Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 31 août 2014

LA DANSE DES CRABES

P1020984.JPGPierre Vial

Président de Terre et peuple cliquez ici

A l’heure où la faillite du tandem Hollande-Valls est patente, malgré leurs rodomontades, ils ont choisi, une fois de plus, de nier la réalité en débarquant les ministres qui avaient le front de le rappeler. Bien entendu, ceux-ci –Montebourg en tête – ne sont motivés, sous de nobles propos qui ne trompent personne, que par leur avenir électoral (en l’occurrence, pour Montebourg, l’échéance de l’élection présidentielle). Il reste que le constat qu’ils font peut être fait par tout un chacun : la hausse du chômage n’a jamais cessé depuis l’élection de Hollande ; le déficit public est supérieur à 4% du PIB ; l’explosion d’une dette qui dépasse les 2 000 milliards et plombe tout budget ; la dépense publique et le poids de la fiscalité sont supérieurs, en France, à ce qu’ils sont chez nos voisins allemands, italiens et espagnols.

Face à cela, les choix emblématiques faits pour la composition du gouvernement Valls-bis sont révélateurs. En particulier sur deux axes :

- 1 - La « diversité » (c'est-à-dire le choix d’une société multiraciale) est amplifiée : la négritude est toujours représentée par la Taubira (c’est la seule raison de sa présence), le Maghreb par Najat Vallaut-Belkacem (qui, en tant que ministre de l’Education nationale, fera ce qu’il faut pour que les petits Gaulois oublient ou renient leurs racines), Myriam El-Khomri, secrétaire d’Etat chargée de la « politique de la ville » (tout un programme) et Kader Arif, secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants et de la mémoire (sic) et l’Asie par la Coréenne Fleur Pellerin, ministre de la culture (qui, décidément, ne doit surtout plus être européenne). Quant au métis Harlem Désir, il fait, comme d’habitude, de la figuration.

- 2 - L’alignement du tandem Hollande-Valls sur le capitalisme libéral est total. Il est incarné par le nouveau ministre de l’Economie Emmanuel Macron, un « social-libéral » (ce mot est le mariage de la carpe et du lapin…), ancien associé-gérant de la banque Rothschild. C’est, avec lui, « l’abandon définitif de la lutte contre la finance ennemie, promise pendant la campagne de 2012 » (Le Monde, 28 août). De quoi « rassurer les marchés, Bruxelles et l’Allemagne ». Le patronat n’a pas tardé à apporter son satisfecit, le patron du Medef faisant applaudir Valls par ses troupes à l’occasion de leur université d’été. Ce qui n’a pas empêché le PDG d’Axa d’appeler Valls à « aller plus loin ». Gageons que le premier ministre aura entendu le message et obtempérera.

Petite difficulté, quand même, pour Hollande : alors que les sondages indiquent que sa cote de popularité dans le pays continue à baisser, avec des chiffres jamais vus sous la Ve République et que –élément nouveau – celle de Valls se met à plonger, ses soutiens politiques se réduisent comme peau de chagrin. Car, explique pudiquement Le Monde, « l’actuelle minorité de parlementaires frondeurs exprime tout haut le sentiment largement partagé par les socialistes que la politique menée par M. Hollande est aux antipodes des credo traditionnels de la gauche ».

C’est oublier, ou faire semblant d’oublier, que le phénomène n’est pas nouveau, l’orientation libérale de Hollande lui ayant été soufflée, d’abord discrètement, depuis deux ans, par un Emmanuel Macron qui a été son conseiller économique à l’Elysée. Un bon placement pour la finance cosmopolite…

13:04 Publié dans Les Nouvelles du Front de Pierre Vial | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Quand SOS Racisme pète les plombs…

1626582223.jpgSource PdF Calvados cliquez ici

Depuis sa nomination à la tête de l’éducation (anti)nationale, Najat Vallaud-Belkacem, est la cible de nombreuses critiques de Français, irrités et inquiets de voir la promotrice de l’idéologie du genre devenir le chef de l’éducation du pays. Quand on se remémore l’ampleur des mobilisations contre les lois décadentes et l’ampleur de la crispation de l’Etat, que l’on a pu juger à l’aune de la féroce voire incompréhensible répression policière, l’on conçoit assez aisément qu’une femme aussi idéologiquement marquée que Najat Vallaud-Belkacem s’attire les foudres des gens normaux : ceux qui pensent qu’un homme… est un homme et qu’une femme… est une femme.

C’était sans compter sur l’association subventionnée SOS Racisme !

Les génies politiques de SOS Racisme, obnubilés par la question raciale, n’ont même pas cette lecture pourtant simple de la situation. Non ! Eux, ils ne voient pas que le nouveau ministre de l’Education (anti)nationale est combattu comme un agent du « progressisme » gauchiste. Ce qu’ils voient, eux, c’est que Najat Vallaud-Belkacem est maghrébine ! Point ! Donc si elle est critiquée, c’est en raison de sa race ! Ou encore mieux, car le mot « race » est étrangement tabou chez ceux qui s’appellent SOS Racisme : ils disent « partie du genre humain ». Ce n’est pas une blague ! C’est dans leur pétition !

sos-racisme1.jpg

Car oui, du coup, chez SOS Racisme, on a fait une pétition pour défendre le ministre, qui serait attaqué par des Français sexistes et racistes ! Logique antiraciste…

La conception racialiste de toute chose conduit l’association antiraciste ( ?) à ne voir dans cette femme qu’une maghrébine, et pas la porteuse d’un idéal politique contraire à celui de ses détracteurs. La race les aveugle !

Heureusement que tout le monde n’a pas cette vision raciale des choses ! Est-ce que, par exemple, l’on peut accuser SOS Racisme d’antisémitisme lorsque cette association s’oppose avec virulence aux thèses de Louis Aliot ou au maire de Fréjus David Rachline ?

Bref, cette pétition de SOS Racisme est comme SOS Racisme : ridicule.

Pour le plaisir, nous vous présentons une magnifique capture d’écran - ce n’est pas un fake ! Voir ici où les termes ridicules venus de la novlangue ont été mis en valeur par nos soins !

sos racisme2

11:02 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Nouveau gouvernement : bras-de-fer ou bras d’honneur à gauche ?

P1020933.JPGLa chronique de Philippe Randa

« Vous ne nous aimez pas ? Vous allez nous détester ! » semble  avoir été le mot d’ordre de l’Exécutif – Hollande et Valls – lancé à la face de tous le pays avec la constitution du nouveau gouvernement.

Provocation pour la Droite, certes, avec la nomination de Najat Vallaud-Belkacem à l’Éducation nationale : l’égérie de l’« ABCD de l’égalité » (soit la promotion cachée de la funeste Théorie du genre) en fait s’étrangler à juste titre plus d’un ; et que dire, pour la Droite de la Droite, du maintien de la tant honnie Christiane Taubira à la Justice ?

Mais surtout véritable insulte pour la Gauche – et pas seulement pour la Gauche de la Gauche – avec l’arrivée au ministère de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, d’un ancien banquier d’affaires de la banque Rothschild, Emmanuel Macron ; plus qu’un reniement de la déclaration de matamore du candidat Hollande contre la finance « ennemie public », c’est un véritable bras d’honneur qui lui est fait : le candidat avait promis de mettre les banques au service de l’économie, le Président met ainsi ouvertement l’économie du pays au service de la finance.

Pourquoi cette volonté affichée de provoquer tout le monde… comme dans une fuite en avant suicidaire ? Ou peut-être que, conscient de son impuissance à redresser la situation économique, l’Exécutif veut mettre tous ses ex-alliés récalcitrants devant leur responsabilité, soit un soutien contraint et forcé par la perspective – avec une UMP moribonde et un Centre droit à la peine – de voir le Front national confirmer à l’avenir son statut de premier parti politique de France avec une Marine Le Pen en tête de l’élection présidentielle. Et peut-être pas uniquement au premier tour de celle-ci !

