Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 avril 2020

Avant la fin du bal

6a00d8341c715453ef025d9b427c37200c-320wi.jpgJean-Gilles Malliarakis

L'Insolent cliquez ici

Les explications du Premier ministre Édouard Philippe, ce 1er avril devant les parlementaires, nous rappellent opportunément un joli proverbe lorrain. C'est à la fin du bal qu'on paye les musiciens.

Aujourd'hui l'heure commande les sauvegardes collectives, les actes concrets, et pour ceux de l'arrière, confinés et patients, à la discipline nationale, au soutien moral des premières lignes. Demain sans doute, nonobstant la mémoire courte de nos compatriotes, on se souviendra, autant que des erreurs de gestion de certains responsables, du mauvais goût des diviseurs habituels, qui auraient anticipé les malheurs du pays à leur seul avantage et surtout à contretemps, l'heure des bilans civiques.

Celle-ci viendra, n'en doutons pas.

Dans un État centralisé et un régime présidentiel plébiscitaire comme le nôtre, c'est probablement au chef d'orchestre que l'on pensera en premier. À l'évidence, il se trouvera comptable du manque de masques, de la pénurie de respirateurs et surtout de l'inertie bavarde et incohérente des premières semaines, et par conséquent de beaucoup de souffrances inutiles subies par nos compatriotes et nos familles.

Dans plusieurs pays on apprend que les dirigeants ont eux-mêmes, pour premier réflexe, renoncé à tout ou partie de leur traitement en vue de venir en aide aux plus pauvres des citoyens. Les chefs de plus grandes entreprises privées françaises ont, à leur manière, manifesté une attitude analogue en programmant une réduction de leurs rémunérations réinvesties au bénéfice de la reconstruction à l'évidence douloureuse qui s'imposera.

Je l'oubliais, encore une fois, pardonnez-moi : ce qu'on appelle solidarité, c'est un réflexe d'abord spirituel. Depuis Basile de Césarée les chrétiens l'appellent du nom, aujourd'hui dénigré, de charité. Ça existe, à vrai dire, dans d'autres religions, sous d'autres formes, sous d'autres noms. Même le mégalomane Erdogan, que votre chroniqueur n'apprécie guère, dans le message qu'il a adressé le 30 mars à ses électeurs, a su se montrer, sur ce point, bon musulman. Puisque l'aumône est un des piliers de l'islam le président turc a jugé utile d'annoncer, lançant un fonds de soutien pour les plus pauvres, qu'il renonce à 7 mois de traitement. Ses adversaires d'en face, chrétiens orthodoxes, les ministres grecs ont tous accepté de diminuer de moitié leur salaire. Et à Bruxelles, Madame von der Leyen, excellente catholique qui n'ignore pas non plus que les Walkyrie de Wagner sont des infirmières, a su transformer les locaux de la commission européenne à en hôpital de fortune.

Au contraire, il semble bien, qu'à ce jour, ni la haute administration, ni la plupart des hommes de l'État ou des médias, n'aient même songé à feindre un quelconque esprit de sacrifice. Leurs brillants communicateurs, omniprésents depuis des semaines sur le front de la parlotte, ne savent-ils pas que l'hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu ? Que fait donc, que diable, Mademoiselle Sibeth, porte parole de notre gouvernement ?

Dans notre république laïque, on devrait le savoir, personne n'est appelé officiellement à faire de sacrifice, c'est l'État qui paye, c'est l'emprunt qui finance et c'est le peuple qui remboursera.

09:38 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.