 % au troisième trimestre et de 2,7 % sur l'année, en France métropolitaine.
 
On le voit, le macron-libéralisme ne fonctionne pas mieux que le socialo-capitalo-laisser-faire de ses prédécesseurs.
 
Nous sommes toujours dans le même renoncement et la même persistance dans l'aveuglement qui unit Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et maintenant Macron qui, n'en doutons pas, ne tardera pas à renouer avec les vieilles ficelles du « traitement social du chômage ».
 
Pour le Parti de la France, seule une politique économique volontaire alliant réindustrialisation(plus encore que ses prédécesseurs, Macron a abandonné l’industrie française au triste sort de la néantisation), préférence nationale à l'embauche, priorité aux produits français et européens, protections douanières continentales, réduction drastique des dépenses non régaliennes (et hors santé publique) de l'État permettant la baisse des impôts, des taxes et des charges, elle-même induisant le retour à la compétitivité pour nos entreprises et la relance de la consommation par la hausse du pouvoir d'achat des ménages, sera en mesure d’opérer un retour de la France vers le plein-emploi.
 
En 1993, Mitterrand affirmait « Contre le chômage, on a tout essayé »… Non ! Pas la voie nationale.

07:14 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 29 octobre 2018

La bonne (et la mauvaise) nouvelle du jour :

44979684_1251204601686616_56400505508724736_o.jpg

Source MPI cliquez ici

2018 10 ignace aff.jpg

Achetez cet album cliquez ici

08:35 Publié dans IGNACE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Après des décennies de corruption, de violences et de mensonges, le Brésil en liesse fête sa libération

15731991.jpg

Victoire cliquez ici du candidat nationaliste Jair Bolsonaro avec 56% des voix.

08:34 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les soubresauts d’un cadavre

PCF-300x222.png

Georges Feltin-Tracol

Il faut parfois s’attarder sur des événements bousculant l’infiniment petit, à savoir les récents soubresauts du Parti communiste français. Plus grande formation groupusculaire française, le PCF est aujourd’hui très loin du 1er tour de la présidentielle de 1969 où son candidat, Jacques Duclos, avait atteint 21,3 % des suffrages. Aux législatives de 2017, les candidats de la place du Colonel-Fabien n’ont rassemblé que 2,72 % des voix. Ce résultat dérisoire ne les a pas empêchés d’obtenir dix sièges et de former avec six députés d’Outre-mer le groupe Gauche démocrate et républicaine. Aussi présent au Palais du Luxembourg avec douze sénateurs, le PCF dirige encore un département (le Val-de-Marne), dispose d’une trentaine de conseillers régionaux et administre quelques communes, les plus mal gérées de l’Hexagone et les plus touchées par le communautarisme allogène rampant.

Les 6 et 7 octobre derniers, les adhérents communistes devaient choisir entre quatre propositions de base commune à débattre par leur conseil national (au PS, on aurait parlé de « motions »). 30 172 militants y ont participé. Le résultat final révèle un véritable tremblement de terre ! Pour la première fois, le texte de la direction et du secrétaire national, le sénateur de Paris Pierre Laurent, intitulé « Le communisme est la question du XXIe siècle », se retrouve en minorité. Certes, avec 11 461 voix (37,99 %), il arrive en tête dans 49 fédérations et remporte la majorité absolue dans 29 autres dont les Bouches-du-Rhône et la Seine – Saint-Denis. Il est cependant dépassé par la proposition présentée par André Chassaigne, le truculent député du Puy-de-Dôme de la circonscription d’Ambert – Thiers, et de son collègue nordiste, Fabien Roussel. « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIe siècle » recueille 12 719 voix (soit 42,15 %), arrive en tête dans 40 fédérations et obtient la majorité absolue dans 24 fédérations, en particulier le Nord, le Pas-de-Calais et le Val-de-Marne. Catalogué « orthodoxe », le duo Chassaigne – Roussel dénonce les atermoiements de Pierre Laurent, rêve d’un PCF plus revendicatif et soutient une ligne d’indépendance par rapport à l’hégémonisme croissant de La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

Les mélenchonistes du PCF connaissent pour leur part une cuisante défaite. Déjà, en 2016, seuls 53,6 % des militants communistes avaient approuvé le soutien officiel à l’ancien sénateur trotsko-mitterrandien de l’Essonne pour la présidentielle. « Se réinventer ou disparaître ! Pour un printemps du communisme » ne récolte que 11,55 % et 3 607 suffrages, c’est-à-dire 3 300 voix de moins que deux ans auparavant. Ce désaveu cinglant traduit l’immense méfiance des derniers communistes à l’égard des « Insoumis ». Dès à présent, Ian Brossat, l’adjoint de l’exquise mairesse de Paris, doit conduire une liste concurrente aux européennes de mai 2019.

Quant à l’éternel opposant Emmanuel Dang Tran qui défend des positions strictement ouvriéristes orthodoxes, sa contribution, « PCF : reconstruire le parti de classe, priorité au rassemblement dans les luttes », ne récolte que 2 385 suffrages (7,90 %). Ce chef de file de la faction « Vive le PCF ! » refuse toute négociation avec les mélenchonistes, l’extrême gauche trotskyste, le PS et la gauche modérée. Ce néo-bolchevik appelle au contraire au retour décomplexé de la tactique du Parti dans les années 1920 appelée « classe contre classe ».

Les cabines téléphoniques ont été supprimées. C’est bien dommage, car on aurait pu mieux observer les jeux d’appareil, les trahisons internes ainsi que les rivalités personnelles exacerbées de ce microcosme tant la crise devient profonde au PCF. Ne vaudrait-il pas mieux l’euthanasier ?

Bonjour chez vous

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°96, diffusée sur Radio Libertés, le 26 octobre 2018.