10:51 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 30 août 2014

Ajaccio, samedi 6 septembre : manifestation contre l'exposition du "pischrist"...

10606188_1499474310296852_2355300247674993890_n.jpg

11:17 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Libye : est-il encore possible d'empêcher la création d'un "Etat islamique d'Afrique du Nord" ?

bernard-lugan-233x300.jpgBernard Lugan

L'Afrique réelle cliquez ici

Au point de vue militaire la situation libyenne a considérablement évolué depuis mon précédent communiqué en date du 17 août dernier :

- A l'Est, en Cyrénaïque, l'offensive du général Haftar a été bloquée par les milices islamistes; le 22 juillet, à Benghazi, le quartier général de ses forces spéciales a même été pris d'assaut.
 
- A l'Ouest, en Tripolitaine, les milices de Misrata (Frères musulmans) et les salafistes de Tripoli surarmés par le Qatar et par la Turquie, paraissent prendre peu à peu le dessus sur les milices berbères de Zenten dans la région de l'aéroport principal de Tripoli. Le second aéroport de la capitale, celui de Maïtigua, est déjà contrôlé par les islamistes d'Abdelhakim Belhaj.
 
La stratégie des salafistes, des Frères musulmans et du Qatar est désormais claire: faire de la Libye une base de déstabilisation régionale. De fait, l'Egypte et l'Algérie sont directement menacées cependant que la Tunisie n'arrive pas à liquider les maquis des monts Chaambi. Quant au Maroc, il va être dans les prochains mois la cible d'un nouveau mouvement fondamentaliste baptisé Unicité et jihad au Maghreb al-Aqsa. Au Sud, le Mali, le Niger et le Tchad vont automatiquement subir la contagion de la situation libyenne.
 
Le processus de déstabilisation de la Libye a été très largement pensé et supporté par le Qatar qui, dans un premier temps, a utilisé Al-Jazira pour diaboliser le régime Kadhafi. Le bras armé de cet insatiable et arrogant petit émirat fut Nicolas Sarkozy qui, subverti par BHL, imposa l'intervention internationale en reprenant à son compte les mensonges d'Al-Jazira au sujet d'une menace inventée sur les populations de Benghazi.
 
La situation étant aujourd'hui ce qu'elle est, est-il encore possible d'empêcher la création d'un "Etat islamique d'Afrique du Nord " avec toutes les conséquences régionales qu'aurait un tel événement ?
 
Les Européens n'ont comme d'habitude qu'une seule solution à proposer: encore et toujours la démocratie. Le 4 août, jour de sa première réunion à Tobrouk, ils ont ainsi reconnu la légitimité du nouveau parlement pourtant élu par à peine 10% des électeurs, et ils ont appelé ses membres à une "gouvernance démocratique"... Il est difficile d'être davantage déconnecté des réalités, d'être plus prisonnier des nuées, de l'idéologie...
 
La solution réaliste comporte deux volets, l'un est militaire, l'autre politique :
 
1) Comme je l'annonçais dans mon communiqué daté du 15 juillet 2014, une triple intervention de l'Egypte, de l'Algérie (en dépit des déclarations contraires du Premier ministre Sellal) et de la France est dans les cartons.
 
2) Si une telle intervention n'a pas encore débuté c'est parce qu'elle doit impérativement se faire en appui à une résistance libyenne. Or, et je viens de le dire, le général Haftar a perdu sa crédibilité. Il devient donc urgent et nécessaire de reconstruire le système d'alliances tribales qui existait du temps du colonel Kadhafi. Sans lui, il n'y aura pas d'intervention étrangère permettant d'abord de contenir, puis ensuite de réduire les salafistes d'Ansar al Charia et leurs alliés en Cyrénaïque, les résurgences duGICL (Groupe islamique combattant en Libye) en Tripolitaine et les Frères musulmans de Misrata.

Or, que cela plaise ou non, Seif al-Islam, le fils du colonel Kadhafi, est le mieux placé pour constituer un tel rassemblement (voir à ce sujet mon communiqué du 17 août). A défaut, toutes les forces islamistes risquent d'être engerbées et coagulées dans un futur "Etat islamique d'Afrique du Nord" à l'imitation de l'EIL d'Irak.

11:10 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de vendredi soir :

00:29 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 29 août 2014

L'antidote à l'Histoire officielle...

CHN Rentrée.jpg

Plus d'infos cliquez ici

Bulletin d'abonnement cliquez là

S'abonner en ligne cliquez ici

18:59 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un gouvernement affairo-féministe. Retour sur le gouvernement de la conjonction des pires

Najat-Vallaud-Belkacem-et-Christiane-Taubira_visuel_galerie2_ab.jpgRaoul Fougax

Métamag cliquez ici

Le Valls 2 confirme toutes nos analyses sur l’état du Ps et de la gauche. Elle renonce au socialisme et se soumet à l’ordre financier international. Un ministre  de l’économie aux gènes de banquier rotchildien en est presque une démonstration par l’absurde. Certes le socialisme type Montebourg est un échec, mais il avait une dimension nationale. Le Ps se voulait un temps international, il n’est plus comme la finance, que cosmopolite. Au niveau économique on a donc le pire, la soumission, que dire la reddition sans condition à la finance internationale qu’Hollande voulait mettre au pas.

Incapable d’agir sur l’économie cette gauche de gouvernement tente de  calmer son électorat par une fuite sociétale. On fait de la surenchère gauchiste. On fait du féminisme idéologique pour détruire les fondations des traditions qui ont fait notre civilisation, notre pays et encore pour certains ce que nous sommes. Taubira est maintenue comme symbole d’une obsession anti colonialiste pour qui le diable est le «  male blanc ». C’est, dans un domaine élargi à l’éducation nationale, la vision  de Najat Valaud Belkacem. La guerre contre différences naturelles et culturelles au profit  d’un genre unique mais défavorables aux garçons va être relancé.  Histoire, orthographe, notation, tout est à craindre de ce ministre de la diversité  dans l’uniformité.

Ce gouvernement les Français n’ y croient pas

Près des deux tiers des Français se déclarent mécontents de la composition du gouvernement et la moitié d’entre eux (51%) sont insatisfaits de la reconduction de Manuel Valls à Matignon, selon un sondage Ifop-Fiducial pour Sud-Radio diffusé mercredi. A l’opposé, 37% affirment qu’ils sont satisfaits de la composition du nouveau gouvernement, et 49% par la reconduction du Premier ministre.

Les Français sont partagés sur le passage de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l’Education nationale (41% satisfaits, 43% mécontents), ainsi que sur la nomination d’Emmanuel Macron (28% satisfaits, 30% mécontents, 42% ne le connaissant pas suffisamment). Enfin la majorité des Français souhaite la dissolution de l’Assemblée nationale: 55%, contre 20% qui ne la souhaitent pas et 16% qui ne se prononcent pas. »

Le «  putsch rikiki » du président et de son premier ministre risque fort de  rater son objectif. La finance et les patrons semblent contents, les talibanes sans doute aussi. Mais Macron est attendu au tournant et la nomination de Najat Vallaud Belkacem ressemble à une fuite en avant d’une gauche qui, s’étant  reniée  économiquement, tente de changer la société autrement. Mais cet autrement, les Français en veulent encore moins que d’une austérité honteuse qui cache son nom et qui rampe devant la finance.

Coincé entre la gauche sociale et la contestation diverse de la dérive sociétale, pour Manuel Valls et François Hollande, il ne reste plus qu'une marche avant la chute finale et la logique dissolution-sanction d’un échec indiscutable.

07:47 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dès à présent, vous pouvez prendre votre billet d'entrée (ou acheter un carnet de billets) pour la 8e journée de Synthèse nationale (dimanche 8 octobre à Rungis)

8 JNI 1.jpg

Pour prendre dès maintenant votre billet cliquez ici

Avez-vous lu le N°2 des Cahiers d'Histoire du nationalisme consacré à François Duprat et au nationalisme révolutionnaire ?

2638390_orig.jpg

Le n°2 des Cahiers d'Histoire du nationalisme est consacré à François Duprat et au nationalisme révolutionnaire.

Après l'énorme succès du premier numéro consacré à Léon Degrelle (plus de 1 000 exemplaires vendus à ce jour) cliquez ici, le numéro 2 continue sur la lancée...

Dès à présent vous pouvez le commander :

Commande en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

Mieux encore, abonnez-vous aux Cahiers d'Histoire du nationalisme cliquez là ou en ligne cliquez ici 

07:45 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 4 octobre à Bruxelles : conférence sur l'Aube dorée avec Gabriele Adinolfi

tumblr_nb0zguBqpt1rnng97o1_500.jpg

07:29 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de jeudi soir :

00:43 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 28 août 2014

Sanctions économiques contre la Russie : halte à la soumission aveugle aux Etats-Unis

mnr actu.jpgUn communiqué du MNR :
 
Barack Obama a déclaré récemment que la Russie « refuse de reconnaître que l'Ukraine peut suivre sa propre voie ». Quel que soit le jugement que l'on porte sur la crise ukrainienne, on ne voit pas à quel titre le président américain porte une telle appréciation, et en quoi son pays est concerné.
 
Les mêmes remarques s'appliquent à l'union Européenne qui,  le 29 juillet dernier, a mis en œuvre un certain nombre de sanctions à l'encontre de la Russie : sanctions économiques, militaires, technologiques et énergétiques. En conséquence, la Russie a mis en place une interdiction d'importer des produits alimentaires en provenance de l'Union Européenne, des États-Unis, de l'Australie, du Canada et de la Norvège.  Ces mesures inquiètent, à juste titre, les industriels français de l'agro-alimentaire. Le problème est que nos gouvernants mènent une politique qui fait fi des intérêts de notre pays, aveuglés qu'ils sont par leur hostilité à la Russie et leur inféodation aux attitudes américaines. Dans la situation économique actuelle de notre pays, on pourrait espérer que nos dirigeants regardent à deux fois avant de prendre des décisions qui nous sont manifestement défavorables sur le plan économique.
 
Avec tous les patriotes, luttons pour mettre au pouvoir des dirigeants vraiment soucieux de notre intérêt national, et sachant résister aux pressions extérieures, d'où qu'elles viennent.

11:46 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de mercredi soir...

03:22 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 27 août 2014

La biographie de François Brigneau signée Anne Le Pape vient de sortir !

I-Moyenne-16917-brigneau-qui-suis-je.net.jpgSous de multiples noms, il a été journaliste, travaillant aussi bien pour la presse à grand tirage que pour des feuilles confidentielles voire clandestines. En 1965, rédacteur en chef d'un jeune mais vigoureux hebdomadaire (*), un sondage IFOP le désigna comme le deuxième journaliste le plus connu de France.

En 2012, à sa mort, le quotidien Le Monde, qui mettait un point d'honneur à ne pas le citer, se trouva toutefois obligé de lui consacrer une nécrologie.

Il laisse une oeuvre publiée abondante et variée : chroniques en langue parlée, romans policiers (il reçut en 1954 le Grand prix de littérature policière pour La beauté qui meurt), reportages à travers le monde, évocations de lieux, livres historiques, souvenirs de la vie journalistique et politique, etc.

Il a été apprécié par des hommes et des femmes aussi différents que Frédéric Dard et Jean Madiran, Céline et Hubert Beuve-Méry, Robert Brasillach et Jean Gabin, Arletty et Marcel Pagnol, sans oublier Pierre Lazareff ou Alphonse Boudard. Pourquoi alors, pour reprendre un mot d'Alexandre Vialatte, fait-il aujourd'hui partie des auteurs "notoirement méconnus" ? Tout simplement parce qu'au long de sa vie, fils d'un instituteur syndicaliste révolutionnaire mais s'étant toujours défini comme un Français de souche bretonne, François Brigneau, dont la plume valait une épée, a obstinément et fidèlement choisi "le mauvais camp", celui de "la France française", selon sa propre expression.

Ce "Qui suis-je ?" Brigneau constitue la première biographie de ce journaliste de combat. Il s'appuie sur de nombreux entretiens avec lui et sur des archives familiales.

Anne Le Pape, docteur ès Lettres (thèse soutenue à la Sorbonne sur la critique littéraire de Léon Daudet), s'est consacrée au journalisme. Elle a été directrice des éditions fondées par François Brigneau, a eu de très nombreux entretiens avec lui ainsi que l'accès à une documentation ample et précise, notamment aux archives familiales.

(*) Minute

François Brigneau, par Anne Le Pape, Editions Pardès, collection Qui suis-je ?, 128 pages, 12 €

Ce livre vient de sortir.

11:07 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : Samedi 27 septembre à Lille, 2e grande journée de la famille en Flandre...

tumblr_n9y5jltyae1rnng97o1_500.jpg

Stand de Synthèse nationale sur place

00:09 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’impasse socialiste...

1190493594.jpg

Un communiqué de Carl Lang, Président du Parti de la France :

Les derniers soubresauts gouvernementaux démontrent l’état de division et d’impuissance du Parti socialiste confronté aux réalités économiques et sociales.

Les discours socialistes archaïques et démagogiques ainsi que les promesses et engagements électoraux totalement utopiques du candidat Hollande lui ont certes permis de se faire élire à la présidence de la République mais sont bien impuissants à sortir la France de l’enlisement économique. Les désillusions de ses électeurs sont à la hauteur de leurs illusions de 2012.

La vérité tient en une phrase ; le socialisme sous toutes ses formes est une impasse.

Qu’il s’agisse du socialisme archaïque à la Mélenchon ou à la Montebourg ou de la social-démocratie à la Valls ou à la Hollande, l’idéologie économique de la redistribution agressive, du fiscalisme étouffant, de l’immigration de masse et du mythe de la relance de la croissance par la consommation ou par les dépenses publiques a conduit la France droit dans le mur.

Le socialisme, cette vieille idéologie héritée du XIXe siècle n’est pas seulement une impasse économique et une utopie sociale, c’est une calamité nationale.

00:06 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le n°43 du Magazine des Amis de Jean Mabire

tumblr_nax41q3Y6L1rnng97o1_500.jpg

Les Amis de Jean Mabire cliquez ici

00:06 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Serge Ayoub soutient la révolte des Québecquois

1310940757810_ORIGINAL-270x179.jpgSource Solidarisme.fr cliquez ici

Au Québec, les employés municipaux luttent pour la sauvegarde de leur régimes de retraites. Le gouvernement Couillard tente depuis plusieurs mois de faire passer la « loi 3″ supprimant unilatéralement l’indexation des retraites sur le coût de la vie. Une mesure que les syndicats et le troisième âge, les aînés, considèrent comme un facteur d’appauvrissement. Le conflit a débouché sur le saccage de l’Hôtel de Ville de Montréal par les pompiers le 18 août dernier, sous le regard des policiers qui ne sont pas intervenus. C’est dans ce contexte que Serge Ayoub a décidé de soutenir, au nom des principes solidaristes, la révolte québécoise.

Monsieur Coderre, maire de Montréal, ne devine pas, après les événements du vingt août, jusqu’à quel point il a raison lorsqu’il martèle que « c’est un accroc majeur à la démocratie ». Le refus obstiné de négocier avec les syndicats sur un sujet aussi important pour tous les citoyens que les retraites est en soit une grave atteinte à la démocratie. C’est une véritable insulte pour les travailleurs et leurs représentants qui tourne à la provocation et à l’incitation aux troubles. Décider unilatéralement de l’avenir et du passé de dizaines de milliers de travailleurs municipaux en crachant ou plus exactement en modifiant rétroactivement les ententes conventionnelles, c’est encore une atteinte à la démocratie. En effet tout régime démocratique digne de ce nom se refuse à appliquer des lois rétroactives, c’est même à cela que l’on distingue un État de droit d’une zone de non droit. Faire payer aux sans grades, aux obscurs, au peuple, les erreurs, les malversations et les errements de certains dirigeants de ces grandes villes et cela durant des décennies, c’est plus qu’une atteinte à la démocratie, c’est du vol et c’est purement dégueulasse.

Tout au contraire, lorsque le premier ministre Couillard et le ministre Moreau déclarent en substance, après ce saccage perpétré dans les locaux de la mairie de Montréal, qu’ils resteront inflexibles face à la populace, que la rue ne dictera pas sa loi et « qu’il ne pouvait rester silencieux » devant la menace qui pesait  » sur un enjeu fondamental de la vie en société, dans une société qui est basée sur la regelé de droit », ils se trompent tous deux lourdement. Quelles règles de quel droit accepte de faire payer rétroactivement par les victimes les fautes des responsables ? Où se cache la justice dans un tel projet ? Et surtout messieurs les ministres et autres élus municipaux vous oubliez ce principe fondamental de la démocratie qui fait de tout élu un représentant du peuple, un porte parole de celui ci et non un potentat qui s’arroge tous les droits, néglige tous ses devoirs et ne daigne rendre aucun compte durant son mandat. La vraie démocratie c’est tout autre chose, elle se réalise grâce à des hommes investis de parler pour le peuple et non à sa place ! Alors, lorsque le peuple s’exprime, et il le fait souvent dans la rue, un démocrate, un vrai, se doit de l’écouter toujours.

Pour toutes ces atteintes aux droits les plus élémentaires la cause des employés de mairie est légitime et mérite tout le soutient nécessaire. Messieurs « qui ne rendaient jamais de compte » il va falloir, pour une fois, tenir vos engagements et payer ce que vous devez !

Mais pour que ces sourds à leurs devoirs entendent raison il faut une adhésion massive, franche et populaire qui supporte cette légitime revendication des travailleurs municipaux. Il faut que les syndicats dépassent leurs mauvaises habitudes corporatistes et créent ensemble un élan de solidarité qui emporte avec lui tous les travailleurs québecquois. Pour cela, il faut aller encore plus loin dans les revendications et y adjoindre une réforme profonde des régimes des retraites au Québec. Il faut proposer pour tous les travailleurs québecquois un régime qui unifie et simplifie les retraites. Un régime qui soit moins injuste et moins dangereux que ce modèle nord américain ou canadien actuel qui est, comme le prouve cette crise, intrinsèquement mauvais. Il faut un régime de caisse indépendant, sous l’œil de l’Etat, qui soit contrôlé par les travailleurs eux mêmes pour éviter les détournements et les vols purs et simples. Une sorte de banque coopérative où chaque travailleur aurait une voix au conseil d’administration et où il voterait pour élire ses responsables. Un régime plus égalitaire, qui correspond mieux à l’esprit, à l’identité profonde du Français du nouveau monde. Ce régime existe et en plus il a l’avantage de résister à la crise économique qui frappe le monde, c’est ce que l’on nomme le régime des retraites suédois (1) imaginé par un Français et adopté par la Suède avec succès. C’est un sytème de comptes individuels de cotisations proposé par les économistes français Thomas Piketti et Antoine Bozio. C’est un procédé très simple où le montant des pensions versées est défini au départ à la retraite en fonction de critères tels que le montant des cotisations versées par l’individu, l’espérance de vie estimée de sa génération dans le type d’emploi et l’âge du départ à la retraite. Hormis sa simplicité d’exécution et de compréhension cette idée a de nombreux avantages. Elle est beaucoup plus égalitaire car à cotisation égale, retraites égales ! Elle permet aussi de choisir soi même le moment de son départ à la retraite.

Retournons le malheur et profitons ensemble de cette crise initiée par la loi n°3 pour montrer du doigt les faiblesses d’un système économique et social manifestement injuste et proposons de sortir de cette mauvaise passe par un élan novateur, positif et solidaire. La solution ne pourra sortir que de notre cœur et de notre raison. Elle ne peut jaillir que du fond de notre identité française profonde à la fois généreuse, égalitaire et sociale. Car aujourd’hui et encore plus demain la réponse ne pourra venir que du peuple, des travailleurs québecquois et sûrement plus d’un régime fédéral économiquement et politiquement à bout de souffle. Ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !

Note

(1) Sans vouloir rentrer dans les détails, le régime des retraites suédois est à un système dit par répartition, mais qui par construction reste à l’équilibre. Chaque travailleur se constitue un compte individuel « virtuel » dans le sens où les montants cotisés servent à financer les retraites actuelles. Ce capital  » virtuel » est revalorisé chaque année et se convertit à la fin en rente viagère au moment de la liquidation de la pension, c’est à dire au moment du départ à la retraite.

00:03 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 26 août 2014

Le JT de TV Libertés de mardi soir :

22:04 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dimanche 12 octobre : on se retrouve tous à la 8e Journée de Synthèse nationale...

8 JNI Réservations.jpg

Vous pouvez aussi prendre votre billet en ligne cliquez ici

13:58 Publié dans 08 - La 8e Journée de Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Strasbourg : le GUD tapisse...

2669812218.jpg

13:27 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de lundi soir :

11:09 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un grand entretien avec Jean-Marie Le Pen publié sur le site Métamag

jean-marie-le-pen.jpgSource Métamag cliquez ici

Métamag : L’évènement international concerne, outre les avancées de l’Etat islamique, l’Ukraine. Pour la majorité des médias et des hommes politiques européens, la Russie devrait respecter une « intégrité » territoriale du pays. N’est-ce pas faire fi de la géopolitique et de l’histoire de ce pays ?

Ne devrions-nous pas regarder, avant toute prise de décision, l’intérêt de notre pays, comme le font d’ailleurs les autres états européens et les Etats-Unis tout au long de leur histoire ? (vente de Mistral à la Russie par exemple).

Jean-Marie Le Pen : Bien sûr, nous avons un contrat de fourniture de bateaux, qui aurait été payé par avance, par conséquent, je ne vois pas comment nous pouvons nous soustraire à cette obligation. Je ne vois d’ailleurs pas de raison politique de le faire. Après tout entre l’Ukraine et la Russie, c’est une affaire de famille et, moins nous y mettrons le doigt et mieux cela vaudra alors que l’on sait très bien que les Etats-Unis ont largement poussé les gens de Maïdan à prendre une position hostile à la Russie de Poutine et l’on sait très bien aussi qu’il y a en Ukraine un bataillon de « volontaires » comme ceux d’ailleurs qu’emploie l’armée américaine en Afghanistan, en Irak et ailleurs qui sont des mercenaires venus des 4 coins du monde et qui sont payés pour combattre à la place des américains. L’avantage pour les américains est que leurs pertes ne figurent pas dans les chiffres de l’armée américaine.

RÉGIONALES : « NOUS PRENDRONS LA DIRECTION DE LA RÉGION »

En région PACA, les dernières élections européennes et municipales, notamment avec l’élection de David Rachline à Fréjus, laissent augurer de bons scores à la liste que vous mènerez aux Régionales et une possibilité d’avoir un élu aux sénatoriales du Var le 28 septembre. Concernant les Régionales, si le Rassemblement Bleu Marine arrive en tête en région PACA, allez-vous réclamer la Présidence de la région ? Pour vous ? Pour un membre du RBM ? 

JMLP : Je pense qu’il y a une chance sérieuse de prendre la direction de la région en vertu du mode de scrutin qui, jusqu’à présent, nous a écarté mais qui peut se révéler maintenant comme un boomerang en notre faveur. Je crois que c’est possible aussi dans la région Nord-Pas de Calais et par conséquent, ceci serait un élément fondamental du changement dans notre pays et nous allons donc essayer de gagner. 

Allez-vous négocier et éventuellement participer à un gouvernement de la Région sans exiger la présidence ? Si OUI avec quel parti ?

JMLP : Nous allons gagner probablement seuls, en tout cas en attirant sur notre liste des gens qui ne seront pas là, es –qualité des partis de la décadence comme l’UMPS mais qui pourront être des personnalités individuelles qui nous apporteraient leur soutien. Il faut aussi souligner l’espoir d’être élus avec les nôtres. Moi je crois que c’est possible et c’est en tout cas ce qui doit tenté d’être fait car que je pense qu’entre la France et le désastre il n’y a plus que le Front National. Par conséquent celui-ci doit acquérir le plus vite possible la force, l’expérience et la volonté de diriger le pays rapidement.

Certaines informations laissent penser que Nicolas Sarkozy, par calcul électoral, ne serait pas candidat à la présidence de l’UMP pour être certainement candidat (primaire ou non) à la prochaine présidentielle de 2017. Que penser, Christian Estrosi souhaitant devenir président de l’UMP, d’un duel entre lui et vous-même sur la Région ?

JMLP : Cela ne me gêne pas beaucoup. Pas plus que je ne crains la candidature de Monsieur Sarkozy aux élections présidentielles, je ne craindrais la candidature de son séide Monsieur Estrosi à la candidature aux régionales. Je ne crois pas que ce soit son projet, ni sa volonté. Il a d’ailleurs été apporté par la vague et il se retirera avec elle.

Avez-vous eu, sur cette région PACA, qui est, en quelque sorte votre fief, des contacts avec des responsables politiques locaux en prévision de ces futures élections ? Sans les citer, des responsables de quelles formations ?

JMLP : NON ! Pour l’instant Non. Mon objectif immédiat sont les élections sénatoriales et nous avons des espoirs pas seulement dans le Var mais aussi dans les Alpes-Maritimes et dans les Bouches du Rhône. Ce sont trois départements où il est possible qu’un certain nombre de grands électeurs non-inscrits ou de centre-droit qui n’appartiennent pas à l’UMP votent pour nos candidats.

IMMIGRATION : « IL FAUT ARRIVER A UNE IMMIGRATION ZÉRO »

En 2050, plus de 40% des naissances mondiales auront lieu en Afrique, d’après un récent rapport de l’UNICEF. Cela semble être le problème crucial des 50 prochaines années. Comment, de façon réaliste, empêcher l’immigration qui en découlera avec ces problèmes (Ebola notamment) pour l’Europe ? Quel développement pour l’Afrique ?

JMLP : Il faut arriver à une immigration zéro ! Et même au retour d’un certain nombre d’immigrés qui sont chez nous et qui n’y ont pas leur place, qui n’ont pas de travail et qui constituent une charge considérable pour la France. On évalue à 120 milliards d’Euros le coût global annuel de cette immigration. Ceci est une culpabilité terrible  pour les gens de droite et de gauche, qui nous ont gouverné depuis plus de trente ans. Ceci doit s’arrêter. 

Comment l’Europe peut-elle contribuer à ce développement indispensable ?

JMLP : Pour cela il faut que nous sortions des disciplines européennes car ce sont elles qui nous ont fait supprimer nos frontières. Il faut retrouver la souveraineté de notre pays et le mettre en face de ses responsabilités. C’est du peuple français que va dépendre sa survie. Il faut qu’il le sache car personne d’autre ne viendra à son secours que lui-même.

ACTUALITÉ : « LA POLITIQUE AMÉRICAINE A RUINÉ LES NATIONALISMES ARABES »

A TOULON, à l’occasion du 70ème anniversaire du débarquement en Provence, ce vendredi 15 août, François Hollande a déclaré : «  le terrorisme islamiste, c’est l’ennemi que nous devons terrasser ». Alors pour vous, l’ennemi, c’est le terrorisme ou la finance? 

JMLP : Ce sont les deux, mon général ! En l’occurrence je suis ravi d’entendre ces prises de position lucides de Monsieur Hollande qui s’est jusqu’à présent trompé complètement. Je rappelle qu’il n’y a pas très longtemps, il voulait que l’on intervienne en Syrie contre le gouvernement de Monsieur Bachar El-Assad et que nous venions au secours des terroristes qui sont les adversaires du Président Assad. Je constate que la politique américaine que nous suivons servilement avec les différents gouvernements de droite ou de gauche a consisté à ruiner les nationalismes arabes et laïques pour les remplacer par le chaos et l’anarchie qui font le lit de l’islamisme conquérant, porté par la vague démographique terrifiante qui est en train de se mettre en place.

Autre phrase du Président : « Les jeunes français issus de l’immigration sont les héritiers de notre histoire » Que vous inspire cette phrase au regard des manifestations communautaristes de cette immigration ? Une communauté, c’est quoi? Comme Renan qui écrit : «une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses, qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis ».

JMLP : Encore faut-il que ce message soit porté d’abord par les gouvernants et que l’appareil social de l’Etat et son appareil d’éducation soient mis au service de cette cause. Ce qui n’est pas le cas jusqu’à présent. Il est évident que le redressement est impossible avec les gens qui nous gouvernent  car il va à l’inverse des politiques menées depuis plus de 30 ou 40 ans. Il n’y a qu’un parti, le Front National, qui porte ces valeurs depuis la même période et qui soit susceptible de recevoir la confiance des Français. Il ne faudra pas qu’il se trompe car nous avons quelques années devant nous, pas beaucoup plus.

SYSTEME ELECTORAL : «  UN SCRUTIN MAJORITAIRE EST PRÉFÉRABLE»

Tous les commentateurs politiques et spécialistes de droit constitutionnel affirment que notre système électoral demande à être modifié par l’introduction d’une composante proportionnelle. François Hollande, après avoir envisagé une cohabitation, semble s’acheminer vers l’introduction d’une proportionnelle intégrale, par conviction autant que par opportunisme. François Mitterrand l’avait fait en 1986 permettant l’élection de 86 députés du Front National. Certes la gauche fut battue mais de peu. Une simulation montre que le FN aurait, en 2012, récolté 85 sièges. François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat, dans la Croix du 24 janvier 2014 proposait d’appliquer le scrutin proportionnel aux prochaines élections législatives. Quelles conséquences voyez-vous pour la vie politique française ? Pour le RBM ? 

JMLP : On peut, à ce stade, hésiter parce que la proportionnelle intégrale aurait pour résultat, c’est vrai, de sauver le Parti Socialiste du désastre comme il le sauva sous la Présidence Mitterrand. Cela aurait comme avantage de passer le manche à la Droite et de la laisser aux prises avec une situation inextricable dont elle est largement responsable aussi. Je me demande si ces « échappatoires » ne sont pas nuisibles à la cause de la France parce que si les choses doivent changer, pourquoi ne le seraient-elles pas avec un scrutin majoritaire. A ce moment là, il y aurait une majorité absolue en faveur du Front National et de la réforme générale de nos institutions alors qu’avec la proportionnelle, il y aurait une division qui nous obligerait à des accords avec des gens en partie responsables de la situation actuelle.

EUROPE : « ELLE NE PEUT SURVIVRE QU’EN S’APPUYANT SUR SES NATIONS »

L’un des reproches fait au RBM, notamment par des courants d’idées qui vous soutiennent concerne votre position sur l’Europe. Jean de Brem, dans « Le testament d’un Européen » écrivait : «  Je sens peser sur mes épaules misérables, le poids démesuré du plus glorieux des héritages. A moi, qui ne suis rien et qui n’apporte rien, la civilisation fait un cadeau gigantesque : le patrimoine de l’Europe. Il est fait de trésors et de souvenirs. Chacun de nous, je crois, à Londres et à Vienne, à Berlin et à Madrid, à Athènes et à Varsovie, à Rome et à Paris, à Sofia et à Belgrade doit ressentir le même drame. Chacun de nous est le dernier des Européens. Taxez-moi de romantisme, qu’importe ! Pour moi, le trésor du monde, c’est une infante de Vélasquez, un opéra de Wagner ou une cathédrale gothique. C’est un calvaire breton ou une nécropole de champagne.». N’y-a-t-il pas pour vous une culture européenne à défendre ? Au-delà des critiques légitimes et fondées adressées à cette Europe technocratique et sans âme, ne peut-on, dans ce monde qui deviendra multipolaire faire en sorte que l’Europe, notre Europe, devienne une Europe puissance rivalisant avec les futurs blocs en voie de constitution ? Ne peut-elle pas se concevoir avec des régions puissantes ?

JMLP : NON ! Je crois au contraire que l’institution de régions puissantes aboutirait au démantèlement de la Nation française. Je suis convaincu que l’Europe ne peut survivre qu’en s’appuyant sur ses nations constitutives avec leurs particularités parce que l’Espagne n’est pas le Portugal, l’Angleterre pas l’Allemagne si non plus l’Italie. Par conséquent il faut respecter l’Histoire, il faut respecter les peuples. Il faut qu’ils soient responsables vis-à-vis d’eux-mêmes. On n’a pas attendu le Parlement européen pour apprécier les sonates de Brahms, les symphonies de Beethoven ou les tableaux de Van Eyck. Tout cela fait partie bien sûr, d’un patrimoine commun auquel la France a apporté sa pierre dans un certain nombre de domaines en particulier la peinture, la littérature, la sculpture, la musique. Même si nous n’avons pas tous apporté le même poids car il y a par exemple l’Allemagne qui a apporté beaucoup plus que nous-mêmes dans le domaine de la musique, ou les Hollandais dans le domaine de la peinture. Cet ensemble a fait la culture et la civilisation européenne. Mais celle-ci ne peut survivre qu’en respectant la vitalité profonde et l’attachement charnel aux terres nationales. La Nation reste au XXIème siècle, la formule la plus efficace dans la défense des libertés, de la sécurité, de l’identité, de la prospérité, de la culture et de la langue des peuples. Ce n’est pas incompatible avec l’idée de Jean de Brem d’une civilisation commune et je me sens très à l’aise avec la culture européenne en étant un patriote et un nationaliste français.

Peut-on encore sauver ce que nous sommes ?

JMLP : Il nous reste peu de temps. Je dis souvent dans mes discours que toutes les courbes de notre activité vont dans le mur. Par conséquent, sur le papier, tout est foutu. Mais nous ne devons pas oublier que nous appartenons à un peuple qui, tout au long de son histoire, a connu des périodes de sursaut imprévues, improbables et pourtant qui se sont réalisées quelquefois même de façon providentielle. Par conséquent ceci doit nous interdire de baisser les bras et de poser le sac. Nous allons continuer à nous battre avec l’espoir de réussir et de sauver notre pays.

Le Rassemblement Bleu Marine est-il en train d’abandonner l’essentiel pour le mirage de la dédiabolisation ?

JMLP : Le RBM n’est qu’une formation électorale. La formation politique fondamentale, c’est la Front National. C’est le Front National qui doit porter la responsabilité et c’est lui qui a d’ailleurs 70 000 adhérents alors que le RBM doit avoir moins de 1000 adhérents. J’ai fait aussi un Rassemblement National en 1986. Ce sont des formules destinées à élargir notre audience au moment des élections mais dans la bataille politique « normale », c’est le Front National qui est la formation des Français. Marine Le Pen est la présidente du Front national et il va y avoir un congrès du Front National.

Interview effectuée le samedi 16 août 2014.

02:01 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 25 août 2014

Races ? Le retour du réel...

111111-Pierre-Vial.jpgPierre Vial

Président de

Terre et peuple cliquez là

Les bonnes âmes voulaient s’en convaincre. Avec l’élection d’Obama, l’installation d’un Nègre à la Maison Blanche (quel symbole !) avait fait disparaître des Etats-Unis le problème racial. D’ailleurs il l’avait dit lui-même, c’était acquis, donc pas de souci… Mais l’arbre Obama cachait la forêt. La forêt des réalités raciales. Qui sont venues se rappeler au bon souvenir des utopistes avec l’affaire Ferguson.

Ferguson : une banlieue de Saint-Louis, dans l’Etat du Missouri. Secouée par dix nuits d’émeutes et de pillages. La ville est peuplée aux deux tiers par des « Afro-Américains » (terme plus politiquement correct que celui de Nègres)  alors que la population blanche était encore majoritaire il y a vingt ans. C’est la mort d’un jeune Afro-Américain de dix-huit ans qui a mis le feu aux poudres car il a été tué par un policier (Blanc) après avoir volé dans une boutique dont il avait menacé le vendeur. D’où déclenchement d’une insurrection. Schéma classique (aussi bien aux Etats-Unis qu’en France) : les Nègres se mobilisent immédiatement pour affirmer leur solidarité raciale inconditionnelle avec l’un des leurs, qu’il soit coupable ou non n’ayant aucune importance. C’est ce que le journal Le Monde, ce catéchisme des bien-pensants mondialistes et cosmopolites, est obligé d’appeler « la persistance de la fracture raciale américaine ». Une fracture qui remonte aux origines mêmes d’un pays né au nom d’une idéologie des Lumières dont la base est le refus, la négation des réalités organiques et tout spécialement des réalités raciales. Des réalités dont l’utopie égalitariste devrait venir à bout, selon les zélotes du grand métissage mondial. Mais… Mais « c’est un vaste programme. Notre pays y travaille depuis deux siècles », déclare Obama. Il peut y travailler encore longtemps… et en vain car refuser la réalité ne l’a jamais et ne la fera jamais disparaître (Dick Howard, philosophe pourtant farouche adepte d’une société multiraciale genre bisounours, doit admettre, dans Le Monde du 20 août, que cela relève des « mirages d’une Amérique postraciale ».

C’est ce qui explique que les partisans  du réalisme biologique et du racialisme, dont nous sommes, peuvent avoir à juste titre la conviction que l’Histoire leur donnera raison.

13:57 Publié dans Les Nouvelles du Front de Pierre Vial | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le nouveau numéro du Chêne (n°77), organe du MNR, est sorti

img_53ef95721b32d.jpgLa classe politique en pleine décomposition

Au sommaire de ce numéro :

Editorial : La classe politique en pleine décomposition.

Actualité, communiqués de presse

Des figurants au pouvoir (par Bruno Mégret).

Un Piège : le traité transatlantique.

Pour un capitalisme français et européen

Faut-il interdire la binationalité ?

Vie du mouvement.

Pour le consulter cliquez ici

13:48 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 24 août 2014

M. HOLLANDE, AVEZ-VOUS BIEN MESURE LA GRAVITE DE LA SITUATION ?

player_preview.jpg

Philippe Gibelin

Président de NCI (Nationalité citoyenneté identité)

Le président de la république aura passé tout l’été à commémorer des événements liés à la première et à la seconde guerre mondiale.

A N.C.I. et au Réseau Identités nous ne pouvons que nous réjouir de voir que la plus haute personnalité de l’État se préoccupe de notre passé et de notre histoire.

C’est bien, qui s’en plaindrait ?

Mais à deux conditions :

1) Ne pas se limiter au XXe siècle en privilégiant la deuxième guerre mondiale et de soi-disant apports décisifs des populations étrangères dans le conflit.

Où étaient M. Hollande et les membres de son gouvernement lors de la célébration du 800e anniversaire de la bataille de Bouvines, moment fondateur de la France ; Où sont-ils lors des fêtes qui continuent à se poursuivre pour le 800e anniversaire de la naissance de Saint-Louis, incarnation de la royauté et d’une France triomphante ; où not-ils pour magnifier le 1200e anniversaire de la mort de l’Empereur Charlemagne, premier Prince Européen ?

Ils ne sont nulle part, si ce n’est à espérer un retournement de conjoncture pour espérer être réélus et garder leurs places !

2) Ne pas oublier de construire le futur et regarder ce qui de passe autour de nous : des milliers de migrants africains débarquent tous les jours en Italie et en Espagne. Ils sont originaires d’Afrique subsaharienne qui est en proie à une grave épidémie du virus Ebola que l’on est incapable de soigner.

L’OMS décrète une urgence mondiale sur Ebola. À Lampedusa, les policiers fuient en masse par peur de la contagion que pourraient amener les immigrants. En Grande-Bretagne un cas suspect a été découvert.

Et pendant ce temps, vous et votre gouvernement prévoyait un assouplissement du droit d’asile qui va aggraver encore l’immigration sauvage et le grand remplacement de population en France. Vous ne pensez qu’à la possibilité de donner le droit de vote à ces gens afin de pouvoir vous maintenir au pouvoir.

NOUS NE VOUS LAISSERONS PAS FAIRE !

Nous continuerons d’alerter l’opinion sur vos pratiques néfastes : nous avons déjà recueilli des milliers de signatures contre une réforme du droit d’asile laxiste et de continuerons d’expliquer aux parlementaires les dangers de votre texte ; déjà, Guillaume LARRIVE, député de l’Yonne, a pris position contre votre projet et propose une expulsion obligatoire et immédiate en cas de rejet de la demande d’asile.

M. Hollande, la France est menacée culturellement, économiquement, sanitairement et dans sa substance même. Nous vous tiendrons responsable de ces dérives néfastes alors que par les pouvoirs que vous détenez vous avez la possibilité de redresser la situation.

11:19 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Fantômas à la plage : Morano se déchaîne !

 index.jpg

La chronique de Philippe Randa

Nadine Morano, ancienne ministre sous Sarkozy, vilipende sur Facebook une femme qu’elle a surprise habillée et voilée sur une plage de France ; elle s’insurge de sa condition qu’elle juge ainsi soumise au « pays des droits-de-l’homme ». Fort bien !

Son indignation a été largement répercutée en ce mois peu ensoleillé et a fait le « buzz », ce qui était sans nul doute son but. Soutenue à l’étonnement général par l’ancien numéro 1 du PS Harlem Désir, mais taclée à l’intérieur de sa propre formation politique, la toute nouvelle députée européenne aura « tenu » deux jours à la une de l’actualité…

Au fait, quel est le scandale ? Une femme voilée, mais visage découvert, sur une plage est-elle vraiment plus inconvenante que dans les rues d’une ville ? Que l’on sache, Nadine Morano et les siens ne s’en sont jamais vraiment offusqués quand ils étaient aux commandes de la France et qu’ils auraient eu alors les moyens de faire changer les choses.

Qu’est-ce qui lui permet d’affirmer par ailleurs que cette femme était contrainte d’assister, passive, au bain de son époux qui, lui, ne cachait à la vue de personne « un corps bien fait » ? Avait-elle seulement envie de se baigner ? Peut-être… ou peut-être pas.

Toutes les épouses musulmanes vivent-elles obligatoirement passives, contraintes, sinon terrorisées par leur époux ? La charge de l’ancienne porte-parole de l’UMP semble l’accréditer. Est-il permis d’être sceptique ?

Qu’il existe des cas, même nombreux, de patriarcat oppressant, personne ne le nierait, mais est-ce le monopole d’une seule religion ?

Il serait intéressant de connaître – mais cela n’est pas autorisé aux pays des Droits de l’homme, rappelons-le – l’origine des milliers de femmes subissant brimades, menaces et coups répétés, voir décès prématurés pour cause d’incompatibilité matrimoniale. Une majorité de musulmanes parmi de telles victimes serait significatif… Mais, là encore, il semble imprudent d’être trop affirmatif sans preuve !

Rappelons qu’au début du XXe siècle, il n’était pas si courant de voir des dames se baigner, pas beaucoup plus les hommes, d’ailleurs… et de toute façon, enfants compris, leurs obligatoires costumes de bain ne laissaient guère de peau exposée au soleil… À l’époque, personne n’y trouvait à redire et la sainte, catholique et apostolique église y veillait d’ailleurs avec attention.

Quant au grotesque de parler de culture en comparant cette femme trop habillée à notre Brigitte Bardot nationale très déshabillée, c’est ne vouloir retenir que la première partie du mot seulement. Pourquoi pas ! C’est juste un autre débat !

Mais peut-être Don Quichotte Morano préfère-t-elle les Femen dépoitraillées, exhibant leurs « charmes » dans les églises en une danse du ventre n’ayant que peu à voir avec la religion du Prophète…

Non, ce n’est pas un femme habillée et voilée qui ne se baigne pas, quelle qu’en soit la raison, qui est inquiétant, mais la perspective qu’un jour, certains intégristes religieux – et pas seulement musulmans – ne veuillent empêcher les femmes, les hommes et les enfants à se baigner en simple maillot ou nu(e)s… voire de se baigner tout court !

Et pire encore, qu’un maire ou un préfet soit assez lâche pour interdire la plage aux baigneurs trop peu vêtus par souci d’éviter des « troubles à l’ordre public »…

Gageons que les élus estampillés UMP, comme Nadine Morano, ne seraient sans doute pas les derniers pour cela !

10:54 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 23 août 2014

Le 23 août 1939 : pacte germano-soviétique et devoir d’oubli !

stalinribentrop.jpgPieter Kerstens

Car comme chacun le sait l’Histoire est écrite par les plus puissants et les vainqueurs qui masquent leurs turpitudes et leurs crimes – dont celui de Katyn, attribué pendant 50 ans aux Allemands par les juges du Tribunal de Nuremberg, alors que c’était bien les troupes de l’URSS qui étaient coupables - afin de salir encore plus les vaincus.  Contrairement à ce que les gouvernements tentent de nous faire croire, le Bien n’est pas forcément où l’on pense et le Mal souvent très éloigné de ce que l’on veut bien nous montrer.

Il y a déjà 75 ans !

Deux hommes sont à la manœuvre. Joachim VON RIBBENTROP, Ministre des Affaires Etrangères du 3ème Reich allemand, de 1938 à 1945.  Le tribunal de Nuremberg le condamna à mort et il fut pendu en 1946. Viatcheslav Mikhaïlovitch SKRIABINE dit MOLOTOV, Commissaire du peuple aux Affaires Etrangères soviétiques de 1939 à 1949, puis de 1953 à 1956.  Fidèle de Staline, il fut écarté du pouvoir en 1957 pour avoir voulu éliminer Nikita Khrouchtchev (autre grand humaniste).  Il meurt dans son lit en 1986, à l’âge de 96 ans.

Le 23 août 1939, ils signent à Moscou le traité de non agression conclu entre l’Allemagne et l’URSS, dont une annexe prévoit le partage de la Pologne.

La mémoire à l’endroit.

Et pendant plus de sept décennies, aucun prof d’Histoire, de Lille à Nice ou de Colmar à Biarritz, n’a jamais appris à ses élèves que le 24 août 1939 le quotidien « L’Humanité » salue dans ce pacte « une politique à la fois énergique et intelligente, seule conforme à la cause de la paix… ».

Mais le 26 septembre 1939, le PCF est dissous par le gouvernement.

Le 28 septembre, un nouveau traité est signé entre l’Allemagne et l’URSS, après l’invasion de la Pologne, « traité d’amitié et de délimitation des frontières » qui permet ainsi à Moscou et à Berlin de resserrer leurs liens politiques et économiques.

Le 1er octobre, Jacques DUCLOS, premier secrétaire du PCF écrit à Edouard HERRIOT, président de l’Assemblée nationale, pour exiger l’ouverture de négociations de paix avec l’Allemagne.

Le 4 octobre, c’est Maurice THOREZ, numéro 1 du PCF qui déserte sa compagnie pour s’enfuir à Bruxelles, avant de s’installer à Moscou jusqu’en août 1944.

Mois après mois, les communistes français et leurs complices en Italie, ou en Belgique ont été, au début de la seconde guerre mondiale les véritables collaborateurs du 3ème Reich.  Du haut en bas de la hiérarchie du PCF, c’est avec conviction et allégresse que les militants appelaient au défaitisme et à la désertion.  Dans les usines d’armement, les communistes et leurs complices sabotent le matériel ce qui contribuera à tuer d’innombrables compatriotes en mai 1940.

« Non à la guerre impérialiste », et « Contre les impérialistes de Londres et de Paris » peut-on lire dans la prose clandestine de l’Humanité.

Le 18 juin 1940, la direction clandestine du Parti Communiste Français a très clairement défini sa position : du côté de l’alliance Hitler-Staline !

Le 14 juillet 1940, on peut lire dans le quotidien communiste interdit, l’Humanité : « Au sujet de la fraternité franco-allemande, les conversations amicales entre travailleurs parisiens et soldats allemands se multiplient.  Nous en sommes heureux ! ».

OUI, les communistes français (et européens) ont été les premiers collaborateurs avec l’Allemagne nationale-socialiste, aidés par les valets de la finance apatride, et ce, jusqu’au 22 juin 1941 – soit pendant presque 2 ans – ils ont encouragé et soutenu la politique menée par Adolf Hitler.  

Aujourd’hui, les marxistes et leurs alliés peuvent tout juste « fermer leur gu..le », arrêter de nous donner des leçons de civisme ou de patriotisme et retourner dans les poubelles de l’Histoire ! Crapules !

00:07 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 21 août 2014

Disparition de Pierre Lagaillarde

lagaillarde-286x300.jpgPierre LAGAILLARDE est né le 15 mai 1931 à Courbevoie.

En 1932, alors qu’il n’a qu’un an, ses parents, tous deux avocats, s’installent à Alger.

Il fait ses études au lycée Duveyrier de Blida qu’il quitte avec un baccalauréat de philosophie en 1948. Il suit des études de droit à l’université d’Alger jusqu’en 1950, puis Paris où il obtient sa licence en 1951. 

En novembre de la même année il s’inscrit au barreau de Blida

Après avoir résilié son sursis, il est affecté au 66e Régiment d’Artillerie à Oran, au G.A.O.A. n°3 à Sétif, puis à l’école d’artillerie de Châlons-sur-Marne en avril 1956 dont il sort 34e sur 226. Il effectue un stage à la B.E.T.A.P. à Pau en septembre-octobre 1956, y obtient son brevet parachutiste et rejoint le 20e Groupe d’Artillerie Parachutiste en Algérie.

Démobilisé en 1957 avec le grade de sous-lieutenant (parachutiste au 3e RPIMA), 2 citations et la Croix de la valeur militaire

Le 2 décembre 1957, il devient président de l'Association Générale des Étudiants (Européens) d'Algérie (A.G.E.A.).

Le 26 avril 1958, M. Delbecque, chef de cabinet du ministre de la Défense nationale M. Chaban-Delmas et membre de l’USRAF, organise à Alger une manifestation encadrée par des hommes du DPU : Lagaillarde rassemble 2 000 étudiants.

Le 12 mai 1958, à 21 heures, une réunion se tient chez le Dr Lefèvre à Hydra : Martel, Crespin, Me Baille, Goutailler, Ortiz, Kerdavid, Lagaillarde

Le 13 mai 1958, les partisans de l'Algérie française s’empare, notamment grâce à Martel et Lagaillarde, du Gouvernement Général (GG) d’Alger. C'est derrière un drapeau marqué des lettres U.F.F (Union et Fraternité Française) que les troupes de Lagaillarde donnèrent le 13 mai l'assaut au Gouvernement Général

Le comité des « Sept » précède les Comités de Salut Public du 22 mai 1958 : Lagaillarde, Martel, Dr Lefebvre, Goutailler, Crespin, Maître Baille.

Le 30 novembre 1958, il devient député sans étiquette d’Alger-ville (1ère circonscription), élu sur une liste Algérie française

Le 24 janvier 1960, un millier d’hommes du Mouvement populaire du 13 mai (MP 13 cliquez ici) fait jonction avec les Unités territoriales (UT) en armes de Sapin-Lignières (Kerdavid, Ronda) au pied de la statue de Jeanne d’Arc.

Vers 16 heures, des groupes de manifestants vont rejoindre Lagaillarde, qui s’est installé avec ses hommes du commando Alcazar dans les locaux déserts de la Faculté d’Alger dans la nuit du 23 au 24 janvier.

Le général Challe avait refusé d'envoyer des paras pour enlever le réduit de Lagaillarde, en déclarant : « C'est deux compagnies de paras au tapis. » Lagaillarde était surtout très populaire parmi les paras.

Le 1er février 1960, Lagaillarde, Crespin, de Galbert se rendent.

Le 3 novembre 1960 s’ouvre le procès des Barricades : Lagaillarde (dont l’avocat est Jean Gaillot), Ronda et Susini, à qui le tribunal accorde la liberté provisoire, en profitent pour gagner l’Espagne.

Le 9 janvier 1961, Lagaillarde lance de Madrid un appel aux armées : « Européens et musulmans, hommes et femmes, soldats, hommes des villages et des campagnes, unissez-vous, car nous allons nous battre. »

Le 10 février 1961, à Madrid, 3 hommes entourent le général Salan : Lagaillarde, Susini et Ronda.

En mars 1961, il est condamné par contumace à 10 ans de réclusion criminelle pour attentat contre la sûreté de l’Etat et la loi du 24 mai 1834 sur les détenteurs d’armes, et déchu de son mandat de député le 18 juillet 1961 (et non le 5 mai 1961 comme il est indiqué parfois).

Fin 1961 paraît On a triché avec l'Honneur : Texte intégral de l'interrogatoire et de la plaidoirie des audiences du 15 et 16 Novembre 1960, par Pierre Lagaillarde, préface de Jean Gallot (éditions de la table Ronde)

Fin 1966, il est responsable de l’économat puis surveillant général du Lycée Français d’Alicante, où son épouse est professeur.

En 1968, il bénéficie de la loi d'amnistie, rentre en France et reprend son métier d’avocat : il ouvre un cabinet à Auch où son fils Pierre-Jean lui succède.

Il est décédé le 17 août 2014.

17:18 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook