Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 31 mai 2020

Parution du n°83 de Terre & peuple magazine

TP_n83.jpg

Pour le commander ou s'abonner cliquez là

16:21 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jean-Yves Le Gallou et Thomas Ferrier invités de l'émission "Le Soleil se lève" de ce mois

Par Lucien Lachance
 
"Le Soleil se lève" a rapidement conquis le coeur des internautes du camp national en proposant un contenu pluraliste mais respectueux et positif. 
 
Aujourd'hui, nous vous proposons une émission sur le thème de l'Europe avec le célèbre Jean-Yves Le Gallou venu nous présenter son livre "Européen d'abord". Accompagné par le compagnon de Fiorina Lignier, Jacob, le talentueux Thomas Ferrier (publié aux éditions Synthèse nationale pour son livre Fascismes d'Europe cliquez ici) et Alexandre Cormier-Denis, le présentateur de l'excellente chaine nationaliste québécoise Nomos TV cliquez là
 
N'hésitez pas à venir regarder cette émission, à vous abonner et à partager la vidéo un peu partout. 
 
LE DÉFI DU MOIS : Dépasser les 5 000 abonnés de la chaine YouTube de Rokhaya Diallo ! 
 
Bon visionnage, ça risque de vous plaire ! 

15:57 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Tour de France... de la tristesse

cyclistes.jpg

par Jarente de Senac

Donc, c’est sûr, on sera privé de Tour de France cet été ! De le reculer au mois de septembre n’a aucun sens. Ce sera la rentrée des classes et plus sûrement encore la découverte par de nombreux salariés que leur entreprise a mis la clé sous la porte.

Le taux de chômage va augmenter sérieusement, ce qu’on ne peut que craindre et déplorer. Le paysage social va s’en trouver bouleverser.  Aussi, aller baguenauder sur les routes pour suivre le Tour risque de relever de la gageure.

Si l’ASO (groupe Amaury) le maintient envers et contre tout, c’est uniquement pour des raisons financières. Pas question de se passer de la manne que leur versent les villes étapes suite à un judicieux et très légal racket. Sans compter sur les droits que paient les chaînes de télévision.

Pour ce qui est des spectateurs, seuls les vendeurs de merguez auront à déplorer la chute de leur chiffre d’affaires. Il faut donc s’attendre à un Tour pour le moins bizarre, en pleine reprise du travail… pour ceux qui en ont encore. Sachant que tout attroupement sera interdit. Car, à n’en pas douter, les chômeurs seront nombreux à regarder le tour à la téloche à défaut de tondre le gazon.

C’est donc bien un Tour triste qui nous attend. Va-t-on demander aux coureurs de porter  un masque ? et de se tenir à distance les uns des autres ? Pas de peloton ? Je gamberge, certes. Mais les coureurs déjà largement contrôlés auront à subir des tests de coromachin ! Et à quelle fréquence ? car le virus aussi fait son Tour de France. Galère assurée !

13:20 Publié dans Jarente de Senac | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les 750 milliards de l’Union européenne : plus de dettes et de fédéralisme technocratique pour la France

ROUSSET M 2.JPGMarc Rousset

Les 750 milliards du plan de relance (Le Monde) empruntés par l’Union européenne devront être remboursés un jour par les États au prorata de leur richesse respective ou par de nouveaux impôts européens. Si les États doivent rembourser, la France sera alors amenée à emprunter davantage.

La France devrait donc bénéficier exclusivement de « dons » de 38,8 milliards d’euros sans aucun prêt de la part de l’UE, mais emprunter environ 127 milliards d’euros pour rembourser les emprunts de l’UE, si l’on tient compte de sa participation dans le PIB de l’UE d’environ 17 % après la sortie du Royaume-Uni. Quel serait l’intérêt de l’opération pour le coq gaulois, si ce n’est un cadeau fédéraliste de Macron à l’UE par une France ruinée, exsangue, hyperendettée, avec un taux de chômage très élevé, en progression accélérée ?

Pour aider au remboursement, la Commission propose de doter l’UE de nouvelles sources de revenus : vente de quotas sur le marché du carbone européen, taxe carbone sur les produits manufacturés par les entreprises polluantes à l’étranger, taxe sur le plastique non recyclé, voire même un impôt sur les entreprises numériques, mais rien n’est décidé ni défini à ce jour. La future taxe carbone aux frontières pourrait rapporter entre 5 et 14 milliards d’euros par an, la taxe numérique de 750 millions à 1,3 milliard d’euros, l’extension du système d’échange de quota de C02 1,3 milliard et la taxe sur les grandes entreprises 10 milliards. Mais jusqu’à ce jour, les États membres n’ont jamais réussi à se mettre d’accord sur ces taxes.

De plus, la Commission renforcerait son pouvoir fédéraliste et technocratique avec encore davantage de fonctionnaires qui enverraient davantage de dossiers en anglais pour gérer l’usine à gaz de tous ces dossiers et les débloquer selon le bon vouloir de la seule UE. Les États bénéficiaires devront présenter au préalable un plan national de relance, soumis à conditions. Macron n’a pas défendu l’intérêt de la France dans cette opération, mais seulement la marche vers le fédéralisme, alors que les peuples acceptent seulement une confédération. La Commission rêve de pouvoir relever de 1,2 % à 2 % ou 3 % du PIB européen le plafond de ressources de son budget européen.

Le seul avantage, c’est que grâce à son excellente notation financière (triple A), les taux d’emprunts par la Commission seront minimes, voire négatifs. Les premiers remboursements par l’UE ne devraient pas intervenir avant 2028. Et les emprunts seraient à dix ans minimum, et plus probablement à 20 ou 30 ans. Mais ces 750 milliards d’euros d’emprunts supplémentaires ne feront que contribuer à la fuite en avant des pays européens qui ne savent qu’emprunter davantage et créer de la fausse monnaie avec la BCE.

Le célèbre rapport de 350 pages In Gold We Trust 2020 est devenu public le 27 mai 2020 et nous ramène aux tristes réalités, au-delà des rêves fédéralistes européens et technocratiques de Macron : le coronavirus n’a fait qu’accélérer une récession qui ne s’était que trop fait attendre. Les capacités d’endettement de trop nombreux pays sont d’ores et déjà dépassées. En raison de l’hyperendettement, il ne sera pas possible de combattre l’inflation à terme en augmentant fortement les taux d’intérêt. Nous sommes à la veille de bouleversements monétaires et géopolitiques qui feront de l’or la seule monnaie de réserve car ne dépendant d’aucun État. Les auteurs anticipent, à terme, un cours de l’or à 4.800 dollars l’once, sur la base d’une « estimation prudente » dans la décennie qui vient.