Source cliquez ici

2018 10 GFT LIV ANNONCE 2.jpg

Achetez ce livre cliquez ici

08:34 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Réinfo, le mag du Parti de la France de cette semaine

• Fiscalité : Les réformes fiscales de l'exécutif n'arriveront pas à endiguer l'augmentation vertigineuse des prélèvements obligatoires. Emmenant le déficit de l'État au-delà des abysses. L'État est partout, l'État coûte cher et l'on constate tous les jours la dégradation généralisée des services publics.
• Promotion de Jean-Marc Borello : Dans la république des copains, c'est un visiteur du soir, un pilier de la Macronie, encensé par le Forum de Davos, qui s'est vu confié rien de moins que la déradicalisation. Son parcours pourtant édifiant laisse planer un doute sur ses compétences et aurait dû le tenir éloigner de toute responsabilité.
• Tout va bien, vous êtes en Macronie.Avec le nouveau copain antillais de Macron sous les verrous, les délires christiques de Marlène Schiappa, l'accueil d'un migrant à cinq euros la nuit et la suppression des périodes militaires pour le calcul de la retraite.
•Démocratie inquiétante en Pologne :La réforme judiciaire, soutenue par 80 % de la population polonaise, qui se passe en douceur et sans incident, inquiète l'Union européenne. Elle envoie donc une délégation du Parlement européen pour enquêter.

Et pour finir, l’actualité du parti de la France et les prochains rendez-vous du mouvement.

264684416.jpg

07:55 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 28 octobre 2018

Le nouveau numéro (n°48) de l'Aristoloche

Aristoloche n°48 p.1rogné.jpg

Lire ce numéro 48 cliquez ici

13:28 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Face à la hausse des taxes et impôts : Carl Lang apporte son soutien à l'initiative populaire du samedi 17 novembre

44827860_944991002359638_2533976459203051520_o.jpg

Un communiqué de Carl Lang,

Président du Parti de la France :

Tandis que le prix du pétrole ne cesse de monter et que le baril de brent vient de dépasser les 80 dollars (+ 15% en deux mois), le gouvernement choisit d'aggraver encore la charge fiscale sur les carburants, soumettant ainsi les automobilistes français  – et singulièrement nos compatriotes vivant dans les zones rurales ainsi que ceux pour qui la voiture est un instrument de travail indispensable – à une pression intolérable. 

Depuis janvier, les taxes ont augmenté de 7,6 centimes par litre pour le gazole et de 3,9 pour l'essence.

Pour faire simple, pour un plein de 50 litres de diesel hebdomadaire, l'augmentation fiscale sur l'année 2018 sera de 200€ et de 100€ pour l'essence. Une hausse inacceptable qui obère un peu plus le pouvoir d’achat des familles et contraint certains de nos compatriotes à limiter leurs déplacements. 

Le samedi 17 novembre 2018, à l'appel de nombreuses associations et collectifs, les automobilistes français sont appelés à manifester leur colère et à bloquer pacifiquement les routes. Le Parti de la France s'associe à cette mobilisation nationale et invite ses adhérents et sympathisants à y participer.

12:38 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi prochain, 3 novembre, 30 ans après sa mort, le Parti de la France rendra hommage à Jean-Pierre Stirbois

264684416.jpg

12:22 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ouistreham, contre l'immigration clandestine, face aux valets du Système, ils ont sauvé l'honneur de la Normandie

44838461_528365400963702_8432806443291246592_n.jpg

Samedi après-midi, le Parti de la France du Calvados appelait à un rassemblement sur la jetée de ce qui fut la paisible station balnéaire de Ouistreham. Rappelons que celle-ci est en passe de devenir une sorte de Calais-bis en raison des liaisons maritimes avec la Grande-Bretagne qui attirent de nombreux immigrés clandestins. Plusieurs dizaines de patriotes normands, dont de nombreux jeunes, ont participé à cette manifestation qui avait le soutien de la Dissidence française, le parti de Vincent Vauclin.

Face à cette initiative salutaire, la meute des chiens de garde de la finance mondialisée que sont les syndicats et partis de gauche, ainsi que les guignols gauchistes de toutes obédiences, avaient appelé à contremanifester. En tout, une poignée de sexagénaires déchainés, protégés par les forces de police, qui se sont totalement ridiculisés.

Notons les brillantes interventions de Thomas Joly, Secrétaire général du PDF, et de Vincent Vauclin. La réaction de Bruno Hirout, le dynamique et sympathique responsable local du Parti de la France, est claire  : "Je suis très heureux de notre rassemblement de ce jour à Ouistreham, beaucoup d'énergie positive et un état d'esprit offensif qui a fait plaisir à voir !".

Les habitants de la ville, abandonnés par les politicards locaux face à la promiscuité peu enviable qui leur est imposée, ont été nombreux à soutenir cette belle manifestation. Pour le PDF du Calvados, le combat pour sauver Ouistreham ne fait que commencer...

S.N.

