Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 27 juin 2009

SYNTHESE NATIONALE N°14 EST SORTI...

1-Couv_SN_14.jpg

 

Le numéro 14 de Synthèse nationale paraîtra demain.

 

Au sommaire :

 

Notre Europe ? L’Europe des Peuples !

 

- L’éditorial de Roland Hélie, directeur de la revue.

- Après les européennes, perspectives pour le mouvement national et identitaire… par Robert Spieler

- Pourquoi l’Europe en est-elle là et quel avenir lui proposer ? par Franck Abed

- Où en est l’Afrique du Sud ? par Jean- Claude Rolinat

- L’Oncle Sam est-il moribond ? par Pieter Kerstens

- Chères, très chères banlieues… par Arnaud Raffard de Brienne

- La Droite nationale en Norvège par Lionel Baland

- Cologne, 9 mai 2009, le congrès anti-islamique européen… par Lionel Baland

- Un entretien avec Pierre Vial sur son engagement avec la Nouvelle Droite Populaire

- Voyage au cœur du continent blanc : l’Antarctique… par François Ferrier

- Lorsque l'islam apparaît... Dr Jean-Claude Perez

 

Les rubriques de Patrick Parment, Philippe Randa, Ursule Minoret-Levrault,Vincent Valois, Nicolas Tandler

 

120 pages d’actualité en rupture avec la pensée unique… le numéro : 12,00 euros

 

AVEZ-VOUS PENSE A VOUS ABONNER ?

 

Abonnement : 1 an (6 numéros) : 50,00 euros (soutien : 100,00 euros) Chèque à l’ordre de Synthèse nationale

 

Bulletin d'abonnement à SN

 

 A retourner à :

Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris

(correspondance uniquement)

lundi, 15 juin 2009

NDP : QUE FAIRE ?

siteon0-588f0.jpg

Source : le NOUVEAU NH - Michel Dantan

 

Samedi dernier, s’est tenu à Paris le 2ème Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire présidée par Robert Spieler, et qui avait pour thème "Quel avenir pour le combat national et identitaire ?" Devant une trentaine de délégués venus de la France entière, les responsables de cette nouvelle formation présente sur l’échiquier politique français depuis un an seulement ont réaffirmé leur volonté de faire de la NDP « la force de rassemblement et de renouveau », nécessaire au redressement de l’opposition nationale laissée en jachère selon elle par les échecs répétés du Front national. C’est dans cet esprit que seront organisées à la rentrée des Assises du renouveau auxquelles devraient participer tous les courants de l’opposition nationale, mouvements, groupes, clubs politiques ou culturels, militants de valeur pour construire selon les vœux du Délégué général de la NDP, Robert Spieler, « Une nouvelle espérance, dans l’égalité et la réconciliation ».

Les trois R de la NDP

Partant du constat que le principe du chef unique et charismatique a fait l’expérience de son inefficacité au bout de plusieurs décennies d’existence et fini par fourvoyer l’opposition nationale dans l’impasse politique et idéologique où elle se trouverait aujourd’hui, la NDP propose de « construire une organisation de résistance qui fonctionne sur un mode confédéral ». Pour ce faire, en rupture avec le passé, c’est à une « révolution organisationnelle » qu’appelle la NDP. « Apprendre le respect pour ceux qui dans notre famille ne partagent pas toutes nos idées », rechercher en somme le dénominateur commun qui permette de rassembler au lieu d’exclure, au nom du respect, de l’amitié et de l’esprit de camaraderie qui doit présider aux rapports entre nationaux. Tels sont les maîtres mots de ce que la NDP appelle « une révolution comportementale », et qui, dans l’unité retrouvée, devraient permettre d’affronter certaines échéances électorales ainsi qu’entreprendre des actions communes, destinées les unes comme les autres à asseoir toujours un peu plus le courant de la Résistance nationale sur l’échiquier politique de la France. « Une révolution idéologique » à mettre en œuvre s’impose également, rendue plus que jamais nécessaire par les défis que la France devra relever, tels que la puissance de l’Asie, le poids de l’impérialisme américain et l’invasion musulmane. Dans cet esprit, Robert Spieler a parlé de « la nécessaire Reconquista de notre terre » tout en prônant « l’Europe de la puissance ». La création d’une véritable école de cadres devrait à l’avenir faire partie des préoccupations de la NDP.

Espérance et Résistance

Cette journée dont les débats se sont tenus à huis clos dans sa première partie était présidée par Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale, et animée par François Ferrier, conseiller régional de Lorraine, Jean-Claude Rolinat, membre du Bureau national de la NDP, Pierre Vial, membre du Bureau national de la NDP, et Robert Spieler. Lors de la séance de clôture, Roland Hélie s’est félicité de l’intérêt croissant suscité par la revue Synthèse nationale auprès des internautes, et a passé en revue les nombreuses opérations qui sous son égide avaient déjà eu lieu. François Ferrier a souligné quant à lui la nécessité d’investir le champ de l’économique et du social, d’autant qu’avec la crise les difficultés de nos compatriotes allaient encore s’accentuer. Jean-Claude Rolinat, montre en main, a décliné les 21 raisons de refuser l’entrée de la Turquie dans l’Europe et, pour sa part, Pierre Vial a tenu à souligner le caractère mortifère des dangers qui sur le plan culturel et civilisationnel guettaient la France.

Espérance et Résistance, c’est sous ces auspices que la NDP entend se présenter comme la cheville ouvrière du redressement auquel aspire selon ses dirigeants une grande partie de la droite nationale aujourd’hui démobilisée.

 

dimanche, 14 juin 2009

Samedi 13 juin, s'est tenu à Paris le Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire...

Photo 077.jpg

 

Samedi 13 juin, s’est tenu dans les salons d’un grand Hôtel parisien le 2ème conseil national de la Nouvelle Droite Populaire.

 

Au programme de cette journée de travail : l’étude des résultats des élections européennes et la stratégie à mettre en place pour le renouveau national et identitaire. Des interventions passionnantes de François Ferrier (la crise sociale), de Jean-Claude Rolinat (20 raisons de refuser l’entrée de la Turquie dans l’Europe) et de Pierre Vial (pourquoi nous combattons). Roland Hélie évoqua l’organisation générale du mouvement, sa structuration et son développement. Il présenta la campagne militante sur le thème « Produisons européen avec des travailleurs européens ! » que la NDP mènera tout au long de l’été.

 

Robert Spieler conclut cette réunion par une analyse générale de la situation de notre famille politique et par la proposition d’organiser cet automne des assises du renouveau (cf. article de Robert Spieler : Que faire ?).

 

Au cours de ce Conseil national, les nombreux responsables locaux de la NDP purent s’exprimer longuement. Notons les remarquables interventions de Luc Pécharman, responsable NDP de Flandre Artois Hainaut, de Jean-Marie Cojannot, responsable du Vaucluse, de Jean-Louis Mailhac, de l’Hérault, de Guy Lebas, de la Normandie. Saluons aussi la présence de Marie-Paule Darchicourt, conseillère régionale du Nord Pas-de-Calais, qui fut candidate sur la liste de Carl Lang aux élections européennes, et d’Yves Darchicourt, celle de Nicolas Tandler, responsable de la NDP en Ile-de-France, ainsi que celles de cadres venus de Provence, de Lorraine, de Perpignan, des Yvelines, de Seine-et-Marne, d’Alsace et de Bretagne… Remercions aussi pour leur présence Franck Abed, Président de Génération FA8, René Delacroix, Président de l’Alliance pour la résistance nationale, et Olivier Grimaldi, Président du Cercle Franco-hispanique.

 

mardi, 09 juin 2009

BRÈVE ANALYSE DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES...

images.jpgVoici l'analyse des résultats des élections européennes que nous a adressé notre ami Coclés :

 

1/ EN FRANCE :

 

- Le premier enseignement de ces élections est la continuelle progression de l'abstention. Traditionnelle lors des élections européennes, celle-ci s'accroît encore en 2009, marquant une défiance grandissante des citoyens vis à vis du monde politique et vis à vis de la construction européenne. L'abstention touche particulièrement les classes populaires et les plus jeunes, ce qui a des implications immédiates pour les partis qui réalisent habituellement leurs meilleures performances dans ces couches de la population (extrême droite et extrême gauche).

 

- Succès de la droite sarkozyste, arrivée largement en tête. Une crise économique  sans précédent, l'usure du pouvoir et les virulentes attaques du PS et du MoDem contre la personne du chef de l'État n'ont pas réussi à affecter son potentiel électoral. Ceci étant, les réserves de voix de l'UMP semblent se tarir ; outre chez les abstentionnistes, elles ne se trouvent plus que chez les souverainistes qui ont subi une lourde défaite. La thématique de "l'Europe qui protège" l'a largement emporté sur celle de "la France seule". Une parenthèse semble se fermer de ce point de vue.

 

- Malgré la lourde défaite du Parti socialiste, la gauche réformiste, également présente chez les amis de Daniel Cohn-Bendit au sein de la liste Europe Écologie, ne recule pas et le camp social-démocrate s'il sait dépasser les querelles qui sont à l'origine de son émiettement partitocratique et s'il renforce son message écologiste, ce qui est probable, demeure un concurrent sérieux pour la droite libérale.

 

- De manière générale, les forces du "système" renforcent leur emprise électorale tandis que la contestation à prétention radicale continue de s'affaiblir alors que les circonstances, crise du capitalisme et crise écologique (qui sont fondamentalement une seule et même chose), paraissent pourtant susceptibles de ménager une voie nouvelle pour une contestation de fond.

 

- Les listes emmenées par Daniel Cohn-Bendit, José Bové et Éva Joly font jeu égal avec les socialistes et les dépassent dans de nombreuses villes et dans des grandes régions urbanisées comme l'Ile-de-France et le Sud-Est. S'adressant aux couches citadines les plus scolarisées de la population, qu'il serait caricatural de réduire aux "bobos", ces listes sont les seules à avoir pris au sérieux les enjeux proprement européens de cette élection. Emmenées par des personnalités notoirement connues mais atypiques, elles ont labouré le terrain depuis l'automne et n'ont pas hésité à délivrer un message sortant des ornières simplistes de la politique-slogan. Notons également que leurs leaders ne pratiquent pas la langue de bois habituelle, tout en se gardant de la démagogie simpliste. Autant de choses qui démentent les calculs et les pratiques de la plupart des États-Majors politiques.

 

- L'extrême droite lepéniste met un coup d'arrêt à sa descente aux Enfers. Les 6,3 % d'électeurs qu'elle rassemble, malgré une abstention massive, semblent devoir constituer un socle inaltérable. Le parti va donc continuer d'exister sous la houlette de Marine Le Pen. Comme c'était attendu, et comme le passé l'a toujours confirmé, les dissidences ne sont pas parvenues à percer dans l'électorat, bien que leurs scores ne soient pas ridicules, dans le Centre comme dans le grand Nord-Ouest. Notons pour finir que la liste Dieudonné perd son pari. Même si elle obtient son meilleur score en Seine-Saint-Denis, force est de reconnaître qu'elle n'a pas su mobiliser les Banlieues. Pour l'extrême droite comme pour l'extrême gauche, celles-ci demeurent des terres de mission rétives à toute politisation. La révolte "politique" des banlieues demeure un mythe, tant pour ceux qui y fondent des espérances "révolutionnaires" que pour ceux qui en manipulent le risque afin d'effaroucher les "bons Français".