Il est donc probable que toutes ces gesticulations médiatiques autour de cet emprunt fédéraliste de 750 milliards par l’UE nous apparaîtront, un jour, comme un élément parmi tant d’autres du rideau de fumées mis en place par les démocraties occidentales pour cacher à leurs populations la gigantesque catastrophe qui se profile à l’horizon.

13:17 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le débat Eric Zemmour/Michel Onfray vendredi dernier sur CNEWS

Capture-d’écran-7.png

01:33 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 30 mai 2020

Dans son nouveau livre, édité chez Dualpha, Farid Smahi s'élève contre la binationalité

Fracture-nationale-quadri.jpg

Farid Smahi, ancien conseiller régional francilien et proche de Jean-Marie Le Pen, est hostile à cette hérésie juridique que constitue la binationalité. Celle-ci encourage la république à fabriquer des nationaux hybrides et déracinés...

Il dresse ici un constat édifiant et considère qu’il y aura dans quelques années des millions de citoyens binationaux avec toute la dangerosité que cela représente… Pour Farid Smahi, « Le cheval de Troie est dans nos murs ! ». Il est temps de réagir, c'est ce qu'il fait dans ce livre argumenté. On sait que l'auteur n'a pas sa langue dans sa poche... A vous de vous faire une idée.

La fracture nationale, les dangers de la binationalité, Farid Smahi, Dualpha, 176 pages, 23 euros (+ 5 euros de port).

Pour le commander cliquez ici

 

19:23 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le nouveau numéro d'Eléments est sorti...

101167916_3082419911814023_6301106800104046592_o.jpg

N°184, juin juillet 2020, 6,90 euros,

chez votre marchand de journaux

13:49 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

MINNEAPOLIS : L’AMALGAME BAT SON PLEIN

1316294-10550945882jpg.jpg

Franck Buleux Metainfos cliquez là

Après trois jours de manifestation à Minneapolis, dans le Minnesota, et dans plusieurs villes à travers les États-Unis, le policier blanc mis en cause dans la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, a été inculpé d’homicide involontaire, ont annoncé les autorités fédérées vendredi 29 mai. « Le policier impliqué, qui a été identifié comme Derek Chauvin, a été placé en détention » par la police criminelle, a déclaré le commissaire John Harrington, du département de la sécurité civile de l’Etat du Minnesota.

Le procureur du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis, a annoncé que ses services l’inculpaient d’acte cruel et dangereux ayant causé la mort et d’homicide involontaire. Des poursuites devraient être engagées contre les trois autres policiers.

L’affaire est donc close. La justice fédérée (donc, décentralisée) suit son cours dans un État de droit où l’ancien Président donne des leçons de démocratie et de morale fréquemment. Imaginez en France, si Hollande et Sarkozy commentaient les actes de Macron, comment la presse mainstream les raillerait. Donc, en cas de dérive, le sage Obama intervient, précisant sa pensée selon laquelle « Trump, ce n’est pas bien ! ». Cela permet de simplifier les clivages entre le bien et le mal, véritable source de l’amalgame à l’américaine.

Car l’affaire n’est pas close car il y a le principe de l’amalgame. L’amalgame se veut plus fort que la justice car il s’y substitue.

Oui, je vous explique : lorsqu’un Européen, dans nos contrées, est tué par un extra-européen d’origine ou de papiers, c’est un fait unique, un fait divers, à qui un juge va donner une réponse unique, ce qui est, somme toute, logique. De toute façon, les journalistes veillent pour éviter, ce qu’ils appellent eux-mêmes l’amalgame. Donc, on ne bouge pas, pas une oreille. Dans ce sens, l’amalgame est ridicule, voire interdit, même criminel de l’invoquer.

D’une autre façon, a contrario, si un individu extra-européen d’origine, Afro-Américain comme l’on dit aux États-Unis (même si cette population n’a jamais mis les pieds en Afrique et n’y tiens, pour la plupart, probablement pas) est tué, comme il est indiqué ci-dessus, l’amalgame est de rigueur, il devient même le principe : le policier est blanc, tous les policiers (blancs ?) sont des tueurs de citoyens afro-américains en puissance. C’est un syllogisme absolu, sans retour. Pour s’exonérer de toute responsabilité a priori, il faut (peut-être) être un policier afro-américain (et encore…) ou surtout un policier blanc progressiste (du style, je reconnais que mes collègues de couleur blanche sont désagréables avec la pullulation afro-américaine).

Mais pourquoi en rester là ? Vous avez vu les images, elles sont forcément à la une des journaux télévisés nationaux français (pour dénoncer le « racisme » des États-Unis (pas « aux États-Unis » mais « des États-Unis »), racisme intrinsèque de la population blanche unilatéral, forcément unilatéral). Les images montrent une expression singulière de haine… raciale contre toutes les structures : police, commerces, mobilier urbain, automobiles… et il ne m’apparaît pas que les Blancs soient en sécurité dans ce concert de feux, de violence et de saccages. Tout ce qui provient, en quelque sorte, de l’Amérique des origines, celle née de l’immigration européenne, a mauvaise presse et se doit d’avoir mauvaise conscience. L’ethno-masochisme à l’européenne doit aussi s’appliquer aux États-Unis, n’est-ce pas pour cela qu’ils avaient élu Obama ? Toujours ce principe bi-millénaire de rédemption. Parce qu’un Blanc est inculpé (on dit toujours « inculpé » outre-Atlantique, cela vient du latin « culpa » tout simplement. La France, pays de l’absence de toute pensée, on dit « mis en examen »).

Alors, nous, les Européens, nous regardons cela dubitativement, de Gaulle nous a appris à nous méfier des États-Unis, depuis quatre ans, les médias et les politiques nous conditionnent à détester le président américain, Trump, parce qu’il n’est pas Obama. Il n’y a pas d’autre raison, il n’a pas (encore) bombardé la Normandie, il n’a pas utilisé la bombe atomique, il n’a pas envoyé de napalm sur le Viêt-Nam, il n’a pas été destitué malgré les efforts du Parti démocrate obamesque. Bref, en matière de politique extérieure, il n’est pas un ennemi  bien au contraire.

Ah, oui mais il est gros, grand, blanc, blond, son épouse est d’origine est-européenne… Ah oui, évidemment. En France, pour être président américain, il faut être mince, brun, noir, né à Hawaï… Les Français seraient appelés à voter aux États-Unis, il y aurait moins d’abstention que pour nos propres élections ! C’est logique, puisqu’on ne connaît pas son député mais on connaît Trump ! Et monsieur Obama.