Lire aussi cliquez là

11:19 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 27 octobre 2018

Thomas Joly prendra la parole cet après-midi à Ouistreham (14)

44776226_1433466340120177_6914450330658799616_o.jpg

10:50 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv jpp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

10:31 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 26 octobre 2018

Le nouveau numéro (n°60) de Réfléchir & Agir

41479973_2214452831959701_7769109162834788352_o.jpg

Chez votre marchand de journaux, 7 €

22:59 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 27 octobre, Paris, Pierre Hillard dédicace à la Librairie française

44929518_2074467809259659_4859661723403026432_n.jpg

22:40 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL, Ouistreham (14), samedi 27 octobre : manifestation contre l'immigration clandestine

42699647_710574025981507_2855061020181790720_n.jpg

20:22 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL, samedi 3 novembre : conférence de Terre et peuple en Auvergne avec Robert Steuckers

tumblr_pfz7mbBisR1rnng97o1_540.jpg

20:18 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le journal TV de Bruno Gollnisch de cette semaine

L’actualité de la semaine vue par Bruno Gollnisch :

  • Nouveaux rebondissements dans « l’affaire dite des assistants parlementaires »
  • La Commission européenne rejette le budget italien
  • Macron à la tribune de l’ONU sur les femmes mères de 7, 8 ou 9 enfants et leur éducation
  • La Rwandaise Louise Mushikiwabo élue secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie
  • L’Élysée pour une commémoration du 11 novembre « pas trop militarisée
  • Flambée du prix du gasoil
  • Pas de vague : l’éducation nationale face aux incivilités

 

20:06 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dans son Journal de bord de cette semaine Jean-Marie Le Pen revient sur les Européennes et parle du "Guide du Paris réac et facho" de Patrick Parment

2018 06 guide pub 2.jpg

L'acheter en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

12:06 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 25 octobre 2018

L'émission "Synthèse" de ce jeudi avec Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France

RL 86 2018 10 25 TH JOLY.jpg

 

 

Ecoutez

l'émission cliquez ici

 

44772646_1434648233335321_3171080341544763392_n.jpg

Roland Hélie et Thomas Joly

43603072_1434648180001993_1171416187834204160_n.jpg 

Le Professeur Pierre de Laubier, Roland Hélie, Philippe Randa et Thomas Joly

18:14 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un mot sur notre système éducatif

Le billet de Patrick Parment

freinet-eleves-s-p-e-vence-1930.jpg

Ce n’est pas parce que je ne suis pas enseignant que je devrais fermer ma gueule et ne pas dire ce que je pense de notre système éducatif qui se barre en sucette. Je suis de la génération du « baby boom » d’après guerre. J’ai fait mes classes dans l’enseignement public et je n’ai qu’à m’en louer alors que les réformes commençaient à se faire jour qui vont contribuer à la déliquescence du système. Dans mon souvenir, nos profs d’alors (années 1950/60) étaient d’abord d’honnêtes citoyens/enseignants et la politique n’avait pas encore infesté les couloirs de nos lycées. Je dirai même que la politique était clairement prohibée. Mais il est vrai que ce ministère, sous la IVe République, n’a pas su anticiper le boom démographique qui aboutira à mai 68 et au foutoir qui s’ensuivra.

Il faut remonter en aval. Pour mieux comprendre. Notamment à la loi inspirée par Langevin-Wallon élaborée dès 1944 sous l’égide du gaulliste René Capitant. Une fois de plus est attesté la grande collusion entre gaullistes et communistes puisque nos deux lascars étaient deux bolchos de la meilleure eau. Au sortir de la guerre, la droite de l’époque, c’est la démocratie-chrétienne. La droite idéologique ayant été décapitée à la Libération pour les raisons que l’on connaît. Or, cette démocratie-chrétienne (MRP) n’était pas en mesure de s’opposer à ce qu’il convient d’appeler la gauchisation de notre système éducatif et sur laquelle se garderont bien de revenir les gaullistes. D’ailleurs, de l’Education nationale De Gaulle s’en foutait. Toutefois, c’est à partir de 1968 que l’enseignement se politisera au grand jour sous l’œil amorphe d’un Giscard d’Estaing qui n’a rien compris des enjeux. Passons sur les années Mitterrand, Chirac, Sarkozy et aujourd’hui Macron qui ne savent par quel bout prendre ce Radeau de la Méduse.

Tout ça pour dire que les profs sont aussi responsables de ce qui leur arrive aujourd’hui, avec leurs thèses égalitaires et leurs utopies pédagogiques socialisantes. Ils ont scié la branche sur laquelle ils étaient assis. Des profs aujourd’hui perdus, pour la plupart incultes (c’est la grande nouveauté), incapables de considérer qu’un enseignement, c’est d’abord l’expression d’une longue mémoire. Pour ne rien arranger, ils ont en face d’eux un panel racial étendu à la terre entière et aux racines culturelles incompatibles avec les nôtres. Ce souk éducatif est à la mesure de l’idéologie dominante, celle des droits de l’homme, cette cigüe mentale. Mieux encore, c’est dans les bonnes écoles chrétiennes que l’on accepte toute une frange de la musulmanerie qui refuse le chaos de l’école publique. On croit rêver.

Le plus grave dans tout ce foutoir, où Blanquer va perdre les cheveux qu’il n’a déjà plus, c’est que ça participe de la désintégration de la nation française que la IIIe République avait naïvement imagée en la personne de Jeanne d’Arc et de Vercingétorix. Car une nation n’existe que sur une histoire partagée par tous et qui puise ses racines dans l’enseignement. On est loin du compte. On assiste aujourd’hui à un enseignement de classe avec d’un côté la France d’en haut, de l’autre celle d’en bas. Cela ne suffit pas à faire une nation.

11:21 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI 25 OCTOBRE, THOMAS JOLY, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU PARTI DE LA FRANCE, INVITÉ À "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS

RL 86 2018 10 25 TH JOLY.jpg

ÉCOUTEZ RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ LÀ

10:34 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 24 octobre 2018

Il y a 62 ans, Budapest se soulevait contre la dictature communiste

2018 10 BUDA.jpg

Lorsqu'il y a 62 ans, fin octobre 1956, les chars soviétiques écrasaient l'insurrection de Budapest, les nationalistes hongrois étaient sans doute loin d'imaginer que, 62 ans plus tard, leur pays serait le phare de la renaissance européenne... Comme quoi, il ne faut jamais douter, ni se laisser décourager.

Pour mieux comprendre la Hongrie :

2017 hongrie jcr flyer.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

2018 04 BUDA 1 ET 2.jpg

Les commander en ligne cliquez ici

09:52 Publié dans En Europe et ailleurs..., Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 1er décembre, Les Sables d'Olonne (85) : LE SOUVENIR VENDÉEN HONORE LES MORTS DE 1793-1794

tumblr_pgy9n39efq1rnng97o1_1280.jpg

00:30 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Albach nous démontre par l’exemple saoudien que la remigration est possible

IMG_4199.JPG

Jacques Chassaing Riposte laïque cliquez ici

Décidément Roland Hélie, fondateur de Synthèse Nationale, aura fait fort en invitant une nouvelle fois le gratin de la résistance française à la 12e Journée, à Rungis. L’écrivain Emmanuel Albach n’y est pas allé par quatre chemins pour expliquer que les portes de la France sont grandes ouvertes dans le sens de la sortie pour toute une légion d’envahisseurs venue autant qu’appelée piller les caisses de la solidarité nationale et s’approprier le pays. Après la mémorable allocution de Richard Roudier qui fait trembler les plus lucides des cadres et de la maîtrise cliquez ici, voici qu’Emmanuel Albach nous indique de sérieuses pistes pour éviter le pire.

On peut commencer par changer les règles : « publier des décrets. Chirac a signé un décret pour le regroupement familial, il suffit d’en signer un autre pour l’interdire ». Si demain nous interdisons des autorisations de séjour, des passeports, des cartes d’identité, il n’y a pas de raison qu’on ne puisse pas le faire. Et qu’on ne vienne pas nous dire que c’est inapplicable :  «  nous avons une police performante quand elle a des ordres, des lois, donc une volonté politique ». « Et si des petits gaillards armés de kalachnikovs décidaient de se battre, pour faire la guerre il leur faudrait des munitions donc une logistique et pour que ces petits voyous de banlieue puissent envisager de s’opposer à des troupes françaises et à la police, il leur faudrait une logistique considérable. On a les moyens de gagner, il suffit de volonté ».

« On pourrait aussi révoquer des juges ». Quant à la partition de la France prétendue inévitable, c’est non : « on n’a aucune raison de leur laisser un centimètre carré de notre terre. Nous avons une légitimité historique. Des mouvements de population, des mouvements de remigration , il y en a toujours eu ». Rien de nouveau sous le soleil. Et Emmanuel Albach de multiplier les exemples de l’Histoire passée et actuelle.

Emmanuel Albach : L’exemple politique de l’Arabie saoudite sur la remigration

Discours d’Emmanuel Albach, écrivain, auteur de Beyrouth 1976, des Français aux côtés des Phalangistes cliquez ici, à la 12e Journée de Synthèse Nationale :

 

00:08 Publié dans 12 - La 12e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 23 octobre 2018

Sur Polémia, Pierre Le Vigan publie un grand article sur le nouveau livre de Georges Feltin-Tracol

troisieme-voie-gft-588x330.jpg

Pierre Le Vigan cliquez ici

« Notre particularité, c’est la logique de la troisième voie, celle qui réussit la synthèse entre le national et le social », expliquait début 2011 Emmanuel Leroy, alors un des principaux conseillers de Marine Le Pen. La troisième voie, c’est  le tercérisme, et c’est ce que l’on a appelé le solidarisme. Il y a là un continent des idées à redécouvrir. C’est ce à quoi contribue un ouvrage récent. Sous un titre militant, Georges Feltin–Tracol ne se contente pas de rendre compte d‘expériences politiques comme celles du Bastion social. Il explore les idées et propositions d’une troisième voie telles qu’elles ont pu être avancées à droite, mais aussi dans des milieux intellectuels inclassables, c’est-à-dire transversaux.

Lire la suite

14:24 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

N'oubliez pas les 58 parachutistes français tués à Beyrouth au Drakkar le 23 octobre 1983

44584943_713184569054087_1039714413021495296_n.jpg

11:28 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

EuroLibertés invite à lire le livre "Pour la troisième voie solidariste" de Georges Feltin-Tracol

2018 10 GFT LIV ANNONCE 2.jpg

Arnaud Guyot-Jeannin cliquez ici

Se réclamer de « la troisième voie » ne signifie aucunement un ralliement à la social-démocratie de Tony Blair. C’est tout au contraire dans une perspective nationaliste révolutionnaire et identitaire que s’inscrit l’ouvrage de Georges Feltin-Tracol, Un autre regard sur la question sociale ; Pour la troisième voie solidariste. Renvoyant dos à dos libéralisme marchand et socialisme collectiviste – mais en faisant malheureusement l’impasse sur les bonnes analyses anticapitalistes de Marx -, Feltin-Tracol prône un tercérisme radical. Les expériences politiques du tercérisme se sont incarnées ou s’incarnent à l’étranger en Amérique du Sud dans le péronisme ou justicialisme argentin, le socialisme révolutionnaire bolivien d’Evo Morales, le populisme social d’Hugo Chavez, le solidarisme vénézuélien du « Commandant Zéro », alias Eden Pastora. S’y ajoutent « la troisième théorie universelle » du Lybien Mouammar El-Kadhafi, le solidarisme intégral de Nasser, le parti national-révolutionnaire syrien Baas du chrétien orthodoxe Michel Aflak, l’islamisme chiite iranien de Khomeiny et sunnite turc de Erdogan etc.