 

- Enfin, même si un "nationaliste-autonomiste" corse se trouve élu sur la liste Europe Écologie du Sud-Est, le régionalisme est absent d'une compétition dont les circonscriptions territoriales sont incompatibles avec son expression.

 

2 / EN EUROPE :

 

Les résultats européens confirment pour la plupart les résultats français, laissant ainsi apparaître une homogénéisation des réflexes politiques à l'échelle du continent. La droite libérale et pro américaine se renforce partout, ce qui signifie que l'ancrage dans le capitalisme et dans la "solidarité atlantique" vont sans doute se durcir. Le rêve d'une Europe autonome dans le concert des grands espaces s'éloigne. Le slogan de l'Europe-puissance apparaît de plus en plus comme un voeu pieux.

 

Le recul de la social-démocratie est général, ce qui ne fait qu'enregistrer l'usure d'un discours qui n'a pas su s'adapter aux défis d'un libéralisme conquérant, souvent mâtiné de "populisme", qui parle sans complexe le langage de l'économie comme destin. En ce sens, le succès de la "droite européenne" est aussi l'indice d'une défaillance identitaire. De nombreux observateurs font par ailleurs remarquer que l'extrême droite progresse presque partout, ce qui est exact, mais peu mettent le doigt sur les impasses que celle-ci véhicule. Ces impasses sont de deux ordres. Nombre de ces mouvements sont tenaillés par un imaginaire libéral qui fait d'eux, en cas de besoin, de simples forces auxiliaires de la droite libérale, c'est-à-dire d'une idéologie qui incarne le contraire de ce que l'extrême droite est sensée "penser". Le deuxième point, c'est que ces extrêmes droites, étant souvent sous l'emprise des archéo-nationalismes, elles sont évidemment incapables de s'entendre et de peser à l' échelle du Parlement Européen. Il va de soi, par exemple, que pour un "nationaliste" hongrois l'ennemi principal, c'est le "nationaliste" roumain ou slovaque, bien plus que le concept abstrait que représente le "système". Il en va évidemment de même pour le nationaliste roumain. On pourrait multiplier les exemples.

 

À contrario, on peut dire que le succès des écologistes à l'échelle du continent est beaucoup plus porteur d'avenir que les succès des extrêmes droites, tout simplement parce que l'écologie unifie tandis que le nationalisme sépare.

 

Au total, aucune force ne semble se dégager à l'échelle du continent qui puisse faire barrage, voire même freiner, la réalisation du "modèle" européen tel qu'il est conçu par les oligarchies dirigeantes et mis en musique à Bruxelles.

 

Coclés

mardi, 26 mai 2009

Samedi 13 juin, Paris, 2ème Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire

anniv2.jpg

Samedi 13 juin, Paris,

2ème Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire

lundi, 25 mai 2009

Congrès nationaliste à Villepreux : BELLE REUSSITE POUR LE RENOUVEAU FRANCAIS...

Dimanche 24 mai à Villepreux, sous un soleil éclatant, s'est déroulé le deuxième Congrès nationaliste organisé par le Renouveau Français et la revue l'Héritage.


Dans une ambiance sympathique et détendue, plusieurs centaines de militants et sympathisants, certains parlent d’un millier, ont participé à ce rassemblement national. De nombreux stands étaient présents, qu'ils soient politiques (Parti de la France, Renouveau Français, ARN, Oeuvre Française, Militant, Cercle Franco-hispanique…), étrangers, musicaux, régionaux ou bien encore vendant des objets divers et variés.

 

Conférences et tables rondes se succédèrent et le moment politique important de la journée fut incontestablement l’intervention de Carl Lang. Le président du Parti de la France a insisté sur la nécessité d'une unité d'action face aux ennemis des peuples et des Nations d’Europe. Il a rappelé qu'en tant que Français et Européens, nous avons des droits et qu'il nous appartient de les faire respecter parce que nous sommes chez nous. Très en verve et particulièrement offensif, Carl Lang a insufflé à l'assistance un sentiment d'espoir et de renouveau dans le combat nationaliste.


Avant et après son intervention, Carl Lang a entrepris une visite des différents stands et s'est montré très disponible avec les nombreuses personnes qui souhaitaient le saluer ou s'entretenir avec lui.


Pour clore ce congrès, André Gandillon, directeur de Militant, et Pierre Sidos se sont succédés à la tribune avant que le mot de la fin ne revienne à Thibault de Chassey, président du Renouveau Français, qui a plaidé, dans un discours captivant, pour un nationalisme intransigeant face à l'Union Européenne de Bruxelles.

 

Lire aussi : La Picardie avec Carl Lang

 

mardi, 19 mai 2009

Dieudonné, le Golem...

p1010485.jpgpar Robert Spieler

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

 

L’apparition de Dieudonné dans le débat des élections européennes sème l’effroi dans la classe politique et chez les lobbies. Ils ont donné vie à un monstre qui leur a échappé.

 

La légende juive praguoise du Golem raconte que le rabbin Yehuda-Leib insuffla la vie à une créature faite d’argile, en usant de la magie kabbalistique et en inscrivant EMET, l’un des noms de Dieu, sur son front. Cette créature échappa à son maître, semant la terreur dans le ghetto praguois. L’écrivain autrichien Gustave Meyrink en fit un excellent roman fantastique, publié en 1915, qui connut un énorme succès et continue d’être réédité.

 

Dieudonné, qui fut pendant longtemps un porte-parole apprécié de la multiculturalité et de l’antiracisme, allant jusqu’à se présenter contre Marie-France Stirbois à Dreux, vient de placer sa liste aux élections européennes sur le terrain de l’anti-sionisme et de la lutte contre l’influence sioniste en France.

 

Ainsi, la créature a échappé à ceux qui s’illusionnaient en être les maîtres. L’émotion est intense, l’indignation glapissante. Quoi ?! Une liste anti-sioniste ? Peut-on, doit-on l’interdire ? Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée, pour qui anti-sionisme signifie bien sûr antisémitisme, déclare à Radio J : « Dieudonné est antisémite 100% de son temps ». Ce à quoi Alain Soral, qui fait équipe avec Dieudonné, réplique : « Même Adolf Hitler, quand il caressait son chien, avait des baisses d’antisémitisme. Dans son bunker, Adolf Hitler n’était antisémite que 97% de son temps ». Et Soral, toujours aussi provocateur, de rajouter : « De quoi se plaint Bernard-Henri Lévy ? Regardez notre liste blanche, black, beur. Nous avons réalisé ce qu’il souhaitait ».

 

La présence sur la liste Dieudonné du leader islamiste du Centre Zahra, d’une jeune femme voilée, de noirs, de militants d’extrême gauche, d’une des fondatrices des verts et aussi de militants nationalistes en fait un étonnant patchwork. La kippa sur le gâteau, si j’ose m’exprimer ainsi, est le soutien d’un rabbin ultra orthodoxe et… anti-sioniste.

 

Il est probable que la liste Dieudonné, qui apparaît comme la plus rebelle, la plus anti-système, va faire un malheur en Ile-de-France. Les démiurges de l’antiracisme auront récolté ce qu’ils ont semé.

 

Le Parlement européen vient de modifier son règlement intérieur pour interdire à Jean-Marie Le Pen de présider la séance inaugurale, dans l’hypothèse où il serait élu. Le Parlement va-t-il compléter son règlement en précisant que la première séance ne saurait être présidée par un Golem, fût-il noir ?

 

Ce serait l’aboutissement logique de la mascarade antiraciste qui risque de se conclure (pour nous) par un gigantesque éclat de rire.

 

Elle est candidate de la NDP sur la liste de Carl Lang : un entretien avec Marie-Paule Darchicourt...

Marie-Paule[1].JPGMarie-Paule Darchicourt est candidate de la Nouvelle Droite Populaire sur la liste que mène Carl Lang dans la circonscription Nord-Ouest aux élections européennes du 7 juin prochain. Dans cet entretien, elle se présente à nos lecteurs et exprime le sens de sa candidature…

 

Marie-Paule Darchicourt, de nombreux militants et sympathisants de la cause nationale et identitaire connaissent votre blogue(*) que vous actualisez quotidiennement. Les habitants de votre région connaissent et apprécient la militante et l’élue active que vous êtes. Mais, au fond, qui êtes-vous ?

Je suis native de Seclin, une ville de Flandre proche de Lille, où j’ai vécu jusqu’à la fin de mes études secondaires. Après le baccalauréat, je suis entrée à l’Ecole des Sous-Officiers de Montpellier. Diplômée parachutiste, j’ai servi cinq ans comme adjudant-chef au Gret 802 de Lille, avant de revenir à la vie civile comme conseiller à l’emploi auprès des ANPE de Paris, Lille, Valenciennes et enfin Hénin-Beaumont où je réside depuis maintenant plus de 30 ans. Je suis mariée à un Héninois de souche, mère de famille et heureuse « mammie » de trois petites-filles.

 

Et votre engagement politique ?

Bien que viscéralement attachée à ma région, à ma nation, à l’identité européenne, bien que convaincue de longue date par les idées et les programmes de la droite nationale et identitaire, en quelque sorte « croyante mais non pratiquante » (sinon par le bulletin de vote), je ne suis « tombée » en politique que tardivement, une fois libérée des contraintes professionnelles et sans doute un peu « poussée » par mon époux, Yves Darchicourt, militant de la « cause » depuis Occident et Ordre Nouveau jusqu’à la NDP, avec entre-deux 24 ans de FN !

 

Votre parcours politique ?

J’ai adhéré au FN en 1998. J’ai milité dans ma ville d’Hénin-Beaumont et sur la voisine 13ème circonscription du Pas-de-Calais où j’ai été candidate aux cantonales de mars 2004, obtenant 32,74% au second tour dans le canton  de Lens-Est / Loison / Annay ; parallèlement, Carl Lang, qui m’avait placée en seconde position sur la liste FN aux Régionales dans le Pas-de-Calais, m’a permis de devenir Conseiller Régional. En juin 2004, j’ai figuré sur la liste menée par Carl Lang aux Européennes.

Soupçonnée, à juste titre, de « marinisme tiède », j’ai fini par être écartée de la section d’Hénin-Beaumont par le responsable local, qui avait signé chez les « gars de la Marine », et aussi bien sûr de la circonscription où j’avais eu le grand tort d’atteindre un score jugé attentatoire au prestige, qui se devait de rester unique, du même responsable local. J’ai alors rejoint Dominique Slabolepszy dans le Nord-Hainaut où je fus affectée à la circonscription de Douai pour les législatives de juin 2007 - celles qui ont essuyé les plâtres du désastre de la  Présidentielle si bien organisée par la fille du chef - obtenant quand même 6,21% soit deux points de plus que la moyenne nationale du FN marinisé.

 

A la Région ?

Je siège dans deux commissions (Développement économique / Nouvelles technologies et Emploi / formation / apprentissage) ; je participe au Comité de ligne Sncf Lille-Lens et suis administrateur au Conseil Régional des Ressources Pédagogiques ainsi qu’au Conseil d’administration du Centre Hospitalier Adolphe Charlon d’Hénin-Beaumont.

Le Groupe FN présidé par Carl Lang comptait 16 élus ; l’immigration imposée de Marine Le Pen dans notre Région l’a fait disparaître : 13 élus forment le Groupe REUNIR dirigé par Carl Lang.

Mon « marinisme tiède » s’étant considérablement refroidi, j’avais quitté officiellement le FN en avril 2008… avant, fort étrangement, et sept mois plus tard, d’être « jugée » par contumace par devant une ridicule inquisition et condamnée au bannissement ! Sans doute pour n’être pas allée à Montretout comme on va à Canossa ! En vérité, j’avais fait savoir que je m’étais engagée pour servir un idéal, pas les intérêts d’une famille et sa clientèle (au sens romain du terme). Déjà séduite par la démarche de Synthèse Nationale et ayant, comme la nature, horreur du vide, j’ai tout naturellement adhéré à la Nouvelle Droite Populaire en juin 2008.

 

« On » vous en a voulu et attaqué vertement !

J’ai toute une vie de travail (et de cotisations) derrière moi et n’ai pas  besoin d’un mandat électoral pour vivre, ce qui me permet de parler et d’agir selon mes convictions, sans esprit courtisan. Quant aux vociférations, éructations, tentatives d’intimidation, mensonges, plumes assassines, allusions teintées d’ironie douteuse… tout cela me laisse indifférente et, pour paraphraser Rimbaud, « loin du rire primitif de l’idiot, j’ai trouvé le printemps ». 

 

Aujourd‘hui ?

Je suis une élue de ma Région jusqu’en mars 2009 ; cette Région de Flandre-Artois-Hainaut qu’il me plaît d’ailleurs de dénommer « les Pays-Bas de France » plutôt que par le sans âme « norpadecalé ». Je fais partie de la liste de rassemblement menée par Carl Lang aux élections européennes dans le « Nord-Ouest » (les cinq provinces de Normandie, Picardie, Artois, Flandre, Hainaut) en tant que déléguée de la NDP. Ensuite, on verra, de toutes les façons le combat doit continuer, pour que nous puissions simplement rester nous mêmes chez nous et transmettre à nos enfants ce que nous avons reçu de nos aïeux et dont nous sommes dépositaires.

 

Pour conclure…

Je reste fidèle à mes convictions basées sur la défense des identités (celles des « pays », des régions, des provinces, des nations  et celle, plus large, de l’Europe) ; sur la défense des valeurs de notre millénaire civilisation ; sur la défense de la famille naturelle et de la vie ; sur la résistance au mondialisme, au cosmopolitisme, au métissage universel, laïque et obligatoire ; sur le rejet de la décadence culturelle et morale institutionnalisée sous la pression de cultureux et d’ambigus subventionnés ; sur l’opposition au capitalisme débridé, à l’ultra-libéralisme économique, à l’ingérence de la haute-finance internationale dans la politique des nations pour le seul profit des fortunes anonymes et vagabondes ; sur l’opposition aux lois liberticides, à la repentance obligatoire, à la défiguration de notre Histoire ; sur la ferme et absolue opposition à l’islamisation de notre sol.

Je crois qu’il est vital pour ce faire d’œuvrer au rassemblement des forces nationales et identitaires en France, comme viennent d’en donner l’exemple la NDP, le MNR et le PDF à l’occasion des élections européennes, et qu’il est urgent aussi de se rapprocher de nos amis des autres peuples et des autres nations d’Europe comme c’est déjà le cas, dans ma Région par exemple, avec nos camarades flamands du Vlaams Belang ou wallons de Nation. Il est vrai qu’en ce qui me concerne, comme l’a en substance énoncé dernièrement Carl Lang à Lesquin, je me sens infiniment plus proche d’un nationaliste flamand ou wallon que d’un « Français de papier ».  


(*) Le Blog de Marie-Paule Darchicourt

lundi, 18 mai 2009

Carl Lang et Robert Spieler en Normandie...

Dimanche 17 mai, se déroulait à Saint Sylvain, dans le Calvados, la fête champêtre de la droite nationale et identitaire normande rassemblée pour soutenir la candidature de Carl Lang aux élections européennes du 7 juin prochain.

 

p1010470.jpgParfaitement organisée par Guy Lebas, délégué régional de la Nouvelle Droite Populaire en Normandie, Eric Pinel, Conseiller régional Parti de la France de Basse-Normandie, et leurs amis, cette fête rassembla près de 150 personnes venues de toute la région. Une délégation du MNR conduite par Alain Vauzelle était aussi présente. Plusieurs stands, parmi lesquels celui de l’Alliance pour la résistance nationale et, bien sûr, celui de notre revue Synthèse nationale, rencontrèrent un franc succès.

 

p1010459.jpgAprès le déjeûner pris en commun sous un vaste chapiteau et les allocutions de bienvenue des organisateurs, il revenait à Fernand Le Rachinel d’ouvrir la partie politique de la journée. Soulignant qu’il est le seul élu de la région Basse-Normandie au Parlement européen, il nous dressa le bilan de son activité, ainsi que celle de Carl Lang, à Strasbourg. Il est bon de rappeler que Carl Lang fait, selon un classement officiel, partie des dix députés européens les plus actifs.  Avis aux amateurs…

 

p1010485.jpgPuis ce fut le tour de Robert Spieler, délégué général de la NDP, de prendre la parole. Robert Spieler entendait ainsi concrétiser le soutien total de la NDP aux listes du PdF.  Evoquant Charles Martel, Isabelle la Catholique et les combattants venus de l'Europe entière pour défendre Vienne contre l'invasion turque, Robert Spieler devait déclarer : "L'Europe subit la plus dangereuse invasion qu'elle ait jamais eue à subir. Cette invasion est ethnique et/ou religieuse, et non pas militaire. Elle bénéficie du soutien de collabos qui persécutent les résistants. Nous voulons que la France reste française et que l'Europe reste européenne. Seul le rassemblement de toutes les forces européennes de résistance nous permettra de libérer nos peuples". Un langage que l’assistance a approuvé et longuement applaudi.

 

p1010494.jpgEnfin, Carl Lang nous fit un remarquable discours sur sa conception de l’Europe, qu’il défend au Parlement européen. Une Europe forte et libre, une Europe composée de nations souveraines dans leurs choix mais qui sont soudées par un passé et un destin commun. Une Europe qui dit non à l’entrée de la Turquie, une Europe qui redonnera aux Européens leur dignité et leur fierté. En un mot, l’Europe que nous propose Carl Lang se situe aux antipodes de la petite Europe étriquée que veulent nous imposer les technocrates bruxellois… Le Président du PdF termina son discours en insistant sur la nécessité vitale pour notre famille politique de se rassembler. Au-delà de l’échéance des européennes du 7 juin, il y aura d’autres rendez-vous avec les Français, qu’il s’agisse des régionales ou des législatives pour ne citer que celles-ci. L’entente entre le PdF, le MNR et la NDP est donc destinée à perdurer. Elle sera la seule alternative crédible aux partis du Système. L’espoir est de retour…

15:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pdf, ndp, politique, carl lang, robert spieler, normandie, caen | |  Facebook

samedi, 16 mai 2009

Marie-Paule Darchicourt représente la NDP sur la liste de Carl Lang

images.jpgCarl Lang, député européen et Président du Parti de la France, a déposé jeudi matin sa liste pour les prochaines élections européennes. Il s'agit d'une véritable liste de rassemblement des forces nationales et identitaires puisque, outre les candidats du Parti de la France, celle-ci est ouverte au MNR et à la Nouvelle Droite Populaire.

C'est donc Madame Marie-Paule Darchicourt, conseiller régional du Nord/Pas-de-Calais et membre de notre mouvement depuis sa fondation en juin 2008, qui représente la NDP sur cette liste.  Cette candidature fait donc suite à l'annonce, lors du déjeûner-débat de Lille du mois d'avril, par notre délégué régional, Luc Pécharman, du soutien total de la NDP à l'initiative de rassemblement de Carl Lang.

Rappelons que dimanche prochain, à St Sylvain près de Caen, Robert Spieler prendra la parole au cours d'une grande fête champêtre de soutien à Carl Lang.

Dans les jours qui viennent, nous publierons un entretien avec Marie-Paule Darchicourt.

 

Blog de Marie-Paule Darchicourt

jeudi, 07 mai 2009

Cologne : DERNIERES NOUVELLES...

Manifestation anti-islamisation de Cologne.

Samedi 9 mai à 11 h 00 : Dernières informations.

La manifestation européenne contre l'islamisation de notre continent aura bien lieu Barmerplatz à Cologne samedi à 11 h 00. L'organisation de la réunion place Roncalli, à proximité de la cathédrale, a été refusée par les autorités, de même que le défilé qui devait nous mener jusqu'au lieu où la grande mosquée sera érigée.

Par ailleurs, la contre-manifestation d'extrême-gauche a été interdite et la police semble, pour cette fois, extrêmement déterminée à permettre à notre manifestation de se dérouler dans le calme. Elle prévoit 6 000 contre-manifestants et a mis en place tout un dispositif (canons à eau...) pour les empêcher de perturber la réunion.

 TOUS A COLOGNE SAMEDI 9 MAI :

RESISTANCE IDENTITAIRE EUROPEENNE !

Rassemblez-vous derrière les banderoles de la NDP.

 

lundi, 27 avril 2009

LA NDP DANS LE SUD-EST : C'EST DESORMAIS UNE REALITE !

Jeudi 23, vendredi 24 et samedi 25 avril, Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, François Ferrier, conseiller régional de Lorraine, et Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale, ont effectué une tournée dans le Sud-Est de la France afin de concrétiser l’implantation de la NDP dans les régions méridionales. Des réunions toutes aussi réussies les unes que les autres eurent ainsi lieu à Lyon, à Avignon et à Sète. Les responsables de la NDP ont été reçus vendredi à Orange par Jacques Bompard, maire de la ville. Résumé de ces journées.

 

Jeudi soir à Lyon, Pierre Vial rejoint la direction nationale de la NDP…

 

1-NDP_01_009.jpgJeudi soir, se déroulait  à Lyon la première réunion de la Nouvelle Droite Populaire dans la Capitale des Gaules. Nos amis lyonnais sont venus nombreux pour écouter les responsables nationaux du mouvement. Mais l’événement important de cette soirée amicale fut la venue de Pierre Vial, Président de Terre et Peuple, qui nous fit une remarquable intervention sur les menaces mortelles qui pèsent sur notre civilisation européenne et sur la nécessaire et vitale entente des forces nationales et identitaires. A l’issue de la réunion lyonnaise, Pierre Vial a accepté de rejoindre la direction nationale de la Nouvelle Droite Populaire. Fidèle à sa vocation de rassemblement, la NDP se trouve ainsi renforcée par l’arrivée d’une personnalité importante du mouvement national et identitaire. Dans la guerre que nous menons contre le Système broyeur de nos identités, seule l’unité de toutes les forces combattantes permettra de vaincre.

 

Vendredi à Orange, rencontre amicale avec Jacques Bompard…

 

NDP_01_016.jpgJacques Bompard, maire d’Orange, nous a chaleureusement reçu à la mairie de sa ville vendredi matin en présence de Philippe de Beauregard, Conseiller régional de PACA. Ce fut l’occasion de constater une large identité d’analyse quant à la situation politique du camp national et identitaire et quant aux perspectives d’avenir.

 

Au cours du déjeuner qui suivit, Robert Spieler aborda directement avec le maire la question, qui fait beaucoup de bruit en ce moment, de la mosquée d’Orange. Jacques Bompard veut-il faciliter la construction d’une mosquée dans sa ville, comme l’accusent certains ?

 

C’est évidemment totalement faux. Il existe depuis longtemps à Orange une mosquée située dans un îlot insalubre du centre-ville que la mairie souhaite réhabiliter. Il reste cependant à récupérer le bâtiment de la mosquée, les autres bâtiments ayant déjà été acquis par la ville. Jacques Bompard, en vertu des possibilités que lui laissent les lois en vigueur, a proposé aux musulmans l’échange de leur bâtiment contre un terrain situé à l’extérieur de la ville, ce qu’ils ont accepté. Il leur a aussi fait signer une « charte républicaine ». On ne peut guère mieux faire. Alors, accuser Bompard de faciliter l’implantation d’une mosquée relève donc purement et simplement de la désinformation.

 

La critique est facile, mais l’art est beaucoup plus difficile. Ceux qui se contentent de raconter n’importe quoi sans rien connaître ni aux réalités locales ni aux contraintes légales que le Système impose feraient mieux de se renseigner avant de diffuser n’importe quelles fausses informations.

 

Une visite de la ville d’Orange a permis de constater le remarquable travail réalisé par Jacques Bompard et son équipe. Ainsi, nous passons devant un immeuble d’une épouvantable laideur, il s’agit du Palais des Congrès construit par la précédente municipalité. Un panneau situé à l’entrée de cet édifice éclaire les passants : « Ce bâtiment qui se singularise par sa laideur a été réalisé par la municipalité socialiste en violation du Plan d’occupation des sols grâce à un ministre socialiste ». Bravo Jacques ! Voilà ce que signifie être pédagogue !

 

Vendredi soir à Avignon, la NDP s’implante solidement en PACA…

 

NDP_01_018.jpgLa réunion d’Avignon permit à la NDP de concrétiser son implantation en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Depuis plusieurs mois, des bonnes volontés se manifestaient un peu partout dans cette région. Aussi, la tenue de cette réunion, parfaitement organisée par notre ami Jean-Marie Cojannot, fut-elle l’occasion de mettre en place des délégations de la NDP non seulement dans le Vaucluse, mais aussi à Marseille et à Nice. Ainsi, après Toulon où une réunion de la NDP est prévue pour le mois de juin, ce sont deux nouvelles sections qui voient le jour, concrétisant ainsi la présence de notre mouvement dans cette région hautement symbolique du combat national.

 

Nous avons aussi eu le plaisir, au cours de cette réunion, de recevoir une délégation régionale du MNR conduite par Hubert Savon, membre de la direction nationale de ce mouvement, ainsi que des responsables du Cercle Algérianiste, très présent dans la région, et du Cercle national des combattants.

 

Samedi matin, la délégation de la NDP s’est rendue au Palais des Papes pour visiter la magnifique collection consacrée aux peintres primitifs  italiens.

 

Samedi, Sète et l’Hérault accueillent la NDP...

 

NDP_01_027.jpgLa tournée des responsables se terminait samedi après-midi avec une réunion publique à Sète. La presse locale avait largement annoncé l’événement et ce fut une sympathique réunion qui se déroula autour de Jean-Louis Mailhac, délégué départemental de l’Hérault. La terrible crise de la pêche, principale activité de Sète, fut bien entendu abordée par les intervenants et, dans les jours qui viennent, la NDP va mener une campagne militante locale pour défendre les pêcheurs sétois.

 

La présence à cette réunion d’amis venus de Perpignan nous permet de vous annoncer la création prochaine d’une section dans cette ville.

00:09 Publié dans Nouvelle Droite Populaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon, orange, avignon, sète, ndp, politique, pierre vial | |  Facebook

jeudi, 23 avril 2009

Des illusions, désillusions…

2009 1er de l'an Perros 039.jpgPetit mémento à l’usage de ceux qui voudraient (à tout prix) être élus ou réélus...

Article publié dans le n°13 (mars avril 2009) de la revue Synthèse nationale

 

par Robert Spieler

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

Mon expérience politique m’a permis d’observer et d’analyser, tel un entomologiste, ceux qui, un jour, furent saisis par la tentation de rejoindre le Système. Certains le faisaient par épuisement, tant il est difficile et éprouvant de combattre dans le camp des réprouvés. D’autres cherchaient à gagner ou à conserver à tout prix un mandat. Etre élu représente en effet pour certains un formidable ascenseur social qui les éblouit. C’est l’histoire du berger qui épouse une princesse. Il est difficile de résister à cette tentation si l’on ne dispose pas d’une armature idéologique de fer et si ses convictions ne sont pas ancrées dans de hautes valeurs spirituelles ou dans la longue mémoire européenne, avec, comme corollaire, un mépris sans faille pour le Système, ses ors et ses créatures. Une pensée intime et récurrente habite presque tous ceux qui sont allés à Canossa : celle qu’eux auraient bien mieux réussi que leur chef, responsable par ses propos trop radicaux, trop provocateurs, par ses dérapages, de leurs échecs électoraux. Ceux qui sont allés jusqu’au bout de cette certitude en se présentant aux élections avec comme seules étiquettes leur ego et un programme censé rassembler 80% des électeurs, ont certes fini par comprendre leur douleur. J’ai souhaité, dans ce texte, évoquer les illusions les plus courantes qui amènent certains à vouloir abandonner le combat national et identitaire pour les chimères du Système.

 

- Abandonner la thématique nationale. Se concentrer sur les problèmes de proximité. Faire le choix du « localisme ».

 

Il est de bon ton chez certains de prôner le « localisme », terme barbare qui signifie l’action politique de proximité, comme vecteur essentiel d’efficacité. Prenant pour modèle la Lega Nord qui occupe remarquablement le champ politique, culturel et social au plan local, ils en viennent à considérer que le localisme est l’alpha et l’oméga de l’action politique. Ils oublient que cette action locale de la Ligue du Nord va de pair avec une puissante influence nationale. Le contre-modèle qu’ils évoquent est le Front national, qui n’a jamais su, ni pu, ni surtout voulu consacrer son énergie à l’implantation locale, tout obnubilé qu’il était par la « reine des batailles », l’élection présidentielle. Voilà ce que répond Jean-Marie Le Pen, interrogé par l’excellente revue Réfléchir et agir  (n°31, hiver 2009, page 30) : « Un militant qui s’engage dans l’action locale est perdu. Totalement perdu. Et le maire et le conseil municipal aussi. Parce qu’à moins d’être appuyés par un parti politique extrêmement puissant dont ils vont attendre des appuis, des soutiens, des promotions, ils vont se consacrer au bien-être de leurs administrés et ils vont cesser d’agir politiquement. Ils vont essayer d’élargir leur base électorale, donc d’amoindrir leur message politique, pour essayer de gagner des voix à gauche et à droite. Ils assureront ainsi leur réélection en rasant les murs (…) ». Cette analyse me parait tout à fait juste, même si la recherche d’une implantation locale est évidemment souhaitable, dès lors que l’on n’abandonne pas pour autant les « thématiques nationales », tel le combat intransigeant contre l’invasion et pour la défense de nos identités. Toute règle a ses exceptions. C’est, je le crois, le cas de Jacques Bompard, maire d’Orange, qui s’est très solidement enraciné mais n’a jamais, à ma connaissance, trahi ses convictions ni renié ce qu’il fut. Certes, il a rejoint le MPF, mais sans doute davantage pour bénéficier d’un vague label national pour des élections nationales ou régionales que par conviction, et encore moins par admiration pour Villiers qui vient d’amarrer, pour les élections européennes, son parti à celui d’un milliardaire irlandais partisan de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, défenseur du libéralisme le plus débridé et partisan de l’ouverture des frontières européennes. Bompard ne peut être dupe. Son implantation locale est telle qu’il n’a nul besoin, localement du moins, du soutien d’une structure nationale. Empereur à Orange, roi dans son canton, duc parmi d’autres dans sa circonscription, il n’est cependant qu’un des hobereaux locaux au niveau régional. Les limites du localisme…Je ne doute pas que, demain, Jacques Bompard contribuera à nos côtés à la renaissance nationale et européenne.

 

- Chercher à plaire à l’adversaire. Rechercher la respectabilité.

 

J’ai connu certains élus de notre camp qui furent saisis d’une douce euphorie lorsque, sur un thème rassembleur et local, ils s’autorisèrent à voter avec le PS, les Verts ou l’UMP, ou, mieux encore, lorsque présentant une motion concernant par exemple le refus de construire une déchetterie à Trifouillis-les-Oies, ils furent soutenus par des élus de la majorité. Quel bonheur ! Sortir enfin du ghetto de la diabolisation ! S’entendre féliciter par l’adversaire qui, hier, n’avait pas de mots assez durs quand vous abordiez les sujets qui fâchent. Redevenir un être humain respecté ! Voir des adversaires venir vous serrer la main, vous saluer quand ils vous rencontrent... Pouvoir échanger quelques mots, au vu et au su de tout le monde, dans un cocktail… S’entendre dire que l’on a du talent, mais qu’il est bien dommage que l’image d’extrémiste vous colle à la peau… Ce n’est évidemment pas de votre faute, c’est celle de votre direction et de certains de vos amis… Il serait si facile de se défaire de cette image… Mettre de l’eau dans son vin, prendre ses distances avec certains dérapages, ne plus aborder aussi brutalement certains sujets… Approuver l’élu UMP qui vous confie : « De toute façon, ils sont là. On ne peut pas les virer, n’est-ce-pas ? Bien sûr, je suis d’accord avec vous. Il faut qu’ils respectent les lois de la République. Sur ce plan, croyez-moi (je ne peux évidemment pas le dire en public), je suis encore plus à droite que vous »…

 

J’ai connu un collègue député centriste alsacien, Marc Reymann, qui m’expliquait, en privé, qu’il était encore plus à droite que Le Pen sur le thème de l’immigration. Il fut réélu trois fois sur cette imposture. Venant à peine d’abandonner son mandat, il expliqua : « Maintenant que je suis libre de dire ce que je veux, je le dis : je suis favorable à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne ». Même la presse régionale s’en étrangla devant tant de cynisme et de mépris pour les électeurs.

 

La tentation de retrouver son siège de maire, de conseiller général ou de député est telle, au vu des avantages matériels mais aussi de la valorisation sociale qu’ils apportent à ceux, nombreux, qui en sont friands, que certains sont très vite aspirés par la tentation de la respectabilité, gage selon eux de leur réélection. Douce illusion… Les partis du Système souhaitent évidemment offrir en priorité avantages et prébendes aux leurs et ne voient aucun intérêt, dans le système électoral majoritaire qui prévaut aujourd’hui, à laisser fussent des miettes à d’anciens adversaires qui ont trahi leur camp et qui, un jour, sont susceptibles de trahir à nouveau.

 

Mais le summum de l’illusion est atteint par ceux qui veulent plaire aux lobbies. C’est l’exercice le plus difficile. Il faut, pour y réussir, être un génie de la trahison. Il y a, certes, beaucoup de traîtres, mais peu de génies parmi eux…

 

- Chercher à plaire aux journalistes. Se défaire à tout prix du qualificatif infamant « d’extrême droite ».

 

Lire un article les concernant qui, pour une fois, ne les agonit pas d’injures suscite une formidable jouissance chez certains. Vouloir plaire à des journalistes qui sont presque tous de gauche exige certes quelques contorsions sémantiques et idéologiques. L’exercice est quelque peu périlleux. A l’incompréhension de ses électeurs, risque de s’ajouter le mépris des journalistes pour ceux qui se couchent. Mais que ne feraient certains pour avoir l’illusion d’intégrer le Système ? Ils vont bien sûr fuir comme la peste les milieux et les groupes qui pourraient ternir leur image. Leur image… Et ils vont tout faire pour se défaire du qualificatif infamant d’« extrême droite ». Ils vont donner de solides gages et les renouveler régulièrement. Ils n’hésiteront pas à dénoncer avec force telle action ou tel propos de leur leader ou d’un camarade. Ils vont hurler encore plus fort que l’adversaire devant certaines provocations. Pas facile pour eux, certes, mais il leur faut y mettre du cœur et de l’enthousiasme. De la sincérité aussi : travailler d’arrache-pied leurs trémolos, mouiller leur voix, émotionner d’importance. Car ils ont un tel passif à combler… Sept générations risquent de ne pas y suffire. Car les lobbies ont la mémoire longue et la haine tenace…

 

- Recruter un adversaire dans son équipe.

 

Pas facile. Mais pouvoir annoncer le ralliement de tel conseiller général, de tel maire UMP ou centriste sous son drapeau peut apparaître comme un coup de maître. J’en parle en connaissance de cause, ayant réussi en 1998 à rallier à Alsace d’abord, dont j’étais le président, deux maires alsaciens, l’un centriste et bras droit du président du Conseil régional, l’autre RPR. Evincé pour l’un de la liste RPR/centristes aux élections régionales, l’autre n’ayant aucune chance d’y figurer, je disposais d’arguments solides pour les convaincre de me rallier, en échange, bien sûr, d’un siège. Je ne devais pas tarder à m’en repentir… La première conséquence de leur ralliement fut un changement de nom du mouvement (Alsace d’abord leur paraissant trop agressif, le nom choisi fut « Mouvement régionaliste alsacien »). Sous leur pression, les thématiques telles l’immigration, l’islamisation furent mises sous le boisseau, au profit d’un discours purement régionaliste, fade et raisonnable. Le résultat des élections régionales fut très décevant. Même si nous progressions légèrement, avec trois élus au lieu de deux, nous reculions partout en Alsace sauf dans leurs « baronnies ». Le discours tiède et le changement de nom avaient déstabilisé notre électorat.  J’ajoute que les deux ralliés s’empressèrent quelques temps après de retourner au bercail du Système.

 

De cette expérience qui fut un échec, je tire cependant les enseignements suivants : d’abord, obtenir des ralliements d’élus du Système en échange de places éligibles est une grave erreur que l’on paye tôt ou tard. Seul un mouvement aux portes du pouvoir peut s’autoriser de tels risques. Ensuite, une seule personne, faible sur le plan idéologique mais que l’on s’illusionne représenter une valeur ajoutée forte, entraîne par une sorte de chantage le groupe et le mouvement vers ses conceptions et lui interdit désormais toute radicalité. La prudence, sœur d’inefficacité et de découragement, devient de mise.

 

Pour conclure…

 

Dans ces moments difficiles que vit le mouvement national et identitaire, à l’heure où les périls mortels menacent l’Europe, la construction d’une nouvelle espérance est une ardente nécessité pour les militants patriotes et identitaires. Celle-ci passe par le rassemblement de toutes les forces nationales, régionalistes, européennes, dans le respect des sensibilités.

 

Mais elle passe aussi par une analyse lucide des erreurs que nous avons tous commises. Le combattant révolutionnaire, celui qui veut radicalement changer la société n’a pas à être un asocial violent et provocateur qui mettra en péril sa communauté. Il a à être comme un poisson dans l’eau. Vivre dans le monde tout en refusant ce monde, en ayant la volonté absolue d’en changer les règles. Il lui faut en connaître les pièges et les fausses séductions.  Il se doit surtout de se former idéologiquement et d’opposer ainsi un bouclier d’airain et une lame d’acier à nos ennemis. Quant à ceux qui seraient tentés de renoncer au combat et de rejoindre le camp de la collaboration, je leur dis, en paraphrasant Churchill : « Vous ne voulez pas la guerre, mais les honneurs. Vous aurez la guerre et le déshonneur ».

 

 

mercredi, 22 avril 2009

Une série de conférences de la Nouvelle Droite Populaire dans le Sud-Est...

"TOUS UNIS POUR DEFENDRE L'IDENTITE EUROPEENNE !"

vague3_modifié-1.jpgUne série de 3 réunions est organisée dans le Sud-Est les 23, 24 et 25 avril prochains. Il s'agit de concrétiser le travail d'implantation effectué par la Nouvelle Droite Populaire dans ces trois départements depuis quelques mois. Nos amis, adhérents ou sympathisants, qui désirent assister à ces conférences sont invités à le faire savoir. Une invitation leur sera envoyée par retour.

 

JEUDI 23 AVRIL, LYON :

 

Réunion de présentation de la Nouvelle Droite Populaire dans le Rhône à 18 h 30, avec Robert Spieler, délégué général de la NDP, François Ferrier, conseiller régional de Lorraine, et Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale. Hôtel Campanile de Lyon Tassin  la Demi Lune. Une conférence de presse précèdera cette réunion.

Renseignements : ndp@club-internet.fr

 

VENDREDI 24 AVRIL, AVIGNON (Vaucluse) :

 

Réunion de présentation de la Nouvelle Droite Populaire dans le Vaucluse à 18 h 30, avec Robert Spieler, délégué général de la NDP, François Ferrier, conseiller régional de Lorraine, et Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale. Hôtel Campanile de Avignon Montfavet. Une conférence de presse précèdera cette réunion.

Renseignements : ndp@club-internet.fr

 

SAMEDI 25 AVRIL, SETE (Hérault) :

 

Réunion de présentation de la Nouvelle Droite Populaire dans l'Hérault à 17 h 00, avec Robert Spieler, délégué général de la NDP, François Ferrier, conseiller régional de Lorraine, et Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale. Hôtel des Arts, avenue Victor Hugo. Une conférence de presse précèdera aussi cette réunion.

Renseignements : ndp@club-internet.fr

20:00 Publié dans Nouvelle Droite Populaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon, rhône, avignon, vaucluse, sète, hérault, politique | |  Facebook

dimanche, 19 avril 2009

NDP : DU NOUVEAU DANS L'HERAULT !

images (1).jpgLa délégation de la Nouvelle Droite Populaire pour le département de l’Hérault dispose désormais d’un site internet.  Vous pouvez le consulter en cliquant ici.

 

Samedi prochain, 25 avril, à 17 h 30, elle organise une réunion à Sète sur le thème « Tous unis pour défendre notre identité », en présence de Robert Spieler, délégué général de la NDP, de François Ferrier, Conseiller régional de Lorraine, et de Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale.

 

Les lecteurs et amis de la région sont invités à assister à cette conférence.

jeudi, 09 avril 2009

Que penser de la colonisation de l’Afrique ?

Robert Spieler 6.jpgPar Robert Spieler

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

Ségolène Royal vient de demander pardon aux Africains pour les propos tenus à Dakar, il y a deux ans, par Nicolas Sarkozy, suscitant une vive polémique. « L’homme africain n’est pas rentré dans l’histoire », disait le président de la République.

 

Faisons le bilan de la colonisation de l’Afrique par la France. A première vue, ce bilan est sans appel. Quelques chiffres : 2 000 dispensaires, 600 maternités, 40 hôpitaux, 18 000 kms de voies ferrées, 215 000 kms de pistes principales utilisables en toute saison, 50 000 kms de routes bitumées, 63 ports équipés et 196 aérodromes. Quelques 16 000 écoles primaires et 350 établissements secondaires, 96% des instituteurs étant Africains. La colonisation était à ses débuts une idée de gauche. Jules Ferry déclarait : « Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures ». Léon Blum, autre figure tutélaire de la gauche, déclarait quant à lui en 1925 : « Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture ».

 

Les conséquences de la colonisation furent en réalité désastreuses pour la France, mais aussi pour l’Afrique. Les investissements dans les infrastructures en Afrique et les subventions aux productions agricoles des colonies ont coûté bien plus cher que ce qu’ils ont apporté à la métropole. Ce fut aussi le cas de l’Algérie dont les produits agricoles et industriels étaient achetés par la métropole à des prix prohibitifs. On chiffre à 70 milliards de Francs Or (valeur 1913) le déficit global de la colonisation de l’Afrique, soit trois fois le montant du plan Marshall d’aide à la reconstruction de la France au lendemain de la Seconde guerre mondiale.

 

Certes, l’Afrique constitua un réservoir de matières premières pour les industries métropolitaines et des débouchés pour des biens et services. De grands groupes en profitèrent. L’industrie textile se développa grâce au coton importé des colonies, Clermont-Ferrand prospéra grâce au caoutchouc, le savon de Marseille grâce à l’huile de palme… Mais à quel prix pour la France, mais aussi pour l’Afrique ? Le recrutement et les travaux forcés non rémunérés firent des dizaines de milliers de morts. L’arrivée brutale de la médecine occidentale généra une brutale chute de la mortalité infantile, amenant une explosion démographique catastrophique. Les zones culturelles et ethniques naturelles furent charcutées au profit de découpages arbitraires qui expliquent aujourd’hui les guerres et tensions entre Etats artificiels. L’importation de nouveaux modèles culturels, religieux et philosophiques brisa les référents traditionnels. L’importation des nouvelles religions, dont celle des Droits de l’Homme, cassa les hiérarchies naturelles. La démocratie et l’égalité entre les hommes étaient aux antipodes des structures organisationnelles de l’Afrique. On mesure aujourd’hui la calamité de l’action de ceux qui expliquèrent aux Hutus majoritaires que leurs maîtres Tutsis n’avaient pas à les diriger. Quant aux enseignants qui firent croire aux petits Africains que leurs ancêtres étaient Gaulois…

 

Aujourd’hui, certes aucun Africain ne croit plus que son ancêtre était Gaulois. Mais des centaines de milliers d’entre eux campent sur notre sol. L’Afrique n’est certes pas devenue européenne, mais la France et l’Europe deviennent africaines.

 

L’immigration est la conséquence ultime de la colonisation. Oui, décidément, la colonisation fut une catastrophe pour la France et pour l’Europe.

 

lundi, 23 février 2009

A Sarreguemines : la gauche exige, l'UMP exécute...

Une fois de plus, la répression s’abat sur les militants nationaux et identitaires ; une fois de plus, le parti de la collaboration et de l’anti-France peut triompher.

 

Les faits : la semaine dernière, les militants de Sarreguemines de la Nouvelle Droite Populaire, dirigés par Arnaud Felentzer, et ceux de l’association Solidarité des Français annoncent dans la presse locale leur intention d’organiser samedi  prochain 28 février, à 20 heures, devant la gare de cette ville de Moselle, une distribution de soupe aux légumes et aux lardons. Il n’en fallait pas plus pour réveiller la haine de notre peuple qui sommeille au fond des « bonnes consciences » locales. Les partis de gauche, la Ligue des droits de l’homme, l’ex-LCR, le groupuscule du sinistre Mélenchon… il suffit que tout ce beau monde s’indigne, s’offusque et menace d’organiser un couscous-citoyen (on a les références culinaires que l’on peut) contre la soupe identitaire pour que la municipalité sarkoziste, incarnée par un certain Céleste Lett, député-maire UMP, exécute, que la distribution de soupe que nos amis envisageaient faire soit interdite et que les forces de police soient mobilisées pour faire appliquer l’arrêté d’interdiction. Comme si elles n’avaient rien de plus sérieux à faire dans cette ville soumise à la violence quasi quotidienne des « chances pour la France »...

 

Mais, au juste, tous ces beaux esprits, tous ces larbins du Système savent-ils exactement ce qu’est la vie d’un SDF français en France ? Savent-ils que ceux-ci sont quotidiennement victimes de rackets et autres menaces de la part des bandes ethniques ? Savent-ils que ceux-ci se voient souvent refuser l’accès à certains foyers, complètement trustés par les mafias d’importation ? Savent-ils qu’il est préférable, dans la France d’aujourd’hui, d’être Malien sans-papiers que Français de souche chômeur en fin de droit ? Savent-ils que ces distributions de soupes au cochon, comme c’est le cas régulièrement à Paris, à Strasbourg ou à Nice, sont l’un des rares moments de réconfort pour tout ces laissés pour compte du libéralisme ? NON, ils ne le savent pas. Et, même s'ils le savaient, ils n’en auraient rien à faire, tant est grande leur haine de ce que nous sommes, nous Français de France et Européens d’Europe.

 

Pour l’heure, nous ne savons pas encore quelle sera la riposte des patriotes sarregueminois, mais, quoiqu’il en soit, cette lamentable affaire prouve, une fois de plus, la collusion qui existe entre les partis marxistes et la droite affairiste. Plus que jamais, le peuple de France a besoin d’une véritable force populaire, nationale et identitaire pour incarner sa volonté de rompre avec ce Système vermoulu qui conduit notre pays droit à la faillite et notre peuple à la paupérisation. La NDP, et d’autres, œuvrent actuellement dans ce sens…

 

Roland Hélie

18:16 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarreguemines, lorraine, ndp, moselle, ump, politique, solidarité | |  Facebook

vendredi, 06 février 2009

Lisez le dernier numéro (n°12) de Synthèse nationale....

1-Couv_SN_12[1].JPGLa revue politique et culturelle nationale et identitaire Synthèse nationale  (n°12, janvier/février 2009, 120 pages) est en vente (12,00 €) à la Librairie Primatice, 10 rue Primatice à Paris (XIIIème - Métro Place d'Italie)

Vous pouvez aussi vous abonner : Bulletin d'abonnement

mercredi, 28 janvier 2009

Nicolas Sarkozy confond Paris avec Jérusalem !

Réaction de Jean-Claude Rolinat, membre de la Direction nationale de la Nouvelle Droite Populaire :

 

Après que le Président de la République française a reçu à l’Elysée le père du soldat  franco-israélien  Gilad Shalit, la Nouvelle Droite Populaire s’étonne que Monsieur Nicolas Sarkozy paraisse confondre sa fonction de chef de l’Etat français avec celle de Président de l’Etat hébreu.


En effet, si l’angoisse et la démarche du père du soldat Gilad Shalit sont bien compréhensibles s’agissant du sort d’un fils retenu prisonnier du Hamas, il est tout à fait étonnant que le cas d’un militaire servant dans une armée étrangère, en l’occurrence Tsahal, puisse mobiliser les plus hautes instances de l’Etat français, qui devraient avoir en ce moment d’autres soucis et d’autres priorités.

 

L’avenir et le sort du soldat Shalit, s’agissant d’un soldat israélien, sont du ressort exclusif du gouvernement de Jérusalem, pas de celui de Paris. Cette affaire est emblématique de l’ambiguïté et de l’inanité du statut de binational.

 

13:25 Publié dans Nouvelle Droite Populaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : israël, gaza, palestine, proche-orient, politique, ndp, sarkozy | |  Facebook

lundi, 26 janvier 2009

Islamisation de nos villes : grande réunion européenne. Retrouvons-nous tous à Cologne le samedi 9 mai !

03.JPGLa résistance européenne s'organise. Chacun se souvient de la réunion anti-islamisation de Cologne à laquelle je participai, le 20 septembre dernier, où des milliers de gauchistes, encouragés par les autorités CDU (de "droite") de la ville et par le chef de la police, ont empêché la tenue de cette manifestation, attaquant violemment les participants.

 
J'étais à Cologne, il y a 10 jours, à l'invitation du groupe Pro-Köln, pour la cérémonie des voeux à la mairie. Markus Beisicht, le président du groupe (qui espère doubler, voire tripler le nombre de ses élus aux prochaines élections municipales de juin - aujourd'hui, ils sont cinq -) m'a invité à prendre la parole, au nom de la Nouvelle Droite Populaire lors d'une grande réunion européenne qui aura lieu le samedi 9 mai aux côtés de nombreuses délégations dont le Vlaams Belang, le Fpoe et la Lega Nord. Un procès intenté par Pro-Köln aux autorités qui n'ont pas su ou voulu assurer notre sécurité et dont les conclusions sont quasi acquises obligera nolens volens la police à garantir notre sécurité et la liberté de réunion.


Je reviens de Toulouse où notre ami Jean-Pierre Ouvrard qui mène un courageux combat contre l’édification d’une mosquée dans la ville rose, m'avait invité à animer un dîner-débat sur le thème de l'islamisation de nos villes. Comme je l'ai fait à Cologne, j'ai lancé un appel "au rassemblement de toutes les forces nationales et européennes afin de faire face à la plus dangereuse invasion que l'Europe ait jamais connue. Une invasion soutenue et même encouragée par des collabos qui, par souci du profit ou haine de ce que nous sommes et de nos racines, oeuvrent à l'extermination de nos identités provinciales, nationales et européennes. Seuls, nous ne sommes rien. Unis, nous sommes forts."

 

Tous à Cologne, le 9 mai ! La résistance européenne est en marche.



Robert Spieler

Délégué général de la NDP

 

Un tract commun de la Nouvelle Droite Populaire et de Génération FA8...

Ni Israël, ni Palestine…

VIVE LA France et L’EUROPE !!!

 

Suite aux manifestations passées et à venir pour soutenir les politiques israélienne ou palestinienne, la Nouvelle Droite Populaire et Génération FA8 s’associent pour rappeler que ce conflit ne concerne ni l’Europe et encore moins la France. De plus, des individus sur notre sol en profitent pour imposer des discours qui sont très éloignés des intérêts politiques de la France et des Français, ceci est inadmissible.

 

Jusqu'où ira la compromission ?

 

La Nouvelle Droite Populaire et Génération FA8 tiennent à rappeler que seuls les intérêts de nos peuples et de notre civilisation doivent guider les choix politiques de la France (et non être animés par une rhétorique gauchiste, droit de l’hommiste et pro-islamiste).

 

NI HAMAS, NI TSAHAL...

Cette guerre n’est pas la nôtre !

 

 

Nouvelle Droite Populaire

 

Génération FA8

 

Tract Proche orient NDP FA8.pdf

mardi, 20 janvier 2009

Le MNR de Lorraine répond au Républicain Lorrain...

Un communiqué de presse du MNR 54 :

 

Suite à votre article intitulé "Le FN en camping-car" paru dans votre édition du Républicain Lorrain en date du 15 janvier 2009 (page 8), nous tenons à faire valoir notre droit de réponse et apporter les précisions suivantes :

 

Vous écrivez :  "Ce club (Convergences Nationales, ndlr) a pris la relève du MNR, disparu avec le retrait de la vie politique de Bruno Mégret".

 

Le club "Convergences Nationales" n'a en aucun cas pris la relève du MNR qui continue d'œuvrer, lui, dans le sens d'un véritable rassemblement de la droite nationale française en dehors de toute démarche carriériste.

 

En Lorraine, les cadres du MNR sont fidèles au Mouvement, continuent de défendre leurs idées, bénéficient du soutien  des adhérents et sympathisants de la droite nationale et s'organisent pour travailler en complémentarité et non en rivalité avec leurs amis Identitaires, de la Nouvelle Droite Populaire, les exclus du FN, les souverainistes, etc...

 

Nous rappelons également que lors de la dernière cantonale partielle d'Avallon (Yonne) du 11 janvier 2009, la candidate du FN n'a recueilli qu'un maigre 2% des voix, prouvant à quel point son parti n'a plus aucune crédibilité auprès des Français, et qu'en revanche Claude Moreau, membre du Bureau national du MNR, a bénéficié de la confiance de plus de 5% des électeurs, entamant ainsi la remontée de tous ceux qui souhaitent agir ensemble pour sortir la France et l'Europe de l'ornière dans laquelle le sarkozisme les enfonce chaque jour un peu plus. (...)



19:32 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nancy, mnr, lorraine, républicain lorrain, ndp, politique, metz | |  Facebook

lundi, 19 janvier 2009

Cologne : LA REVANCHE DES IDENTITAIRES EUROPEENS...

 

Notre ami Lionel Baland a couvert la grande réunion qui s'est tenue à Cologne ce dimanche en présence des responsables de la droite nationale et identitaire européenne. Rappelons qu'il y a 4 mois, le 20 septembre, Pro-Köln n'avait pas pu tenir sa grande réunion pour protester contre l'édification de la plus grande mosquée d'Europe dans cette ville. Voici ses premières impressions :

 

Ce dimanche, le mouvement Pro-Köln, qui dispose d’élus au conseil municipal de Cologne, organisait une séance de présentation de vœux pour l’année 2009.

 

La séance a eu lieu dans une salle de la mairie. La salle était comble. Les couloirs menant à la salle aussi. Les élus du mouvement Pro-Köln étaient présents. Le président du mouvement, l’avocat Markus Beisicht, a prononcé un discours. L’avocate Judith Wolter, la chef de file du groupe des élus au conseil municipal, s’est également exprimée.

 

Deux invités d’honneur étaient présents : Hilde De Lobel, député au Parlement flamand, et Robert Spieler, délégué général de la Nouvelle Droite Populaire. Ils ont prononcé leurs discours en allemand, ce qui a été très apprécié dans la salle. Le public s’est levé pour applaudir les deux représentants.

 

Un buffet avait lieu dans les couloirs de la mairie menant à la salle de réunion. De la Kölsch, bière locale, était servie à profusion.

 

Nous nous sommes ensuite rendus dans un restaurant à l’invitation de Pro-Köln. Robert Spieler, Hilde De Lobel et moi-même étions assis au côté des dirigeants et élus du mouvement Pro-Köln.

 

Différents cortèges carnavalesques sillonnent la ville en cette période. (Le carnaval s’étale du  11 novembre à 11 h 11 minutes 11 secondes au mercredi des Cendres).

 

 

01:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cologne, allemagne, pro köln, ndp, robert spieler, politique, europe | |  Facebook

dimanche, 18 janvier 2009

SOLIDARITE AVEC ANNE KLING !

Nous reproduisons ici le compte rendu publié par Anne Kling de l'affaire qui l'oppose, devant le Tribunal administratif, à son employeur, une organisation internationale, suite à l'édition, en janvier 2007, de son livre La France Licratisée.

 

Nous tenons à manifester ici toute notre amitié et notre entière solidarité avec Anne face à cette nouvelle condamnation de la justice du Système.

 

Synthèse nationale

 

 

LE CONSEIL DE L’EUROPE A GAGNE (1er épisode)

 

forum_grenelle_033[1].JPGLa sentence dans le conflit m’opposant à mon employeur, le Conseil de l’Europe, à propos de mon livre La France LICRAtisée, vient de tomber. Le Tribunal administratif* rejette mon recours, donnant ainsi raison à l’Organisation internationale qui m’avait sanctionnée par une rétrogradation. J’en prends acte. Une audience publique s’était tenue le 22 septembre 2008 devant ce Tribunal. J’y avais développé ma plaidoirie, car je m’étais défendue moi-même, et l’Organisation avait présenté ses arguments. Il s’agit-là de documents publics, puisque énoncés dans le cadre d’une audience publique. Est également publique la sentence du Tribunal.

 

J’ai décidé de publier ces trois pièces – ma plaidoirie, celle de la partie adverse, la sentence – sur le blog, aujourd’hui et les jours suivants. Pourquoi ? Mais pour donner des éléments d’information, de réflexion et même de méditation, aux citoyens européens. Bien entendu, je m’abstiendrai de tout commentaire, puisque l’on ne commente pas les décisions de justice. C’est du reste inutile.

 

Je ne précise pas dans le présent préambule l’objet du litige, il est clairement expliqué dans ma plaidoirie.

 

Donc, voici aujourd’hui l’acte I : ma plaidoirie, présentée devant le Tribunal administratif, le 22 septembre 2008, comme si vous y étiez...

 

« Madame la Présidente, messieurs les juges,

 

La présente affaire se situe dans une longue lignée d’affaires similaires m’ayant opposée depuis six années à mon employeur, le Conseil de l’Europe. Ces affaires ont abouti à trois sanctions : la révocation, tout d’abord, puis le blâme et à présent, la rétrogradation.

 

Comme l’argument de la récidive a été très largement utilisé par la partie adverse, et va certainement l’être à nouveau tout à l’heure, je n’éluderai pas cet aspect des choses. Et même je commencerai par là.

 

Encore que je croie savoir qu’en droit, une affaire est considérée comme terminée lorsqu’elle a abouti à une sanction. Dans mon cas, la première - et principale - affaire a même abouti à une double sanction puisque les propos concernant l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne qui m’étaient alors reprochés ont été sanctionnés par une révocation qui a pris effet au 1er octobre 2002. A cette date, j’ai été mise à la porte du Conseil de l’Europe, en subissant de surcroît l’opprobre d’une révocation publique qui s’est étalée dans les pages du journal régional, qui indiquait clairement mon nom et celui de l’Organisation qui m’employait. Autre point litigieux dont je ne suis certes pas responsable, et sur lequel je reviendrai tout à l’heure.

 

C’était une sanction très lourde qui a duré près de deux ans, jusqu’au moment où votre Tribunal a ordonné ma réintégration, en mai 2004. A ce moment-là, le Secrétaire général a immédiatement rouvert une nouvelle affaire, se terminant par une nouvelle sanction : cette fois, celle du blâme, qui était la sanction initialement requise par le premier Conseil de discipline.

 

Voilà pourquoi il est permis de parler de double sanction pour une même faute.

 

On pourrait donc s’attendre à ce que ce sujet soit à présent considéré comme clos et la première affaire définitivement terminée.

 

Il n’en est rien et pour charger un dossier qu’il faut bien qualifier de plutôt mince au départ, pour bien alourdir un esquif plutôt frêle - en réalité pour étayer une absence de base juridique solide - l’argument de la récidive d’agissements dits fautifs est au contraire très lourdement martelé. Il sert à justifier du point de vue de l’Administration la lourde sanction qui m’est aujourd’hui infligée.

 

Le Statut du Personnel du Conseil de l’Europe  - qui régit les droits et devoirs réciproques des agents et de l’Administration - autorise l’exercice d’activités politiques et associatives. Ses articles 33, 34 et 35, en précisent les modalités.

 

J’ai fait usage de cette possibilité prévue par le Statut. Or, vous le savez, un engagement politique s’exerce dans la durée. C’est un long cheminement, ingrat la plupart du temps, surtout pour ceux qui s’écartent de l’idéologie officielle. C’est ce militantisme qui s’est effectivement exercé durant plusieurs années à travers un certain nombre d’actions et de propos, qui ne cesse d’être qualifié de « récidive » par l’Organisation.

 

Il faut donc admettre que ce qui serait qualifié de persévérance et loué comme tel, s’il s’agissait de défendre des idées et des opinions conformes aux siennes, est blâmé comme étant une « récidive » caractérisée lorsqu’il s’agit d’idées ou  de mouvements politiques qui ne plaisent pas. Car c’est là tout le fond de la question.

 

Cette persistance a même été qualifiée par le Conseil de discipline, dans son récent avis, de désinvolture, voire de mépris : « Ainsi, outre le manque avéré de prudence dans l’expression, le Conseil de discipline perçoit, dans l’attitude de l’intéressée, si ce n’est du mépris, du moins une désinvolture qui illustre un manque de loyauté à l’égard de l’Organisation »

 

Et un peu plus loin : « En conclusion, le Conseil de discipline est d’avis que Mme Kling n’a pas respecté les dispositions de l’article 25 du Statut du personnel, de par la réitération d’agissements contraires à ses obligations, la nature des manquements relevés et la désinvolture dont elle témoigne ».

 

Je  trouve éminemment regrettable que le Conseil de discipline se laisse aller à une telle interprétation de mes activités, voyant dans ma constance à défendre mes idées une marque de désinvolture, voire de mépris à l’égard de l’Organisation. Rien dans mon comportement ne l’autorise pourtant à tirer de pareilles conclusions qui sortent du cadre juridique et ne visent qu’à me  stigmatiser davantage.

 

Dès lors que le Statut du personnel reconnaît à un agent le droit d’exercer une activité politique, le Conseil de l’Europe est-il habilité à lui faire grief d’user de ce droit avec constance? Il le pourrait, certes, si ces activités étaient répréhensibles ou tombaient sous le coup de la loi, ce qui n’a jamais été mon cas.

 

Le Secrétaire général n’est par conséquent pas fondé à me reprocher, dans le but évident de renforcer le caractère prétendument « fautif » de mes agissements, la répétition d’actes licites et légitimes.

 

La longue suite des procédures disciplinaires engagées démontre en réalité

 

* Des précisions sur le Tribunal administratif seront fournies avec la sentence. 

Lire la suite

vendredi, 16 janvier 2009

LANCEMENT DE LA CAMPAGNE NATIONALE D’ADHESIONS 2009 A LA N.D.P.

forum_grenelle_001[1].JPG

 

2009, CONTRIBUEZ AU RENOUVEAU DU MOUVEMENT NATIONAL ET IDENTITAIRE : ADHEREZ A LA

NOUVELLE DROITE POPULAIRE !

 

7 mois après sa création, le 1er juin dernier, la Nouvelle Droite Populaire est devenue une force organisée et reconnue comme l’une des composantes essentielles du mouvement national et identitaire.

 

Consciente des graves menaces qui pèsent sur notre nation et sur notre civilisation, la NDP refuse de voir la droite nationale disparaître du débat politique.

 

Fidèle à sa vocation de contribuer à l’émergence d’un vaste rassemblement pour le renouveau de notre famille politique, elle multiplie les contacts avec les autres organisations nationales afin de proposer aux Français une alternative crédible face à la faillite du Système.

 

Lors de son 1er Conseil national qui s’est réuni le 10 janvier à Paris, la NDP a décidé de lancer une campagne nationale d’adhésions. Le mouvement a besoin de l’aide, militante et financière, de ses sympathisants pour pouvoir développer son action et accroitre son audience.

 

L’objectif fixé étant, d’ici le prochain Conseil national prévu pour le mois de juin prochain, d’atteindre le chiffre de 1 000 adhérents. Ne disposant d’aucun financement public, la NDP a besoin de l’aide de chacun d’entre vous pour réaliser son souhait de voir renaître en France un vaste mouvement national, régionaliste et identitaire digne de ce nom.

 

Nous savons que nous pouvons compter sur vous tous. Alors, sans plus tarder, adhérez à la Nouvelle Droite Populaire !

 

NDP Bulletin Adhésion.pdf

 

lundi, 12 janvier 2009

NI DRAPEAUX ISRAELIENS, NI DRAPEAUX PALESTINIENS !

2008 noël ndp stras bca 007.jpgCommuniqué de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire :

 

Des centaines de milliers de personnes défilent en France, les unes soutenant le Hamas et protestant contre la violente invasion de Gaza par Israël, les autres soutenant Israël. La plupart de ceux qui manifestent sont de nationalité française, musulmans pour les uns, juifs pour les autres.

 

Ce conflit qui ne concerne en rien la France, ni l’Europe, permet aux partisans d’intérêts étrangers d’importer sur notre sol haines et violences. Cela laisse songeur quant à la fidélité de certains à la France et à l’Europe en cas de conflit éventuel opposant les intérêts français et européens à ceux d’Israël ou du monde arabe.

 

Les drapeaux israéliens, palestiniens, algériens, turcs et ceux du Hamas doivent être bannis des manifestations qui se déroulent actuellement en France et les responsables politiques qui nous représentent n’ont pas à s’immiscer dans cette guerre.

 

 NDP Com. Proche Orient 13 01 09.pdf

dimanche, 11 janvier 2009

Le 1er Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire s'est réuni samedi à Paris...

P1010570.JPGSamedi 10 janvier, s’est réuni à Paris le 1er Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire.

 

Dans la perspective des élections européennes de juin prochain, le Conseil national de la NDP confirme son soutien apporté à la liste de Carl Lang dans la circonscription Nord Ouest.

 

Fidèle à sa vocation de contribuer à un vaste rassemblement des forces nationales, régionalistes et identitaires, la NDP suit avec intérêt toutes les initiatives qui vont dans ce sens.

 

Consciente des graves menaces qui pèsent sur la France et sur notre civilisation européenne, la NDP met au premier plan de ses préoccupations la lutte contre l’islamisation de notre continent. Dans cet esprit, elle entend multiplier les contacts avec les autres organisations qui, en France et en Europe, mènent le même combat. C’est ainsi que Robert Spieler, son délégué général, participera dimanche prochain à Cologne (Allemagne), en compagnie de représentants du Vlaams belang, à une réunion du mouvement Pro Köln opposé à la construction de la plus grande mosquée d’Europe dans cette ville.

 

Sept mois après sa création, la NDP se félicite des premiers résultats enregistrés. Elle est devenue aujourd’hui une composante reconnue du mouvement national et identitaire. Implantée dans six régions, elle se fixe comme objectif, d’ici son prochain Conseil national prévu au mois de juin prochain, d’être présente dans la majorité des départements. A cet effet, elle lance cette semaine une campagne nationale d’adhésions.

 

 

Voici le texte du discours d'orientations prononcé par Robert Spieler, Délégué général de la NDP :

 

L277xH400_spieler-7592e.jpgLa Nouvelle Droite Populaire, qui réunit ce samedi 10 janvier son 1er Conseil national, s’engage dans une démarche de rassemblement de la famille nationale, régionaliste et identitaire, avec la ferme volonté de dépasser des clivages qui n’ont plus lieu d’exister, vue la situation dramatique de la France et de l’Europe.

 

Espérance et Résistance !

 

Jamais le danger n’a été aussi grand. L’invasion que nous subissons menace les fondements mêmes de notre civilisation. Cette invasion mortelle doit être combattue, vaincue et les responsables de cette forfaiture doivent être désignés et condamnés.

 

Qui sont les responsables ?

 

Les immigrés ne sont pas responsables de cette situation. Serions-nous à leur place, nous ferions de même. Les responsabilités sont à chercher dans la logique libérale du profit à tout prix ayant entraîné, dans les années 1970, l’importation de populations non européennes supposées être malléables et corvéables à merci. Le capitalisme mondialiste, forcément mondialiste et cosmopolite, s’écroule aujourd’hui sous les coups de butoir de sa folie mégalomaniaque.

 

Si le pouvoir rend fou, le pouvoir absolu et la recherche effrénée du profit rendent totalement fous. « Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre ». Les Grecs anciens avaient déjà désigné la folle démesure de ceux qui veulent, pour leur malheur, se mesurer aux dieux par le terme ubris.

 

Les dirigeants politiques, de droite ou de gauche, et davantage de « droite » au demeurant, portent une responsabilité majeure dans cette situation. Chirac et Giscard ont imposé le regroupement familial, transformant une immigration de travail en une immigration de peuplement. Je le dis très calmement : ils sont, eux et leurs clones, des traîtres à leur Patrie, des traîtres à leur Peuple.

 

Paul Valéry disait : « Rome n’est pas morte de sa belle mort, mais a été assassinée ». Rome est morte le jour où la citoyenneté romaine fut accordée à ceux qui n’étaient pas Romains. Aujourd’hui, de puissants lobbies de gauche, relayés par de misérables vermisseaux de « droite », tout à leurs génuflexions devant la religion des Droits de l’Homme et de la « République », ont imposé leur pensée unique. Nous vivons dans une dictature soft où les combattants nationaux et identitaires sont persécutés, où des lois liberticides interdisent l’expression de la vérité, où des amendes considérables remplacent les bûchers et les gibets.

  

Alors, que faire ?

 

Sur le plan politique, je prône un refus absolu de toute collaboration avec le Système. Nous n’avons pas à considérer que « la droite », c’est mieux que la gauche. Je pense même que c’est pire. Après tout, la gauche fait son boulot et développe ses thèses naturelles. La « droite », quant à elle, se comporte comme le faisait dans l’ancienne D.D.R. un pseudo parti libéral, allié en fait des communistes, qui servait d’attrape-gogos. Je ne peux m’empêcher de penser à Bazaine quand je songe à cette « droite » et au livre de Galtier–Boissière, le fondateur du Crapouillot, De la trahison chez les Maréchaux.

 

Sur le plan idéologique, la défense intransigeante de nos identités provinciales, française et européenne est une ardente nécessité. Peu importe que certains se reconnaissent en priorité dans la petite patrie régionale, dans la Nation française ou dans l’espérance européenne. Ces trois sentiments d’appartenance ne sont nullement contradictoires, mais se complètent. Bien sûr, autant nous refusons le jacobinisme français, autant nous rejetons un centralisme européen piloté par les nains de Bruxelles. Nous exigeons le respect de toutes nos identités !

 

La défense de nos identités passe, qu’on le veuille ou non, par l’émergence d’une Europe de la puissance libérée de la sujétion à l’Empire américain décadent et capable de résister à l’émergence des puissances asiatiques et à l’islamisation de notre continent : une Europe militaire, diplomatique et économique, avec comme partenaire la Russie.

 

Le libéralisme mondialiste entraîne l’Europe vers la ruine. Nous prônons la création d’un espace économique européen aux frontières protégées. Les Chinois n’achèteront plus d’Airbus ? Et alors ? Dès lors que les Européens achèteront européen.

 

Sur les plans organisationnels et comportementaux.

 

La culture du « Führerprinzip » a échoué. On en mesure aujourd’hui les conséquences désastreuses dans notre camp. Il est indispensable de se défaire de cette tentation récurrente chez certains et de s’engager dans une démarche collégiale où le dialogue, le respect de celui qui ne partage pas totalement nos convictions, mais qui fait partie de notre camp, doit remplacer le sectarisme, l’arrogance et l’invective.

 

J’ose le dire : je crois qu’il nous faut aussi pratiquer le pardon des offenses si nous voulons reconstruire demain le mouvement national et identitaire.

 

Construire, reconstruire.

 

Nous reconstruirons, certes, sur un champ de ruines. Mais peut-être fallait-il en passer par là afin que la renaissance fût possible. Cette renaissance passe par le nécessaire rassemblement de toutes les forces nationales, régionales et identitaires. Des milliers de cadres et de militants de valeur sont aujourd’hui perdus dans les ravines du découragement.

 

Je leur demande de reprendre espoir et de songer à ce que leurs aïeux diraient s’ils revenaient parmi nous : « qu’avez-vous fait de la France, qu’avez-vous fait de l’Europe ? » Pour leur mémoire, pour l’avenir de nos enfants, nous n’avons pas le droit de céder au désespoir.

 

Espérance et Résistance !

 

NDP Com. Conseil national 10 01 09.pdf 

NDP Orientations RS 10 01 09.pdf

samedi, 10 janvier 2009

Réunion aujourd'hui du 1er Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire...

forum_grenelle_001[1].JPGCet après-midi, se tiendra à Paris le 1er Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire.

 

Cette réunion, qui rassemble les membres du Bureau national et les responsables locaux du mouvement, doit permettre de dresser un premier bilan sept mois après la création, le 1er juin dernier, du mouvement.

 

Il s'agira aussi, pour la NDP, de définir une stratégie dans le cadre de la recomposition actuelle du mouvement national. A cet effet, nous vous proposons ici le texte du rapport d'orientation présenté par Robert Spieler, son délégué général.

 

NDP Orientations RS 10 01 09.pdf

vendredi, 09 janvier 2009

Pour Carl Lang : un nouveau groupe au Conseil régional de Basse-Normandie...

images.jpgMM. Jean-Marc Dénier, Claude Guitton, Eric Pinel et Mme Elisabeth Touzot, conseillers régionaux élus sous l'étiquette Front National, sont aujourd'hui suspendus pour non soumission à la fille de Jean-Marie Le Pen.

 

En effet, ils refusent de voir Marine Le Pen diriger, seule, le FN au détriment des cadres de valeur et ce, sans avoir obtenu l'aval d'un Congrès, voire contre ce dernier.

 

Ils refusent d'apporter leur soutien à celle qu'ils considèrent comme responsable de l'hémorragie de cadres et d'adhérents.

 

Ils refusent le concept de candidature "nomade" à la recherche du meilleur score électoral. Enfin, ils refusent d'élire une personne connue pour son absentéisme et son manque d'intérêt affiché pour les questions européennes.

 

Ce faisant, ils ont la conviction d'agir dans la fidélité aux idées défendues par Le Pen père, et donc à leurs électeurs.

 

Ils renouvellent leur soutien à Carl Lang, député européen sortant de la circonscription, et à son positionnement politiquement orthodoxe. Ils saluent particulièrement sa dernière prise de position en faveur du repos du dimanche, pour des raisons familiale, sociale et nationale.

mercredi, 07 janvier 2009

Samedi 10 janvier prochain, à Paris : 1er CONSEIL NATIONAL de la NOUVELLE DROITE POPULAIRE...

vague1bann.jpg

 

Samedi 10 janvier, sept mois après sa création, la Nouvelle Droite Populaire réunira son 1er Conseil national à Paris.

 

Ce sera l’occasion pour le mouvement de dresser un premier bilan quant à son implantation et son organisation. Ce sera aussi le moment de préparer l’avenir, de définir nos axes de campagne et de nous doter de structures appropriées à nos ambitions.

 

En sept mois, la NDP a trouvé sa place dans le paysage politique national. Aujourd’hui, elle est un mouvement reconnu avec lequel il faut compter. En multipliant les réunions (Lille, Metz, Nancy, Sarreguemines, Caen, Strasbourg, Paris…), en participant à de nombreuses manifestations identitaires (journée de Synthèse nationale à Paris, fête nationale unitaire à Angoulême, Forum de la Nation à Lyon, riposte européenne à la construction de la mosquée de Cologne…), en entretenant des contacts amicaux avec les forces identitaires en Europe, en lançant des campagnes militantes sur le terrain (dénonciation des responsables de la crise économique en octobre, appel au boycott de TF1 en décembre…) et en intervenant régulièrement dans la presse tant nationale que régionale, la NDP est devenue la force dynamique de combat et de rassemblement indispensable pour le redressement des forces nationales.

 

La NDP n’entend pas en rester là. Dans les mois qui viennent, elle va accentuer son effort d’implantation pour pouvoir être, au mois de juin, présente sur l’ensemble du territoire. Elle va aussi intensifier ses campagnes réactives et continuer à entretenir des contacts constructifs avec l’ensemble des mouvements et associations attachés à la défense de nos identités, que celles-ci soient régionales, nationales ou européennes.

 

La mobilisation de toutes les bonnes volontés et de toutes les énergies est nécessaire pour réussir ce travail d’implantation en profondeur de notre mouvement. Chaque adhérent peut, à son niveau et selon ses possibilités, contribuer à cette entreprise salvatrice pour notre pays et pour notre civilisation. Voilà pourquoi nous vous invitons à assister à ce 1er Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire, samedi 10 janvier à Paris.

 

L’aventure mérite d’être vécue. Refusons le confort du découragement qui, trop souvent, légitime l’inaction dans les rangs nationaux depuis les échecs successifs de ces dernières années. Construisons ensemble le mouvement national et identitaire de demain. Nous comptons sur vous.

 

Pour participer à ce Conseil national, vous pouvez en faire la demande en remplissant le bulletin en PJ ci-dessous ou en écrivant à : ndp@club-internet.fr

 

Cliquez sur : NDP Lettre Conseil national 10 01 09.pdf