Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 octobre 2017

Complot terroriste d’extrême-droite : un groupe beaucoup moins dangereux que les mouvements d’extrême-gauche

000_tk08m.jpg

Un entretien avec Roland Lombardi*

Source Atlantico cliquez ici

Atlantico : Dix personnes de 17 à 25 ans, gravitant dans la mouvance d'ultra droite, ont été arrêtées mardi 17 octobre dans les Bouches-du-Rhône, dans une enquête portant sur un projet d'attentat visant notamment des hommes politiques, Philippe Castaner et Jean-Luc Mélenchon, et des mosquées. Que sait-on de ces mouvances ? Comment évoluent-elles ?

Roland Lombardi : Il y a peut-être une vingtaine de groupuscules d'ultra-droite. Le nombre de personnes qui y gravitent atteint sûrement le millier de « militants ». Beaucoup de ces petits groupes naissent et disparaissent aussitôt. Les mieux organisés et les plus structurés idéologiquement demeurent sûrement, pour les plus anciens, l’Action française (royalistes) et le GUD, et pour les plus récents, les Identitaires. Certes, certains d’entre eux suivent des formations paramilitaires, s’entraînent aux sports de combat… D’autres n’hésitent pas à faire le coup de poing, comme nous l’avons vu par exemple en marge des manifestations contre le « Mariage pour tous » ou pour se défendre contre les groupes Antifas.

Cependant, les incidents graves de leur fait sont assez rares. Nous sommes donc en définitive très loin de la dangerosité des groupes armés de l’extrême droite les plus significatifs de l’histoire récente, à savoir La Cagoule, dans les années 1930, et l’OAS, dans les années 1960.

Or, la plupart des médias français aiment jouer avec le sensationnel du « danger de l’extrême droite » et, comme le dit si bien Gilles-William Goldnadel, l’intelligentsia de gauche semble bien plus indulgente avec la violence de l’extrême gauche dont les groupes sont pourtant beaucoup plus agressifs et dangereux. Comme en témoigne la dernière affaire de la voiture de police incendiée avec ses occupants en 2016 par des militants antifascistes…

Ces dix suspects ont été interpellés sur commission rogatoire d’un juge dans le sillage de Logan Nisin, jeune Vitrollais de 21 ans arrêté pour apologie le 28 juin à Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône. Membre dune "OAS", Nisin, et admirateur d'Anders Breivik, était particulièrement actif sur les réseaux sociaux où il mentionnait vouloir agir contre les "blacks", "racailles", "jihadistes" et "migrants". Quelles sont les forces de ces mouvances ? Quels sont les profils des membres de celles-ci ?

Pour l’instant, elles sont assez faibles. Il n’y pas de profil type mais les membres de ces groupuscules sont la plupart du temps très jeunes, souvent marqués par les échecs et les rejets. Toutefois, nombre de petits bourgeois y côtoient aussi les militants les plus modestes. Enfin, et surtout, attirés au début par l’action politique et militante, ils sont souvent des déçus de la droite et surtout du FN.

Mais permettez-moi ici de faire justement une mise au point. Nisin avait créé un petit groupe appelé OAS pour Organisation Armée Sociale qui était sûrement une coquille vide. Il se référait assurément à l’Organisation Armée Secrète créée au début des années 1960, principalement par Jean-Jacques Susini et Pierre Lagaillarde, deux jeunes activistes nationalistes et anti-indépendantistes de l’époque, partisans de l'Algérie française durant la guerre d'Algérie. Les raisons de son origine et le sens du combat de l’OAS ont toujours été observés par le prisme déformant, encore une fois, de l’intelligentsia de gauche. Rapidement, je crois qu’il est nécessaire de préciser un certain nombre de points en essayant de rétablir quelques vérités historiques. D’abord, le contexte de l’époque était celui de la tragédie de la guerre d’Algérie, c'est-à-dire d’une véritable guerre civile. L’OAS, organisation politico-militaire, a donc été créée en février 1961 en réaction aux revirements du général De Gaulle sur la question algérienne et pour défendre la présence française en Algérie par tous les moyens et en premier lieu, la violence. Elle était composée de civils et de militaires. Du côté des militaires, ceux-ci étaient souvent des héros des guerres coloniales et issus des troupes d’élite et des officiers de haut rang, parfois les plus prestigieux et les plus décorés de l’époque, comme en ont été les chefs, les généraux Jouhaud et Salan. Tous ces soldats avaient alors basculé dans la clandestinité et la lutte armée précisément à cause de la volte-face du général De Gaulle à propos de l’Algérie. Pour eux, de Gaulle leur avait menti et les avait littéralement trahis ; alors même qu’ils l’avaient aidé à revenir au pouvoir en 1958 et que surtout, sur le terrain, la victoire était acquise et le FLN exsangue. Du côté des civils qui avaient rejoint l’organisation, on trouvait en métropole des gens principalement de droite et fortement « Algérie française ». Des hommes importants avaient rejoint également l’organisation comme Georges Bidault (ancien chef de la Résistance et ancien Président du Conseil) et Jacques Soustelle (éminent ethnologue, fidèle, proche et ministre de De Gaulle mais ayant démissionné suite notamment aux changements politiques du premier Président de la Ve République en Algérie). En Algérie, dans leur grande majorité, tous les pieds-noirs soutenaient l’OAS. Du notable jusqu’à l’ouvrier. Ceux qui avaient rejoint l’organisation l’avaient fait d’abord pour les mêmes raisons que les militaires, que j’évoquais précédemment, mais aussi et surtout car ils se sentaient abandonnés par Paris. Parmi les activistes, on trouvait alors, certes des nationalistes de droite mais également d’anciens communistes et aussi d’anciens syndicalistes de la CGT comme des musulmans (beaucoup de proches du Bachaga Boualem furent des membres de l’OAS) ainsi que plusieurs juifs pieds-noirs (notamment à Oran où les commandos OAS étaient majoritairement composés d’israélites). Désespérés, confrontés aux attentats et aux massacres du FLN, tous ne voulaient pas être arrachés à leur terre, leurs maisons et laisser leurs cimetières où étaient enterrés leurs aïeux.  

Au début, les attentats et les assassinats de l’OAS étaient ciblés. Ses actions parfaitement coordonnées. Mais il est vrai que dans le chaos ambiant et la spirale de la violence la plus folle de la fin de la guerre d’Algérie, la situation devenait de plus en plus hors de contrôle. Et comme dans toute guerre et spécialement une guerre civile, de nombreux dérapages et bavures eurent lieu. Quoi qu’il en soit, l’OAS, dont les effectifs actifs s’élevaient à près de 2 000 hommes, possédait de nombreux soutiens en métropole et jusqu’au sein même du pouvoir… Elle a littéralement fait trembler la jeune Ve République et plusieurs attentats ont failli coûter la vie au général De Gaulle…

Même si de nouvelles lois dans la lutte anti-terroriste ont vu le jour, même si les services français sont très efficaces notamment grâce à l’aide technologique des services américains ainsi qu’aux renseignements humains de leurs homologues algériens et marocains, les Français, comme le démontrent encore les dernières enquêtes d’opinion, ne se sentent toujours pas protégés. D’autant plus que le nouveau Président et son gouvernement ne semblent toujours pas vouloir apporter des réponses fermes et sérieuses à certaines questions sensibles.

Assurément donc, par rapport aux groupuscules actuels de l’ultra-droite, avec l’OAS des années 1960, nous étions en présence d’une organisation d’une tout autre dimension.

Les individus arrêtés sont considérés comme des pieds nickelés. Mais peut-on imaginer d'autres groupes d'ultra droite mener des actions terroristes d'envergure et quels en sont les risques pour notre cohésion nationale ?

Vous avez parfaitement raison. Nous avons affaire ici à des pieds nickelés. Ce sont surtout des « révolutionnaires du clavier » plus qu’autre chose. D’ailleurs, c’est comme cela qu’ils se sont tous faits, pour la plupart, interpeller : à cause de leurs profils sur les réseaux sociaux et surtout, leur activisme et leur violence… mais sur les écrans ! Pour en revenir aux autres groupuscules de « l’extrême droite », si certains se préparent au « Grand soir » (pour eux, une guerre civile), nous sommes encore très loin d’être en présence de groupes dangereux et sérieux comme l’IRA, La Cagoule, l’OAS, que j’ai évoquées plus haut, ou encore l’ETA. 

D’autant plus que cette mouvance est étroitement surveillée (et souvent infiltrée) depuis des années par les services français. Il n’en demeure pas moins que là aussi le risque zéro n’existe pas. Patrick Calvar, l’ancien patron de la DGSI, avait d’ailleurs fait part de ses craintes quant au spectre d’un choc communautaire excité par l’ultra-droite à la faveur des attentats djihadistes. Et en effet, rappelons qu’Abou Moussab al-Souri, le théoricien djihadiste de la guerre civile en Europe, espérait, avec la multiplication des attentats qui toucheraient l’Europe, exactement la réalisation de ce scénario. Pour l’heure, en France et en dépit de plus de 240 victimes, cela n’a pas eu lieu. On a alors beaucoup parlé de « la formidable résilience du peuple français ». Soit. La réalité c’est que la société française est une vraie société de consommation. Elle est malheureusement et terriblement aseptisée et individualiste. Il n’en demeure pas moins que l’hexagone est actuellement un volcan. Les tensions communautaires n’ont jamais été aussi fortes depuis 2015. De nombreux incidents sporadiques ont déjà eu lieu. La France, où vit la plus grande communauté musulmane d’Europe, avec plus de six millions de membres, a connu par exemple, lors du seul premier semestre 2015, 274 actes et menaces antimusulmans d’après l’Observatoire national contre l’islamophobie (ONCI). Ce chiffre était en hausse de 281 % par rapport à la même période l’année précédente, au cours de laquelle seulement 72 actes antimusulmans avaient été répertoriés. On parle beaucoup de l’émotion et de la compassion légitimes qui ont touché nos compatriotes. Par ailleurs, on occulte quelque peu la colère latente qui les habite aussi. Celle-ci s’est exprimée dans les urnes lors de la dernière élection présidentielle lorsque Marine Le Pen est arrivée au second tour avec un score historique. Depuis des décennies, le vote FN a toujours été un dérivatif et un exutoire à la colère croissante des Français. Mais depuis, le Front National et sa présidente sont fortement discrédités. Et, il n’y aura plus d’élections avant deux ans. Et deux ans cela peut être long… Ne reste alors plus que les réseaux sociaux et notamment Facebook comme défouloir. Il est d’ailleurs assez impressionnant d’y voir qu’une certaine forme de guerre civile a déjà commencé…

Comme par exemple, le retour des djihadistes français de Syrie, la centaine de mosquées douteuses encore ouvertes sur notre territoire, la place du salafisme et des Frères musulmans en France, le sort de plus de 10 000 fichés S toujours libres, ou encore le laxisme judiciaire et de notre politique migratoire (cf. le dernier attentat de Marseille où deux jeunes filles ont été sauvagement assassinées par un étranger en situation irrégulière et connu des services de police pour de nombreux délits…).

Alors que se passera-t-il si un attentat de masse survenait de nouveau ? Quelles seraient les réactions en cas d’attentats multiples et simultanés sur tout le territoire ? Sûrement, le peuple français ferait preuve, encore une fois, « de sa formidable résilience ». Mais le risque serait alors plus grand de voir apparaître un Anders Breivik version locale. Ou encore des petites cellules complètement déconnectées et indépendantes les unes des autres, composées seulement de 2 à 3 personnes vraiment déterminées (pas plus, comme en son temps les meilleures cellules de l’IRA, qui évitaient ainsi les fuites et les infiltrations) et totalement « low tech » (sans mobile, internet ou réseaux sociaux…). Là ce serait une toute autre histoire et le rêve d’Al-Souri pourrait malheureusement finir par se réaliser…

* Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste chez JFC-Conseil. Il est par ailleurs docteur en histoire et chercheur associé à l'IREMAM, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-Marseille Université, également membre actif de l’association Euromed-IHEDN.

Il est spécialiste des relations internationales, particulièrement de la région du Maghreb et du Moyen-Orient, ainsi que des problématiques de géopolitique, de sécurité et de défense.

Il collabore aussi régulièrement à la revue Confrontation (cliquez ici).

08:15 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.