En France, le tercérisme ou solidarisme prend corps dans le corporatisme chrétien issu de la doctrine sociale de l’Église, le gaullisme social, l’associationnisme d’Hyacinthe Dubreuil, le distributisme ou Crédit social de l’Écossais Clifford Hugh Douglas. Le 11 juillet 1962, de Gaulle affirme : « Il faut trouver une troisième voie, entre les loups et les moutons […] La participation et la planification. La participation, parce qu’elle doit associer les travailleurs à la marche de l’entreprise, leur rendre une dignité que le capitalisme leur enlève, la planification, parce qu’elle permet de corriger les erreurs du marché, qui est aveugle si on en perd complètement le contrôle ». Cette troisième voie consistant à associer le capital et le travail dans une économie dirigée restera lettre morte dans sa réalisation. Seuls les gaullistes de gauche s’escrimeront à la défendre bec et ongles sans obtenir de résultat factuel. La participation à la gestion de l’entreprise, l’intéressement aux bénéfices et l’actionnariat populaire restent toutefois des pistes à explorer. Quant à la planification, il ne s’agit évidemment pas d’un calquage sur le modèle soviétique, mais la mise en place d’un État stratège.

Dans le dernier chapitre de son livre, Georges Feltin-Tracol se penche sur le trop méconnu paradigme ergoniste défendu par Jacob Sher. De quoi s’agit-il ? « Le modèle ergoniste, écrit Sher, ne correspond certes pas à l’exemple allemand de la cogestion. Il s’approcherait plutôt de la société coopérative et participative », ou « société coopérative ouvrière de production » ou encore « société coopérative de travailleurs ».

Et Feltin-Tracol de conclure : « L’ergonisme de Jacob Sher est bien une utopie, mais dans l’acception d’eu-topos, « le lieu du Bon », cet endroit qui attend l’aurore au minuit de l’ultra-libéralisme (provisoirement) triomphant ».

Pour la troisième voie solidariste est un ouvrage particulièrement intéressant – malgré un certain tribalisme racial de l’auteur – parce qu’il avance des propositions utopiques et concrètes sur le plan économique et social face au capitalisme prédateur. Il mène une juste réflexion sur une matière que les milieux de droite ont abandonnée alors qu’elle demeure essentielle. La justice sociale étant indissociablement liée à l’identité nationale.

Pour la troisième voie solidariste, Un autre regard sur la question sociale de Georges Feltin-Tracol, Éditions Synthèse nationale, Collection « Idées », 170 pages, 20 €. 

COMMANDER LE LIVRE CLIQUEZ ICI

10:33 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’Europe, non plus vassale mais partenaire d’égal à égal avec les États-Unis

drapeaux-Eur-Usa-ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

En dépit de leurs liens étroits fondés sur l’appartenance originelle à une même civilisation, les relations entre l’Europe et les États-Unis doivent être entièrement revues. Les Américains, dont la puissance a tendance à s’éroder, poursuivent en effet des buts géopolitiques, économiques et culturels qui sont de moins en moins compatibles avec les intérêts européens. Si par ailleurs l’Europe, comme le propose Ligne droite, s’érige en pôle de puissance pour retrouver la capacité de défendre ses intérêts et d’assurer son indépendance, elle doit s’affranchir de la tutelle américaine et instaurer avec les États-Unis une relation d’égal à égal.

Les ambiguïtés du leadership américain

Avec une Europe encore fragmentée, les États-Unis restent cependant sans conteste la plus grande puissance du monde occidental. Un statut qu’ils ont acquis au XXe siècle avec les deux guerres mondiales et la guerre froide. Face au communisme, cette nation incarnait en effet « le monde libre » en assurant la défense nucléaire de l’Europe face au pacte de Varsovie et en s’efforçant de contenir le communisme partout ailleurs et notamment en Asie.

Les États-Unis ont ainsi acquis en Europe une image positive aussi bien à l’ouest qu’à l’est du rideau de fer. Une image qui incarnait la liberté et la prospérité face aux échecs du collectivisme et à l’oppression du communisme. La domination américaine dans le cinéma et les médias a en outre contribué à diffuser en Europe occidentale puis partout dans le monde l’american way of life.

Un État méssianique et belliqueux

Ce leadership des États-Unis reposait cependant sur plusieurs ambiguïtés. D’abord ce pays s’est bâti sur un messianisme religieux prétendant incarner le salut terrestre de l’humanité. Devenu par la suite politique et culturel, ce messianisme a fait des États-Unis une nation impérialiste par essence, qui cherche à exporter son modèle de gré ou de force. Cette propension américaine à l’universalisme s’est trouvée confortée par la chute de l’URSS, vécue comme le triomphe définitif du néo-capitalisme américain et de l’idéologie des droits de l’homme. Un triomphe contre le communisme qui a fait croire à certains, comme à l’essayiste américain Francis Fukuyama, qu’il marquait aussi la fin de l’histoire.

Il n’en a rien été. Et l’unilatéralisme américain a depuis montré ses limites. notamment en raison de sa relation trop simpliste avec l’Autre : soit l’autre adhère à la vue du monde américaine et il devient un allié, soit il n’y adhère pas et il devient un monstre qu’il convient de détruire. Aussi les États-Unis sont-ils un pays belliqueux qui n’hésite pas à ouvrir un conflit armé au motif de défendre ou d’exporter la « démocratie », c’est-à-dire le système américain. Ils sont ainsi la seule nation au monde à qualifier officiellement certains États de voyous (rogue state) qu’il conviendrait de neutraliser ou de normaliser.

Une attitude dominatrice à l’égard de l’Europe

Quant aux relations des États-Unis avec l’Europe, elles sont équivoques, comme elles l’ont été depuis l’origine. La fondation du Nouveau Monde a en effet été marquée par la volonté des pères fondateurs de l’Amérique de rompre avec l’Ancien Monde européen, assimilé à une aire de tyrannie et de perdition. Un refus de l’Europe qui allait pourtant de pair avec le désir de copier par ailleurs l’art de vivre européen. Un mélange d’admiration et de rejet.

Aujourd’hui, les États-Unis considèrent l’Europe comme une dépendance de leur « empire ». Elle est avant tout pour eux un marché à achever de conquérir par la mise en place du libre-échange transatlantique et, à travers l’Otan, un pion à manipuler sur le grand échiquier de l’Eurasie. Les États-Unis ont en effet paradoxalement maintenu leur politique d’encerclement stratégique et militaire de la Russie, malgré la chute du communisme et la disparition du pacte de Varsovie, car ils veulent toujours dominer le cœur de l’Eurasie.

Une puissance de plus en plus contestée

Cette volonté de puissance est cependant de plus en plus contestée. Dans le monde multipolaire d’aujourd’hui, le leadership américain peine en effet à s’imposer. Son économie, qui souffre elle aussi des effets pervers du libre-échangisme, est souvent sur la défensive et sa suprématie militaire se trouve de plus en plus concurrencée. Les États-Unis restent certes une puissance mondiale, mais de moins en moins capable de faire valoir unilatéralement ses vues. Elle n’a pas réussi par exemple à imposer la « démocratie » dans les pays arabes ni à empêcher la prolifération nucléaire (Iran, Corée du Nord).

Dans ce contexte, une Europe puissance, « de l’Atlantique à l’Oural » comme l’évoquait le général De Gaulle, reste en effet le plus grand cauchemar stratégique des États-Unis. Ils veulent donc une Europe suffisamment prospère pour commercer avec eux, mais pas suffisamment puissante ni indépendante pour concurrencer leurs projets. L’Europe de Bruxelles, nain diplomatique et militaire, leur convient donc parfaitement.

Ligne droite ne se satisfait pas de cette situation car elle est indigne de l’Europe et menace la prospérité et la sécurité des Européens.

Une divergence stratégique avec l’Europe

En liant leur destin à celui des États-Unis, comme le font aujourd’hui les gouvernements européens, l’Europe s’associe en réalité à une puissance sur le déclin, contestée par un nombre croissant de puissances émergentes et dont l’identité est au demeurant de moins en moins européenne.

Ce faisant, l’Europe se soumet de plus à une puissance qui ne se préoccupe nullement des intérêts du vieux continent. Ainsi, sur le plan économique, le libre-échangisme voulu par les États-Unis n’a rien d’amical, il vise avant tout à ouvrir encore plus les marchés européens et à y imposer les standards américains. Il transforme l’Europe en une économie de type colonial, simple réservoir de compétences, de ressources et de consommateurs pour les grandes firmes américaines mondialisées.

Sur le plan de la sécurité, la tentation américaine de conserver coûte que coûte son leadership dans un monde qui ne l’accepte plus porte en elle un risque de conflagration régionale, sinon mondiale, dont l’Europe, restant vassale des États-Unis, a toutes les chances de faire les frais. Le chaos semé au Proche-Orient au nom de la « guerre contre le terrorisme » et la crise migratoire qui s’ensuit en apportent une sinistre illustration.

Les États-Unis nouent en outre des alliances qui ne correspondent plus nécessairement à l’intérêt civilisationnel des Européens. Tel est le cas notamment de leurs liens avec les pétromonarchies et l’islam sunnite qui nourrit l’islamisme, ou bien avec la Turquie musulmane qui prétend toujours intégrer l’Union Européenne avec le soutien américain. Les Européens ont-ils par ailleurs intérêt à s’aligner sur la politique otanienne de cantonnement agressif de la Russie, alors que ce pays, de civilisation chrétienne, est leur grand voisin et qu’il combat aujourd’hui l’islamisme plus sûrement que les États-Unis ?

L’Europe puissance n’a pas besoin de tuteur

Pour Ligne droite, l’Europe doit donc se libérer de la tutelle américaine pour se constituer en pôle de puissance autonome.

Cela ne signifie évidemment pas que cette Europe puissance s’oppose en tout aux États-Unis ! Tel n’est d’ailleurs pas le souhait de nombreux pays européens, en particulier à l’Est. Car l’Europe conserve encore des intérêts communs avec l’Amérique. Elles sont l’une comme l’autre de civilisation chrétienne, elles partagent des valeurs communes et leurs systèmes économiques sont très comparables. Il est cependant des domaines vitaux où la prudence conduit à ne pas s’en remettre en tout aux États-Unis, lesquels regardent désormais autant sinon plus vers le Pacifique que vers le vieux continent.

Aussi est-il temps pour les Européens de redécouvrir cette vieille sagesse diplomatique européenne selon laquelle la paix résulte de l’équilibre des puissances, alors que la domination d’une seule est cause de conflits. Une sagesse qui doit conduire les Européens à construire l’Europe puissance, de façon à pouvoir dialoguer, au mieux de leurs intérêts, avec les autres puissances, y compris les États-Unis.

Pour Ligne droite, l’Europe doit cesser d’être une vassale de l’Amérique mais s’imposer à elle comme un partenaire avec qui l’on traite d’égal à égal. Dans le monde multipolaire d’aujourd’hui, érigée en pôle de puissance, l’Europe n’a plus besoin de tuteur !

10:02 Publié dans Ligne Droite | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 22 octobre 2018

Vous avez dit racaille scolaire ?

parisriots1.jpg

Bernard Plouvier

Tout le monde savait depuis les années 1980 qu’il existait d’énormes problèmes de discipline dans les écoles publiques - celle de la République laïque, tellement pure et dure qu’un nombre effarant de jeunes mahométanes y exhibent un voile islamique, fort peu usité au Maroc pour prendre un contre-exemple simple.

Il a fallu que deux mineurs d’âge, issus de l’immigration noire africaine, menacent une enseignante, l’un étant armé d’un pistolet (à plomb ou à amorce : les informations sont volontairement imprécises du côté du ministère de l’Intérieur), pour que l’on porte à la connaissance du public l’énorme scandale de l’insécurité à l’école, reflet de la pourriture du régime.

Dès la fin des années 1980, diverses publications d’auteurs réputés de « droite extrême » dénonçaient les violences physiques (entre élèves ou par agression d’enseignants), le racket, le trafic de drogues... et certains parents de rejetons pourris n’hésitaient pas à en « remettre une couche », en insultant, voire en frappant les enseignants. On rappelle que chaque année quelques élèves se font poignarder dans les écoles de la Ripoublique ou sur le chemin menant au domicile parental.

L’on a admiré que dans l’immigration exotique – d’origine africaine ou moyen-orientale –, l’on n’hésitait pas, quand on était un grand et gros homme, à frapper une femme, pourvu qu’elle ne soit pas mahométane (Oumma oblige). La condition féminine n’a pas été améliorée, en France, par l’importation des « chances pour la France », qui généra, d’abord et avant tout, un surcroît de violence, dans les rues et les immeubles d’habitation, mais aussi dans les écoles, dans les hôpitaux et dans les transports en commun.

Or, les bonnes questions ne sont jamais posées.

Pourquoi s’acharner à scolariser des sous-doués violents, éléments perturbateurs des élèves calmes et souhaitant apprendre ? Pourquoi continuer à distribuer des allocations diverses à des familles de voyous ?

Pourquoi ne pas appliquer les lois déjà existantes ? Ses parents sont responsables des crimes et délits commis par un mineur d’âge. Frapper la famille d’amendes ou la menacer d’expulsion si elle n’est pas titulaire de la nationalité française sont des mesures conformes à la loi.

Pourquoi ne pas créer des lois adaptées à l’actuelle situation explosive ? Le délinquant récidiviste doit être exclu de l’école, interné en centre de détention-rééducation (illusoire, en fait), ou mieux, réexpédié dans son pays originel, l’expulsion devant toucher l’ensemble de la famille si plusieurs de ses rejetons s’avèrent criminels ou délinquants inassimilables.

Car, c’est une évidence : la canaille violente, racketteuse, trafiquante, incendiaire, rebelle à l’autorité légitime (à ses authentiques dépositaires, soit autre chose qu’un Benalla !), la crapule violeuse, l’adolescent porteur d’une arme, sont les fruits pourris d’une éducation ratée. Les parents portent l’écrasante responsabilité de cette situation, de ce ratage, de cette moisissure sociale, hautement contagieuse.

L’État a pour rôle majeur d’assurer la protection des honnêtes citoyens, dans leur intégrité physique et morale et dans leurs biens. Que nos ministres prennent enfin conscience du problème, trente-cinq ans après sa survenue, c’est une bonne chose : « Mieux vaut tard que jamais » !

En aucun cas, cette prise (très tardive) de conscience ne doit déboucher sur des mesures à l’eau de rose ni sur de nouveaux milliards d’euros gâchés inutilement dans les cités de non-droit.

Il faut impérativement ramener l’ordre et commencer une politique d’expulsion des sujets inutilement arrivés et inassimilables : délinquants récidivistes, criminels, apologistes du terrorisme djihadiste.

Mais aussi, les enseignants doivent quelque peu balayer devant leur porte. Ils ont, durant trente-cinq ans, beuglé sur tous les tons que les lanceurs d’alerte étaient des « fâââchistes ». Il est grand temps de comprendre que le Barbare n’est pas « devant notre porte », mais qu’il est déjà très largement implanté dans notre pays et que des mesures draconiennes s’imposent.

La plus urgente est d’organiser un référendum sur l’opportunité de fermer définitivement les frontières à l’immigration extra-européenne (ou de n’admettre que des migrants sélectionnés au cas par cas) et sur celle d’instaurer un retour à l’envoyeur des sujets inutilement importés.

Après tout, l’unique souverain de l’État français n’est ni son Président de la République ni les roitelets de la Communauté européenne, mais la Nation française.

18:51 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Fausses excuses et véritables enjeux.

44575388_1432486513551493_3059217059326984192_n.jpg

Samedi 3 novembre prochain à Paris, 30 ans après sa mort, le Parti de la France rendra hommage à Jean-Pierre Stirbois

Franck Timmermans
Membre de la direction du Parti de la France
 
Alors que les autres partis nationaux européens ont tous le vent en poupe, pourquoi la démobilisation semble-t-elle amollir les rangs du camp national ? Pourquoi le RN, encore crédité de fortes intentions de vote, semble-t-il incapable de maîtriser la nouvelle crise qui le mine ? Et en quoi le message de réconciliation de Carl Lang et du PDF est-il le seul espoir pour l’avenir ?
 
Il y a de cela quarante ans, Jean-Pierre Stirbois rejoignait le FN et allait en 10 années seulement le doter d’une force militante suffisante pour mettre KO le vieux Parti communiste et vampiriser la citadelle RPR. Dix ans jusqu’à ce que la tragédie nous prive de son courage exceptionnel. Mais suffisants pour permettre au Président d’alors et à son nouveau Secrétaire général Carl Lang de continuer la tâche harassante de sauver le Pays. Certains s’étaient découragés après la déception d’une élection présidentielle que, à défaut de remporter, nous avions pourtant exploitée au maximum pour diffuser notre message. D’autres ne se remettaient pas de la perte d’un groupe parlementaire, outil dont nous avaient privés Pasqua et Chirac en rétablissant le très inéquitable scrutin majoritaire à deux tours. La plupart se remirent au travail, conscients des enjeux et renforcés en cela par la détestable et bi-septennale omniprésence de Mitterrand à l’Élysée. Ces années que Stirbois marqua profondément peuvent être résumées par l’ardeur militante qu’il insuffla dans tout le mouvement, en parfaite complémentarité avec la locomotive tribunicienne de son Président. Des années de travail intense qui servirent de modèle aux générations de cadres suivantes. Pourtant, on entendait parfois dans des alcôves périphériques que le militantisme deviendrait vite désuet, que l’informatique finirait par le reléguer aux archives tant la politique moderne avait évolué : il suffirait désormais à un parti politique de se doter d’une cellule de communication performante pour, dès lors, qu’il ne soit plus nécessaire de coller des affiches ni de distribuer nos tracts, puisque tout se jouerait à la télévision. Le Président et la direction étaient heureusement très sceptiques à cet égard et préférèrent toujours conserver son âme militante à son mouvement. Mais en 2018, force est de constater qu’il n’y a plus de meetings, plus de fêtes conviviales, plus de rassemblements, il n’y a plus de militantisme, il n’y a plus que le doute. Tout a été sacrifié sur l’autel d’une prétendue efficacité médiatique.
 
Il y a pourtant des facilités qui équivalent à de funestes renoncements.
 
On commence par, élections aidant, se fondre dans le Système et on finit toujours par en dépendre, d’abord financièrement et de facto politiquement. Qui n’a pas déjà entendu ces ritournelles : « Les élus sont assez nombreux et connus pour le maillage local, inutile de conserver une implantation par sections, cela demande trop de temps ! », ou encore « Les adhésions, c’est secondaire, l’important c’est d’avoir les cotisations des élus, la dotation de l’État et le remboursement des campagnes électorales ! ». Et enfin : « Tracts et affiches coûtent trop cher en dehors des élections ! De même que les grands meetings ou les fêtes, cela absorbe trop d’énergies ! Mieux vaut tout axer sur les passages à la télé et internet ! » Tout cela au nom de la « modernité » et de l’évolution de la société.
 
Tout miser sur la communication ? Et comment fait-on si celle-ci se retourne contre soi ?
 
Si un problème survient, si le leader charismatique se plante ou gâche tout dans un débat catastrophique ? Comment fait-on, dès lors qu’il paraît exclu qu’une saine autocritique permette un renouvellement de sa direction, pour revenir aux principes d’indépendance ?
 
Les dégâts sont alors énormes car le doute envahit tout ; les maigres troupes se lassent, les élus commencent à penser aussi à la difficulté prochaine de leur réélection.
 
Enfin, si les problèmes judiciaires et financiers s’enchaînent, alors la réalité rattrapera inexorablement tout ce petit monde pour créer au plus tôt les conditions urgentes du changement d’équipe.
 
Pour autant, le mouvement national dispose d’un réservoir électoral considérable, mais pas éternel, et il faut donc le préserver. Revenir à des principes sains et simples dans l’organisation, la gestion et la définition des priorités.
 
Nous n’avons pas le droit à la démobilisation militante. Nous devons nous détacher de toutes les entraves qui ont fini par lier le mouvement national au Système, à ses pieuvres et le priver de sa liberté, de son autonomie financière, de ses principes fondateurs.
 
Nous, militants nationalistes français avons des devoirs d’autant plus grands que cinquante années d’efforts ont permis au Camp national de devenir une force électorale et politique de premier plan. Ce sont ces résultats qui ont concrètement créé cette situation, les médias ayant toujours été dans le camp de nos détracteurs. Toute prétendue dédiabolisation n’est plus que chimères, bilan amer des calculs et collusions inutiles.
 
Le Parti de la France que préside Carl Lang est justement là pour rassembler toutes celles et tous ceux qui ne veulent pas céder à cette corruptrice passivité, qui pensent qu’il serait suicidaire de renoncer si près du but et honteux de ternir ou grever les succès de nos voisins européens. Carl est le seul à pouvoir mettre son expérience au service de la cause nationale, lui qui a déjà été plusieurs fois son atout décisif par le passé. Il est le seul fédérateur.
 
Il n’y a de fatalité que dans la persistance à l’erreur. La volonté de vite reconstruire est intacte, l’urgence d’y travailler est immédiate, avec tous nos camarades du camp national et de la presse amie. La possibilité de sauver nos acquis politiques passera par une transition sereine et pacifiée, au seul profit de tous les Français qui malgré leurs déceptions, continuent d’espérer et de réserver leurs votes au camp national. À l’heure où nos concitoyens s’inquiètent de plus en plus des conséquences d’une immigration déferlante et planifiée, seul le retour à un militantisme actif et pragmatique saura nous rendre dignes de leur confiance.
 
Ainsi que FN et MSI nous y exhortaient déjà prophétiquement en 1972, « Avec nous avant qu’il ne soit trop tard ! »
 
NDLR SN : LIRE AUSSI 

2018 01 HDM AUTOPSIE.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

10:20 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Disparition du Professeur Robert Faurisson

44556254_497842760695749_2902307580288172032_n.jpg

Nous venons d'apprendre la disparition, à l'âge de 90 ans, du Professeur Robert Faurisson.

Que l'on soit d'accord ou pas avec ses travaux et ses conclusions, force est de reconnaître le courage et l'audace de cet homme qui a consacré sa vie à des recherches minutieuses sur un aspect pour le moins controversé de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Les chacals de la bien-pensance institutionnalisée vont bien sûr se croire obligés de déverser leurs insultes sur la mémoire de ce chercheur opiniâtre, ce d'autant plus qu'il n'est plus là pour se défendre.

Pour lever toutes ambiguïtés, il faudra bien qu'un jour ou l'autre, de manière apaisée, le débat entre historiens soit ouvert sur les sujets soulevés par le Professeur Faurisson. RIP.

S.N.

10:09 Publié dans Informations nationales, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook