Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 septembre 2017

De la télémédiocratie

Unknown.jpg

Le billet de Patrick Parment

Mais qu’est-ce qu’on vient nous casser les pieds sur le remplacement des marionnettes télévisuelles que sont les David Pujadas, Yves Calvi et autres Anne-Sophie Lapix, épouse Sadoun, récent patron de Publicis. Qu’est-ce qu’un présentateur de téloche si ce n’est un tronc qui débite les propos affichés sur un prompteur. Propos pompés en amont sur l’AFP et accommodés à la sauce « politiquement correct » et surtout « droit de l'hommiste ». On imagine mal la mère Sadoun-Lapix déborder du cadre et s’en prendre à la shoah-business ou dire du bien du Front national.

L’extrême droite sera de nouveau à l’honneur comme la figure du mal absolu dans notre démocratie virtuelle, car il n’est pas question de chercher à comprendre ce qui se cache derrière cette image trop complexe d’extrême droite. Dès fois « qu’ils disent la vérité » !

Pujadas va donc porter le même regard sur LCI que sur France 2 hier encore où, en bon folliculaire, il est chargé de poser les bonnes questions, « correctes », évidemment. On s’aperçoit qu’il n’y a rien de changé (sauf leur salaire peut être) à l’aune des invités chargés de donner du « sens » aux propos liquoreux de nos vedettes. C’est toujours la même camarilla qui tourne en boucle de TF1 à LCI et qui anone les mêmes sottises. Pour les pestiférés que nous sommes, nous nous offrons chaque soir à 20h une séance de cirque Bouglione avec en clown tristounet : Pujadas, Calvi, Lapix et consorts.

20:37 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.