Une dernière remarque qui me paraît essentielle, quand les banlieues françaises s’embrasent (cela arrive régulièrement, à Argenteuil par exemple, il me semble), il s’agit de crises sociales. Oui car il y a moins d’argent à St-Denis, en Seine-Saint-Denis, qu’à Aubusson, dans la Creuse… Si un journaliste le dit, il faut le croire, nonobstant la puissance de l’économie souterraine (non déclarée) qui pullule en Île-de-France. Donc, de temps en temps, il y a des émeutes sociales. Aux États-Unis, ce sont des émeutes raciales, la notion de « race » interdite en France étant toujours en vigueur outre-Atlantique.

On le voit, la dénomination journalistique est essentielle, amalgame des blancs racistes contre l’interdiction d’amalgame pour les autres, émeute sociale contre émeute raciale. C’est ainsi, la puissance des mots n’a jamais été aussi puissante et prégnante sur nos concitoyens qui, d’ailleurs, pour la plupart, s’y complaisent par facilité, plus que par conviction.

Aux États-Unis, les émeutes raciales battent leur plein, dans la logique de l’amalgame prenant naissance dans l’élection de Trump. Voilà ce qu’il faut penser et clamer.

Pour les États-Unis, le but à l’intérieur est la défaite de Trump et à l’extérieur, la décrédibilisation des États-Unis comme première puissance mondiale incontestée et incontestable. Certains peuvent s’y laisser prendre.

La France, passionnée par le confinement et le déconfinement, n’est pas à l’abri d’une « racialisation » des émeutes sociales. La mèche est inflammable à tout moment et si jamais, une brigade (oui, il y a bien des brigades contre le Covid-19) contre la police dénichait un « Chauvin », l’amalgame serait de mise.

D’ailleurs, un policier américain qui s’appelle « Chauvin » ne serait-il pas d’origine française ?

10:41 Publié dans Franck Buleux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

09:03 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Retour sur le documentaire de LCP sur mai 1940 : "De Gaulle, premières batailles".

jpg.jpgAndré Posokhow

Dans le cadre des émissions « De Gaulle premières batailles », il a été possible, le 25 mai 2020, de regarder sur LCP un documentaire d’une heure sur les batailles de Montcornet et Abbeville auxquelles a participé le colonel De Gaulle à la fin du mois de mai 1940.

Ces deux engagements ont déjà été abordés dans un article pour Synthèse nationale. Il est juste de souligner le grand talent de Serge Tignères pour détailler les affrontements et pour faire revivre les combats d’il y a 40 ans dans les paysages d’aujourd’hui.

Les interventions d’historiens de haut niveau, aussi bien au cours du documentaire que pendant le débat de 40 minutes qui a suivi, ont évité bien des pièges de l’historiquement correct. Malheureusement ce n’a pas toujours été le cas de certains des propos tenus par la voix off tout au long du documentaire.

Il est vrai que des milliers de Français ont répondu à l’appel du 18 juin 1940 et rejoint les rangs de la France libre et de la Résistance pour combattre et, pour beaucoup, sacrifier leur vie.

Mais ce ne sont pas les cohortes de la France libre qui ont permis de reconstituer « la puissance militaire » de la France. Cela a été l’œuvre, à partir de l’Armée d’Afrique, du général Weygand, puis des généraux Juin et Giraud. Lorsque De Gaulle a pris le pouvoir en Afrique du Nord en 1943, il a trouvé un instrument de combat déjà constitué à partir de peu de choses et qui avait combattu vaillamment en Tunisie. 

Le livre de De Gaulle Vers l’armée de métier est évoqué et à juste titre, car l’auteur a été un grand lanceur d’alerte par ambition mais aussi au risque de sa carrière. Trois points peuvent retenir l’attention :

- non la ligne Maginot n’a pas été inutile, ce qu’a confirmé l’historienne Alya Aglan pendant le débat. Mais les erreurs stratégiques de Gamelin ont fait obstacle à l’économie de forces que cette fortification aurait dû permettre au profit du front belge.

- le titre Vers l’armée de métier a été une grave erreur. Il a braqué toute la gauche parlementaire contre les audacieuses propositions gaulliennes. "Pas d’armée de prétoriens !", clamaient ces ânes, Blum en tête !

- oui, De Gaulle a eu du mérite, mais le livre de Gudérian Achtung panzer est beaucoup plus précis, technique et documenté. Et les véritables précurseurs de l’arme blindée ont été des Britanniques dans les années 20 : Fuller et Lidell Hart.

- enfin, contrairement à ce que semble évoquer la commentatrice, la grande lacune de l’auteur a été celle de la coopération du fameux binôme char-avion qui nous a fait tant de mal en 1940. De Gaulle a ignoré le rôle de l’aviation d’assaut, pourtant décisif en 1918.

Le commentaire semble opposer un officier : De Gaulle, tourné vers la guerre moderne de mouvement à une vieille caste militaire fossilisée préoccupée par la seule défensive et incarnée par le général Maxime Weygand. Même si le haut commandement a été effectivement responsable d’une terrible faillite, cette présentation apparait biaisée :

- sans même évoquer le pionnier que fut le général Estienne, d’autres noms apparaissent dans notre histoire militaire : les généraux Doumenc et Héring, les colonels Velpry et Keller ont proposé la création de grandes unités mécaniques. Même Gamelin a réclamé la constitution d’unités cuirassées en 1938-39. La controverse a fait rage ;

- c’est en catimini que le général Weygand qui lança la motorisation de l’armée en 1930, a créé la première des trois Divisions Légères Mécaniques qui fut prête en 1935 ;

- jusqu’en 1939 le pouvoir politique de gauche s’est opposé par sectarisme idéologique à cet effort que réclamaient nombre de militaires. C’est pourquoi les premières divisions cuirassées n’ont été mises sur pied de manière inachevée qu’au début de 1940, bien trop tardivement ;

Maxime Weygand a accepté avec une abnégation totale, de remplacer Gamelin. Il n’a pas seulement voulu sauver l’honneur comme le dit un commentaire, il a insufflé une énergie incroyable à une armée dévastée pour résister au début de juin 1940 à l’assaut allemand à un contre trois après la désertion anglaise.

Une fois le front enfoncé et la défaite consommée, ce que, dans le documentaire, on appelle son défaitisme, était en réalité de la lucidité, vertu qui a tragiquement manqué à nombre de politiques dont Paul Raynaud.

S’il a insisté pour envisager un armistice ce n’est seulement pour sauvegarder l’armée, c’est pour éviter une capitulation interdite par la Loi et désastreuse pour la France qu’a semblé envisager avec bienveillance l’historien Robert Franck. Il l’a fait pour sauver l’essentiel : un territoire, l’Empire et la Marine et pour donner à la France du temps et de l’espace.

Au cours du débat les deux historiens ont réfuté dédaigneusement les responsabilités du Front populaire dans le désastre. Il est vrai qu’à la fin de 1936 ce gouvernement à lancé un effort budgétaire considérable en faveur du réarmement. En réalité, du fait de l’inflation, des 40 heures, de l’inorganisation industrielle et par manque de volonté, le réarmement effectif n’a réellement démarré qu’au second semestre 1938 c’est à dire trop tard. 

Robert Franck a évoqué le titre du livre de Marc Bloch « L’étrange défaite ». Comme l’a écrit le grand historien Georges-Henri Soutou « La défaite de mai-juin 1940 n’a rien d’étrange ». La France a simplement payé l’addition de toutes les erreurs intellectuelles, politiques, budgétaires, diplomatiques et stratégiques accumulées depuis la victoire de 1918.

00:58 Publié dans André Posokhow | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 29 mai 2020

Le Journal de TV Libertés du vendredi 29 mai 2020

TVL CONF.jpg

21:35 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

TARASCON : IRRESPONSABLE, MARINE LE PEN MAINTIENT SA LISTE POUR DIVISER LA DROITE NATIONALE

101038992_2514278108673047_7066318407150338048_o.jpg

Communiqué de Valérie Laupies cliquez ici suite à l'entrevue avec le candidat RN :
 
Ce jeudi 28 mai, M. Remise, tête de liste RN aux élections municipales à Tarascon a enfin, sous la pression de colistiers et d'électeurs, concédé à me rencontrer. Lors de ce rendez-vous que M. Remise a souhaité dans la rue, j'ai pu lui proposer le retrait de sa liste. Nous avons alors tout juste évoqué la fusion de nos listes puisque M. Remise semblait acquiescer ma proposition. Il m'a assuré qu'il me rappellerait le soir même pour me donner confirmation après avoir consulté l'ensemble de ses colistiers.
 
Or, non seulement M. Remise ne m'a pas rappelée mais il a fait un communiqué vidéo sur sa page Facebook et son compte tweeter visant à me faire passer pour la candidate refusant l'union.
 
La vérité est bien différente.
 
Dès le lendemain du 1er tour, j'ai pris les devants auprès des instances locales du RN pour qu'une telle rencontre ait lieu. En vain.
 
Comme avaient été vains mes appels à l'union lancés à l'été 2019 auprès des plus hautes instances du RN et en direction de ses responsables locaux. Fin août 2019 , le responsable départemental du RN, M. Jacobelli, avait promis de me rappeler rapidement. J'attends toujours cet appel. Sa réponse a été le parachutage à Tarascon de M. Remise, Bordelais élu en Aveyron.
 
Sans cette opération de parachutage politicien, Tarascon serait une ville libérée depuis le 15 mars dernier.
 
Avec près de 36% des voix au premier tour, je réalise un score meilleur que celui de toutes les listes soutenues par le RN dans les Bouches du Rhône et ce malgré la présence de la liste parasite de M. Remise. J'ai ainsi prouvé que l'enracinement, une équipe solide et compétente avec un programme étayé, rassemblent plus que toutes les combinaisons de la mauvaise cuisine politicienne.
 
Avec mes amis, nous irons donc au second tour dans le même état d'esprit que celui qui a guidé notre campagne : au service du bon sens et du bien commun.
 
Je suis certaine que les Tarasconnais, notamment abstentionnistes ou égarés dans le vote Remise au premier tour, reconnaîtront que nous sommes la seule chance pour libérer Tarascon.
 
J'ajoute que dans la perspective d'un retrait de la liste du RN, j'ai affirmé à M. Remise que je soutiendrais la liste sénatoriale de ce parti en septembre prochain. A l'instar des autres formations politiques, les instances locales du RN semblent avoir oublié que pour gouverner, il faut prévoir...
 

101411700_242435953706441_1632899342773780480_n.jpg

Dans un souci d'efficacité et de rassemblement, le Parti de la France apporte à nouveau son soutien à Valérie Laupies
 
Le Parti de la France renouvelle son soutien à Valérie Laupies, candidate de la droite nationale à Tarascon (13), pour le second tour des élections municipales qui se déroulera dimanche 28 juin.
 
Sans la candidature-parasite d'un candidat RN, voulue personnellement par Marine Le Pen, Valérie Laupies l'aurait emporté dès le 1er tour. Au lieu de cela, une triangulaire très incertaine se profile au second tour en cas de maintien du candidat du RN.
 
Jean-Marie Le Pen a d'ailleurs solennellement demandé au Rassemblement National de retirer son candidat.
 
Il en va de même pour
Robert Ménard, maire de Béziers :
 

83231503_2266837233417137_5704639252617232384_o.jpg

18:25 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Souvenons-nous du dimanche 29 mai 2005 : le vol de la volonté populaire

100700135_10214005530651827_2105588672979009536_n.jpgL'avis de
Jean-François Touzé
 
Le 29 mai 2005, il y a tout juste quinze ans, en fin d'après midi, nous parviennent les premiers résultats du référendum sur la constitution européenne que notre peuple français repoussera à 54,68 %.
 
La part prise par Jean-Marie Le Pen dans cette victoire de la Nation et des libertés fut immense et bien sûr occultée par le Système au profit d'autres partisans du NON plus conformes et plus regimo-compatibles.
 
Plus que tout autre pourtant le Président du Front national fut l'artisan de ce refus, lui qui, trois semaines avant le scrutin prédisait "un boomerang du 21 avril avril".
 
Le Président, en revanche, ne doutait pas que les eurocrates feraient tout pour refuser la volonté nationale et, d'une façon ou d'une autre, parvenir à leurs fins. Ce fut le sinistre traité de Lisbonne.
 
Mais ce qui fut sera.

18:24 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

À CELLES ET CEUX QUI NOUS ONT COMMANDÉ DES LIVRES ET QUI SONT DANS L'ATTENTE DE LES RECEVOIR :

4587.jpg

Plusieurs livres devaient sortir ces derniers mois. Il s'agit du Cahier d'Histoire du nationalisme n°18, consacré à Honoré d'Estienne d'Orves et aux monarchistes dans la résistance ; de Réflexions pour un nouveau corporatisme, ouvrage collectif consacré, comme son titre l'indique, au corporatisme, et de la réédition des Cahiers d'Histoire n°1 (Léon Degrelle) et du n°2 (François Duprat).

La crise sanitaire qui vient de se dérouler nous a obligé à reporter ces parutions. Nos imprimeurs et nos transporteurs étant fermés pour cause de confinement. De plus, les retards postaux ne facilitaient rien. Cependant, les choses sont en train de s'arranger et nous nous en félicitons.

Ainsi, les livres et Cahiers commandés vont être livrés très rapidement. Le Cahier n°2 consacré à François Duprat et au nationalisme-révolutionnaire a d'ailleurs été expédié dès hier et aujourd'hui. Les autres titres partiront en milieu de semaine prochaine. Encore un peu de patience et toutes les commandes vont être enfin honorées. Il en va de même pour les abonnés aux Cahiers d'Histoire du nationalisme.

Nous vous remercions pour votre confiance et pour votre compréhension pour ces retards qui, comme vous le savez, sont bien indépendants de notre volonté. Pour Synthèse nationale et Synthèse éditions la crise a aussi été une épreuve dont nous nous serions volontiers passé. Mais grâce à la fidélité et à la générosité de nos amis, nos activités peuvent reprendre dès maintenant.

S.N.

Si vous souhaitez acheter

ces livres (ou d'autres) cliquez ici

16:45 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Parution le 10 juin aux Bouquins de Synthèse nationale d'un nouveau livre de Michel Vial intitulé "La chute de l'empire occidental"...

maquette couv.jpg

Loin d’être dogmatique, cet essai répond avant tout à une logique. Celle du témoin d’une époque qui voit s’écrouler un « empire occidental » que l’ont pouvait naïvement imaginer, au lendemain de l’instauration du Nouvel Ordre mondial, au début des années 1990, comme devant être définitif.

Avoir voulu, au nom de l’ultra-libéralisme, détruire les nations et leurs spécificités au profit d’un vaste marché aux dimensions planétaires a été la grande erreur de ces dernières décennies. Nous voyons aujourd’hui que ce funeste projet mondialiste a atteint ses limites. De plus, le retour sur la scène internationale de l’islam conquérant, accentué par les grands brassages migratoires, assombrit encore plus l’avenir de nos peuples européens.

Faut-il pour autant baisser les bras ? Certainement pas...

Engagé dans le camp nationaliste alors qu’il était étudiant, Michel Vial a gardé de sa jeunesse cette approche non-conformiste qui caractérise ceux qui ont compris, avant les autres, que la défense de notre identité, et de notre liberté, est un éternel combat.

Dans cet ouvrage, il décortique un par un les différents aspects de la crise que nous subissons en essayant de faire passer un message d’espoir à ceux qui refusent l’anéantissement de notre civilisation.

L'auteur : Michel Vial

Michel Vial, 64 ans, a été militant nationaliste dans sa jeunesse étudiante. Engagé volontaire à 20 ans dans les Phalanges liba-naises, il est blessé au combat à Beyrouth en septembre 1976. Deux ans plus tard, il est élève officier de réserve à l’école d’application de l’Arme blindée cavalerie de Saumur dont il sort major de sa promotion et intègre le 2e Régiment de Hussards.

Après une carrière professionnelle dans les métiers de la formation et de la communication, il se consacre à la rédaction d’articles et d’ouvrages sur l’histoire militaire moderne. Il publie chez « Histoire & Collections » son premier livre en 2018 sous le titre Otto Skorzeny, l’homme le plus dangereux du IIIe Reich qui retrace la vie extraordinaire du chef des commandos de Hitler.

Michel Vial est l’un des fondateurs et le porte-drapeau de l’AAVFL (Amicale des Anciens Volontaires Français du Liban).

La chute de l'empire occidental, Michel Vial, Les Bouquins de Synthèse nationale, collection idées, juin 2020, 130 pages, 18 euros (+ 5 euros de port).

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande

16:11 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ceux qui discutent du « monde d’après » et ceux qui le font

capitalisme.jpg

Par Eric Le Boucher

Le débat politique sur le « monde d’après » s’enlise dans des propositions qui nous feraient plutôt retourner vingt ou trente ans en arrière.  Sur le terrain des entreprises en revanche, la prise de conscience que l’environnement et la dimension sociale sont incontournables, devient de plus en plus forte, en tout cas en Europe.

Est né un sentiment qu’il faudrait « profiter du coronavirus » pour changer ce qui ne va pas. Mais surplombe d’abord une volonté générale de reprendre le cours normal de son existence. L’hésitation des individus entre innovation et protection s’agrège nationalement et le résultat penche nettement en faveur de la seconde. On assiste à des changements, le manger local, mais surtout à un grand conservatisme comme le reflète l’épargne des ménages. Changeons ?  Attendons.

Abîme de la radicalité

La faute en revient au débat politique affligeant sur « le monde d’après » qui repart sur la pensée prémâchée du « plus d’Etat », « plus de social », « plus d’écologie » dans une superficialité confondante. La classe politique s’est ralliée à Raymond Devos qui disait : « Se taire quand on n’a rien à dire ? Ah non ! c’est trop facile. » Elle parle donc. La droite assure péremptoirement qu’« il y a un espace entre Macron et Le Pen » et prepare en vérité un retour au chiraquisme immobiliste. La gauche se remotive fébrilement autour de l’impôt sur la fortune. L’ISF rapporterait 2 milliards quand on a besoin de 500 mais qu’importe, « la politique c’est du symbole ». A-t-elle une autre idée la gauche ? Aucune.

Le débat syndical n’a pas plus d’intensité. La CGT, Confédération générale du travail, lutte désormais de toutes ses forces contre le travail et, ravagée par une puissante fraction intérieure qui trouve qu’il faut tout casser, elle s’enfonce dans l’abîme de la radicalité. La CFDT se perd à l’inverse dans l’espace sidéral avec un Nicolas Hulot qui fut le pire ministre de l’Environnement parce qu’il a fait rêver de la Lune sans savoir construire une fusée qui y aille.

Transformation du capitalisme

Heureusement, à côté de ceux qui parlent, il y a ceux qui font. Les entreprises et une partie de la finance se sont engagées dans une transformation qui les rend « responsables » ou « inclusives » ou « respectueuses des parties prenantes », qu’importe le mot. On peut là aussi craindre la superficialité d’une politique de pure communication. Le danger est réel. Pourtant, un tournant s’opère sous la pression, justement, du sentiment populaire qu’il faut changer. Là où la politique ne trouve pas de débouché intellectuel, les entreprises en trouvent sur le terrain. Le capitalisme, du moins en Europe, commence à se transformer « par lui-même ».

On en veut pour preuve Danone et Total. Le champion français de l’industrie alimentaire va proposer à ses actionnaires un changement pour devenir une « entreprise à mission cotée », forme introduite par la loi Pacte. Danone fait un pas de plus, Antoine Riboud son créateur insistait sur le social, Franck son fils sur l’environnemental, et Emmanuel Faber, son actuel PDG, inscrit cette « mission » dans la gouvernance et la rend juridiquement opposable. Elle coupe les ponts.

Total n’a pas du tout la même histoire. Si le groupe est social, c’est parce qu’il est très riche. Quant à l’environnement, vendre de l’essence rend cette « mission » peu crédible. Patrick Pouyanné, son PDG, veut pourtant atteindre le « zéro émission net » en Europe en 2050. Pourquoi viser cette neutralité carbone ? Parce que, nous y revenons, l’opinion publique le souhaite, parce que les gouvernements et Bruxelles prennent et prendront des mesures sérieuses pour y contraindre et parce qu’une partie croissante des fonds actionnaires y poussent aussi. Total anticipe comme d’ailleurs Shell et BP, ses deux confrères européens qui ont aussi amorcé leur mutation transgenre.

Un coût à court terme mais un avantage à moyen terme

On notera que les groupes américains n’ont pas la même politique, pour l’heure. Comment atteindre la neutralité ? En abandonnant l’essence puisque les voitures à moteur thermique deviendront interdites et en devenant producteur électrique par renouvelable. Ce qui restera de gaz et de pétrochimie pourra être compensé ou stocké, ce qui nécessite de lourds investissements. Total espère que sa transformation européenne servira de modèle pour le reste du monde où les contraintes et les incitations ne sont pas les mêmes et où il restera émetteur net de CO2.

La responsabilité sociale et environnementale a un coût à court terme mais un avantage à moyen terme, plaident Danone comme Total ou d’autres (Veolia, Suez, EDF...). La difficulté de ces transformations du capitalisme est de convaincre la nébuleuse des actionnaires français, européens et internationaux. En Europe, une finance verte est devenue puissante et exigeante tandis qu’elle reste marginale aux Etats-Unis. Cette divergence n’aide pas. Mais le monde d’après se construit en vrai. Espérons que l’impéritie politique ne le détruise pas.

Source, Les Echos 29/05/2020

10:24 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 28 mai 2020

Parution du nouveau numéro de la revue Réfléchir et Agir

R&A65c.png

Le dernier numéro de Réfléchir&Agir


Dans sa dernière livraison, Réfléchir & Agir consacre son dossier à la situation au Proche-Orient. Egalement des articles sur Henri Dorgères, Rudolf Hess, la Santa Muerte, la sionologie, ou sur l’invasion de nos biotopes par des plantes et insectes venus d’autres continents. Enfin deux entretiens avec les écrivains Thierry Bouclier et Pierric Guittaut (de la Série Noire).
 
Réfléchir & Agir, n°65, printemps 2020, 7 euros, chez votre marchand de journaux.

23:48 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de TV Libertés du jeudi 28 mai 2020

TVL CONF.jpg

21:00 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Eternel Giorgio Almirante

breve-trieste-giorgio-almirante.jpg

Julius Caius Nous sommes Partout cliquez ici

Giorgio Almirante fait partie des hommes qui ne traversent pas le temps en costume d’anonyme, bien au contraire. Ce fidèle au Fascisme qu’il a servi en écrits comme en combats fait partie des hommes qui marquent de leur emprunte l’histoire d’une nation. Giorgio Almitante est de la race des seigneurs, de la race des courageux, des héros même s’il  refuse ces titres.

D’abord journaliste, Almirante écrit des critiques cinématographiques pour la revue Il Tevere de Telesio Interlandi, dont les colonnes étaient chargées de faire connaître les activités de la jeunesse fasciste dans les années 30. Il est aussi membre des groupes universitaires fascistes mussoliniens, fêtant au passage le dixième anniversaire de l’arrivée au pouvoir du DUCE et il collaborera à Il Tevere jusqu’en 1943 avant d’en devenir le rédacteur en chef. Secrétaire de rédaction jusqu’en 1942 de la revue La Difesa della Razza et correspondant de guerre notamment en Afrique du Nord à la suite de la division des chemises noires, il sera décoré de la croix de guerre pour vaillance militaire.

Il naît en 1914 dans la région de Parme en Emilie-Romagne tout comme il DUCE et comme mon père – décidément c’est une terre fertile pour les héros – et il consacrera toute sa vie aux idéaux fascistes, œuvrant sans cesse pour la grandeur de son pays, honorant à travers ses écrits et discours tout ce que fut ou furent les piliers essentiels d’une civilisation fasciste et mussolinienne, qu’ils soient hommes ou actes. Ces hommes là ne s’arrêtaient jamais, ils sautaient d’un combat à l’autre, tantôt avec les poings, tantôt avec la plume et portaient avec fierté leur empire tout en le servant avec humilité .

Giorgio Almirante mènera après guerre un combat politique acharné contre les démons bolcheviques, agaçant ses adversaires, exhortant ses fidèles à servir les idéaux fascistes du passé, sous la bannière du MSI (Mouvement Social Italien) à la fondation duquel il participera, en 1946 dans un discours enflammé, emplis de courage, de passion, d’amour pour un idéal, de fidélité à un « guide » il Duce et pour servir une cause, celle du peuple fier de ses origines, de son sang et de sa race.

Quand en France sévissait « De Gaulle », en Italie brillaient Giorgio Almirante et Pino Romualdi, le second participera d’ailleurs aux campagnes d’Albanie et de Grèce. De vrai guerriers multi-fronts. De Gaulle parlait dans un micro, les deux autres tenaient un fusil. Voilà des destinées bien différentes, un fossé de différences dans les combats, et quant au courage politique, les actes parlent d’eux mêmes. Ceux-là n’ont pas joué dans la même cour. Il y a 32 ans, mourait Giorgio Almirante et des milliers de fascistes et néo-fascistes accompagnèrent sa dépouille.

Le fascisme perdit la même année Romualdi (la veille de la mort de Giorgio Alminrante, NDLR -SN). Ces deux hommes laisseront un désert politique qui ne sera jamais comblé.

L’Italie a eu besoin de héros. Almirante fut l’un d’eux. Sa voix s’est éteinte définitivement mais reste encore vive dans les cœurs de ses soldats devenus orphelins encore une fois, se rappelant cet homme debout sur les estrades, jurant à pleins poumons son espoir dans la jeunesse italienne, hurlant de ne pas oublier le passé qui ne pouvait que redevenir le futur de tout un peuple. L’Italie est un pays qui ne se repose jamais, les enfants de la louve ont trouvé bien des frères au fil des décennies, les mêmes cœurs ardents et combatifs, et quand le rideau tombe, la mise en scène pour les adieux est inutile, elle devient naturelle et sans fard ! On se doit de rendre hommage à ces hommes là en se les remémorant en costume politique ou bien en essayant de se les imaginer en uniforme, aussi entiers en joutes verbales que forts au combat.

« Notre racisme doit être celui du sang, celui qui coule dans mes veines, que je ressens en moi et que je peux voi, analyser, et comparer avec le sang des autres » Giorgio Almirante.

 

Sur l'histoire du MSI, lire :

2017 02 CHN 11 1.jpg

Le commander en ligne cliquez là

Bulletin de commande

13:05 Publié dans Nous avions un camarade..., Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Réindustrialiser la France

jean_m.jpg

Jean-Marc Jancovici est tout sauf un joyeux plaisantin Ce polytechnicien, grand spécialiste des problèmes de l'énergie est le président d'un groupe de réflexion Shift Project à l'origine d'un manifeste esquissant les pistes à suivre pour décarbonner l'Europe d'ici 2050. Dans l'entretien qu'il donne ici à l'hebdomadaire Marianne, il dresse les pistes pour réindustrialiser la France dans une économie décarbonnée.

Lire la suite ICI

12:29 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Plan de relance de l'UE : qui paye commande !

rts3967u.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
L'annonce faite mercredi par la présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen (NDLR : photo ci-dessus) de la mise en oeuvre d'un plan de relance communautaire destiné à mutualiser les dettes engagées par les pays membres pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire du COVID-19, plan de 750 milliards d'euros, soit 250 de plus que ce que proposaient Macron et Merkel la semaine dernière, constitue un pas de plus sur la voie du fédéralisme et de l'effacement des Nations au profit de la technostructure mondialisée  bruxelloise.
 
C'est une très mauvaise nouvelle pour les peuples européens et en particulier pour la France.
 
D'abord parceque ces sommes vertigineuses empruntées directement par l'UE en bénéficiant des taux actuels, faibles, voire négatifs, devront un jour être remboursées. Elles le seront par les États non pas en fonction de ce qu'ils auront reçu, mais par rapport à leur PIB. À ce jeu, la France sera nécessairement confrontée à une perte sèche qui pèsera lourdement sur les contribuables le moment venu.
 
Ensuite parce que, ce faisant, la Commission renforce son pouvoir. Qui paye, commande. Comme ce fut le cas il y a dix ans avec la Grèce, l'UE disposant des fonds et des leviers de leurs distribution, sera à la fois arbitre et acteur principal, pesant sur les orientations, intervenant et décidant des budgets nationaux, imposant ses choix politiques et ses lois d'austérité.
 
Une Europe nouvelle, puissante, identitaire et libérée des tutelles intercontinentales, est pour nous, nationalistes, qui ne ne nous reconnaissons pas dans le souverainisme  moisi, un objectif majeur, mais encore lointain. Sa construction ne se fera que par les victoires politiques des mouvements nationaux au sein de chaque Etat, victoires qui ouvriront alors la voie à des changements de paradigmes permettant des transferts structurels librement consentis. Nous n'y sommes pas.
 
Le fédéralisme globaliste, antagoniste à toutes nos aspirations et négateur des volontés des peuples européens, vient malheureusement, quant à lui, de marquer un point décisif. 

11:21 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

97650505_10222830176450900_6310729167524593664_o.jpg

11:19 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Et si on parlait solutions concrètes ?

natacha.jpg

par Natacha Polony

Alors que la crise qui vient s’annonce ravageuse pour des pans entiers de notre économie, et plus largement pour le pays dans son ensemble, du bien-être de sa population à sa place dans le concert des nations, on reste consterné devant le niveau des débats sur le monde d’après et les moyens d’en sortir. Ne parlons même pas de la nouvelle fracture idéologique autour d’une molécule extraite de la quinine, permettant aux uns de dénoncer partout des taupes des lobbys pharmaceutiques et aux autres de débusquer des cryptofascistes. Le reste est à l’avenant. On découvre que notre classe politique est unanimement attachée à la souveraineté (mais « sans tomber dans le souverainisme », pour citer l’inénarrable Najat Vallaud- Belkacem), à l’indépendance, à la préservation de l’industrie... A se demander comment Jean-Pierre Chevènement n’a pas été élu triomphalement en 2002, tant on lui trouve d’électeurs cachés.

Le président lui-même a visiblement décidé d’orchestrer ce que les commentateurs politiques baptisent déjà du ronflant titre d’« acte III du quinquennat » (après trois ou quatre actes II) et qu’il nous promet tourné vers cet impératif d’indépendance. Bref, conforme à ce que réclament depuis déjà quelques décen- nies les citoyens français pour cesser d’être soumis au bon vou- loir de puissances impérialistes, de multinationales adeptes de l’optimisation scale et de fonds vautours spécialistes du pillage de l’outil industriel. Tout le problème, pour opérer un tel tournant (outre la question de la crédibilité, quand on a fondé toute sa « révolution » électorale sur l’éloge du libre-échange, de la nanciarisation anglo-saxonne et de la rigueur budgétaire allemande), est de trouver les hommes capables non seulement de prendre les décisions, mais de les imposer ensuite à une administration toute-puissante et pétrie de vieilles idéologies.

La difficulté est d’autant plus grande que l’on sent déjà s’agiter tous ceux qui, soit par intérêt, soit par aveuglement, n’ont aucune envie de voir remis en cause le système. La popularité mirobolante du Premier ministre nous raconte cette conversion d’une partie de la bourgeoisie française, qui avait voulu voir dans Emmanuel Macron un rassurant hybride d’Alain Juppé et Jacques Delors, mâtiné d’un peu de décoiffante jeunesse, et qui trouve finalement que le juppéisme droit dans ses bottes d’Edouard Philippe est beaucoup plus able que les « réinventions » opportunes du converti de l’Elysée. Un peu comme cette bourgeoisie s’était mise à rêver, après la révolte étudiante, du moderne et sérieux Pompidou pour se prémunir contre les idées baroques du vieux Général, faites de participation, de régionalisation et d’indépendance nationale face à l’emprise croissante du marché. Il serait dommage que le seul moment où Emmanuel Macron pût être comparé à de Gaulle fût non pas 1940 ou 1958, mais 1968... D’autant que c’est justement d’un mai 1958 qu’a besoin la France. Un moment crucial où toutes les structures sont à réinventer. L’hôpital, l’université, l’agriculture, l’industrie, et jusqu’aux institutions elles-mêmes.

L’enjeu est majeur. Rien ne serait pis, face à une telle situation, que d’en rester aux réflexes conditionnés, à la pensée automatique et sectaire. On ne sauvera pas des milliers d’entreprises et des centaines de milliers d’emplois en entonnant les chœurs habituels sur la menace de ces « populistes » tapis dans l’ombre. Pas plus qu’en déversant l’argent public sans imposer aux heureux bénéficiaires une sauvegarde de l’emploi en France. Ce n’est pas d’incantations ni d’esbroufe que nous avons besoin, mais de pragmatisme. Car il s’agit de redonner confiance au pays pour vaincre les forces centrifuges qui sont à l’œuvre dans toutes les strates de la société et, à la fois, d’entraîner tous ceux qui ont envie de voir en n la France inventer un modèle économique fait de filières de pointe, de production locale, de respect de l’environnement et de maillage du territoire par un réseau de PME capables de fournir de l’emploi dans des zones aujourd’hui sinistrées.

Pour l’heure, et faute d’industrie pour produire les équipements nécessaires à notre protection contre la pandémie, l’Etat a fait le choix de bloquer l’économie en compensant par une indemnisation massive à travers le chômage partiel. Pendant ce temps, nos voisins allemands subventionnent l’activité à une échelle incomparable, à travers les aides aux PME. L’urgence est donc de se donner les moyens de redémarrer. En obligeant les banques à jouer leur rôle de soutien. En usant de la BPI, et même de la Banque européenne d’investissement. En émettant, à l’échelle des Etats comme à celle de l’Europe, des obligations perpétuelles permettant à la puissance publique d’investir dans des secteurs d’avenir comme la santé, la transition énergétique... Les solutions existent, mais on ne les trouve ni dans les vieux réflexes des adeptes de la gouvernance bornée, qui n’ont visiblement pas vu le monde changer, ni dans les pétitions de principe des protestataires qui évitent en général de se confronter au réel.

La colère des citoyens gronde. Elle n’est pas – pour l’heure – une rage aveugle. Elle attend des actes qui l’apaiseront. Des perspectives nouvelles. Une idée de ce que doit être la France.

Source : Marianne 28/05/2020

10:56 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

McDonald’s : du Big Mac au Big scandale !

McDonald-s-BigMac.jpg

La chronique de Philippe Randa

Décidément, le temps n’est pas au beau fixe pour les multinationales ; après Amazon – l’ogre du commerce électronique – dont les conditions de travail ont été sévèrement recadrées, jusqu’à obliger ses centres de distribution en France à fermer, faute de conditions sanitaires satisfaisantes – c’est au tour de McDonald’s – le monstre de la malbouffe – d’être dans le collimateur de la justice : il est poursuivi devant  l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) depuis le 18 mai pour « harcèlement sexuel systématique ». Qui l’eût imaginé ?

Les conditions de travail des célèbres « restaurants » (sic !) dans plusieurs pays ne sont pas les seules en cause, puisque la plainte déposé par une coalition internationale de syndicat vise également deux banques d’investissement : la néerlandaise APG Asset Management et la norvégienne Norges Bank, actionnaires de McDonald’s.

Le Monde rapporte que « les syndicats ont rassemblé des témoignages, avec des allégations allant de “commentaires vulgaires à des agressions physiques” à l’encontre de salariés en Australie, au Brésil, au Chili, en Colombie, en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis. »

Un premier coup de semonce avait pourtant été donné il y a deux ans lorsqu’en 2018 « à l’heure du déjeuner, les employés des McDonald’s de dix villes américaines vont cesser le travail, afin de pousser leurs directions à prendre des mesures plus énergiques contre le harcèlement sexuel au travail » selon le Time Magazine.

Pour se défendre, l’enseigne argue que 90 % de ses restaurants étant franchisés, elle n’est en rien responsable des conditions de travail des employés… et ce sera donc à des juges néerlandais – les pays-Bas sont le « centre nerveux » du groupe en Europe et le siège de la banque APG – de décider si « la violence et le harcèlement basés sur le genre font partie de la culture de McDonald’s. »

On pensait pourtant qu’en s’aventurant chez McDo, les seules craintes à avoir se situaient au niveau du palais et de l’estomac… pas de la chute de rein !

Lire EuroLibertés cliquez ici

00:16 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 27 mai 2020

Le Journal de TV Libertés du mercredi 27 mai 2020

TVL CONF.jpg

21:06 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Canonisation prochaine de Charles de Foucauld.

images.jpgL'avis de
Jean-François Touzé
 
Autrefois, dans nos écoles, on enseignait aux enfants émerveillés les pages édifiantes de notre Histoire, on y admirait  les cartes multicolores de notre empire, on se penchait avec passion sur la vie comme sur la pensée des grandes figures qui s'illustrèrent au service de Dieu et de la plus grande France : Bayard, Duguesclin, Jeanne, bien sûr, Bournazel et le père de Foucauld dont nous nous réjouissons de la canonisation prochaine.
 
Officier français de tradition et de libertés avant de trouver la voie spirituelle qui le mènera à la sainteté, Charles de Foucauld a, par la hauteur de sa pensée, par son humilité personnelle jointe à la force de sa prédication évangéliste auprès des populations indigènes de nos terres arabes, par son courage et son martyr, marqué profondemément des générations de petits Français comme moi, formés par le culte de la grandeur française, le catéchisme des temps anciens, les récits de nos combattants des deux guerres mondiales et des colonies, et les livres "Signe de piste" en particulier ceux de celui qui, 20 ans plus tard, deviendrait un ami très cher au sein de la direction du FN : Yves de Verdihac, alias Serge Dallens.
 
Le père de Foucauld fut un inlassable défenseur de la France et de sa présence en Afrique qu'il pensait indissociable de la christianisation des populations. Il fut également un partisan acharné de l'action robuste de notre armée face aux bandes rebelles. Enfin sur la question de l'Islam, il est bon et utile de se souvenir de ces paroles aujourd'hui si peu correctes : "Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ?"
 
Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent, même si avec certains, il y a des accompagnements ; tout musulman, (je ne parle pas des libre-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu’à l’approche du jugement dernier le mehdi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non-musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu’aux Allemands, parce qu’ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger ; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d’honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècle : mais d’une façon générale, sauf exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du mehdi, en lequel ils soumettront la France".

18:27 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Coronavirus tout était donc faux ? Panique à bord du vaisseau média mensonge

838_virus.jpg

11:32 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LES ÉLUCUBRATIONS TÉLÉVISUELLES DE MADAME JORDANA...

2020 05 JORDANA.jpg

La réaction de Thomas Joly, président du Parti de la France :

Si Camelia Jordana Aliouane, petite beurette bourgeoise, a si peur de la police française, qu'elle n'hésite pas à remigrer en Algérie. Là-bas, elle n'aura pas à se faire défriser la tignasse puisqu'un voile la couvrira et qu'elle sera consignée dans sa casbah.

Source cliquez ici

11:05 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un ex-officier du renseignement militaire russe : « Cette pandémie est un mensonge »

images.jpeg

11:00 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Bas les masques

Action réalisée devant la préfecture du Var pour dénoncer la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement.

2c1a94_52a6e939d6d14717b48a45d226b00238~mv2.jpg

Source: Academia Christiana

10:27 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook